Virus: nouveau tour de vis en Allemagne, record de décès au Royaume-Uni

(AFP)

A l'unisson de la planète, l'Allemagne se préparait mardi à prolonger et durcir les mesures pour endiguer le coronavirus, alors que le Royaume-Uni bat des records de mortalité et que de nombreux pays, européens et Etats-Unis en tête, promettent d’accélérer les vaccinations.

La chancelière Angela Merkel se concertait avec les dirigeants des 16 Etats régionaux en vue d'un nouveau tour de vis.

La réunion a été avancée en raison des craintes liées aux mutations du virus et de statistiques inquiétantes sur les contaminations, malgré la fermeture des écoles et des commerces "non-essentiels" depuis un mois.

Quant à la campagne vaccinale, organisée en un temps record fin décembre, les critiques fusent désormais face à la lenteur supposée de sa mise en oeuvre, avec 1,4% de la population allemande vaccinée à ce jour.

L'Allemagne, les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans quotidiens, avec respectivement 989, 1.385 et 1.610 nouveaux morts.

Ce dernier chiffre annoncé mardi constitue un record depuis le début de la pandémie au Royaume-Uni.

Avec 218 décès recensés mardi, le Portugal, pays de 10 millions d'habitants, a lui aussi atteint un nouveau record, et est en outre devenu le pays au monde avec le plus de contaminés enregistrés par rapport à sa population.

- Masque fédéral -

La pandémie a fait au moins 2.041.289 morts dans le monde depuis son apparition en Chine fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP mardi.

Près de 95,5 millions d'infections ont été officiellement diagnostiquées et l'apparition de nouveaux variants du virus, plus contagieux, fait craindre le pire.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts (399.003) que de cas (plus de 24 millions), selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

A 24 heures de son entrée à la Maison Blanche, Joe Biden se préparait mardi à lancer son propre agenda contre le Covid-19 aux Etats-Unis, avec plus de restrictions que le toujours défiant président sortant Donald Trump.

Il a déjà annoncé qu'il prendrait, dès mercredi, un décret pour rendre obligatoire le port du masque dans les locaux et espaces dépendant de l'Etat fédéral, ainsi que lors des déplacements entre Etats, ce que Donald Trump s'était toujours refusé à faire.

Il a promis une accélération de la campagne américaine de vaccination, débutée à la mi-décembre mais qui avance bien plus lentement que prévu.

- Bouchon judiciaire -

A ce jour, selon un décompte de l'AFP, au moins 60 pays ou territoires, regroupant 61% de la population mondiale, ont lancé leur campagne de vaccination. Mais 11 pays concentrent 90% des doses injectées.

Le patron de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a d'ailleurs averti que le monde ferait face à un "échec moral catastrophique" si les pays riches accaparaient les vaccins au détriment des pays pauvres.

Inde, Brésil Russie... les campagnes massives se lancent ou se poursuivent un peu partout dans le monde, avec des fortunes diverses, toujours d'énormes contraintes logistiques, et la défiance des sceptiques, voire des anti-vaccins.

En Europe, le Royaume-Uni, frappé par un variant du virus jusqu'à 70% plus contagieux selon les autorités sanitaires, a ouvert sa campagne aux plus de 70 ans. Une personne sur huit en Angleterre avait été infectée par le nouveau coronavirus en décembre.

Le patronat britannique a pressé le gouvernement d'aider davantage et sans tarder les entreprises menacées par la crise sanitaire. Tandis que le pays connaît un embouteillage judiciaire "sans précédent", avec des centaines de milliers de procès en attente.

En France, les injections concernent depuis lundi les plus de 75 ans, alors qu'elles étaient jusqu'alors réservées aux résidents de maisons de retraite et aux soignants.

L'épidémie y a réduit de plusieurs mois l'espérance de vie, a indiqué mardi l'Institut national de la statistique (Insee).

En Italie, l'idée de distribuer les doses de vaccins en fonction de la richesse produite par un territoire, avancée par une responsable de la Lombardie, poumon industriel et financier de la péninsule, a soulevé un tollé.

