Fusillade en Nouvelle-Zélande: le récit d'un Marocain

Un jeune étudiant marocain a été un témoin oculaire d'une des fusillades meurtrières qui ont ciblé deux mosquées durant la prière de vendredi dans la ville de Christchurch, au sud de la Nouvelle-Zélande, parlant de scènes de terreur et d’horreur.

Fusillade en Nouvelle-Zélande : le récit d'un Marocain

Le 15 mars 2019 à 09:19

Modifié le 15 mars 2019 à 09:39

"A mon arrivée à Masjid Al-Nour et alors que j’essayais de stationner ma voiture, j’ai entendu plusieurs coups de feu et j’ai vu une foule de personnes courir dans tous les sens", a confié le doctorant marocain Moussa Bouray, joint par MAP-Canberra, quelques heures après les horribles incidents, qui ont fait 49 morts et une vingtaine de blessés.

"Je venais de déposer mon épouse devant la mosquée pour trouver une place au parking. Elle s’est protégée pendant plus d’une heure dans un immeuble avoisinant la mosquée", a relaté M. Bouray, qui était toujours sous le choc.

"Des cris et des hurlements fusaient de tout part. C’était vraiment un cauchemar", a ajouté le jeune étudiant, qui s'est installé à Christchurch depuis septembre 2017.

"Après un peu de temps, on a commencé à voir arriver les policiers avec leurs boucliers", a-t-il indiqué, ajoutant qu’ils se sont déployés dans les environs de la mosquée pour débusquer le tireur, qui a été identifié comme un extrémiste australien.

Les attaques survenues vendredi 15 mars dans cette localité de l'Ile-du-sud ont été qualifiées par la Première ministre néo-zélandaise de l'une des journées "les plus sombres" de cette nation du Pacifique sud, réputée paisible.

(MAP)

Fusillade en Nouvelle-Zélande: le récit d'un Marocain

Le 15 mars 2019 à09:39

Modifié le 15 mars 2019 à 09:39

Un jeune étudiant marocain a été un témoin oculaire d'une des fusillades meurtrières qui ont ciblé deux mosquées durant la prière de vendredi dans la ville de Christchurch, au sud de la Nouvelle-Zélande, parlant de scènes de terreur et d’horreur.

"A mon arrivée à Masjid Al-Nour et alors que j’essayais de stationner ma voiture, j’ai entendu plusieurs coups de feu et j’ai vu une foule de personnes courir dans tous les sens", a confié le doctorant marocain Moussa Bouray, joint par MAP-Canberra, quelques heures après les horribles incidents, qui ont fait 49 morts et une vingtaine de blessés.

"Je venais de déposer mon épouse devant la mosquée pour trouver une place au parking. Elle s’est protégée pendant plus d’une heure dans un immeuble avoisinant la mosquée", a relaté M. Bouray, qui était toujours sous le choc.

"Des cris et des hurlements fusaient de tout part. C’était vraiment un cauchemar", a ajouté le jeune étudiant, qui s'est installé à Christchurch depuis septembre 2017.

"Après un peu de temps, on a commencé à voir arriver les policiers avec leurs boucliers", a-t-il indiqué, ajoutant qu’ils se sont déployés dans les environs de la mosquée pour débusquer le tireur, qui a été identifié comme un extrémiste australien.

Les attaques survenues vendredi 15 mars dans cette localité de l'Ile-du-sud ont été qualifiées par la Première ministre néo-zélandaise de l'une des journées "les plus sombres" de cette nation du Pacifique sud, réputée paisible.

(MAP)

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.