Football : malgré tous les efforts, le surpeuplement des gradins persiste

La capacité du complexe Mohammed V est de 39.822 places assises. A l’occasion des deux dernières rencontres qu’il a abritées, le nombre de spectateurs dépassait largement les 50.000. Tentative d’explication.

Football : malgré tous les efforts, le surpeuplement des gradins persiste

Le 02 décembre 2019 à 18:00

Modifié le 03 décembre 2019 à 10:42

Le problème de la sécurité à l'intérieur des stades demeure préoccupant, notamment à Casablanca. Avec ses deux clubs phares, le Wydad et le Raja, les matchs qui attirent les foules se jouent non seulement à guichets fermés, mais dans un stade plein à craquer qui abrite, à chaque occasion, beaucoup plus de spectateurs que la capacité du stade, ce qui enfreint les règles et procédures de sécurité de la FIFA.

Ce stade, situé en plein centre-ville, compte exactement 39.822 places assises, selon une source sûre. Or, selon les "à vue d’œil" des commentateurs de chaînes TV et radios qui couvrent les rencontres, le public dépasse souvent les 50.000 spectateurs. Avec pour conséquence, des personnes qui ont acheté leurs billets et qui ne trouvent pas de place et d’autres qui ne sont pas censées avoir de billets et qui sont bien installées. Les gradins sont tellement pleins qu'il est difficile de se mouvoir, de regarder la pelouse en étant assis ou encore d'emprunter les escaliers.

D’où la question : d’où vient cette masse de spectateurs qui occupent les lieux avec tous les dangers potentiels que cette situation suppose ?

Autrefois, on accusait clairement les responsables de la billetterie d’imprimer plus de tickets qu’il ne fallait dont une partie non négligeable atterrissait sur le marché noir. Mais la décision prise récemment de commercialiser ces billets uniquement à travers des sites internet, décision saluée unanimement, a quasiment mis fin au business des affairistes du marché noir. De plus, l’accès à l’enceinte du stade grâce à un code barre et un tourniquet ne laisse pas de marge de manœuvre aux resquilleurs et autres assimilés qui étaient légion.

Sauf que lors des deux grandes rencontres que le stade d’honneur a abritées récemment, le problème de la sécurité à l’intérieur du stade est resté tel quel en raison de la surpopulation dans les gradins.

Du coup, les regards se tournent vers la société responsable de l’émission et de la gestion des billets à code barre, Casa Events. Le directeur de cette société de développement local est resté injoignable malgré nos multiples tentatives de le joindre.

Selon une source familière de ces circuits, le fait que la société citée soit à la fois émettrice de billets et chargée de contrôler l’accès au stade est contraire aux règles et pratiques internationales en la matière.

Dans tous les pays où l’organisation des matchs de foot est maitrisée, le travail d’accès et de contrôle est confié à une entité extérieure qui se charge aussi de la sécurité à l’intérieur du stade. Ses employés sont reconnaissables de loin grâce à leur tenue. La police est quant à elle responsable de la sécurité et du maintien de l’ordre à l’extérieur et aux alentours des stades de football.

"Chez nous, poursuit cette source, heureusement que nous pouvons faire appel à la police pour maintenir l’ordre à l’intérieur même des stades, autrement il faudrait craindre le pire".

D’après cette même source, le surbooking dans les stades est principalement un problème d’organisation. Mais il trouve aussi son origine, à un degré moindre certes, dans des habitudes et comportements bien ancrés qui consistent à fermer l’œil ou à rendre service aux autres sans mesurer les conséquences quand le phénomène prend de l’ampleur.

Football : malgré tous les efforts, le surpeuplement des gradins persiste

Le 02 décembre 2019 à18:00

Modifié le 03 décembre 2019 à 10:42

La capacité du complexe Mohammed V est de 39.822 places assises. A l’occasion des deux dernières rencontres qu’il a abritées, le nombre de spectateurs dépassait largement les 50.000. Tentative d’explication.

Le problème de la sécurité à l'intérieur des stades demeure préoccupant, notamment à Casablanca. Avec ses deux clubs phares, le Wydad et le Raja, les matchs qui attirent les foules se jouent non seulement à guichets fermés, mais dans un stade plein à craquer qui abrite, à chaque occasion, beaucoup plus de spectateurs que la capacité du stade, ce qui enfreint les règles et procédures de sécurité de la FIFA.

Ce stade, situé en plein centre-ville, compte exactement 39.822 places assises, selon une source sûre. Or, selon les "à vue d’œil" des commentateurs de chaînes TV et radios qui couvrent les rencontres, le public dépasse souvent les 50.000 spectateurs. Avec pour conséquence, des personnes qui ont acheté leurs billets et qui ne trouvent pas de place et d’autres qui ne sont pas censées avoir de billets et qui sont bien installées. Les gradins sont tellement pleins qu'il est difficile de se mouvoir, de regarder la pelouse en étant assis ou encore d'emprunter les escaliers.

D’où la question : d’où vient cette masse de spectateurs qui occupent les lieux avec tous les dangers potentiels que cette situation suppose ?

Autrefois, on accusait clairement les responsables de la billetterie d’imprimer plus de tickets qu’il ne fallait dont une partie non négligeable atterrissait sur le marché noir. Mais la décision prise récemment de commercialiser ces billets uniquement à travers des sites internet, décision saluée unanimement, a quasiment mis fin au business des affairistes du marché noir. De plus, l’accès à l’enceinte du stade grâce à un code barre et un tourniquet ne laisse pas de marge de manœuvre aux resquilleurs et autres assimilés qui étaient légion.

Sauf que lors des deux grandes rencontres que le stade d’honneur a abritées récemment, le problème de la sécurité à l’intérieur du stade est resté tel quel en raison de la surpopulation dans les gradins.

Du coup, les regards se tournent vers la société responsable de l’émission et de la gestion des billets à code barre, Casa Events. Le directeur de cette société de développement local est resté injoignable malgré nos multiples tentatives de le joindre.

Selon une source familière de ces circuits, le fait que la société citée soit à la fois émettrice de billets et chargée de contrôler l’accès au stade est contraire aux règles et pratiques internationales en la matière.

Dans tous les pays où l’organisation des matchs de foot est maitrisée, le travail d’accès et de contrôle est confié à une entité extérieure qui se charge aussi de la sécurité à l’intérieur du stade. Ses employés sont reconnaissables de loin grâce à leur tenue. La police est quant à elle responsable de la sécurité et du maintien de l’ordre à l’extérieur et aux alentours des stades de football.

"Chez nous, poursuit cette source, heureusement que nous pouvons faire appel à la police pour maintenir l’ordre à l’intérieur même des stades, autrement il faudrait craindre le pire".

D’après cette même source, le surbooking dans les stades est principalement un problème d’organisation. Mais il trouve aussi son origine, à un degré moindre certes, dans des habitudes et comportements bien ancrés qui consistent à fermer l’œil ou à rendre service aux autres sans mesurer les conséquences quand le phénomène prend de l’ampleur.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.