Au Nagorny Karabakh, dans une tranchée à cent mètres de l'ennemi

(AFP)

Dans une tranchée sur la ligne de front, à travers la meurtrière apparaissent un champ d'herbe brulée par le soleil, des barbelés, et une rangée d'arbres à l'horizon. Le territoire ennemi est là, à moins de cent mètres: l'Azerbaïdjan.

En ce dimanche après-midi, le calme règne sur cette partie de la ligne de front du Nagorny Karabakh.

En d'autres endroits, des bombardements ont repris entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, chacun rejetant sur l'autre la responsabilité d'avoir violé une nouvelle "trêve humanitaire".

Dans la tranchée c'est la relève.

Fusil kalachnikov à la main, un soldat de l'unité séparatiste arménienne prend son tour de garde, après avoir gravi quelques marches pour accéder à l'étroit poste d'observation fortifié.

Dans le petit espace, il n'y a de la place que pour un homme, debout. Les yeux rivés vers le territoire hostile.

Dans un autre poste de guet, quelques douilles de kalachnikov trainent sur le sol. Des balles ont été tirées récemment.

"La nuit (de samedi à dimanche) a été relativement tendue. Mais l'esprit de combat et le moral des soldats sont très bons", assure le major Vladimir Nazloukhanian, commandant de l'unité. Il demande aux journalistes de l'AFP de ne pas mentionner le lieu où ils sont postés, pour des raisons de "sécurité".

La tranchée en forme de V, profonde d'environ 3 mètres et assez large, a été bâtie juste après le premier conflit (1988-1994) avec l'Azerbaïdjan, qui tente de reprendre cette région peuplée d'Arméniens qui a fait sécession il y a une trentaine d'années.

Des rails de béton tapissent le chemin qui serpente. Les bords du labyrinthe sont en terre, parfois renforcés par des gros pneus empilés.

La partie cantonnement, bien ordonnée, est en pierre. Dans un petit bunker sont installés quelques lits en fer avec matelas et sac de couchage pour le repos après les temps de garde.

Dehors, juste à côté, des serviettes et des t-shirt sèchent sur des fils. Une casserole propre est posée à côté d'un évier scellé dans une table en pierre.

- Soldat à 61 ans -

Au début et la fin de la zone occupée par l'unité, des boîtes de conserve rouillées sont enfilées comme des perles sur des fils rapprochés pendus à la verticale. Comme un grelot d'alerte.

Au débouché de certains boyaux, des mannequins troncs sont disposés sur les côtés, vêtus d'une veste de treillis. L'un d'eux est celui d'une femme, avec lunettes de soleil, bonnet kaki, rouge à lèvres et veste assez déboutonnée.

Les soldats sont âgés de 18 à... 61 ans.

Lendrouch Geghamian est l'exception. Retraité, combattant volontaire venu d'Erevan, la capitale de l'Arménie, il porte le treillis, la barbe et le cheveux gris, et des chaussures de ville noire un peu ternes.

"Je combats les Azerbaïdjanais depuis les années 90. Et à nouveau, je me bats contre eux. Alors leurs pieds pervers ne fouleront pas notre terre d'Arménie", assène-t-il.

"Peu importe de combien de pays ils font venir des mercenaires. Personne ne peut battre un soldat arménien (...) Personne ne peut entrer sur notre sol arménien", ajoute-t-il, le regard perçant.

Mais ce que craignent le plus les soldats, ce sont les drones, comme celui qui vient de tourner dans la zone, obligeant à se mettre à l'abri.

"On les appelle les +kamikazes+, ceux qui détectent des objets en mouvement, se rapprochent et explosent en touchant leur cible, dispersant des petites bombes", explique le soldat Armen Assatrian, 18 ans.

"La majorité des victimes sont causées par ces drones. La plupart des opérations (menées par l'Azerbaïdjan) pendant cette guerre se font avec des drones", ajoute-il.

Dans la partie cantonnement, au dessus de caisses de munitions, un petit sanctuaire abrite plusieurs croix arméniennes, une bougie, et une prière imprimée sur une sorte de parchemin.

