Covid-19: la France se reconfine, l'Allemagne durcit ses mesures de protection

(AFP)

Le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir un reconfinement général en France et l'Allemagne a durci ses mesures de protection contre la deuxième vague de la pandémie de coronavirus qui ne faiblit pas, avec plus de 500.000 contaminations dans le monde en une journée.

Cette deuxième période de confinement en France - après celle du printemps qui correspondait à la première vague de l'épidémie - commencera vendredi et durera au moins jusqu'au 1er décembre.

Les écoles resteront ouvertes mais les bars, restaurants et "commerces non essentiels" vont fermer.

"J'ai décidé qu'il fallait retrouver à partir de vendredi, le confinement qui a stoppé le virus", a déclaré M. Macron lors d'une allocution télévisée.

La "deuxième vague" de l'épidémie "pourrait être "supérieure à la première", car le nombre de malades en réanimation va encore "augmenter mécaniquement, quoi qu'on fasse", avait auparavant indiqué le numéro 2 du ministère de la Santé Jérôme Salomon.

Les deux tiers des Français sont déjà soumis à un couvre-feu nocturne.

La crainte des autorités est la saturation des services de réanimation, où plus de la moitié des 5.800 lits disponibles sont déjà occupés.

L'épidémie a fait plus de 35.000 morts dans le pays et un record de plus de 50.000 contaminations quotidiennes a été atteint dimanche.

La France devient ainsi un des rares pays ou régions en Europe - avec l'Irlande et le Pays de Galles - à choisir de confiner l'ensemble de sa population, l'arme la plus puissante contre la progression foudroyante du virus.

Sans allet jusque là, l'Allemagne a donné mercredi un nouveau tour de vis. Les Allemands sont invités à éviter les déplacements inutiles et à partir de lundi restaurants, bars, installations sportives, culturelles et de loisirs seront fermés pour un mois. Les écoles resteront ouvertes, de même que tous les magasins, avec des règles plus strictes.

Berlin prévoit des aides allant jusqu'à dix milliards d'euros pour amortir le choc économique.

Ces mesures sont "dures et pénibles" mais pour "freiner le rythme très élevé de propagation du virus", il faut "agir, et ce maintenant" afin d'éviter de se retrouver "dans un état d'urgence sanitaire", a expliqué la chancelière Angela Merkel.

Avec environ 11.000 morts, l'Allemagne s'en sort - comme au printemps - toujours nettement mieux que d'autres pays européens comme la France ou l'Espagne.

Face à la nouvelle flambée de Covid-19, qu'elle a qualifiée de "très grave", la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé que l'UE allait engager 100 millions d'euros pour l'achat et la distribution de test rapides.

L'Europe est le continent dans lequel la pandémie progresse le plus rapidement, avec plus de 220.000 nouvelles contaminations quotidiennes en moyenne durant les sept derniers jours, soit une augmentation de 44% par rapport à la semaine précédente.

En Belgique, les hospitalisations ont même atteint le pic de la première vague au début du printemps.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a laissé planer mercredi la menace d'un nouveau confinement, une mesure réclamée par les autorités de la région Wallone. "Des mesures plus drastiques s’imposeront peut-être dans les prochains jours, si les chiffres n’évoluent pas positivement", a-t-il averti.

Cafés et restaurants sont fermés en Belgique depuis le 19 octobre, et un couvre-feu nocturne est imposé dans deux des trois régions du pays. Un nouveau durcissement des restrictions pourrait être annoncé vendredi.

Les autres Etats de l'UE sont sur une trajectoire identique, comme la République tchèque où un couvre-feu de 21H00 à 04H59 est entré en vigueur mercredi jusqu'au 3 novembre.

- Les Bourses sous pression -

Sur l'ensemble du continent, la crainte est d'asséner un nouveau coup à une économie convalescente.

Et les Bourses mondiales étaient sous pression mercredi, les investisseurs craignant l'impact économique de nouvelles restrictions.

