L’écosystème Tanger Med veut créer 40.000 emplois nouveaux d’ici 2025

L’écosystème Tanger Med a déjà créé 75.000 emplois à fin 2018. La dynamique va se poursuivre avec un nouveau programme d’investissement portuaire et logistique et l’installation de nouvelles entreprises dans l’arrière-pays du port.

Le 15 juillet 2019 à 14:59

Modifié le 17 juillet 2019 à 07:32

Le complexe portuaire Tanger Med continue de faire l’actualité. Après l’inauguration du port Tanger Med II le 28 juin, des délégations d’autorités portuaires et d’hommes d’affaires africains continuent d’affluer pour visiter le port et découvrir sa gouvernance. Alors qu’il était déjà premier port en Afrique, Tanger Med est devenu premier port en Méditerranée, avec une capacité de 9 millions de conteneurs.

Pour parler des développements récents et futurs du complexe, Mehdi Tazi Riffi, DG de l’Autorité portuaire de Tanger Med, était l’invité de l’émission Confidences de presse diffusée sur 2M, dimanche 14 juillet. Il y a fait des révélations intéressantes.

Un programme d'investissement de 9 milliards de DH

La plus importante des déclarations est la volonté de l’écosystème Tanger Med de créer 40.000 emplois nouveaux d’ici 2025. L’écosystème en a déjà créé 75.000 depuis son démarrage à fin 2018. Les nouveaux emplois seront créés grâce à l’installation de nouvelles entreprises dans l’arrière-pays du port et au lancement d’un programme d’investissement de 9 milliards de DH sur la période 2019-2025.

Ce programme consacre 3 milliards de DH à l'extension du port passagers et rouliers dans le but de traiter plus de camions de transport international routier, et 6 milliards de DH au lancement de nouvelles zones de facilitation import-export, des parcs et zones logistiques et des ports secs.

Comprendre l'écosystème Tanger Med

Il faut savoir que l’écosystème Tanger Med est constitué de plusieurs composantes :

L’Agence spéciale Tanger Med, porteuse de l’ensemble des projets dans leurs composantes portuaire, logistique et industrielle.

La filiale Tanger Med Port Athority qui gère la partie portuaire, notamment les concessions des terminaux (APM, Maersk, CMA-CGM…)

La filiale Tanger Med Zones chargée, elle, du développement de l’arrière-pays du complexe, à savoir le pôle industriel et logistique.

Aujourd’hui, la partie portuaire est composée de :

Tanger Med I : inauguré en 2007, il a une capacité théorique de 3 millions de conteneurs. En 2018, il a traité 3,5 millions de conteneurs, « signe de sa productivité », souligne Mehdi Tazi Riffi. Il est opéré par APM Terminals au terminal 1 et Eurogate au terminal 2 (consortium composé de Contship Italia, MSC et CMA-CGM).

Le port passagers et rouliers : inauguré en 2010, il a traité en 2018 plus de 2,8 millions de passagers et 320.000 camions de transport international. Ce port connaîtra une extension car les projections portent sur 600.000 camions TIR à traiter annuellement à partir de 2025.

Tanger Med II : inauguré en juin 2019, il a une capacité de 6 millions de conteneurs. APM-Maersk a démarré les opérations portuaires sur son terminal TC4. Un autre terminal (TC3) est en cours d’achèvement. Il sera géré par Marsa Maroc avec un partenaire.

La partie industrielle et logistique est composée de 4 zones d’activités qui opèrent dans les métiers de l’automobile, l’aéronautique, la logistique, le textile et les services, en plus d'une zone logistique et d'une autre dédiée à l'import/export. Il s’agit de Tanger Free Zone (TFZ), Tanger Automotive City (TAC), Tétouan Shore et Tetouan Park.

>>Lire aussi: Tanger Med Zones: 66 projets industriels accueillis en 2018

Elle est développée sur une surface de 1.600 ha, ce qui en fait la 1ère zone franche en Afrique et en Méditerranée. Elle emploie 75.000 personnes et regroupe 900 entreprises installées orientées vers l’export.

« Ces emplois ont surtout profité aux Marocaines et Marocains. Il y a très peu d’expatriés. Ces ressources humaines ont été formées notamment dans la dizaine de centres créés à proximité ou à l’intérieur de l’écosystème », précise M. Riffi.

