Hit Radio veut s’introduire en bourse: les explications de Younes Boumehdi

Très populaire auprès des jeunes, la chaîne veut lever de l’argent en bourse pour financer son développement. Mais elle doit d’abord lever une contrainte réglementaire qui empêche la cession du capital des entreprises de l’audiovisuel à des porteurs anonymes.

Hit Radio veut s’introduire en bourse : les explications de Younes Boumehdi

Le 28 juin 2019 à 17:25

Modifié le 28 juin 2019 à 20:07

Mardi 25 juin, la Bourse de Casablanca réunit au Sofitel Tour Blanche les entreprises ayant participé au programme Elite. Parmi les cinq firmes certifiées figure Hit Radio. Une surprise. 

Sa DG, Ilham Boumehdi, qui reçoit le certificat des mains du patron de la Bourse, déclare que son rêve serait de voir ses auditeurs dans le tour de table de la firme.

Le programme Elite est conçu pour préparer les entreprises à la bourse. Et Hit Radio cible justement une IPO comme nous le confirme son patron Younes Boumehdi. Une première au Maroc. 

Objectif: chercher de nouvelles sources de financement pour appuyer les projets de développement du média. 

"Dans le cadre de son développement, chaque entreprise est amenée à faire appel à des financements extérieurs. Nous espérons donc aller un jour en bourse et permettre à nos auditeurs de devenir actionnaires de la radio", nous dit le patron de la chaîne.

La Haca ou l’impossibilité d’une IPO

Mais ce rêve risque d’être entravé pour le moment par la réglementation puisque l’inscription des actions d’un opérateur de communication audiovisuelle à la bourse des valeurs est matériellement impossible.

Et ce pour deux raisons comme nous l’explique une source autorisée à la Haca

1- Les actions devant composer le capital d’un média audiovisuel doivent obligatoirement être en la forme nominative;

2- Toute modification de la répartition de son actionnariat et/ou toute modification de l’actionnariat impliquant l’entrée d’un nouvel actionnaire doit être approuvée au préalable par la Haute autorité.

En d'autres termes, ces deux éléments empêchent le déroulement de toute opération sur le capital de Hit Radio en bourse.

Selon notre source à la Haca, l'objectif de ces dispositions est de "lutter contre la concentration, qui peut représenter un danger pour le pluralisme et la diversité d'opinion et pour la transparence". 

Mais cela ne semble pas décourager Younes Boumehdi: "la loi sur l’audiovisuel nous interdit en effet d’ouvrir notre capital en bourse. Nous voulons justement faire un plaidoyer pour modifier cette loi et permettre aux entreprises du secteur, à l’instar de ce qui se fait à l’international, d’ouvrir une partie de leur capital au grand public", nous dit-il. 

Lire la suite sur LeBoursier.ma 

Hit Radio veut s’introduire en bourse: les explications de Younes Boumehdi

Le 28 juin 2019 à17:30

Modifié le 28 juin 2019 à 20:07

Très populaire auprès des jeunes, la chaîne veut lever de l’argent en bourse pour financer son développement. Mais elle doit d’abord lever une contrainte réglementaire qui empêche la cession du capital des entreprises de l’audiovisuel à des porteurs anonymes.

Mardi 25 juin, la Bourse de Casablanca réunit au Sofitel Tour Blanche les entreprises ayant participé au programme Elite. Parmi les cinq firmes certifiées figure Hit Radio. Une surprise. 

Sa DG, Ilham Boumehdi, qui reçoit le certificat des mains du patron de la Bourse, déclare que son rêve serait de voir ses auditeurs dans le tour de table de la firme.

Le programme Elite est conçu pour préparer les entreprises à la bourse. Et Hit Radio cible justement une IPO comme nous le confirme son patron Younes Boumehdi. Une première au Maroc. 

Objectif: chercher de nouvelles sources de financement pour appuyer les projets de développement du média. 

"Dans le cadre de son développement, chaque entreprise est amenée à faire appel à des financements extérieurs. Nous espérons donc aller un jour en bourse et permettre à nos auditeurs de devenir actionnaires de la radio", nous dit le patron de la chaîne.

La Haca ou l’impossibilité d’une IPO

Mais ce rêve risque d’être entravé pour le moment par la réglementation puisque l’inscription des actions d’un opérateur de communication audiovisuelle à la bourse des valeurs est matériellement impossible.

Et ce pour deux raisons comme nous l’explique une source autorisée à la Haca

1- Les actions devant composer le capital d’un média audiovisuel doivent obligatoirement être en la forme nominative;

2- Toute modification de la répartition de son actionnariat et/ou toute modification de l’actionnariat impliquant l’entrée d’un nouvel actionnaire doit être approuvée au préalable par la Haute autorité.

En d'autres termes, ces deux éléments empêchent le déroulement de toute opération sur le capital de Hit Radio en bourse.

Selon notre source à la Haca, l'objectif de ces dispositions est de "lutter contre la concentration, qui peut représenter un danger pour le pluralisme et la diversité d'opinion et pour la transparence". 

Mais cela ne semble pas décourager Younes Boumehdi: "la loi sur l’audiovisuel nous interdit en effet d’ouvrir notre capital en bourse. Nous voulons justement faire un plaidoyer pour modifier cette loi et permettre aux entreprises du secteur, à l’instar de ce qui se fait à l’international, d’ouvrir une partie de leur capital au grand public", nous dit-il. 

Lire la suite sur LeBoursier.ma 

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.