"Nos soldats sont prêts psychologiquement et professionnellement pour contre-attaquer", insiste le major Vladimir Nazloukhanian.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Au Nagorny Karabakh, dans une tranchée à cent mètres de l'ennemi

Le 19 octobre 2020 à20:04

Dans une tranchée sur la ligne de front, à travers la meurtrière apparaissent un champ d'herbe brulée par le soleil, des barbelés, et une rangée d'arbres à l'horizon. Le territoire ennemi est là, à moins de cent mètres: l'Azerbaïdjan.

En ce dimanche après-midi, le calme règne sur cette partie de la ligne de front du Nagorny Karabakh.

En d'autres endroits, des bombardements ont repris entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, chacun rejetant sur l'autre la responsabilité d'avoir violé une nouvelle "trêve humanitaire".

Dans la tranchée c'est la relève.

Fusil kalachnikov à la main, un soldat de l'unité séparatiste arménienne prend son tour de garde, après avoir gravi quelques marches pour accéder à l'étroit poste d'observation fortifié.

Dans le petit espace, il n'y a de la place que pour un homme, debout. Les yeux rivés vers le territoire hostile.

Dans un autre poste de guet, quelques douilles de kalachnikov trainent sur le sol. Des balles ont été tirées récemment.

"La nuit (de samedi à dimanche) a été relativement tendue. Mais l'esprit de combat et le moral des soldats sont très bons", assure le major Vladimir Nazloukhanian, commandant de l'unité. Il demande aux journalistes de l'AFP de ne pas mentionner le lieu où ils sont postés, pour des raisons de "sécurité".

La tranchée en forme de V, profonde d'environ 3 mètres et assez large, a été bâtie juste après le premier conflit (1988-1994) avec l'Azerbaïdjan, qui tente de reprendre cette région peuplée d'Arméniens qui a fait sécession il y a une trentaine d'années.

Des rails de béton tapissent le chemin qui serpente. Les bords du labyrinthe sont en terre, parfois renforcés par des gros pneus empilés.

La partie cantonnement, bien ordonnée, est en pierre. Dans un petit bunker sont installés quelques lits en fer avec matelas et sac de couchage pour le repos après les temps de garde.

Dehors, juste à côté, des serviettes et des t-shirt sèchent sur des fils. Une casserole propre est posée à côté d'un évier scellé dans une table en pierre.

- Soldat à 61 ans -

Au début et la fin de la zone occupée par l'unité, des boîtes de conserve rouillées sont enfilées comme des perles sur des fils rapprochés pendus à la verticale. Comme un grelot d'alerte.

Au débouché de certains boyaux, des mannequins troncs sont disposés sur les côtés, vêtus d'une veste de treillis. L'un d'eux est celui d'une femme, avec lunettes de soleil, bonnet kaki, rouge à lèvres et veste assez déboutonnée.

Les soldats sont âgés de 18 à... 61 ans.

Lendrouch Geghamian est l'exception. Retraité, combattant volontaire venu d'Erevan, la capitale de l'Arménie, il porte le treillis, la barbe et le cheveux gris, et des chaussures de ville noire un peu ternes.

"Je combats les Azerbaïdjanais depuis les années 90. Et à nouveau, je me bats contre eux. Alors leurs pieds pervers ne fouleront pas notre terre d'Arménie", assène-t-il.

"Peu importe de combien de pays ils font venir des mercenaires. Personne ne peut battre un soldat arménien (...) Personne ne peut entrer sur notre sol arménien", ajoute-t-il, le regard perçant.

Mais ce que craignent le plus les soldats, ce sont les drones, comme celui qui vient de tourner dans la zone, obligeant à se mettre à l'abri.

"On les appelle les +kamikazes+, ceux qui détectent des objets en mouvement, se rapprochent et explosent en touchant leur cible, dispersant des petites bombes", explique le soldat Armen Assatrian, 18 ans.

"La majorité des victimes sont causées par ces drones. La plupart des opérations (menées par l'Azerbaïdjan) pendant cette guerre se font avec des drones", ajoute-il.

Dans la partie cantonnement, au dessus de caisses de munitions, un petit sanctuaire abrite plusieurs croix arméniennes, une bougie, et une prière imprimée sur une sorte de parchemin.

"Nos soldats sont prêts psychologiquement et professionnellement pour contre-attaquer", insiste le major Vladimir Nazloukhanian.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.