0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/03-04-2019/algeriebouteflikademissionconseilconstitutionnelafp.jpg-oui

Algérie: premier récit des dernières heures du régime

Le 03 avril 2019 à 03:48

Modifié le 03 avril 2019 à 08:16

Mercredi 3 avril, après un mois de contestation exemplaire, les Algériens se réveillent, pour la première fois en 20 ans, sans Abdelaziz Bouteflika à la tête du pays mais, la joie passée, n'entendent pas baisser la garde et veulent désormais obtenir le départ de tout le "système" au pouvoir.

Le chef de l'Etat de 82 ans aura tenté de s'accrocher au pouvoir face à un mouvement populaire inédit. Mais il a démissionné mardi soir, quelques heures après avoir été sommé de le faire par l'armée.

M. Bouteflika, a remis sa lettre de démission au Conseil constitutionnel, selon des images diffusées par la télévision nationale (ci-dessus).

On y voit M. Bouteflika, qui semble fatigué, vêtu d'une gandoura beige et assis dans un fauteuil roulant, remettant cette lettre, placée dans une chemise aux armes de la présidence, au président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, visiblement peu à l'aise.

Cette décision "est destinée à contribuer à l'apaisement des coeurs et des esprits de mes compatriotes, pour leur permettre de projeter ensemble l'Algérie vers l'avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement", explique le chef de l'Etat dans sa lettre de démission, publiée par l'agence officielle APS.

Est également présent dans la pièce d'un endroit non précisé le président du Conseil de la Nation (chambre haute), Abdelkader Bensalah, 77 ans, pur produit du régime, chargé par la Constitution d'assurer l'intérim durant une période maximale de 90 jours au cours de laquelle une présidentielle doit être organisée.

A Alger, un concert de klaxons a accueilli la nouvelle et des Algérois, munis du désormais indispensable drapeau algérien, se sont rassemblés sur le parvis de la Grande poste, bâtiment emblématique du centre de la capitale, avant de défiler joyeusement dans les rues alentour.

Depuis plus d'un mois, des millions de manifestants à travers l'Algérie réclamaient dans le calme le départ d'Abdelaziz Bouteflika, mais aussi celui de son entourage et plus largement du "système" au pouvoir.

  "Pas dupes"

Et la plupart des Algérois interrogés par l'AFP ont répété leur détermination à continuer de manifester malgré cette démission, refusant la transition prévue par la Constitution qui laisse aux commandes les acteurs du "système".

Comme Yacine Saidani, ingénieur de 40 ans, beaucoup se disaient "contents mais pas dupes".

"La vigilance est de rigueur. On apprécie le moment, mais on n'oublie pas l'essentiel. Le système et ses tentacules mafieuses doivent dégager. Donc les marches continueront", assure Fadhéla Amara, 69 ans, son petit-fils de 10 ans à la main.

Certains ont rendu hommage au chef de l'Etat, mais regretté son acharnement à s'accrocher au pouvoir, qu'ils ont souvent attribué à son frère et principal conseiller, Saïd.

"Bouteflika a travaillé, j'ai voté pour lui au début, mais il n'a pas su partir la tête haute", a déploré Bilan Brahim, 40 ans, cadre au chômage.

Pour Fatma Zohra, 65 ans, infirmière à la retraite, qui compte "marcher jusqu'au départ de la clique", Bouteflika "aurait pu partir avec les honneurs, mais son frère l'a fait sortir par la petite porte de l'Histoire".

Confrontée à des manifestations massives chaque vendredi depuis le 22 février, la présidence s'était résolue lundi à annoncer dans un communiqué que M. Bouteflika démissionnerait avant l'expiration de son mandat, le 28 avril, après avoir pris des "mesures pour assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l'Etat durant la période de transition".

 "Rupture de confiance"

Mardi, dans l'après-midi,le général de corps d'armée Gaïd Salah, chef d'état-major, réunir les plus hauts gradés de l'armée. Cette fois-ci, le général Benali Benali, chef de la garde présidentielle, est présent. Il est visible sur les images diffusées après la réunion. Dès lors, on savait que le sort de Bouteflika était scellé.

Les propos de Gaïd Salah, diffusés par communiqué puis par vidéo (ci-dessous), sont virulents et définitifs. Dans la forme, l'armée exige un départ immédiat par application de l'article 102 de la Constitution, donc la démission de Bouteflika. Dans le fond, celui-ci est tout simplement déposé.

Gaïd Salah a estimé que le communiqué du 1er avril, "attribué au président", n'émanait pas du chef de l'Etat mais "d'entités non constitutionnelles et non habilitées", une allusion à l'entourage du président.

"Dans ce contexte particulier, nous confirmons que toute décision prise en dehors du cadre constitutionnel est considérée comme nulle et non avenue", avait poursuivi le général Gaïd Salah. Implicitement, l'armée ne reconnaît plus les décisions de la présidence.

