Avec le déconfinement, la fièvre acheteuse à Dublin

(AFP)

Masques sur le nez, les Dublinois ont pris d'assaut mardi les magasins pour faire leurs courses de Noël, célébrant la fin d'un second confinement de six semaines instauré en Irlande afin de lutter contre l'épidémie de nouveau coronavirus.

En début de matinée dans le centre-ville de Dublin, des dizaines de personnes faisaient la queue devant le grand magasin Brown Thomas, qui s'était paré pour l'occasion de décorations de Noël. Les bras remplis de sacs de grands couturiers, une cliente confie avoir pris sa matinée pour faire son shopping.

Le deuxième confinement, instauré en Irlande le 22 octobre, "a été très difficile", déplore auprès de l'AFP le directeur du magasin, Mark Limby. "Nous avons fait des ventes en ligne, ce qui est exceptionnel pour nous. Mais cela n'a pas permis de compenser la fermeture des magasins".

L'Irlande avait été le premier pays d'Europe à instaurer un second confinement national face à la nouvelle vague de la pandémie Covid-19, fermant commerces non essentiels et proscrivant les rencontres entre personnes de différents foyers, tout en gardant les écoles ouvertes.

- Volets fermés -

Outre les magasins non essentiels, salles de sports, musées, galeries, bibliothèques, cinémas et lieux de culte rouvrent leurs portes mardi. Les services à la personne, comme les coiffeurs ou tatoueurs, sont aussi autorisés à reprendre leurs activités.

"On ne pourrait pas vraiment faire pire que ce à quoi on a été confronté", explique Ryan Kelly, co-propriétaire du salon de tatouage Heartbreak Social Club, dont la deuxième boutique avait ouvert la veille du confinement. Mais "en rouvrant aujourd'hui, on est très occupés !", se réjouit-il.

Le ton est moins jovial du côté de George's Street Arcade, qui regroupe plus de 40 boutiques indépendantes. Fermé pour la première fois depuis 1892 lors du confinement de mars, le centre commercial a du mal à se remettre de cette deuxième fermeture.

Si quelques commerçants sont venus rouvrir leur boutique, "l'ambiance est très différente", estime la propriétaire Gwen Layden, qui désigne tous les magasins restés fermés.

"On est entourés de volets fermés... Il s'est passé quelque chose qui les empêche de rouvrir", déplore la propriétaire, qui n'a pas exigé de loyer pendant le confinement, "C'est l’œuvre de toute une vie qui est peut-être terminée, pour certains qui ont investi dans un commerce".

-Trêve de Noël-

A partir de vendredi, les restaurants et pubs qui servent à manger pourront eux aussi accueillir de nouveau des clients, mais pas installer à la même table des personnes issues de foyers différents, qui ont toujours interdiction de se mélanger.

"Tout le monde s'attend à ce qu'on constate, dans les prochaines semaines, une augmentation dans les chiffres" de contamination, a reconnu le ministre des Affaires étrangères Simon Coveney, sur la chaine publique RTE. "Le défi est de maintenir cette augmentation aussi faible que possible".

Selon le dernier bilan officiel, 2.053 personnes sont décédées du nouveau coronavirus en Irlande, sur une population de 5 millions d'habitants. Le nombre quotidien de décès, qui avait atteint un pic à 77 morts mi-avril, est généralement resté en dessous de 10 ces dernières semaines.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôles des maladies, la République affiche désormais le taux d'incidence du virus sur 14 jours le plus faible de l'Union européenne derrière l'Islande.

"Les efforts et sacrifices de chacun d'entre nous ont marché. Des vies ont été sauvées", s'est félicité vendredi le Premier ministre Micheal Martin. "En assouplissant les restrictions, nous allons aussi loin que possible pour trouver le meilleur équilibre entre les considérations sanitaires, économiques et sociales".

Une "trêve" de Noël sera mise en place du 18 décembre au 6 janvier, autorisant jusqu'à trois foyers à se retrouver à l'intérieur, ainsi que les voyages hors du comté de résidence ou à l'étranger.