Quant au nouveau variant du coronavirus identifié en Afrique du Sud en octobre, désormais prédominant dans le pays, il n'est pas plus mortel mais 1,5 fois plus contagieux, selon les autorités.

La capitale du Rwanda, Kigali, est à nouveau confinée depuis mardi en raison d'une augmentation des infections, et le Maroc a prolongé de deux semaines le couvre-feu instauré depuis un mois.

- Pouvoirs limités de l'OMS -

Selon les experts d'un groupe indépendant mandaté par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il "aurait été possible d'agir plus vite sur la base des premiers signes" en janvier 2020.

"(...) La Chine a pris des décisions rapides et décisives", a répondu le ministère chinois des Affaires étrangères.

Selon ce même rapport d'experts, la pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS: une institution dotée de moyens insuffisants et d'un "pouvoir limité" face aux Etats.

"En fin de compte, l'OMS n'a pas le pouvoir de faire respecter quoi que ce soit ou d'enquêter" de son propre chef dans un pays, selon ce groupe.

Une autre équipe d'experts de l'OMS se trouve par ailleurs actuellement en Chine, pour tenter de remonter aux origines du Covid-19.

La Chine, justement, a confiné lundi environ trois millions d'habitants supplémentaires dans le nord-est du pays, après de nouveaux cas.

A 300 km au sud de Pékin, à Shijiazhuang, chef-lieu de la province du Hebei (nord), des centaines d'ouvriers construisent un centre de quarantaine géant. Des images qui rappellent la construction d'un immense hôpital début 2020 à Wuhan.

En Australie, deux premiers cas de Covid-19 ont été enregistrés mardi parmi les joueurs de l'Open de tennis censé débuter le 8 février à Melbourne, alors que les critiques et l'inquiétude montent sur la tenue de la compétition.

Enfin au Sri-Lanka, une prétendue potion "miracle" contre le coronavirus a tourné au vinaigre après qu'un ministre, qui en avait consommé publiquement, a dû être hospitalisé, malade du Covid-19.

burs-hba/lpt/fjb

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Virus: nouveau tour de vis en Allemagne, record de décès au Royaume-Uni

Le 19 janvier 2021 à19:01

A l'unisson de la planète, l'Allemagne se préparait mardi à prolonger et durcir les mesures pour endiguer le coronavirus, alors que le Royaume-Uni bat des records de mortalité et que de nombreux pays, européens et Etats-Unis en tête, promettent d’accélérer les vaccinations.

La chancelière Angela Merkel se concertait avec les dirigeants des 16 Etats régionaux en vue d'un nouveau tour de vis.

La réunion a été avancée en raison des craintes liées aux mutations du virus et de statistiques inquiétantes sur les contaminations, malgré la fermeture des écoles et des commerces "non-essentiels" depuis un mois.

Quant à la campagne vaccinale, organisée en un temps record fin décembre, les critiques fusent désormais face à la lenteur supposée de sa mise en oeuvre, avec 1,4% de la population allemande vaccinée à ce jour.

L'Allemagne, les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans quotidiens, avec respectivement 989, 1.385 et 1.610 nouveaux morts.

Ce dernier chiffre annoncé mardi constitue un record depuis le début de la pandémie au Royaume-Uni.

Avec 218 décès recensés mardi, le Portugal, pays de 10 millions d'habitants, a lui aussi atteint un nouveau record, et est en outre devenu le pays au monde avec le plus de contaminés enregistrés par rapport à sa population.

- Masque fédéral -

La pandémie a fait au moins 2.041.289 morts dans le monde depuis son apparition en Chine fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP mardi.

Près de 95,5 millions d'infections ont été officiellement diagnostiquées et l'apparition de nouveaux variants du virus, plus contagieux, fait craindre le pire.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts (399.003) que de cas (plus de 24 millions), selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

A 24 heures de son entrée à la Maison Blanche, Joe Biden se préparait mardi à lancer son propre agenda contre le Covid-19 aux Etats-Unis, avec plus de restrictions que le toujours défiant président sortant Donald Trump.

