Biden ne veut plus de prisons fédérales privées

(AFP)

Joe Biden va signer mardi un décret pour mettre un terme aux Etats-Unis à l'usage des prisons privées dans le système carcéral fédéral, selon sa conseillère en politique intérieure, Susan Rice.

"Les prisons privées tirent profit des prisonniers fédéraux et, selon un rapport de l'inspection générale du ministère de la Justice, sont moins sûres pour les détenus et les gardiens" que les établissements publics, a-t-elle justifié lors d'une conférence de presse.

Le président démocrate va donc ordonner à son ministère de la Justice de ne pas renouveler les contrats des opérateurs privés quand ils arriveront à échéance.

Il s'agit d'une première mesure en matière de justice pénale, un domaine dans lequel Joe Biden s'est engagé à de profondes réformes. Il a notamment promis de lutter contre les taux d'incarcération record aux Etats-Unis et contre la surreprésentation des minorités en prison.

Mais il s'agit d'une mesure à la portée limitée: seuls 116.000 des plus de deux millions de prisonniers étaient détenus dans des établissements privés en 2019, soit 7% de la population carcérale dans les prisons des Etats et 16% de celle des prisons fédérales, selon le ministère de la Justice.

Les opérateurs privés ont émergé dans les années 1980 aux Etats-Unis, quand la population carcérale a commencé à augmenter de manière exponentielle à cause, notamment, d'un durcissement de la lutte contre les drogues.

A la fin de sa présidence, le démocrate Barack Obama avait toutefois décidé d'y mettre un terme, après un rapport ayant établi un niveau de violences supérieur en leur sein. Dès son arrivée au pouvoir, le républicain Donald Trump en avait pris le contre-pied et, sous son mandat, les acteurs privés se sont même renforcés dans les centres de rétention pour migrants.

La mesure qui sera adoptée mardi par Joe Biden ne concerne pas ces établissements, a précisé Susan Rice.

Le président doit signer dans l'après-midi trois autres décrets pour renforcer la lutte contre les discriminations dans le domaine du logement, contre le racisme envers les Américains d'origine asiatique et pour renforcer le dialogue entre son administration et les nations amérindiennes.

"Ce n'est que le début", a précisé Susan Rice, en promettant de nouvelles annonces ultérieurement sur de possibles réformes en matière de police.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Biden ne veut plus de prisons fédérales privées

Le 26 janvier 2021 à19:14

Joe Biden va signer mardi un décret pour mettre un terme aux Etats-Unis à l'usage des prisons privées dans le système carcéral fédéral, selon sa conseillère en politique intérieure, Susan Rice.

"Les prisons privées tirent profit des prisonniers fédéraux et, selon un rapport de l'inspection générale du ministère de la Justice, sont moins sûres pour les détenus et les gardiens" que les établissements publics, a-t-elle justifié lors d'une conférence de presse.

Le président démocrate va donc ordonner à son ministère de la Justice de ne pas renouveler les contrats des opérateurs privés quand ils arriveront à échéance.

Il s'agit d'une première mesure en matière de justice pénale, un domaine dans lequel Joe Biden s'est engagé à de profondes réformes. Il a notamment promis de lutter contre les taux d'incarcération record aux Etats-Unis et contre la surreprésentation des minorités en prison.

Mais il s'agit d'une mesure à la portée limitée: seuls 116.000 des plus de deux millions de prisonniers étaient détenus dans des établissements privés en 2019, soit 7% de la population carcérale dans les prisons des Etats et 16% de celle des prisons fédérales, selon le ministère de la Justice.

Les opérateurs privés ont émergé dans les années 1980 aux Etats-Unis, quand la population carcérale a commencé à augmenter de manière exponentielle à cause, notamment, d'un durcissement de la lutte contre les drogues.

A la fin de sa présidence, le démocrate Barack Obama avait toutefois décidé d'y mettre un terme, après un rapport ayant établi un niveau de violences supérieur en leur sein. Dès son arrivée au pouvoir, le républicain Donald Trump en avait pris le contre-pied et, sous son mandat, les acteurs privés se sont même renforcés dans les centres de rétention pour migrants.

La mesure qui sera adoptée mardi par Joe Biden ne concerne pas ces établissements, a précisé Susan Rice.

Le président doit signer dans l'après-midi trois autres décrets pour renforcer la lutte contre les discriminations dans le domaine du logement, contre le racisme envers les Américains d'origine asiatique et pour renforcer le dialogue entre son administration et les nations amérindiennes.

"Ce n'est que le début", a précisé Susan Rice, en promettant de nouvelles annonces ultérieurement sur de possibles réformes en matière de police.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.