"Ce ne sera pas le genre de Noël dont nous avions l'habitude, mais ce sera un moment très spécial où nous pourrons tous profiter d'un peu de répit face aux difficultés de l'année 2020", a déclaré M. Martin.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Avec le déconfinement, la fièvre acheteuse à Dublin

Le 01 décembre 2020 à17:31

Masques sur le nez, les Dublinois ont pris d'assaut mardi les magasins pour faire leurs courses de Noël, célébrant la fin d'un second confinement de six semaines instauré en Irlande afin de lutter contre l'épidémie de nouveau coronavirus.

En début de matinée dans le centre-ville de Dublin, des dizaines de personnes faisaient la queue devant le grand magasin Brown Thomas, qui s'était paré pour l'occasion de décorations de Noël. Les bras remplis de sacs de grands couturiers, une cliente confie avoir pris sa matinée pour faire son shopping.

Le deuxième confinement, instauré en Irlande le 22 octobre, "a été très difficile", déplore auprès de l'AFP le directeur du magasin, Mark Limby. "Nous avons fait des ventes en ligne, ce qui est exceptionnel pour nous. Mais cela n'a pas permis de compenser la fermeture des magasins".

L'Irlande avait été le premier pays d'Europe à instaurer un second confinement national face à la nouvelle vague de la pandémie Covid-19, fermant commerces non essentiels et proscrivant les rencontres entre personnes de différents foyers, tout en gardant les écoles ouvertes.

- Volets fermés -

Outre les magasins non essentiels, salles de sports, musées, galeries, bibliothèques, cinémas et lieux de culte rouvrent leurs portes mardi. Les services à la personne, comme les coiffeurs ou tatoueurs, sont aussi autorisés à reprendre leurs activités.

"On ne pourrait pas vraiment faire pire que ce à quoi on a été confronté", explique Ryan Kelly, co-propriétaire du salon de tatouage Heartbreak Social Club, dont la deuxième boutique avait ouvert la veille du confinement. Mais "en rouvrant aujourd'hui, on est très occupés !", se réjouit-il.

Le ton est moins jovial du côté de George's Street Arcade, qui regroupe plus de 40 boutiques indépendantes. Fermé pour la première fois depuis 1892 lors du confinement de mars, le centre commercial a du mal à se remettre de cette deuxième fermeture.

Si quelques commerçants sont venus rouvrir leur boutique, "l'ambiance est très différente", estime la propriétaire Gwen Layden, qui désigne tous les magasins restés fermés.

"On est entourés de volets fermés... Il s'est passé quelque chose qui les empêche de rouvrir", déplore la propriétaire, qui n'a pas exigé de loyer pendant le confinement, "C'est l’œuvre de toute une vie qui est peut-être terminée, pour certains qui ont investi dans un commerce".

-Trêve de Noël-

A partir de vendredi, les restaurants et pubs qui servent à manger pourront eux aussi accueillir de nouveau des clients, mais pas installer à la même table des personnes issues de foyers différents, qui ont toujours interdiction de se mélanger.

"Tout le monde s'attend à ce qu'on constate, dans les prochaines semaines, une augmentation dans les chiffres" de contamination, a reconnu le ministre des Affaires étrangères Simon Coveney, sur la chaine publique RTE. "Le défi est de maintenir cette augmentation aussi faible que possible".

Selon le dernier bilan officiel, 2.053 personnes sont décédées du nouveau coronavirus en Irlande, sur une population de 5 millions d'habitants. Le nombre quotidien de décès, qui avait atteint un pic à 77 morts mi-avril, est généralement resté en dessous de 10 ces dernières semaines.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôles des maladies, la République affiche désormais le taux d'incidence du virus sur 14 jours le plus faible de l'Union européenne derrière l'Islande.

"Les efforts et sacrifices de chacun d'entre nous ont marché. Des vies ont été sauvées", s'est félicité vendredi le Premier ministre Micheal Martin. "En assouplissant les restrictions, nous allons aussi loin que possible pour trouver le meilleur équilibre entre les considérations sanitaires, économiques et sociales".

Une "trêve" de Noël sera mise en place du 18 décembre au 6 janvier, autorisant jusqu'à trois foyers à se retrouver à l'intérieur, ainsi que les voyages hors du comté de résidence ou à l'étranger.

"Ce ne sera pas le genre de Noël dont nous avions l'habitude, mais ce sera un moment très spécial où nous pourrons tous profiter d'un peu de répit face aux difficultés de l'année 2020", a déclaré M. Martin.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.