Boeing a annoncé mercredi qu'il allait supprimer 7.000 emplois supplémentaires d'ici fin 2021.

L'Italie a déjà imposé ces derniers jours un couvre-feu dans plusieurs grandes régions, la fermeture des bars et des restaurants à 18h00, ainsi que celle des salles de sport, de cinéma et de concert, provoquant colère et révolte.

En Espagne, cinq régions supplémentaires dont celle de Madrid, ont annoncé mercredi qu'elles allaienr fermer leurs frontières en prévision des grands déplacement de population qui marquent traditionnelement la Toussaint. Cette année la Toussaint tombe un dimanche mais le lundi a été déclaré férié, cranét un long weekend.

- 10.000 morts au Canada -

La pandémie a fait au moins 1.168.750 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP mercredi à partir de sources officielles.

Plus de 44.056.470 cas d'infections ont été officiellement diagnostiqués.

Le Canada a franchi mardi soir le cap des 10.000 morts. Plus de 90% des décès ont été recensés dans les deux plus grandes provinces du pays, l'Ontario et surtout le Québec.

L'Iran a de son côté enregistré la mort de 415 personnes en 24 heures, dépassant le record déjà atteint la veille dans le pays le plus touché par la pandémie au Moyen-Orient.

Les Etats-Unis restent cependant le pays le plus touché, déplorant plus de 225.000 morts sur près de neuf millions de cas. Mais à une semaine de l'élection présidentielle, le président sortant Donald Trump s'est dit mardi excédé de voir la campagne dominée par la pandémie, dont son adversaire Joe Biden a fait son principal atout en dénonçant la gestion du président.

A l'inverse du reste du monde, un immense sentiment de soulagement dominait mercredi chez les commerçants de Melbourne, dans le sud de l'Australie, qui ont finalement pu rouvrir leurs boutiques et restaurants après plus de trois mois de fermeture. Depuis deux semaines, le nombre quotidien de nouveaux cas dans la métropole n'est que de trois.

burx-avz/stb

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Covid-19: la France se reconfine, l'Allemagne durcit ses mesures de protection

Le 28 octobre 2020 à22:18

Le président Emmanuel Macron a annoncé mercredi soir un reconfinement général en France et l'Allemagne a durci ses mesures de protection contre la deuxième vague de la pandémie de coronavirus qui ne faiblit pas, avec plus de 500.000 contaminations dans le monde en une journée.

Cette deuxième période de confinement en France - après celle du printemps qui correspondait à la première vague de l'épidémie - commencera vendredi et durera au moins jusqu'au 1er décembre.

Les écoles resteront ouvertes mais les bars, restaurants et "commerces non essentiels" vont fermer.

"J'ai décidé qu'il fallait retrouver à partir de vendredi, le confinement qui a stoppé le virus", a déclaré M. Macron lors d'une allocution télévisée.

La "deuxième vague" de l'épidémie "pourrait être "supérieure à la première", car le nombre de malades en réanimation va encore "augmenter mécaniquement, quoi qu'on fasse", avait auparavant indiqué le numéro 2 du ministère de la Santé Jérôme Salomon.

Les deux tiers des Français sont déjà soumis à un couvre-feu nocturne.

La crainte des autorités est la saturation des services de réanimation, où plus de la moitié des 5.800 lits disponibles sont déjà occupés.

L'épidémie a fait plus de 35.000 morts dans le pays et un record de plus de 50.000 contaminations quotidiennes a été atteint dimanche.

La France devient ainsi un des rares pays ou régions en Europe - avec l'Irlande et le Pays de Galles - à choisir de confiner l'ensemble de sa population, l'arme la plus puissante contre la progression foudroyante du virus.

Sans allet jusque là, l'Allemagne a donné mercredi un nouveau tour de vis. Les Allemands sont invités à éviter les déplacements inutiles et à partir de lundi restaurants, bars, installations sportives, culturelles et de loisirs seront fermés pour un mois. Les écoles resteront ouvertes, de même que tous les magasins, avec des règles plus strictes.

