Industrie : Tout ce qu'il faut savoir sur la banque de projets lancée par MHE

Secteurs d'activité, projets proposés, informations fournies, aides consenties,... voici tout ce qu'il faut savoir sur la banque de projets, lancée par Moulay Hafid Elalamy pour substituer 34 MMDH d'importations par la production nationale.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/29-09-2020/MHE1.jpeg-oui
Industrie : Tout ce qu'il faut savoir sur la banque de projets lancée par MHE

Le 29 septembre 2020 à 19:06

Modifié le 30 septembre 2020 à 11:30

MHE a donné le coup d'envoi de son plan de renforcement du tissu industriel national à travers la stratégie d'import-substitution. Il a détaillé son contenu jeudi 24 septembre au Conseil national de l'entreprise devant une centaine de patrons qui sont tout autant de potentiels investisseurs. 

Le lendemain, vendredi 25 septembre, la banque de projets, principal outil de cette stratégie a été lancée officiellement sur le site du ministère. Une centaine de fiches projets détaillées, relevant de huit secteurs stratégiques identifiés au préalable, sont désormais disponibles à qui veut tenter l'aventure industrielle. 

Le ministre avait expliqué toute la logique sur laquelle se base cette stratégie. "Nous importons 183,2 MMDH par an. Nous avons décortiqué ces importations et nous vous proposons de la substitution. C'est-à-dire de substituer l'importation par l'industrie locale pour couvrir 34 MMDH", a expliqué le ministre. 

Et tout est fait pour que le porteur de projet ou l'investisseur potentiel soit accompagné de A à Z. Nous détaillerons dans cet article toutes les informations relatives à ce projet, ainsi que l'ensemble des mesures d'accompagnement proposées dans ce cadre. 

 8 filières stratégiques, 100 projets et 34 MMDH de CA ciblés

Le ministre de l'Industrie a expliqué que 34 MMDH d'importations ont été décortiqués afin d'en dégager des projets concrets, "prêts à investir". Il en est ressorti huit filières stratégiques sur lesquelles se focalisera cette première phase de la stratégie d'import-substitution. Celles-ci concentrent 92% des 34 MMDH d'importations analysés. Voici les secteurs proposés, le nombre de projets par secteur et des exemples de niches à investir :

Textile (16 projets): Fabrication d’équipements outdoor, Tissage et confection de vêtements d’image techniques, Tissage et confection de produits médicaux et d’hygiène, Fabrication de textile non tissé pour le secteur médical / hygiène,...

Mobilité et transports (6 projets) : Construction de navires de pêche, Réparation navale, Fabrication de triporteurs électriques, Fabrication de bus, Fabrication de pare-brises et vitres pour poids lourds,...

Les IMM (18 projets) : Fabrication de tôles et bandes en cuivre, Fabrication de fer blanc pour emballage métallique, Fabrication de tôles pour éoliennes, Fabrication de fil en fer ou en acier galvanisé d'un diamètre inférieur à 0,85 mm,... 

La plasturgie (9 projets) : Production d'accessoires et de raccords de tubes et tuyaux en plastique pour irrigation, Production de palettes one way, Fabrication de stretch film, Fabrication de bouchons en plastique,...

L'électronique (11 projets) : Production de convertisseurs, Fabrication de pompes, Encapsulation de panneaux photovoltaïques, Montage de chauffe-eaux solaires, Unité de fabrication de moteurs électriques,...

L'agroalimentaire (22 projets) : Unité de production de fromages fondus, Unité de production de biscuits, Unité de production de produits à base de céréales, Unité de valorisation et transformation de fruits secs, Unité de production de jus de fruits et légumes pressés,...

Chimie et parachimie (12 projets) : Production de papier d’impression recyclé, Fabrication de papier tissu, Menuiserie spécialisée, Production de peinture technique, Production de résine technique, Fabrication de produits phytosanitaires,...

- Le cuir (5 projets) : Tannerie durable, confection de maroquinerie et produits en cuir, fabrication de chaussures de ville (haut de gamme), fabrication de chaussures de ville (moyenne gamme), Fabrication de chaussures techniques,...

Matériaux de construction (1 projet) : Production des émaux et colorants.