Il a déjà annoncé qu'il prendrait, dès mercredi, un décret pour rendre obligatoire le port du masque dans les locaux et espaces dépendant de l'Etat fédéral, ainsi que lors des déplacements entre Etats, ce que Donald Trump s'était toujours refusé à faire.

Il a promis une accélération de la campagne américaine de vaccination, débutée à la mi-décembre mais qui avance bien plus lentement que prévu.

- Bouchon judiciaire -

A ce jour, selon un décompte de l'AFP, au moins 60 pays ou territoires, regroupant 61% de la population mondiale, ont lancé leur campagne de vaccination. Mais 11 pays concentrent 90% des doses injectées.

Le patron de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a d'ailleurs averti que le monde ferait face à un "échec moral catastrophique" si les pays riches accaparaient les vaccins au détriment des pays pauvres.

Inde, Brésil Russie... les campagnes massives se lancent ou se poursuivent un peu partout dans le monde, avec des fortunes diverses, toujours d'énormes contraintes logistiques, et la défiance des sceptiques, voire des anti-vaccins.

En Europe, le Royaume-Uni, frappé par un variant du virus jusqu'à 70% plus contagieux selon les autorités sanitaires, a ouvert sa campagne aux plus de 70 ans. Une personne sur huit en Angleterre avait été infectée par le nouveau coronavirus en décembre.

Le patronat britannique a pressé le gouvernement d'aider davantage et sans tarder les entreprises menacées par la crise sanitaire. Tandis que le pays connaît un embouteillage judiciaire "sans précédent", avec des centaines de milliers de procès en attente.

En France, les injections concernent depuis lundi les plus de 75 ans, alors qu'elles étaient jusqu'alors réservées aux résidents de maisons de retraite et aux soignants.

L'épidémie y a réduit de plusieurs mois l'espérance de vie, a indiqué mardi l'Institut national de la statistique (Insee).

En Italie, l'idée de distribuer les doses de vaccins en fonction de la richesse produite par un territoire, avancée par une responsable de la Lombardie, poumon industriel et financier de la péninsule, a soulevé un tollé.

Quant au nouveau variant du coronavirus identifié en Afrique du Sud en octobre, désormais prédominant dans le pays, il n'est pas plus mortel mais 1,5 fois plus contagieux, selon les autorités.

La capitale du Rwanda, Kigali, est à nouveau confinée depuis mardi en raison d'une augmentation des infections, et le Maroc a prolongé de deux semaines le couvre-feu instauré depuis un mois.

- Pouvoirs limités de l'OMS -

Selon les experts d'un groupe indépendant mandaté par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il "aurait été possible d'agir plus vite sur la base des premiers signes" en janvier 2020.

"(...) La Chine a pris des décisions rapides et décisives", a répondu le ministère chinois des Affaires étrangères.

Selon ce même rapport d'experts, la pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS: une institution dotée de moyens insuffisants et d'un "pouvoir limité" face aux Etats.

"En fin de compte, l'OMS n'a pas le pouvoir de faire respecter quoi que ce soit ou d'enquêter" de son propre chef dans un pays, selon ce groupe.

Une autre équipe d'experts de l'OMS se trouve par ailleurs actuellement en Chine, pour tenter de remonter aux origines du Covid-19.

La Chine, justement, a confiné lundi environ trois millions d'habitants supplémentaires dans le nord-est du pays, après de nouveaux cas.

A 300 km au sud de Pékin, à Shijiazhuang, chef-lieu de la province du Hebei (nord), des centaines d'ouvriers construisent un centre de quarantaine géant. Des images qui rappellent la construction d'un immense hôpital début 2020 à Wuhan.

En Australie, deux premiers cas de Covid-19 ont été enregistrés mardi parmi les joueurs de l'Open de tennis censé débuter le 8 février à Melbourne, alors que les critiques et l'inquiétude montent sur la tenue de la compétition.

Enfin au Sri-Lanka, une prétendue potion "miracle" contre le coronavirus a tourné au vinaigre après qu'un ministre, qui en avait consommé publiquement, a dû être hospitalisé, malade du Covid-19.

burs-hba/lpt/fjb

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

URGENT Elections 2021: les 4 projets de lois organiques adoptés en plénière par les députés