France: Le Maroc dénonce des "provocations" et "l'immaturité" de leurs auteurs

L'affaire des caricatures en France, ainsi que des provocations qui s'en sont suivies, a pris une ampleur telle que le Maroc est sorti de son silence. Voici la réaction officielle marocaine. Elle est franche, directe et désigne les choses par leur nom.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/25-10-2020/MAE10.jpg-oui
 France: Le Maroc dénonce des

Le 25 octobre 2020 à 21:39

Modifié le 25 octobre 2020 à 22:11

Le ministère marocain des Affaires étrangères a diffusé dimanche soir un communiqué qui condamne "vigoureusement" la poursuite de publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au prophète. Le communiqué évoque des provocations qui n'ont pas lieu d'être, dénonce ces actes et l'immaturité de leurs auteurs.

Après la décapitation tragique et injustifiable de l'enseignant Samuel Paty, c'est le président Macron lui-même qui était monté au créneau annonçant que son pays continuerait à publier ces caricatures. Cette position est critiquable car d'une part, ce n'est pas par la provocation que ce genre de situation doit être géré; et d'autre part, offenser les sentiments et la foi ne relève pas de la liberté d'expression. La foi de tout groupe ou communauté, leurs convictions, doivent être respectées par les tiers. Le communiqué marocain ne dénonce pas quels sont les immatures auteurs de ces attitudes provocatrices, mais il est difficile de ne pas penser à Macron.

Le communiqué du ministère des Affaires étrangères

Voici le texte intégral de la dépêche MAP comportant le communiqué marocain.

"Le Royaume du Maroc a condamné vigoureusement, dimanche, la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au Prophète Sidna Mohammed, Paix et Salut sur Lui.

"Un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger indique que le Royaume du Maroc dénonce ces actes qui reflètent l’immaturité de leurs auteurs, et réaffirme que la liberté des uns s’arrête là où commencent la liberté et les croyances des autres.

"La liberté d’expression ne saurait, sous aucun motif, justifier la provocation insultante et l’offense injurieuse de la religion musulmane qui compte plus de deux milliards de fidèles dans le monde, souligne le communiqué.

"Autant qu’il condamne toutes les violences obscurantistes et barbares prétendument perpétrées au nom de l’Islam, le Royaume du Maroc s’élève contre ces provocations injurieuses des sacralités de la religion musulmane, relève la même source.

"Le Royaume du Maroc, à l’instar des autres pays arabes et musulmans, appelle à cesser d’attiser le ressentiment et à faire preuve de discernement et de respect de l’altérité, comme prérequis du vivre-ensemble et du dialogue serein et salutaire des religions", conclut le communiqué.

Un communiqué français adressé au monde arabo-musulman

En fin de journée dimanche, et avant la publication de la déclaration marocaine, le Quai d'Orsay avait diffusé une déclaration (ci-dessous) dont le moins qu'on puisse dire est qu'elle est maladroite et peu diplomatique; plusieurs commentateurs l'ont même jugée arrogante et condescendante. Cette déclaration évoque les appels au boycott de produits français. Elle appelle les autorités des pays concernés à se désolidariser de tout appel au boycott et de toute attaque contre la France. En d'autres termes, elles n'ont pas le droit de se taire mais sont sommées de prendre position. On y lit également que les appels au boycott "doivent" cesser immédiatement.

France: Le Maroc dénonce des "provocations" et "l'immaturité" de leurs auteurs

Le 25 octobre 2020 à21:47

Modifié le 25 octobre 2020 à 22:11

L'affaire des caricatures en France, ainsi que des provocations qui s'en sont suivies, a pris une ampleur telle que le Maroc est sorti de son silence. Voici la réaction officielle marocaine. Elle est franche, directe et désigne les choses par leur nom.

com_redaction-20

Le ministère marocain des Affaires étrangères a diffusé dimanche soir un communiqué qui condamne "vigoureusement" la poursuite de publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au prophète. Le communiqué évoque des provocations qui n'ont pas lieu d'être, dénonce ces actes et l'immaturité de leurs auteurs.

Après la décapitation tragique et injustifiable de l'enseignant Samuel Paty, c'est le président Macron lui-même qui était monté au créneau annonçant que son pays continuerait à publier ces caricatures. Cette position est critiquable car d'une part, ce n'est pas par la provocation que ce genre de situation doit être géré; et d'autre part, offenser les sentiments et la foi ne relève pas de la liberté d'expression. La foi de tout groupe ou communauté, leurs convictions, doivent être respectées par les tiers. Le communiqué marocain ne dénonce pas quels sont les immatures auteurs de ces attitudes provocatrices, mais il est difficile de ne pas penser à Macron.

Le communiqué du ministère des Affaires étrangères

Voici le texte intégral de la dépêche MAP comportant le communiqué marocain.

"Le Royaume du Maroc a condamné vigoureusement, dimanche, la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au Prophète Sidna Mohammed, Paix et Salut sur Lui.

"Un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger indique que le Royaume du Maroc dénonce ces actes qui reflètent l’immaturité de leurs auteurs, et réaffirme que la liberté des uns s’arrête là où commencent la liberté et les croyances des autres.

"La liberté d’expression ne saurait, sous aucun motif, justifier la provocation insultante et l’offense injurieuse de la religion musulmane qui compte plus de deux milliards de fidèles dans le monde, souligne le communiqué.

"Autant qu’il condamne toutes les violences obscurantistes et barbares prétendument perpétrées au nom de l’Islam, le Royaume du Maroc s’élève contre ces provocations injurieuses des sacralités de la religion musulmane, relève la même source.

"Le Royaume du Maroc, à l’instar des autres pays arabes et musulmans, appelle à cesser d’attiser le ressentiment et à faire preuve de discernement et de respect de l’altérité, comme prérequis du vivre-ensemble et du dialogue serein et salutaire des religions", conclut le communiqué.

Un communiqué français adressé au monde arabo-musulman

En fin de journée dimanche, et avant la publication de la déclaration marocaine, le Quai d'Orsay avait diffusé une déclaration (ci-dessous) dont le moins qu'on puisse dire est qu'elle est maladroite et peu diplomatique; plusieurs commentateurs l'ont même jugée arrogante et condescendante. Cette déclaration évoque les appels au boycott de produits français. Elle appelle les autorités des pays concernés à se désolidariser de tout appel au boycott et de toute attaque contre la France. En d'autres termes, elles n'ont pas le droit de se taire mais sont sommées de prendre position. On y lit également que les appels au boycott "doivent" cesser immédiatement.

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

GADP : Communiqué trimestriel T3 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.