Des fiches détaillées par projet

Pour chacun des 100 projets identifiés par le ministère de l'industrie, une fiche détaillée est fournie. Cette fiche-type donne au potentiel investisseur l'ensemble des données et informations dont il a besoin. Mais le ministère insiste sur le fait que "ces fiches n'ont pas pour ambition de partager un business plan, elles présentent des perspectives générales basées sur des données publiques". Elles permettent aux investisseurs de mesurer l'intérêt pour un secteur ou une niche donnée. 

Dans ces fiches, l'investisseur potentiel trouve la description du projet, des indicateurs financiers estimatifs (l'investissement, le chiffre d'affaires et la marge brutes potentiels), l'évolution des importations et exportation du produit, un indice sur la complexité de fabrication du produit, les principaux intrants requis, le contact désigné au sein du ministère de l'Industrie (son nom et ses coordonnées). Voici ci-dessous, un exemple de fiche-type et ses clés de lecture. 

Plusieurs avantages d'investissement consentis

Tous ces projets se feront avec l’accompagnement poussé d'une équipe dédiée au sein du ministère. Cette cellule, que MHE aime appeler "war room", est à la disposition des investisseurs pour répondre à leurs questions, les guider, les orienter, leur fournir les données disponibles. Cette war room se donne aussi pour mission de mettre en relation les investisseurs avec des entreprises mentors. D'ailleurs, Moulay Hafid Elalamy a officiellement invité la CGEM à rejoindre la war room, en désignant des membres permanents représentant le patronat. 

Par ailleurs, en plus de l'accompagnement, les investisseurs bénéficieront d'un arsenal de mesures de soutien, de subventions et d'aides en ayant recours à l'ensemble des programmes mis en place par l'Etat. Le ministère de l'Industrie a détaillé l'ensemble des mesures auxquelles les investisseurs peuvent prétendre. En termes de subventions, les investisseurs potentiels peuvent bénéficier de :

- Subvention à l’investissement matériel et immatériel, pouvant aller jusqu’à 30% du montant d’investissement HT (Fonds de Développement Industriel et d’Investissements).

- Soutien à l’investissement de croissance et technologique pouvant atteindre 30% du projet d’investissement, pour les TPE ayant réalisé un CA HT inférieur ou égal à 10 MDH au terme du dernier exercice clos (Programme ISTITMAR PME ou TPE de Maroc PME)

- Prise en charge partielle de certaines dépenses : acquisition du Foncier potentiel (limite de 20% du coût du terrain), infrastructure externe (limite de 5% du montant d'investissement ou 10% pour le secteur de filature, tissage, ennoblissement) et à la formation (limite de 20% du coût de formation). (Fonds de Promotion des Investissements).

- Aide à l’investissement sous forme d’une contribution de 10% au coût d’acquisition des biens d’équipement neufs, plafonné à 20 MDH, pour les projets, dont le montant d’investissement en biens d’équipement est supérieur à 2,5 MDH hors droit d’importation et taxes (Fonds de Développement Énergétique).

- Prime de 20% à l’investissement matériel, dédiée aux projets relevant du textile amont pour les projets d’extension, l’investissement en ITMO doit être au moins de 20 MDH. (Fonds de Finissage, Impression, Teinture). 

En termes de financement, deux solutions sont proposées aux investisseurs via la CCG: 

- Le programme « MEZZANINE PME » : produit de financement destiné à financer des besoins d'investissement et/ou de fonds de roulement éprouvés par des entreprises industrielles ou exportatrices viables mais souffrant d'une sous-capitalisation.

- Le programme « GREEN INVEST » : produit de cofinancement destiné à financer, conjointement avec la banque, les projets d'investissement relevant de l'économie verte initiés par des entreprises marocaines.

Des aides à la formation sont également proposées :

- Programme « IDMAJ » : Exonération des entreprises des cotisations (CNSS, IR, TFP), selon les tranches de salaires.

