VIDEO. L’Ave Maria de Caccini chantée à l'Institut Mohammed VI de formation des Imams

Des sopranos, ténors, choristes et solistes marocains et étrangers, se sont joints à l’Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM), pour interpréter brillamment, samedi à l'Institut Mohammed VI de formation des Imams, des airs et chants religieux musulmans, juifs et chrétiens, en signe de paix, de tolérance et de coexistence entre les trois religions monothéistes.

Le 31 mars 2019 à 12:07

Modifié le 31 mars 2019 à 11:21

Arrivé ce samedi en début d’après-midi à Rabat, le pape François a été reçu par le Roi Mohammed VI. Pour cette visite exceptionnelle (30 et 31 mars), qui intervient 34 ans après la visite du pape Jean-Paul II, le créateur de l’orchestre national de Lille et chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus a dirigé l’Ave Maria de Caccini avec l’Orchestre et les chœurs du Philharmonique du Maroc.

Un instant magique où le temps a suspendu son vol.

Ces chants, une célébration du brassage de traditions, de cultures et de valeurs sacrées, fondé sur la convivialité et le vivre-ensemble, ponctuaient la visite effectuée par le Roi Mohammed VI et le Pape François à l'Institut Mohammed VI de formation des Imams. Une première mondiale.

Caroline Casadesus, Smahi El Harati et Françoise Atlan, trois chanteurs de trois confessions religieuses différentes, chrétienne, musulmane et juive, ont chanté à l’unisson avec la pianiste Dina Bensaid, créant une très forte émotion.

Fruit d’un travail de recherche et de transcription vocale et orchestrale, ce brassage musical, porté par environ 80 artistes, entre musiciens, choristes et solistes, a mis en valeur les liens tissés entre les chants religieux sacrés quelles que soient les religions qu'ils honorent.

Il s’agit là d’un appel au dialogue, au vivre-ensemble et à l’entente mutuelle à travers un voyage émotionnel qui dépasse les mots et les conflits et privilégie l’union et la concorde.

Proposant un mélange de musiques religieuses à travers les influences culturelles et les différents courants religieux, cette interprétation a célébré le capacité de la musique à créer un dialogue interculturel et à transmettre un message de tolérance et de coexistence entre les peuples.

Les "religions à l'unisson" depuis 2016

Créé en 1996, l’Orchestre Philharmonique du Maroc est composé de quatre-vingts musiciens professionnels. Une véritable ingénierie d’actions culturelles est développée par l’Orchestre, qui donne une cinquantaine de concerts chaque saison, participe au rayonnement culturel d’un Maroc d’ouverture et de modernité.

Toujours avec ce souci de diffuser les valeurs d’écoute et de tolérance qu’il porte, l’Orchestre est à l’origine de la création de l’Orchestre Philharmonique du Maghreb.

Depuis 2016, l’Orchestre Philharmonique du Maroc a créé son cycle Les religions à l’unisson qui réunit sur une même scène, des artistes issus des trois grandes religions monothéistes.

VIDEO. L’Ave Maria de Caccini chantée à l'Institut Mohammed VI de formation des Imams

Le 31 mars 2019 à12:07

Modifié le 31 mars 2019 à 11:21

Des sopranos, ténors, choristes et solistes marocains et étrangers, se sont joints à l’Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM), pour interpréter brillamment, samedi à l'Institut Mohammed VI de formation des Imams, des airs et chants religieux musulmans, juifs et chrétiens, en signe de paix, de tolérance et de coexistence entre les trois religions monothéistes.

Arrivé ce samedi en début d’après-midi à Rabat, le pape François a été reçu par le Roi Mohammed VI. Pour cette visite exceptionnelle (30 et 31 mars), qui intervient 34 ans après la visite du pape Jean-Paul II, le créateur de l’orchestre national de Lille et chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus a dirigé l’Ave Maria de Caccini avec l’Orchestre et les chœurs du Philharmonique du Maroc.

Un instant magique où le temps a suspendu son vol.

Ces chants, une célébration du brassage de traditions, de cultures et de valeurs sacrées, fondé sur la convivialité et le vivre-ensemble, ponctuaient la visite effectuée par le Roi Mohammed VI et le Pape François à l'Institut Mohammed VI de formation des Imams. Une première mondiale.

Caroline Casadesus, Smahi El Harati et Françoise Atlan, trois chanteurs de trois confessions religieuses différentes, chrétienne, musulmane et juive, ont chanté à l’unisson avec la pianiste Dina Bensaid, créant une très forte émotion.

Fruit d’un travail de recherche et de transcription vocale et orchestrale, ce brassage musical, porté par environ 80 artistes, entre musiciens, choristes et solistes, a mis en valeur les liens tissés entre les chants religieux sacrés quelles que soient les religions qu'ils honorent.

Il s’agit là d’un appel au dialogue, au vivre-ensemble et à l’entente mutuelle à travers un voyage émotionnel qui dépasse les mots et les conflits et privilégie l’union et la concorde.

Proposant un mélange de musiques religieuses à travers les influences culturelles et les différents courants religieux, cette interprétation a célébré le capacité de la musique à créer un dialogue interculturel et à transmettre un message de tolérance et de coexistence entre les peuples.

Les "religions à l'unisson" depuis 2016

Créé en 1996, l’Orchestre Philharmonique du Maroc est composé de quatre-vingts musiciens professionnels. Une véritable ingénierie d’actions culturelles est développée par l’Orchestre, qui donne une cinquantaine de concerts chaque saison, participe au rayonnement culturel d’un Maroc d’ouverture et de modernité.

Toujours avec ce souci de diffuser les valeurs d’écoute et de tolérance qu’il porte, l’Orchestre est à l’origine de la création de l’Orchestre Philharmonique du Maghreb.

Depuis 2016, l’Orchestre Philharmonique du Maroc a créé son cycle Les religions à l’unisson qui réunit sur une même scène, des artistes issus des trois grandes religions monothéistes.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.