Les retombées économiques de Tanger Med

Hormis les emplois, la rentabilité de l’investissement dans l’écosystème Tanger Med est visible à travers d’autres indicateurs.

- D’abord, l’investissement public réalisé a généré des investissements privés d’un montant largement supérieur : 35 milliards de DH (digues, autoroute, ferroviaire…) contre 53 milliards de DH (concessionnaires du port, logisticiens installés comme DHL, Nippon Expess, Decathlon… et 900 entreprises industrielles). Les investissements privés vont se poursuivre.

- Ensuite, ces investissements génèrent des devises : le chiffre d’affaires à l’export réalisé par l’écosystème Tanger Med atteint 80 milliards de DH en 2018, soit près de 30% des exportations marocaines.

- Le port Tanger Med ne bénéficie pas qu’à son écosystème mais à tout le tissu productif national. En 2018, il a traité 50% des exportations marocaines, devenant ainsi le premier port import-export du Maroc devant celui de Casablanca.

L’import-export à Tanger Med représente 30% de son activité. Le reste est constitué du transbordement (manutention de conteneurs qui font transit au Maroc avant de reprendre les routes maritimes).

- Le déménagement de l’activité camions et passagers de Tanger-ville vers Tanger Med a permis de libérer le potentiel touristique de la ville du détroit. La construction de la Marina en est la preuve.

Des retombées géostratégiques

Outre les retombées économiques directes sur le Maroc, le port Tanger Med a des retombées géostratégiques.

Avec son activité transbordement, le complexe portuaire est une plateforme logistique pour l’Afrique et la Méditerranée. Sa compétitivité est assurée par deux facteurs : un interlocuteur public unique (TMSA) et des concessionnaires qui sont également clients du port (CMA-CGEM, Maersk…)

La Méditerranée est la troisième région du monde en termes de trafic maritime. Le détroit de Gibraltar connait le passage de 100.000 navires par an, soit 20% du commerce maritime mondial.

Pour sa part, l’Afrique représente une bonne partie de l’activité du port. 40% de l’activité conteneurs est constituée de trafic en provenance ou envers l’Afrique. Tanger Med est connectée à 40 ports africains (service hebdomadaire).

L’écosystème Tanger Med veut créer 40.000 emplois nouveaux d’ici 2025

Le 15 juillet 2019 à15:06

Modifié le 17 juillet 2019 à 07:32

L’écosystème Tanger Med a déjà créé 75.000 emplois à fin 2018. La dynamique va se poursuivre avec un nouveau programme d’investissement portuaire et logistique et l’installation de nouvelles entreprises dans l’arrière-pays du port.

Le complexe portuaire Tanger Med continue de faire l’actualité. Après l’inauguration du port Tanger Med II le 28 juin, des délégations d’autorités portuaires et d’hommes d’affaires africains continuent d’affluer pour visiter le port et découvrir sa gouvernance. Alors qu’il était déjà premier port en Afrique, Tanger Med est devenu premier port en Méditerranée, avec une capacité de 9 millions de conteneurs.

Pour parler des développements récents et futurs du complexe, Mehdi Tazi Riffi, DG de l’Autorité portuaire de Tanger Med, était l’invité de l’émission Confidences de presse diffusée sur 2M, dimanche 14 juillet. Il y a fait des révélations intéressantes.

Un programme d'investissement de 9 milliards de DH

La plus importante des déclarations est la volonté de l’écosystème Tanger Med de créer 40.000 emplois nouveaux d’ici 2025. L’écosystème en a déjà créé 75.000 depuis son démarrage à fin 2018. Les nouveaux emplois seront créés grâce à l’installation de nouvelles entreprises dans l’arrière-pays du port et au lancement d’un programme d’investissement de 9 milliards de DH sur la période 2019-2025.

Ce programme consacre 3 milliards de DH à l'extension du port passagers et rouliers dans le but de traiter plus de camions de transport international routier, et 6 milliards de DH au lancement de nouvelles zones de facilitation import-export, des parcs et zones logistiques et des ports secs.

Comprendre l'écosystème Tanger Med

Il faut savoir que l’écosystème Tanger Med est constitué de plusieurs composantes :

L’Agence spéciale Tanger Med, porteuse de l’ensemble des projets dans leurs composantes portuaire, logistique et industrielle.