- Programme « TAEHIL » : - Formation Contractualisée pour l’Emploi « FCE » : Formation ciblée des futures recrues pour ajuster leurs profils aux spécificités du poste à pourvoir. L’ANAPEC contribue au financement à hauteur de 10.000 MAD/personne. - Formation Qualifiante de Reconversion « FQR » : répond à l’inadéquation profil-métier en s’adressant à tous les chercheurs d’emploi, en adaptant leurs profils aux besoins du marché à travers des opérations de reconversion professionnelle.

- Dispositifs d’aides directes à la formation : pour les secteurs de l’automobile, aéronautique, électronique, offshoring et EnR / Efficacité énergétique, dont la contribution financière varie selon le secteur et selon les profils.

- Programme « INMAA » : Formation et accompagnement au Lean management à travers des sessions de formation, accompagnement pour la mise en place des outils Lean, et prise en charge à hauteur de 60% de la prestation. Ce programme est destiné aux entreprises industrielles dont le chiffre d’affaires est inférieur à 200 MDH.

En plus, il y a aussi des avantages fiscaux proposés :

- Exonération du droit d’importation des biens d’équipement, matériels et outillages nécessaires à la réalisation d’un projet d’investissement dont le montant est supérieur à 200 millions de dirhams. 

- Exonérations diverses pour les entreprises des Zones d’Accélération Industrielle (ZAI).

Pour ce qui de la question du foncier qui pose d'énormes problèmes aux investisseurs, le ministère a là encore énuméré et détaillé les différentes possibilités existantes : Parcs Industriels Intégrés, Zones Industrielles, Zones d’Accélération Industrielle,...). Les fiches du foncier apportent l'ensemble des informations utiles comme la région, la superficie totale disponible, la nature de l'offre, le prix de cession ou de location au m², les infrastructures à proximité, les services et équipements disponibles, ....

En plus de ce qui a été cité plus haut, d’autres programmes sectoriels d’incitations à l’investissement sont disponibles. Pour les connaitre, il suffit à l'investisseur de prendre attache avec le responsable mentionné sur les fiches projets. 

Il est important de noter que l'accompagnement consenti par le ministère de l'Industrie est limité dans le temps. Il a une durée de trois années.  

L'objectif de MHE est de lancer 500 projets d'ici fin 2021.

Industrie : Tout ce qu'il faut savoir sur la banque de projets lancée par MHE

Le 29 septembre 2020 à19:05

Modifié le 30 septembre 2020 à 11:30

Secteurs d'activité, projets proposés, informations fournies, aides consenties,... voici tout ce qu'il faut savoir sur la banque de projets, lancée par Moulay Hafid Elalamy pour substituer 34 MMDH d'importations par la production nationale.

com_redaction-29

MHE a donné le coup d'envoi de son plan de renforcement du tissu industriel national à travers la stratégie d'import-substitution. Il a détaillé son contenu jeudi 24 septembre au Conseil national de l'entreprise devant une centaine de patrons qui sont tout autant de potentiels investisseurs. 

Le lendemain, vendredi 25 septembre, la banque de projets, principal outil de cette stratégie a été lancée officiellement sur le site du ministère. Une centaine de fiches projets détaillées, relevant de huit secteurs stratégiques identifiés au préalable, sont désormais disponibles à qui veut tenter l'aventure industrielle. 

Le ministre avait expliqué toute la logique sur laquelle se base cette stratégie. "Nous importons 183,2 MMDH par an. Nous avons décortiqué ces importations et nous vous proposons de la substitution. C'est-à-dire de substituer l'importation par l'industrie locale pour couvrir 34 MMDH", a expliqué le ministre. 

Et tout est fait pour que le porteur de projet ou l'investisseur potentiel soit accompagné de A à Z. Nous détaillerons dans cet article toutes les informations relatives à ce projet, ainsi que l'ensemble des mesures d'accompagnement proposées dans ce cadre. 

 8 filières stratégiques, 100 projets et 34 MMDH de CA ciblés

Le ministre de l'Industrie a expliqué que 34 MMDH d'importations ont été décortiqués afin d'en dégager des projets concrets, "prêts à investir". Il en est ressorti huit filières stratégiques sur lesquelles se focalisera cette première phase de la stratégie d'import-substitution. Celles-ci concentrent 92% des 34 MMDH d'importations analysés. Voici les secteurs proposés, le nombre de projets par secteur et des exemples de niches à investir :

Textile (16 projets): Fabrication d’équipements outdoor, Tissage et confection de vêtements d’image techniques, Tissage et confection de produits médicaux et d’hygiène, Fabrication de textile non tissé pour le secteur médical / hygiène,...

