L'ancien président égyptien Mohamed Morsi est mort

L'ancien président égyptien Mohamed Morsi est décédé, après avoir été victime d'un malaise pendant une comparution au tribunal, rapporte lundi 17 juin une dépêche de la MAP.

L'ancien président égyptien Mohamed Morsi est mort

Le 17 juin 2019 à 17:41

Modifié le 18 juin 2019 à 11:07

Mohamed Morsi était devenu en 2012 président de l’Égypte, un an après la chute de son prédécesseur Hosni Moubarak, pour une courte mandature entre 2012 et 2013, avant d'être écarté par l'armée.

Selon la télévision d’État, le défunt a été victime d'un malaise pendant une audience au tribunal et son décès a été constaté peu après. Il avait 67 ans.

L'AFP indique des sources sécuritaire et judiciaire qui précisent que l'ancien président en détention depuis juillet 2013, a parlé lundi devant un tribunal avant de s'effondrer, puis d'être emmené à l'hôpital où il est décédé.

"Il a parlé devant le juge pendant 20 minutes puis il s'est animé et s'est évanoui. On l'a vite emmené à l'hôpital où il est mort plus tard", a dit la source judiciaire.

Le parquet général en Egypte a pour sa part explique que "le tribunal lui a accordé le droit de parler pendant cinq minutes. Il est tombé sur le sol dans la cage des accusés et a été immédiatement transporté à l'hôpital" où il est décédé.

"Il est arrivé à l'hôpital et il n'y avait pas de nouvelles blessures visibles sur le corps".

Selon la télévision d'Etat, il est mort "à cause d'un arrêt cardiaque". Sa famille a confirmé sa mort mais sans en donner la cause.

"Nous n'avons même pas pu le voir au tribunal à cause des parois de verre blindé (du box) insonorisé. Mais d'autres détenus nous ont fait signe qu'il n'avait plus de pouls", a raconté à l'AFP l'un de ses avocats, Abdelmoneim Abdel Maksoud.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan Erdogan, allié de l'ancien président islamiste, lui a rapidement rendu hommage en le qualifiant de "martyr". L'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a exprimé "sa profonde tristesse". L'Iran a regretté "une mort triste et malheureuse".

Mohamed Morsi "a été enterré le matin à Medinat Nasr, dans l'est du Caire, en présence de sa famille", a indiqué à l'AFP Me Maksoud. "La prière funèbre a été faite à l'hôpital de la prison de Tora".

Le leader islamiste avait été jugé dans plusieurs affaires dont un dossier d'espionnage pour l'Iran, le Qatar et des groupes militants comme le Hamas à Gaza.

Il a également été accusé de fomenter des actes de terrorisme.

Depuis sa destitution en 2013, son ancien ministre de la Défense Abdel Fattah al-Sissi a mené une répression sans merci contre l'opposition islamiste et en particulier les Frères musulmans, dont des milliers de membres ont été emprisonnés.

Les années qui ont suivi le coup de force de l'armée en Egypte ont vu une succession d'attaques visant les forces de l'ordre, avec des centaines de policiers et militaires tués et une véritable insurrection jihadiste localisée dans le nord-Sinaï, devenu un bastion du groupe Etat islamique.

Le Parti de la liberté et de la justice de Mohamed Morsi, bras politique des Frères musulmans, a parlé d'un "assassinat" dans un communiqué, dénonçant de mauvaises conditions de détention dont "le but était de le tuer à petit feu".

(Avec MAP et AFP)

>>Lire aussi: Egypte: peine de mort confirmée pour Morsi

L'ancien président égyptien Mohamed Morsi est mort

Le 17 juin 2019 à17:41

Modifié le 18 juin 2019 à 11:07

L'ancien président égyptien Mohamed Morsi est décédé, après avoir été victime d'un malaise pendant une comparution au tribunal, rapporte lundi 17 juin une dépêche de la MAP.

Mohamed Morsi était devenu en 2012 président de l’Égypte, un an après la chute de son prédécesseur Hosni Moubarak, pour une courte mandature entre 2012 et 2013, avant d'être écarté par l'armée.

Selon la télévision d’État, le défunt a été victime d'un malaise pendant une audience au tribunal et son décès a été constaté peu après. Il avait 67 ans.

L'AFP indique des sources sécuritaire et judiciaire qui précisent que l'ancien président en détention depuis juillet 2013, a parlé lundi devant un tribunal avant de s'effondrer, puis d'être emmené à l'hôpital où il est décédé.

"Il a parlé devant le juge pendant 20 minutes puis il s'est animé et s'est évanoui. On l'a vite emmené à l'hôpital où il est mort plus tard", a dit la source judiciaire.

Le parquet général en Egypte a pour sa part explique que "le tribunal lui a accordé le droit de parler pendant cinq minutes. Il est tombé sur le sol dans la cage des accusés et a été immédiatement transporté à l'hôpital" où il est décédé.

"Il est arrivé à l'hôpital et il n'y avait pas de nouvelles blessures visibles sur le corps".

Selon la télévision d'Etat, il est mort "à cause d'un arrêt cardiaque". Sa famille a confirmé sa mort mais sans en donner la cause.

"Nous n'avons même pas pu le voir au tribunal à cause des parois de verre blindé (du box) insonorisé. Mais d'autres détenus nous ont fait signe qu'il n'avait plus de pouls", a raconté à l'AFP l'un de ses avocats, Abdelmoneim Abdel Maksoud.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan Erdogan, allié de l'ancien président islamiste, lui a rapidement rendu hommage en le qualifiant de "martyr". L'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a exprimé "sa profonde tristesse". L'Iran a regretté "une mort triste et malheureuse".

Mohamed Morsi "a été enterré le matin à Medinat Nasr, dans l'est du Caire, en présence de sa famille", a indiqué à l'AFP Me Maksoud. "La prière funèbre a été faite à l'hôpital de la prison de Tora".

Le leader islamiste avait été jugé dans plusieurs affaires dont un dossier d'espionnage pour l'Iran, le Qatar et des groupes militants comme le Hamas à Gaza.

Il a également été accusé de fomenter des actes de terrorisme.

Depuis sa destitution en 2013, son ancien ministre de la Défense Abdel Fattah al-Sissi a mené une répression sans merci contre l'opposition islamiste et en particulier les Frères musulmans, dont des milliers de membres ont été emprisonnés.

Les années qui ont suivi le coup de force de l'armée en Egypte ont vu une succession d'attaques visant les forces de l'ordre, avec des centaines de policiers et militaires tués et une véritable insurrection jihadiste localisée dans le nord-Sinaï, devenu un bastion du groupe Etat islamique.

Le Parti de la liberté et de la justice de Mohamed Morsi, bras politique des Frères musulmans, a parlé d'un "assassinat" dans un communiqué, dénonçant de mauvaises conditions de détention dont "le but était de le tuer à petit feu".

(Avec MAP et AFP)

>>Lire aussi: Egypte: peine de mort confirmée pour Morsi

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.