La filiale Tanger Med Port Athority qui gère la partie portuaire, notamment les concessions des terminaux (APM, Maersk, CMA-CGM…)

La filiale Tanger Med Zones chargée, elle, du développement de l’arrière-pays du complexe, à savoir le pôle industriel et logistique.

Aujourd’hui, la partie portuaire est composée de :

Tanger Med I : inauguré en 2007, il a une capacité théorique de 3 millions de conteneurs. En 2018, il a traité 3,5 millions de conteneurs, « signe de sa productivité », souligne Mehdi Tazi Riffi. Il est opéré par APM Terminals au terminal 1 et Eurogate au terminal 2 (consortium composé de Contship Italia, MSC et CMA-CGM).

Le port passagers et rouliers : inauguré en 2010, il a traité en 2018 plus de 2,8 millions de passagers et 320.000 camions de transport international. Ce port connaîtra une extension car les projections portent sur 600.000 camions TIR à traiter annuellement à partir de 2025.

Tanger Med II : inauguré en juin 2019, il a une capacité de 6 millions de conteneurs. APM-Maersk a démarré les opérations portuaires sur son terminal TC4. Un autre terminal (TC3) est en cours d’achèvement. Il sera géré par Marsa Maroc avec un partenaire.

La partie industrielle et logistique est composée de 4 zones d’activités qui opèrent dans les métiers de l’automobile, l’aéronautique, la logistique, le textile et les services, en plus d'une zone logistique et d'une autre dédiée à l'import/export. Il s’agit de Tanger Free Zone (TFZ), Tanger Automotive City (TAC), Tétouan Shore et Tetouan Park.

>>Lire aussi: Tanger Med Zones: 66 projets industriels accueillis en 2018

Elle est développée sur une surface de 1.600 ha, ce qui en fait la 1ère zone franche en Afrique et en Méditerranée. Elle emploie 75.000 personnes et regroupe 900 entreprises installées orientées vers l’export.

« Ces emplois ont surtout profité aux Marocaines et Marocains. Il y a très peu d’expatriés. Ces ressources humaines ont été formées notamment dans la dizaine de centres créés à proximité ou à l’intérieur de l’écosystème », précise M. Riffi.

Les retombées économiques de Tanger Med

Hormis les emplois, la rentabilité de l’investissement dans l’écosystème Tanger Med est visible à travers d’autres indicateurs.

- D’abord, l’investissement public réalisé a généré des investissements privés d’un montant largement supérieur : 35 milliards de DH (digues, autoroute, ferroviaire…) contre 53 milliards de DH (concessionnaires du port, logisticiens installés comme DHL, Nippon Expess, Decathlon… et 900 entreprises industrielles). Les investissements privés vont se poursuivre.

- Ensuite, ces investissements génèrent des devises : le chiffre d’affaires à l’export réalisé par l’écosystème Tanger Med atteint 80 milliards de DH en 2018, soit près de 30% des exportations marocaines.

- Le port Tanger Med ne bénéficie pas qu’à son écosystème mais à tout le tissu productif national. En 2018, il a traité 50% des exportations marocaines, devenant ainsi le premier port import-export du Maroc devant celui de Casablanca.

L’import-export à Tanger Med représente 30% de son activité. Le reste est constitué du transbordement (manutention de conteneurs qui font transit au Maroc avant de reprendre les routes maritimes).

- Le déménagement de l’activité camions et passagers de Tanger-ville vers Tanger Med a permis de libérer le potentiel touristique de la ville du détroit. La construction de la Marina en est la preuve.

Des retombées géostratégiques

Outre les retombées économiques directes sur le Maroc, le port Tanger Med a des retombées géostratégiques.

Avec son activité transbordement, le complexe portuaire est une plateforme logistique pour l’Afrique et la Méditerranée. Sa compétitivité est assurée par deux facteurs : un interlocuteur public unique (TMSA) et des concessionnaires qui sont également clients du port (CMA-CGEM, Maersk…)

La Méditerranée est la troisième région du monde en termes de trafic maritime. Le détroit de Gibraltar connait le passage de 100.000 navires par an, soit 20% du commerce maritime mondial.

Pour sa part, l’Afrique représente une bonne partie de l’activité du port. 40% de l’activité conteneurs est constituée de trafic en provenance ou envers l’Afrique. Tanger Med est connectée à 40 ports africains (service hebdomadaire).

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.