Flexibilisation, emprunt international...: les petites phrases de Benchaâboun

S'exprimant devant quelques journalistes le mardi 5 novembre, Mohamed Benchaâboun ministre de l'Economie et des Finances a eu quelques petites phrases qu'il faut parfois lire entre les lignes.

Flexibilisation, emprunt international...: les petites phrases de Benchaâboun Mohamed Benchaâboun au parlement.

Le 06 novembre 2019 à 08:44

Modifié le 06 novembre 2019 à 12:19

Flexibilisation des changes. La bande de fluctuation va-t-elle être élargie et quand? "Il n'y a aucune raison de ne pas l'envisager. Il n'y a aucune raison de se précipiter". Benchaâboun ajoute: "De toutes les façons, il ne faut pas annoncer la date à l'avance".

Décryptage: ça va se faire probablement en 2020.

Emprunt international. "Je serai au roadshow à partir du 18 novembre. Nous n'avons pas encore décidé si l'emprunt se fera en dollars ou en euros, cela dépendra des conditions du marché. Nous n'avons pas tranché pour le montant."

Décryptage: le ministre des Finances ne peut pas annoncer ses intentions mais il a des objectifs en tête. Pour garder intacte sa capacité de négociation, il ne se découvre pas. Les conditions du marché international sont actuellement très favorables et la dernière amélioration de la perspective de la note marocaine par Standard & Poor's joue en faveur du Maroc. L'emprunt se situera à au moins 1 milliard de dollars. Le double n'est pas exclu.

Article 9 du PLF 2020 et insaisissabilité des biens de l'Etat. "Dans la Constitution, les équilibres budgétaires et la continuité de l'Etat sont des responsabilités partagées du parlement et du gouvernement. L'exécution des jugements est également une obligation constitutionnelle. Le gouvernement n'a pas le droit de dépenser un Dirham sans qu'il ne soit prévu dans la loi de Finances, votée par le parlement. L'Etat a payé 10 MMDH ces trois dernières années. L'insaisissabilité existe dans toutes les démocraties ou presque. Il faut prévoir dans chaque loi de Finances, une enveloppe à dépenser et que l'on ne pourra pas dépasser".

Ce qui a rassuré les agences de notation et permis d'améliorer le rating du Maroc. "En Afrique, il n'y a que deux pays qui ont l'investment grade, dont le Maroc. Début octobre 2019, Standard & Poor's a relevé la perspective du Maroc de négative à stable. L'agence a été rassurée par les perspectives de maîtrise des finances publiques et du déficit budgétaire grâce à l'annonce des décisions suivantes:

-l'instauration de mécanismes innovants de financement.

-la mise en place d'une couverture des prix du gaz butane, ce qui évite les dérapages du passé et permet de limiter les dépenses de compensation au plafond prévu dans la Loi de Finances.

-l'annonce d'un programme de privatisations".

La hausse de l'IS pour les hôtels. "L'impact est estimé à 8 MDH pour les 3.500 hôtels". La hausse proposée dans le PLF 2020, ferait passer le taux de 17,5% de l'IS à un taux de 20%, si elle était adoptée par le parlement.

Marchés publics. Sur les 198 MMDH d'investissements publics proposés par le PLF 2020, quelle est la part de valeur ajoutée qui restera au Maroc? La question 'nest pas anodine car des marchés importants continuent à être remportés par des entreprises étrangères et on n'a pas toujours l'impression qu'il y a une préférence nationale. Benchaâboun: "Le cadre réglementaire des marchés publics doit l'imposer". Le ministre trouve anormal que des cahiers des charges de marchés publics semblent avoir été conçus spécialement pour écarter les opérateurs marocains.

Tags : plf 2020
Mohamed Benchaâboun au parlement.

Flexibilisation, emprunt international...: les petites phrases de Benchaâboun

Le 06 novembre 2019 à09:41

Modifié le 06 novembre 2019 à 12:19

S'exprimant devant quelques journalistes le mardi 5 novembre, Mohamed Benchaâboun ministre de l'Economie et des Finances a eu quelques petites phrases qu'il faut parfois lire entre les lignes.

Flexibilisation des changes. La bande de fluctuation va-t-elle être élargie et quand? "Il n'y a aucune raison de ne pas l'envisager. Il n'y a aucune raison de se précipiter". Benchaâboun ajoute: "De toutes les façons, il ne faut pas annoncer la date à l'avance".

Décryptage: ça va se faire probablement en 2020.

Emprunt international. "Je serai au roadshow à partir du 18 novembre. Nous n'avons pas encore décidé si l'emprunt se fera en dollars ou en euros, cela dépendra des conditions du marché. Nous n'avons pas tranché pour le montant."

Décryptage: le ministre des Finances ne peut pas annoncer ses intentions mais il a des objectifs en tête. Pour garder intacte sa capacité de négociation, il ne se découvre pas. Les conditions du marché international sont actuellement très favorables et la dernière amélioration de la perspective de la note marocaine par Standard & Poor's joue en faveur du Maroc. L'emprunt se situera à au moins 1 milliard de dollars. Le double n'est pas exclu.

Article 9 du PLF 2020 et insaisissabilité des biens de l'Etat. "Dans la Constitution, les équilibres budgétaires et la continuité de l'Etat sont des responsabilités partagées du parlement et du gouvernement. L'exécution des jugements est également une obligation constitutionnelle. Le gouvernement n'a pas le droit de dépenser un Dirham sans qu'il ne soit prévu dans la loi de Finances, votée par le parlement. L'Etat a payé 10 MMDH ces trois dernières années. L'insaisissabilité existe dans toutes les démocraties ou presque. Il faut prévoir dans chaque loi de Finances, une enveloppe à dépenser et que l'on ne pourra pas dépasser".

Ce qui a rassuré les agences de notation et permis d'améliorer le rating du Maroc. "En Afrique, il n'y a que deux pays qui ont l'investment grade, dont le Maroc. Début octobre 2019, Standard & Poor's a relevé la perspective du Maroc de négative à stable. L'agence a été rassurée par les perspectives de maîtrise des finances publiques et du déficit budgétaire grâce à l'annonce des décisions suivantes:

-l'instauration de mécanismes innovants de financement.

-la mise en place d'une couverture des prix du gaz butane, ce qui évite les dérapages du passé et permet de limiter les dépenses de compensation au plafond prévu dans la Loi de Finances.

-l'annonce d'un programme de privatisations".

La hausse de l'IS pour les hôtels. "L'impact est estimé à 8 MDH pour les 3.500 hôtels". La hausse proposée dans le PLF 2020, ferait passer le taux de 17,5% de l'IS à un taux de 20%, si elle était adoptée par le parlement.

Marchés publics. Sur les 198 MMDH d'investissements publics proposés par le PLF 2020, quelle est la part de valeur ajoutée qui restera au Maroc? La question 'nest pas anodine car des marchés importants continuent à être remportés par des entreprises étrangères et on n'a pas toujours l'impression qu'il y a une préférence nationale. Benchaâboun: "Le cadre réglementaire des marchés publics doit l'imposer". Le ministre trouve anormal que des cahiers des charges de marchés publics semblent avoir été conçus spécialement pour écarter les opérateurs marocains.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.