Mobilité et transports (6 projets) : Construction de navires de pêche, Réparation navale, Fabrication de triporteurs électriques, Fabrication de bus, Fabrication de pare-brises et vitres pour poids lourds,...

Les IMM (18 projets) : Fabrication de tôles et bandes en cuivre, Fabrication de fer blanc pour emballage métallique, Fabrication de tôles pour éoliennes, Fabrication de fil en fer ou en acier galvanisé d'un diamètre inférieur à 0,85 mm,... 

La plasturgie (9 projets) : Production d'accessoires et de raccords de tubes et tuyaux en plastique pour irrigation, Production de palettes one way, Fabrication de stretch film, Fabrication de bouchons en plastique,...

L'électronique (11 projets) : Production de convertisseurs, Fabrication de pompes, Encapsulation de panneaux photovoltaïques, Montage de chauffe-eaux solaires, Unité de fabrication de moteurs électriques,...

L'agroalimentaire (22 projets) : Unité de production de fromages fondus, Unité de production de biscuits, Unité de production de produits à base de céréales, Unité de valorisation et transformation de fruits secs, Unité de production de jus de fruits et légumes pressés,...

Chimie et parachimie (12 projets) : Production de papier d’impression recyclé, Fabrication de papier tissu, Menuiserie spécialisée, Production de peinture technique, Production de résine technique, Fabrication de produits phytosanitaires,...

- Le cuir (5 projets) : Tannerie durable, confection de maroquinerie et produits en cuir, fabrication de chaussures de ville (haut de gamme), fabrication de chaussures de ville (moyenne gamme), Fabrication de chaussures techniques,...

Matériaux de construction (1 projet) : Production des émaux et colorants.

Des fiches détaillées par projet

Pour chacun des 100 projets identifiés par le ministère de l'industrie, une fiche détaillée est fournie. Cette fiche-type donne au potentiel investisseur l'ensemble des données et informations dont il a besoin. Mais le ministère insiste sur le fait que "ces fiches n'ont pas pour ambition de partager un business plan, elles présentent des perspectives générales basées sur des données publiques". Elles permettent aux investisseurs de mesurer l'intérêt pour un secteur ou une niche donnée. 

Dans ces fiches, l'investisseur potentiel trouve la description du projet, des indicateurs financiers estimatifs (l'investissement, le chiffre d'affaires et la marge brutes potentiels), l'évolution des importations et exportation du produit, un indice sur la complexité de fabrication du produit, les principaux intrants requis, le contact désigné au sein du ministère de l'Industrie (son nom et ses coordonnées). Voici ci-dessous, un exemple de fiche-type et ses clés de lecture. 

Plusieurs avantages d'investissement consentis

Tous ces projets se feront avec l’accompagnement poussé d'une équipe dédiée au sein du ministère. Cette cellule, que MHE aime appeler "war room", est à la disposition des investisseurs pour répondre à leurs questions, les guider, les orienter, leur fournir les données disponibles. Cette war room se donne aussi pour mission de mettre en relation les investisseurs avec des entreprises mentors. D'ailleurs, Moulay Hafid Elalamy a officiellement invité la CGEM à rejoindre la war room, en désignant des membres permanents représentant le patronat. 

Par ailleurs, en plus de l'accompagnement, les investisseurs bénéficieront d'un arsenal de mesures de soutien, de subventions et d'aides en ayant recours à l'ensemble des programmes mis en place par l'Etat. Le ministère de l'Industrie a détaillé l'ensemble des mesures auxquelles les investisseurs peuvent prétendre. En termes de subventions, les investisseurs potentiels peuvent bénéficier de :

- Subvention à l’investissement matériel et immatériel, pouvant aller jusqu’à 30% du montant d’investissement HT (Fonds de Développement Industriel et d’Investissements).