Le clan Bouteflika: "une bande"

Le clan Bouteflika est qualifié de "bande": "(...)  je ne saurai me taire aujourd'hui sur les complots et les conspirations abjectes, fomentés par une bande qui a fait de la fraude, la malversation et la duplicité sa vocation.(...)".

"Notre décision est claire et irrévocable. Nous soutiendrons le peuple jusqu'à ce que ses revendications soient entièrement et totalement satisfaites"..

Cette "accélération des événements (...) montre la rupture de confiance entre l'armée et le pôle présidentiel après plusieurs années de caution militaire à Bouteflika et de caution civile à l'armée", a expliqué à l'AFP Hasni Abidi, directeur du Centre d’Etudes et de Recherche sur le monde arabe et méditerranéen, à Genève.

Il y voit l'"impatience de l'armée de voir le président partir", en raison de la crainte de l'institution militaire "d'arriver à un vide institutionnel (...) si le président ne respectait pas ce délai de démissionner avant le 28 avril".

Devant la Grande poste, où aucun incident n'a été signalé, Toufik, informaticien de 38 ans, "remercie l'armée" tout en soulignant que "maintenant, c'est au peuple de négocier la transition".

Ci-dessous, fac similé de la lettre de démission du président

Semaine après semaine, le président Bouteflika, qui n'apparaît quasiment plus en public depuis son AVC en 2013, a tenté de s'accrocher au pouvoir, multipliant les propositions assimilées par la rue à des manœuvres, sans jamais réussir à calmer la contestation, dont le pacifisme constant au fil des semaines a été salué à travers le monde.

Massivement lâché jusque dans son camp, il s'était retrouvé ces derniers jours très isolé après que le général Gaïd Salah, indéfectible allié jusque-là, eut affirmé que son départ du pouvoir était la solution à la crise, position à laquelle se sont ralliés rapidement l'essentiel des piliers du régime.

"Nous sommes confiants dans la capacité de tous les Algériens à poursuivre cette transition démocratique dans ce même esprit de calme et de responsabilité" qui a prévalu ces dernières semaines, a déclaré mardi soir Jean-Yves le Drian, ministre des Affaires étrangères de la France, ancienne puissance coloniale de l'Algérie.

"Il revient aux Algériens de décider comment gérer cette transition en Algérie", a estimé de son côté le département d'Etat américain.

Tags : Algérie

Algérie: premier récit des dernières heures du régime

Le 03 avril 2019 à07:40

Modifié le 03 avril 2019 à 08:16

Mercredi 3 avril, après un mois de contestation exemplaire, les Algériens se réveillent, pour la première fois en 20 ans, sans Abdelaziz Bouteflika à la tête du pays mais, la joie passée, n'entendent pas baisser la garde et veulent désormais obtenir le départ de tout le "système" au pouvoir.

com_redaction-20

Le chef de l'Etat de 82 ans aura tenté de s'accrocher au pouvoir face à un mouvement populaire inédit. Mais il a démissionné mardi soir, quelques heures après avoir été sommé de le faire par l'armée.

M. Bouteflika, a remis sa lettre de démission au Conseil constitutionnel, selon des images diffusées par la télévision nationale (ci-dessus).

On y voit M. Bouteflika, qui semble fatigué, vêtu d'une gandoura beige et assis dans un fauteuil roulant, remettant cette lettre, placée dans une chemise aux armes de la présidence, au président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz, visiblement peu à l'aise.

Cette décision "est destinée à contribuer à l'apaisement des coeurs et des esprits de mes compatriotes, pour leur permettre de projeter ensemble l'Algérie vers l'avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement", explique le chef de l'Etat dans sa lettre de démission, publiée par l'agence officielle APS.

Est également présent dans la pièce d'un endroit non précisé le président du Conseil de la Nation (chambre haute), Abdelkader Bensalah, 77 ans, pur produit du régime, chargé par la Constitution d'assurer l'intérim durant une période maximale de 90 jours au cours de laquelle une présidentielle doit être organisée.

A Alger, un concert de klaxons a accueilli la nouvelle et des Algérois, munis du désormais indispensable drapeau algérien, se sont rassemblés sur le parvis de la Grande poste, bâtiment emblématique du centre de la capitale, avant de défiler joyeusement dans les rues alentour.

Depuis plus d'un mois, des millions de manifestants à travers l'Algérie réclamaient dans le calme le départ d'Abdelaziz Bouteflika, mais aussi celui de son entourage et plus largement du "système" au pouvoir.

  "Pas dupes"

Et la plupart des Algérois interrogés par l'AFP ont répété leur détermination à continuer de manifester malgré cette démission, refusant la transition prévue par la Constitution qui laisse aux commandes les acteurs du "système".

