Industries chimiques: 2,58 MMDH d'investissements entre 2014 et 2019

L'opérationnalisation des écosystèmes du secteur des industries chimiques, durant la période 2014-2019, a permis d'accompagner 43 projets pour un investissement total de 2,58 MMDH et de créer 5.940 emplois.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/23-10-2019/cap2.jpg-oui
Industries chimiques : 2,58 MMDH d'investissements entre 2014 et 2019

Le 23 octobre 2019 à 16:26

Modifié le 23 octobre 2019 à 17:07

Le ministre de l'Industrie et du commerce, de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, a appelé, mercredi 23 octobre à Casablanca, à développer davantage les industries de transformation afin de créer plus de valeur ajoutée.

"Nous avons eu l'habitude, d'exporter nos richesses dans des conditions assez brutes avec une très faible valeur ajoutée. Il faut développer davantage des industries de transformation, qui apportent une valeur ajoutée additionnelle et contribuent à la création de richesse", a souligné M. Elalamy à l'ouverture de la 2e conférence africaine pour la gestion responsable des produits chimiques.

M. Elalamy a ajouté que, dans le cadre du plan d'accélération industrielle 2014-2020, deux écosystèmes ont été lancés en 2015 dans le secteur des industries chimiques avec pour objectif d'ici 2020 de créer 12.430 nouveaux emplois directs, générer un chiffre d'affaires additionnel de 14,6 milliards de DH et une valeur ajoutée supplémentaire de 3,8 MMDH.

L'opérationnalisation de ces écosystèmes durant la période 2014-2019 a permis notamment d'accompagner 43 projets pour un investissement total de 2,58 MMDH et de créer 5.940 emplois, soit près de 50% des emplois prévus pour le secteur, a-t-il souligné.

De sa part, le président de la Fédération de chimie et de parachimie, Abdelkbir Moutawakkil, a indiqué que "la Fédération et le ICCA souhaitent asseoir une première base de dialogue multipartite à l'échelon africain afin de promouvoir une gestion responsable des produits chimiques, et d'autre part, faire de cette initiative une plateforme de networking et de promotion des partenariats d'affaires entre opérateurs du secteur de la chimie."

De son côté, Baudouin Kelecom, président de la "Responsible Care Leadership Group" (RCLG) de la ICCA, qui regroupe des représentants d'associations nationales, des entreprises de l'industrie chimique et de prestataires de services logistiques du monde entier engagés dans la gestion responsable, a indiqué que l'industrie mondiale de la chimie est le porte-parole de l'industrie et le gardien qui supervise la mise en œuvre du Responsible Care dans le monde entier. Selon lui, le secteur est en plein essor et est devenu le fournisseur de solutions à tous les autres branches d'activité et à la société en générale, grâce, entre autres, à de meilleures performances et des technologies innovantes.

Cette rencontre a été marquée par la signature du certificat d'adhésion au "Responsible Care", par trois pays africains (Tunisie, Côte d'Ivoire et la République de Guinée) ainsi que par la société marocaine Midipeinture.


Elle a été organisée à l'initiative de la Fédération de chimie et de parachimie en collaboration avec la Confédération internationale de la Chimie (ICCA).

Le Maroc, à travers la FCP, a été officiellement accepté en tant que membre du "Responsible Care" en 1998. Actuellement, 36 sociétés marocaines ont adhéré et signé la charte "Responsible Care".

La 2e conférence africaine pour la gestion responsable des produits chimiques vise notamment à promouvoir les bonnes pratiques pour une gestion responsable des produits chimiques en Afrique à travers "Responsible Care", jeter les bases de création d'une future Confédération africaine de la chimie et à communiquer autour des écosystèmes de la Chimie lancés il y'a 2 ans en collaboration avec le ministère de l'Industrie, de l'investissement et des nouvelles technologies.

(Avec MAP)

Industries chimiques: 2,58 MMDH d'investissements entre 2014 et 2019

Le 23 octobre 2019 à16:48

Modifié le 23 octobre 2019 à 17:07

L'opérationnalisation des écosystèmes du secteur des industries chimiques, durant la période 2014-2019, a permis d'accompagner 43 projets pour un investissement total de 2,58 MMDH et de créer 5.940 emplois.

Le ministre de l'Industrie et du commerce, de l'économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy, a appelé, mercredi 23 octobre à Casablanca, à développer davantage les industries de transformation afin de créer plus de valeur ajoutée.

"Nous avons eu l'habitude, d'exporter nos richesses dans des conditions assez brutes avec une très faible valeur ajoutée. Il faut développer davantage des industries de transformation, qui apportent une valeur ajoutée additionnelle et contribuent à la création de richesse", a souligné M. Elalamy à l'ouverture de la 2e conférence africaine pour la gestion responsable des produits chimiques.

M. Elalamy a ajouté que, dans le cadre du plan d'accélération industrielle 2014-2020, deux écosystèmes ont été lancés en 2015 dans le secteur des industries chimiques avec pour objectif d'ici 2020 de créer 12.430 nouveaux emplois directs, générer un chiffre d'affaires additionnel de 14,6 milliards de DH et une valeur ajoutée supplémentaire de 3,8 MMDH.

L'opérationnalisation de ces écosystèmes durant la période 2014-2019 a permis notamment d'accompagner 43 projets pour un investissement total de 2,58 MMDH et de créer 5.940 emplois, soit près de 50% des emplois prévus pour le secteur, a-t-il souligné.

De sa part, le président de la Fédération de chimie et de parachimie, Abdelkbir Moutawakkil, a indiqué que "la Fédération et le ICCA souhaitent asseoir une première base de dialogue multipartite à l'échelon africain afin de promouvoir une gestion responsable des produits chimiques, et d'autre part, faire de cette initiative une plateforme de networking et de promotion des partenariats d'affaires entre opérateurs du secteur de la chimie."

De son côté, Baudouin Kelecom, président de la "Responsible Care Leadership Group" (RCLG) de la ICCA, qui regroupe des représentants d'associations nationales, des entreprises de l'industrie chimique et de prestataires de services logistiques du monde entier engagés dans la gestion responsable, a indiqué que l'industrie mondiale de la chimie est le porte-parole de l'industrie et le gardien qui supervise la mise en œuvre du Responsible Care dans le monde entier. Selon lui, le secteur est en plein essor et est devenu le fournisseur de solutions à tous les autres branches d'activité et à la société en générale, grâce, entre autres, à de meilleures performances et des technologies innovantes.

Cette rencontre a été marquée par la signature du certificat d'adhésion au "Responsible Care", par trois pays africains (Tunisie, Côte d'Ivoire et la République de Guinée) ainsi que par la société marocaine Midipeinture.


Elle a été organisée à l'initiative de la Fédération de chimie et de parachimie en collaboration avec la Confédération internationale de la Chimie (ICCA).

Le Maroc, à travers la FCP, a été officiellement accepté en tant que membre du "Responsible Care" en 1998. Actuellement, 36 sociétés marocaines ont adhéré et signé la charte "Responsible Care".

La 2e conférence africaine pour la gestion responsable des produits chimiques vise notamment à promouvoir les bonnes pratiques pour une gestion responsable des produits chimiques en Afrique à travers "Responsible Care", jeter les bases de création d'une future Confédération africaine de la chimie et à communiquer autour des écosystèmes de la Chimie lancés il y'a 2 ans en collaboration avec le ministère de l'Industrie, de l'investissement et des nouvelles technologies.

(Avec MAP)

A lire aussi


Communication financière

Indicateurs trimestriels au 30.06.2020 de la société Afric Industries

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.