- Soutien à l’investissement de croissance et technologique pouvant atteindre 30% du projet d’investissement, pour les TPE ayant réalisé un CA HT inférieur ou égal à 10 MDH au terme du dernier exercice clos (Programme ISTITMAR PME ou TPE de Maroc PME)

- Prise en charge partielle de certaines dépenses : acquisition du Foncier potentiel (limite de 20% du coût du terrain), infrastructure externe (limite de 5% du montant d'investissement ou 10% pour le secteur de filature, tissage, ennoblissement) et à la formation (limite de 20% du coût de formation). (Fonds de Promotion des Investissements).

- Aide à l’investissement sous forme d’une contribution de 10% au coût d’acquisition des biens d’équipement neufs, plafonné à 20 MDH, pour les projets, dont le montant d’investissement en biens d’équipement est supérieur à 2,5 MDH hors droit d’importation et taxes (Fonds de Développement Énergétique).

- Prime de 20% à l’investissement matériel, dédiée aux projets relevant du textile amont pour les projets d’extension, l’investissement en ITMO doit être au moins de 20 MDH. (Fonds de Finissage, Impression, Teinture). 

En termes de financement, deux solutions sont proposées aux investisseurs via la CCG: 

- Le programme « MEZZANINE PME » : produit de financement destiné à financer des besoins d'investissement et/ou de fonds de roulement éprouvés par des entreprises industrielles ou exportatrices viables mais souffrant d'une sous-capitalisation.

- Le programme « GREEN INVEST » : produit de cofinancement destiné à financer, conjointement avec la banque, les projets d'investissement relevant de l'économie verte initiés par des entreprises marocaines.

Des aides à la formation sont également proposées :

- Programme « IDMAJ » : Exonération des entreprises des cotisations (CNSS, IR, TFP), selon les tranches de salaires.

- Programme « TAEHIL » : - Formation Contractualisée pour l’Emploi « FCE » : Formation ciblée des futures recrues pour ajuster leurs profils aux spécificités du poste à pourvoir. L’ANAPEC contribue au financement à hauteur de 10.000 MAD/personne. - Formation Qualifiante de Reconversion « FQR » : répond à l’inadéquation profil-métier en s’adressant à tous les chercheurs d’emploi, en adaptant leurs profils aux besoins du marché à travers des opérations de reconversion professionnelle.

- Dispositifs d’aides directes à la formation : pour les secteurs de l’automobile, aéronautique, électronique, offshoring et EnR / Efficacité énergétique, dont la contribution financière varie selon le secteur et selon les profils.

- Programme « INMAA » : Formation et accompagnement au Lean management à travers des sessions de formation, accompagnement pour la mise en place des outils Lean, et prise en charge à hauteur de 60% de la prestation. Ce programme est destiné aux entreprises industrielles dont le chiffre d’affaires est inférieur à 200 MDH.

En plus, il y a aussi des avantages fiscaux proposés :

- Exonération du droit d’importation des biens d’équipement, matériels et outillages nécessaires à la réalisation d’un projet d’investissement dont le montant est supérieur à 200 millions de dirhams. 

- Exonérations diverses pour les entreprises des Zones d’Accélération Industrielle (ZAI).

Pour ce qui de la question du foncier qui pose d'énormes problèmes aux investisseurs, le ministère a là encore énuméré et détaillé les différentes possibilités existantes : Parcs Industriels Intégrés, Zones Industrielles, Zones d’Accélération Industrielle,...). Les fiches du foncier apportent l'ensemble des informations utiles comme la région, la superficie totale disponible, la nature de l'offre, le prix de cession ou de location au m², les infrastructures à proximité, les services et équipements disponibles, ....

En plus de ce qui a été cité plus haut, d’autres programmes sectoriels d’incitations à l’investissement sont disponibles. Pour les connaitre, il suffit à l'investisseur de prendre attache avec le responsable mentionné sur les fiches projets. 

Il est important de noter que l'accompagnement consenti par le ministère de l'Industrie est limité dans le temps. Il a une durée de trois années.  

L'objectif de MHE est de lancer 500 projets d'ici fin 2021.

A lire aussi


Communication financière

SALAFIN: Résultats Semestriels S1-2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.