Comme Yacine Saidani, ingénieur de 40 ans, beaucoup se disaient "contents mais pas dupes".

"La vigilance est de rigueur. On apprécie le moment, mais on n'oublie pas l'essentiel. Le système et ses tentacules mafieuses doivent dégager. Donc les marches continueront", assure Fadhéla Amara, 69 ans, son petit-fils de 10 ans à la main.

Certains ont rendu hommage au chef de l'Etat, mais regretté son acharnement à s'accrocher au pouvoir, qu'ils ont souvent attribué à son frère et principal conseiller, Saïd.

"Bouteflika a travaillé, j'ai voté pour lui au début, mais il n'a pas su partir la tête haute", a déploré Bilan Brahim, 40 ans, cadre au chômage.

Pour Fatma Zohra, 65 ans, infirmière à la retraite, qui compte "marcher jusqu'au départ de la clique", Bouteflika "aurait pu partir avec les honneurs, mais son frère l'a fait sortir par la petite porte de l'Histoire".

Confrontée à des manifestations massives chaque vendredi depuis le 22 février, la présidence s'était résolue lundi à annoncer dans un communiqué que M. Bouteflika démissionnerait avant l'expiration de son mandat, le 28 avril, après avoir pris des "mesures pour assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l'Etat durant la période de transition".

 "Rupture de confiance"

Mardi, dans l'après-midi,le général de corps d'armée Gaïd Salah, chef d'état-major, réunir les plus hauts gradés de l'armée. Cette fois-ci, le général Benali Benali, chef de la garde présidentielle, est présent. Il est visible sur les images diffusées après la réunion. Dès lors, on savait que le sort de Bouteflika était scellé.

Les propos de Gaïd Salah, diffusés par communiqué puis par vidéo (ci-dessous), sont virulents et définitifs. Dans la forme, l'armée exige un départ immédiat par application de l'article 102 de la Constitution, donc la démission de Bouteflika. Dans le fond, celui-ci est tout simplement déposé.

Gaïd Salah a estimé que le communiqué du 1er avril, "attribué au président", n'émanait pas du chef de l'Etat mais "d'entités non constitutionnelles et non habilitées", une allusion à l'entourage du président.

"Dans ce contexte particulier, nous confirmons que toute décision prise en dehors du cadre constitutionnel est considérée comme nulle et non avenue", avait poursuivi le général Gaïd Salah. Implicitement, l'armée ne reconnaît plus les décisions de la présidence.

Le clan Bouteflika: "une bande"

Le clan Bouteflika est qualifié de "bande": "(...)  je ne saurai me taire aujourd'hui sur les complots et les conspirations abjectes, fomentés par une bande qui a fait de la fraude, la malversation et la duplicité sa vocation.(...)".

"Notre décision est claire et irrévocable. Nous soutiendrons le peuple jusqu'à ce que ses revendications soient entièrement et totalement satisfaites"..

Cette "accélération des événements (...) montre la rupture de confiance entre l'armée et le pôle présidentiel après plusieurs années de caution militaire à Bouteflika et de caution civile à l'armée", a expliqué à l'AFP Hasni Abidi, directeur du Centre d’Etudes et de Recherche sur le monde arabe et méditerranéen, à Genève.

Il y voit l'"impatience de l'armée de voir le président partir", en raison de la crainte de l'institution militaire "d'arriver à un vide institutionnel (...) si le président ne respectait pas ce délai de démissionner avant le 28 avril".

Devant la Grande poste, où aucun incident n'a été signalé, Toufik, informaticien de 38 ans, "remercie l'armée" tout en soulignant que "maintenant, c'est au peuple de négocier la transition".

Ci-dessous, fac similé de la lettre de démission du président

Semaine après semaine, le président Bouteflika, qui n'apparaît quasiment plus en public depuis son AVC en 2013, a tenté de s'accrocher au pouvoir, multipliant les propositions assimilées par la rue à des manœuvres, sans jamais réussir à calmer la contestation, dont le pacifisme constant au fil des semaines a été salué à travers le monde.

Massivement lâché jusque dans son camp, il s'était retrouvé ces derniers jours très isolé après que le général Gaïd Salah, indéfectible allié jusque-là, eut affirmé que son départ du pouvoir était la solution à la crise, position à laquelle se sont ralliés rapidement l'essentiel des piliers du régime.

"Nous sommes confiants dans la capacité de tous les Algériens à poursuivre cette transition démocratique dans ce même esprit de calme et de responsabilité" qui a prévalu ces dernières semaines, a déclaré mardi soir Jean-Yves le Drian, ministre des Affaires étrangères de la France, ancienne puissance coloniale de l'Algérie.

"Il revient aux Algériens de décider comment gérer cette transition en Algérie", a estimé de son côté le département d'Etat américain.

A lire aussi


Communication financière

SALAFIN: Résultats Semestriels S1-2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.