Cathay Pacific réduit ses effectifs d'un quart et ferme une filiale

(AFP)

La compagnie hongkongaise Cathay Pacific, terrassée par la pandémie, va réduire d'un quart ses effectifs et fermer sa filiale Cathay Dragon, pour tenter de faire face à l'effondrement historique du trafic aérien.

Les compagnies aériennes du monde entier ont été plombées par la chute des voyages en raison du coronavirus et se préparent à un hiver douloureux, alors que le rebond qu'elles espéraient ne s'est pas matérialisé.

Fleuron asiatique, Cathay Pacific ne fait pas exception: elle a annoncé mercredi dans un communiqué un plan de restructuration qui se traduira par la suppression de 8.500 emplois au total, soit près du quart de ses effectifs, et la disparition pure et simple d'une de ses filiales.

"La pandémie dans le monde continue d'avoir un effet dévastateur et la dure vérité est que nous devons fondamentalement restructurer le groupe pour survivre", a déclaré dans le communiqué le directeur général de la compagnie, Augustus Tang.

Dans le détail, 5.300 employés basés à Hong Kong seront licenciés, de même que 600 autres basés ailleurs. Le reste des suppressions d'emplois provient des départs naturels et du gel des embauches.

Cathay Dragon, appelé à disparaître, effectuait des vols court et moyen courriers en Asie, qui seront pour certains repris par Cathay Pacific et sa filiale low-cost HK Express, sous réserve de l'approbation des autorités aériennes.

- Frais fixes -

Ce plan de restructuration a été salué à la Bourse de Hong Kong, où le titre Cathay s'envolait de 5,8% mercredi matin. Mais la nouvelle a été brutale pour les employés.

Michael, un steward de 31 ans de Cathay Dragon qui refuse que son nom de famille soit cité, a raconté à l'AFP qu'il n'avait pas pu entrer sur sa session de travail et en concluait que son poste faisait partie de ceux appelés à disparaître.

"Je deviens vieux", se désole-t-il. "Dans quelques années, quand le virus sera finalement sous contrôle, il sera pour moi trop tard pour prétendre à mon poste."

Les compagnies aériennes ont vu leur chiffre d'affaires plonger de 80% sur un an au premier semestre, selon l'IATA, alors qu'elles ont toujours des frais fixes importants comme les salaires, le carburant, la maintenance, les taxes d'aéroport et désormais les coûts d'entreposage de leurs avions.

Les efforts des compagnies pour tenter de persuader les voyageurs que prendre un avion est sûr d'un point de vue sanitaire ont peiné à convaincre. Mais ce sont surtout les restrictions ordonnées pour lutter contre le coronavirus, et dans le cas de Hong Kong une quarantaine de 14 jours obligatoire à l'arrivée, qui ont plombé le trafic.

Des dizaines de compagnies ont engagé des plans de restructuration au coût social énorme.

- 76% de passagers en moins -

Cathay Pacific a annoncé début août une perte nette historique de 9,9 milliards de dollars hongkongais (1,1 milliard d'euros) au premier semestre.

De janvier à juin, la compagnie a transporté 4,4 millions de passagers, soit 76% de moins qu'au premier semestre 2019. Et entre avril et mai, le groupe ne transportait en moyenne que 500 passagers par jour, l'aéroport international de la ville offrant le triste spectacle des dizaines d'avions cloués au sol.

Avant même la pandémie, Cathay avait été miné par la crise politique à Hong Kong, ces mois de manifestations en 2019 qui avaient considérablement réduit le nombre de passagers, en particulier en provenance de Chine continentale, marché pourtant crucial.

La compagnie avait également subi les foudres de Pékin en raison du soutien de certains employés à la mobilisation pro-démocratie. Avant même que le coronavirus ne frappe, les comptes de Cathay Pacific étaient dans le rouge.

Cathay Pacific avait dévoilé début juin un plan de recapitalisation de 39 milliards HKD (4,2 milliards d'euros) porté notamment par le gouvernement hongkongais qui a consenti à cette injection inédite pour lui éviter la faillite pure et simple.

Mais M. Tang a précisé que la compagnie dépensait jusqu'à deux milliards HKD chaque mois en pure perte pour se maintenir à flot.

