Veolia-Suez: passe d'armes sur l'impact social, Engie au centre du jeu

(AFP)

Veolia s'est dit prêt mardi à "discuter" avec Engie de son projet de rachat de sa participation dans Suez, alors que Suez, opposé à une fusion, affirme que ce rapprochement menacerait 10.000 emplois dans le monde.

Suez, spécialiste du traitement de l'eau et des déchets, bataille depuis la fin août pour son indépendance, depuis que son actionnaire principal Engie s'est vu offrir par Veolia de lui céder ses 29,9% de parts pour 2,9 milliards d'euros.

Mardi en fin d'après-midi, Veolia a annoncé être prêt à discuter avec Engie qui lui avait demandé d'améliorer son offre.

"Les discussions sont possibles sur l'ensemble du projet. Le prix en est une des composantes", a déclaré à l"AFP la directrice générale adjointe du leader des services à l'environnement, Estelle Brachlianoff.

Ces déclarations sont arrivées à la suite d'une passe d'armes entre Veolia et Suez sur l'impact social d'un potentiel rapprochement.

"Évidemment que ça aboutirait à une casse sociale. On l'a chiffrée à 10.000 personnes dans le monde dont 4 à 5.000 en France", a affirmé le directeur général adjoint de Suez Jean-Marc Boursier devant quelques journalistes, en marge d'une visite du Centre international de recherche sur l'eau et l'environnement de Suez, dans les Yvelines.

Il a précisé que ces calculs avait été faits "ensemble" avec Veolia en 2012, lorsqu'un rapprochement entre les deux groupes avait déjà été envisagé, puis abandonné, les discussions ayant notamment achoppé sur la probable position dominante sur le marché de l'eau en France de la nouvelle entité qui aurait été créée.

"Quand on a vu le caractère effroyable du nombre de licenciements qu'on devait faire, on a refermé le dossier", a souligné M. Boursier.

Veolia n'a pas tardé à répliquer: "Bertrand Camus (le directeur général de Suez, NDLR) et son équipe ont vendu 13.000 salariés de leur groupe sur les 90.000 en un mois. Notre projet préservera 100% des emplois qu'il reste. Chaque salarié conservera 100% de ses avantages sociaux. Nous l'avons dit, nous le garantissons, nous réaffirmons être prêts à l'écrire", a indiqué le groupe dans une réaction transmise à l'AFP.

"Dix mille emplois c'est ce que Suez a cédé comme effectifs sur la semaine qui vient de passer", avec l'annonce de la cession de plusieurs activités en Allemagne ou encore en Suède, a précisé Estelle Brachlianoff.

- monter une contre-offre -

Côté syndical, le CSE de Suez a déclaré assigner en référé Engie et Veolia "afin de suspendre le projet de rachat tant que les instances représentatives du personnel n’auront pas été consultées."

Le tribunal a fixé l’audience de référé au 29 septembre pour entendre les parties, y compris le groupe Suez, selon un communiqué du CSE. L'instance se réjouit de cette décision qui "ouvre la voie à la prise en compte des intérêts des salariés, extrêmement inquiets des conséquences sociales de cette opération."

Les syndicats ont aussi chiffré "à plus de 10.000 les suppressions d’emplois" qui découleraient d'un rachat, dont 4.000 à 5.000 en France. Plusieurs centaines de salariés de Suez ont manifesté mardi devant la tour d'Engie à la Défense à l'appel de leur intersyndicale.

Suez s'est également lancé mardi dans une opération séduction à l'adresse des actionnaires: dans un communiqué, il s'est déclaré en avance sur les objectifs de sa stratégie destinée à le concentrer sur des services à forte valeur ajoutée, et a affirmé son "potentiel unique de création de valeur" en tant qu'entreprise indépendante.

Un dividende exceptionnel d'au moins un milliard d'euros est notamment promis aux actionnaires "dès que possible et au plus tard au 1er semestre 2021".

Avec son plan à horizon 2030, le numéro deux mondial du secteur espère notamment prendre à Veolia sa place de numéro un.

Selon la direction, le plan stratégique de Suez, annoncé en octobre 2019, "a bien avancé", notamment son volet cessions-acquisitions pour 3 à 4 milliards d'euros. Les investissements vont cibler des domaines à forte croissance, tandis que 1,2 milliard d'euros d'économies annuelles à partir de 2023 sont prévues.

Croissance et rentabilité devraient ainsi permettre de "doubler la valeur" pour les actionnaires dès 2022, dit Suez. A condition que le groupe reste "indépendant", adjectif de nouveau martelé mardi par ses dirigeants.