Berlin prévoit des aides allant jusqu'à dix milliards d'euros pour amortir le choc économique.

Ces mesures sont "dures et pénibles" mais pour "freiner le rythme très élevé de propagation du virus", il faut "agir, et ce maintenant" afin d'éviter de se retrouver "dans un état d'urgence sanitaire", a expliqué la chancelière Angela Merkel.

Avec environ 11.000 morts, l'Allemagne s'en sort - comme au printemps - toujours nettement mieux que d'autres pays européens comme la France ou l'Espagne.

Face à la nouvelle flambée de Covid-19, qu'elle a qualifiée de "très grave", la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé que l'UE allait engager 100 millions d'euros pour l'achat et la distribution de test rapides.

L'Europe est le continent dans lequel la pandémie progresse le plus rapidement, avec plus de 220.000 nouvelles contaminations quotidiennes en moyenne durant les sept derniers jours, soit une augmentation de 44% par rapport à la semaine précédente.

En Belgique, les hospitalisations ont même atteint le pic de la première vague au début du printemps.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a laissé planer mercredi la menace d'un nouveau confinement, une mesure réclamée par les autorités de la région Wallone. "Des mesures plus drastiques s’imposeront peut-être dans les prochains jours, si les chiffres n’évoluent pas positivement", a-t-il averti.

Cafés et restaurants sont fermés en Belgique depuis le 19 octobre, et un couvre-feu nocturne est imposé dans deux des trois régions du pays. Un nouveau durcissement des restrictions pourrait être annoncé vendredi.

Les autres Etats de l'UE sont sur une trajectoire identique, comme la République tchèque où un couvre-feu de 21H00 à 04H59 est entré en vigueur mercredi jusqu'au 3 novembre.

- Les Bourses sous pression -

Sur l'ensemble du continent, la crainte est d'asséner un nouveau coup à une économie convalescente.

Et les Bourses mondiales étaient sous pression mercredi, les investisseurs craignant l'impact économique de nouvelles restrictions.

Boeing a annoncé mercredi qu'il allait supprimer 7.000 emplois supplémentaires d'ici fin 2021.

L'Italie a déjà imposé ces derniers jours un couvre-feu dans plusieurs grandes régions, la fermeture des bars et des restaurants à 18h00, ainsi que celle des salles de sport, de cinéma et de concert, provoquant colère et révolte.

En Espagne, cinq régions supplémentaires dont celle de Madrid, ont annoncé mercredi qu'elles allaienr fermer leurs frontières en prévision des grands déplacement de population qui marquent traditionnelement la Toussaint. Cette année la Toussaint tombe un dimanche mais le lundi a été déclaré férié, cranét un long weekend.

- 10.000 morts au Canada -

La pandémie a fait au moins 1.168.750 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP mercredi à partir de sources officielles.

Plus de 44.056.470 cas d'infections ont été officiellement diagnostiqués.

Le Canada a franchi mardi soir le cap des 10.000 morts. Plus de 90% des décès ont été recensés dans les deux plus grandes provinces du pays, l'Ontario et surtout le Québec.

L'Iran a de son côté enregistré la mort de 415 personnes en 24 heures, dépassant le record déjà atteint la veille dans le pays le plus touché par la pandémie au Moyen-Orient.

Les Etats-Unis restent cependant le pays le plus touché, déplorant plus de 225.000 morts sur près de neuf millions de cas. Mais à une semaine de l'élection présidentielle, le président sortant Donald Trump s'est dit mardi excédé de voir la campagne dominée par la pandémie, dont son adversaire Joe Biden a fait son principal atout en dénonçant la gestion du président.

A l'inverse du reste du monde, un immense sentiment de soulagement dominait mercredi chez les commerçants de Melbourne, dans le sud de l'Australie, qui ont finalement pu rouvrir leurs boutiques et restaurants après plus de trois mois de fermeture. Depuis deux semaines, le nombre quotidien de nouveaux cas dans la métropole n'est que de trois.

burx-avz/stb

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.