Avec le plan de restructuration, Cathay entend réduire de 500 millions HKD ses dépenses mensuelles. Selon un scénario optimiste contenu dans une note aux investisseurs, Cathay Pacific espère opérer l'an prochain à la moitié de ses capacités d'avant la pandémie.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Cathay Pacific réduit ses effectifs d'un quart et ferme une filiale

Le 21 octobre 2020 à07:25

La compagnie hongkongaise Cathay Pacific, terrassée par la pandémie, va réduire d'un quart ses effectifs et fermer sa filiale Cathay Dragon, pour tenter de faire face à l'effondrement historique du trafic aérien.

Les compagnies aériennes du monde entier ont été plombées par la chute des voyages en raison du coronavirus et se préparent à un hiver douloureux, alors que le rebond qu'elles espéraient ne s'est pas matérialisé.

Fleuron asiatique, Cathay Pacific ne fait pas exception: elle a annoncé mercredi dans un communiqué un plan de restructuration qui se traduira par la suppression de 8.500 emplois au total, soit près du quart de ses effectifs, et la disparition pure et simple d'une de ses filiales.

"La pandémie dans le monde continue d'avoir un effet dévastateur et la dure vérité est que nous devons fondamentalement restructurer le groupe pour survivre", a déclaré dans le communiqué le directeur général de la compagnie, Augustus Tang.

Dans le détail, 5.300 employés basés à Hong Kong seront licenciés, de même que 600 autres basés ailleurs. Le reste des suppressions d'emplois provient des départs naturels et du gel des embauches.

Cathay Dragon, appelé à disparaître, effectuait des vols court et moyen courriers en Asie, qui seront pour certains repris par Cathay Pacific et sa filiale low-cost HK Express, sous réserve de l'approbation des autorités aériennes.

- Frais fixes -

Ce plan de restructuration a été salué à la Bourse de Hong Kong, où le titre Cathay s'envolait de 5,8% mercredi matin. Mais la nouvelle a été brutale pour les employés.

Michael, un steward de 31 ans de Cathay Dragon qui refuse que son nom de famille soit cité, a raconté à l'AFP qu'il n'avait pas pu entrer sur sa session de travail et en concluait que son poste faisait partie de ceux appelés à disparaître.

"Je deviens vieux", se désole-t-il. "Dans quelques années, quand le virus sera finalement sous contrôle, il sera pour moi trop tard pour prétendre à mon poste."

Les compagnies aériennes ont vu leur chiffre d'affaires plonger de 80% sur un an au premier semestre, selon l'IATA, alors qu'elles ont toujours des frais fixes importants comme les salaires, le carburant, la maintenance, les taxes d'aéroport et désormais les coûts d'entreposage de leurs avions.

Les efforts des compagnies pour tenter de persuader les voyageurs que prendre un avion est sûr d'un point de vue sanitaire ont peiné à convaincre. Mais ce sont surtout les restrictions ordonnées pour lutter contre le coronavirus, et dans le cas de Hong Kong une quarantaine de 14 jours obligatoire à l'arrivée, qui ont plombé le trafic.

Des dizaines de compagnies ont engagé des plans de restructuration au coût social énorme.

- 76% de passagers en moins -

Cathay Pacific a annoncé début août une perte nette historique de 9,9 milliards de dollars hongkongais (1,1 milliard d'euros) au premier semestre.

De janvier à juin, la compagnie a transporté 4,4 millions de passagers, soit 76% de moins qu'au premier semestre 2019. Et entre avril et mai, le groupe ne transportait en moyenne que 500 passagers par jour, l'aéroport international de la ville offrant le triste spectacle des dizaines d'avions cloués au sol.

Avant même la pandémie, Cathay avait été miné par la crise politique à Hong Kong, ces mois de manifestations en 2019 qui avaient considérablement réduit le nombre de passagers, en particulier en provenance de Chine continentale, marché pourtant crucial.

La compagnie avait également subi les foudres de Pékin en raison du soutien de certains employés à la mobilisation pro-démocratie. Avant même que le coronavirus ne frappe, les comptes de Cathay Pacific étaient dans le rouge.

Cathay Pacific avait dévoilé début juin un plan de recapitalisation de 39 milliards HKD (4,2 milliards d'euros) porté notamment par le gouvernement hongkongais qui a consenti à cette injection inédite pour lui éviter la faillite pure et simple.

Mais M. Tang a précisé que la compagnie dépensait jusqu'à deux milliards HKD chaque mois en pure perte pour se maintenir à flot.

Avec le plan de restructuration, Cathay entend réduire de 500 millions HKD ses dépenses mensuelles. Selon un scénario optimiste contenu dans une note aux investisseurs, Cathay Pacific espère opérer l'an prochain à la moitié de ses capacités d'avant la pandémie.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.