Tout en amplifiant son plan stratégique, Suez est dans le même temps en recherche active et urgente d'investisseurs alternatifs afin de faire une contre-offre à Engie. Celui-ci tient vendredi son prochain conseil d'administration, destiné à examiner toutes les propositions sur la table.

cho-vac-kd-mlb/pn/or

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Veolia-Suez: passe d'armes sur l'impact social, Engie au centre du jeu

Le 22 septembre 2020 à21:58

Veolia s'est dit prêt mardi à "discuter" avec Engie de son projet de rachat de sa participation dans Suez, alors que Suez, opposé à une fusion, affirme que ce rapprochement menacerait 10.000 emplois dans le monde.

Suez, spécialiste du traitement de l'eau et des déchets, bataille depuis la fin août pour son indépendance, depuis que son actionnaire principal Engie s'est vu offrir par Veolia de lui céder ses 29,9% de parts pour 2,9 milliards d'euros.

Mardi en fin d'après-midi, Veolia a annoncé être prêt à discuter avec Engie qui lui avait demandé d'améliorer son offre.

"Les discussions sont possibles sur l'ensemble du projet. Le prix en est une des composantes", a déclaré à l"AFP la directrice générale adjointe du leader des services à l'environnement, Estelle Brachlianoff.

Ces déclarations sont arrivées à la suite d'une passe d'armes entre Veolia et Suez sur l'impact social d'un potentiel rapprochement.

"Évidemment que ça aboutirait à une casse sociale. On l'a chiffrée à 10.000 personnes dans le monde dont 4 à 5.000 en France", a affirmé le directeur général adjoint de Suez Jean-Marc Boursier devant quelques journalistes, en marge d'une visite du Centre international de recherche sur l'eau et l'environnement de Suez, dans les Yvelines.

Il a précisé que ces calculs avait été faits "ensemble" avec Veolia en 2012, lorsqu'un rapprochement entre les deux groupes avait déjà été envisagé, puis abandonné, les discussions ayant notamment achoppé sur la probable position dominante sur le marché de l'eau en France de la nouvelle entité qui aurait été créée.

"Quand on a vu le caractère effroyable du nombre de licenciements qu'on devait faire, on a refermé le dossier", a souligné M. Boursier.

Veolia n'a pas tardé à répliquer: "Bertrand Camus (le directeur général de Suez, NDLR) et son équipe ont vendu 13.000 salariés de leur groupe sur les 90.000 en un mois. Notre projet préservera 100% des emplois qu'il reste. Chaque salarié conservera 100% de ses avantages sociaux. Nous l'avons dit, nous le garantissons, nous réaffirmons être prêts à l'écrire", a indiqué le groupe dans une réaction transmise à l'AFP.

"Dix mille emplois c'est ce que Suez a cédé comme effectifs sur la semaine qui vient de passer", avec l'annonce de la cession de plusieurs activités en Allemagne ou encore en Suède, a précisé Estelle Brachlianoff.

- monter une contre-offre -

Côté syndical, le CSE de Suez a déclaré assigner en référé Engie et Veolia "afin de suspendre le projet de rachat tant que les instances représentatives du personnel n’auront pas été consultées."

Le tribunal a fixé l’audience de référé au 29 septembre pour entendre les parties, y compris le groupe Suez, selon un communiqué du CSE. L'instance se réjouit de cette décision qui "ouvre la voie à la prise en compte des intérêts des salariés, extrêmement inquiets des conséquences sociales de cette opération."

Les syndicats ont aussi chiffré "à plus de 10.000 les suppressions d’emplois" qui découleraient d'un rachat, dont 4.000 à 5.000 en France. Plusieurs centaines de salariés de Suez ont manifesté mardi devant la tour d'Engie à la Défense à l'appel de leur intersyndicale.

Suez s'est également lancé mardi dans une opération séduction à l'adresse des actionnaires: dans un communiqué, il s'est déclaré en avance sur les objectifs de sa stratégie destinée à le concentrer sur des services à forte valeur ajoutée, et a affirmé son "potentiel unique de création de valeur" en tant qu'entreprise indépendante.

Un dividende exceptionnel d'au moins un milliard d'euros est notamment promis aux actionnaires "dès que possible et au plus tard au 1er semestre 2021".

Avec son plan à horizon 2030, le numéro deux mondial du secteur espère notamment prendre à Veolia sa place de numéro un.

Selon la direction, le plan stratégique de Suez, annoncé en octobre 2019, "a bien avancé", notamment son volet cessions-acquisitions pour 3 à 4 milliards d'euros. Les investissements vont cibler des domaines à forte croissance, tandis que 1,2 milliard d'euros d'économies annuelles à partir de 2023 sont prévues.

Croissance et rentabilité devraient ainsi permettre de "doubler la valeur" pour les actionnaires dès 2022, dit Suez. A condition que le groupe reste "indépendant", adjectif de nouveau martelé mardi par ses dirigeants.

Tout en amplifiant son plan stratégique, Suez est dans le même temps en recherche active et urgente d'investisseurs alternatifs afin de faire une contre-offre à Engie. Celui-ci tient vendredi son prochain conseil d'administration, destiné à examiner toutes les propositions sur la table.

cho-vac-kd-mlb/pn/or

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.