L'équipe nationale avait-elle vraiment les moyens de remporter la CAN?

Pour la première édition d'une phase finale de la Coupe d'Afrique des nations à 24 équipes, la sélection marocaine est sortie par la petite porte après son élimination humiliante en huitième de finale par le Bénin (1-1, 1-4 tab).

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/06-07-2019/Renardarticlebilancan2019.jpg-oui
L'équipe nationale avait-elle vraiment les moyens de remporter la CAN 2019?

Le 06 juillet 2019 à 17:55

Modifié le 08 juillet 2019 à 12:53

C'est un échec cuisant qui restera parmi les grands traumatismes du football marocain, mais les Lions de l'Atlas étaient-il vraiment capables de faire mieux que lors de l'édition 2017 au Gabon ?

Une victoire et une qualification historique pour le Bénin

Même si les coéquipiers de M'Bark Boussoufa ont eu la possession du ballon, ils ont été incapables de concrétiser les occasions qu'ils se sont créées face à une équipe du Bénin qui les a fait douter dès le coup d'envoi de la partie.

Les Écureuils ont cru en leur chance et se sont battus jusqu'au bout pour arracher leur première qualification pour les quarts de finale de la CAN de leur histoire. En outre, ils se sont imposés pour la première fois contre le Maroc après une série de 5 défaites consécutives sur des scores assez lourds.

Les Lions de l'Atlas n'étaient pas rendez-vous mentalement

Les joueurs du Onze national n'étaient pas concentrés face au Bénin comme l'espérait Hervé Renard . Ils se sont précipités pour marquer, ont manqué beaucoup de longues passes et fait plusieurs erreurs de placement. Même la manière avec laquelle Hakim Ziyech, Sofiane Boufal et Youssef En-Nesyri ont raté les penalties nous pousse à nous demander si toute l'équipe était bien préparée mentalement. Les Lions de l'Atlas ont manqué aussi d'un vrai leader sur le terrain pour les motiver et les guider.

Hakim Ziyech, le maillon faible de l'équipe nationale

Personne ne peut douter de ses qualités et de son talent surtout après l'incroyable saison qu'il a réalisée avec l'Ajax Amsterdam, mais Hakim Ziyech  n'a jusqu'à présent jamais convaincu dans les compétitions internationales avec les Lions de l'Atlas.

Déjà auteur d'un Mondial 2018 très décevant sans le moindre but ni la moindre passe décisive, le natif de Droten a complètement raté sa CAN. Dès le premier match face à la Namibie, il s'est avéré qu'il n'était pas au top de sa forme et qu'il n'était pas capable de tirer ses coéquipiers vers le haut. Au vu de rendement, il ne fera pas partie des prétendants pour le Ballon d'or africain 2019, qui sera désormais disputé entre Riyad Mahrez, Sadio Mané et Mohamed Salah.

Sofiane Boufal ne méritait pas un statut de remplaçant

Sofiane Boufal est de loin le joueur marocain le plus technique. Non convoqué pour la Coupe du monde 2018, il vient de disputer sa première compétition internationale sous les couleurs Rouge et Vert, mais il n'a pas eu le temps de jeu qu'il méritait. 

Toutefois, cela ne l'a pas empêché de montrer ce dont il est capable à chaque fois qu'il rentrait en cours de jeu. L'ayant entraîné au LOSC Lille lors de la saison 2016-17, Hervé Renard avait déclaré en octobre 2016 à "France Football" avant que Sofiane Boufal n'opte définitivement pour le Maroc après son arrivée: "Il a tellement de talent qu'il peut viser l'équipe de France dès maintenant."

Hervé Renard avait-il pris les meilleurs joueurs possible ?

Il est connu que chaque équipe nationale est composée des meilleurs joueurs du moment, mais cela n'a jamais été vraiment le cas depuis l'arrivée d'Hervé Renard à la tête des Lions de l'Atlas en février 2016.

Pour cette édition 2019 de la CAN, le technicien français avait pris la décision de se passer des services de l'attaquant Rachid Alioui, le joueur qui avait qualifié le Onze national pour les quarts de finale de la CAN 2017 en inscrivant un but somptueux lors du dernier match de la phase de poules face à la Cote d'Ivoire (1-0). Ce même Rachid Alioui avait réalisé une bonne entrée en jeu durant la rencontre amicale contre le Malawi en mars 2019.

Nous pouvons aussi reprocher à Hervé Renard de ne pas avoir donné la chance aux meilleurs éléments du championnat national, dont Mahmoud Benhalib qui n'a cessé de briller avec le Raja Casablanca tout au long de la saison écoulée.

Comme nous l'avions évoqué à plusieurs reprises, Khalid Boutaib et Youssef En-nseyri étaient les deux seuls attaquants de pointe présents dans l'effectif en Égypte après le départ d'Abderazzak Hamdallah, qui à la surprise générale, avait été remplacé par Abdelkarim Baadi, l'arrière latéral gauche du Hassania d'Agadir.

M'Bark Boussoufa et Karim El Ahmadi ont dit adieu à l'équipe nationale

Après de bons et loyaux services, M'Bark Boussoufa et Karim El Ahmadi ont officiellement décidé de se retirer de l'équipe nationale. D'autres joueurs trentenaires comme Medhi Benatia, Nabil Dirar et Marouane Da Costa pourraient également leur emboîter le pas dans les heures ou les jours qui viennent.

La relève est-elle assurée ?

Est-ce que la DTN et les centres de formation des clubs locaux ont préparé des jeunes pour bâtir une équipe plus solide ? L'équipe olympique, à titre d'exemple, affrontera le Mali en septembre prochain dans une double confrontation décisive pour la qualification à la CAN des moins de 2023, mais elle est toujours sans sélectionneur et n'a plus effectué de stage depuis le mois de mars 2019.

De plus, la FRMF n'a pas encore désigné le successeur de Nasser Larguet à la tête de la direction technique nationale. Les prochains jours seront décisifs.

Fin de la collaboration entre Hervé Renard et Patrice Beaumelle

Présent à ses côtés depuis ses premiers pas de sélectionneur sur le banc de la Zambie en 2008, Patrice Beaumelle ne sera plus l'entraîneur adjoint d'Hervé Renard s'il quitte le Maroc.

Dans une interview accordée au journal "Le Monde" avant le coup d'envoi de la CAN, le double champion d'Afrique a révélé que son compatriote n'allait pas le suivre dans sa future destination soulignant qu'il était temps pour lui de voler de ses propres ailes. Signalons que Patrice Beaumelle a déjà eu une courte expérience avec le Zambie en tant que numéro 1.

Tags : CAN 2019

L'équipe nationale avait-elle vraiment les moyens de remporter la CAN?

Le 06 juillet 2019 à20:38

Modifié le 08 juillet 2019 à 12:53

Pour la première édition d'une phase finale de la Coupe d'Afrique des nations à 24 équipes, la sélection marocaine est sortie par la petite porte après son élimination humiliante en huitième de finale par le Bénin (1-1, 1-4 tab).

C'est un échec cuisant qui restera parmi les grands traumatismes du football marocain, mais les Lions de l'Atlas étaient-il vraiment capables de faire mieux que lors de l'édition 2017 au Gabon ?

Une victoire et une qualification historique pour le Bénin

Même si les coéquipiers de M'Bark Boussoufa ont eu la possession du ballon, ils ont été incapables de concrétiser les occasions qu'ils se sont créées face à une équipe du Bénin qui les a fait douter dès le coup d'envoi de la partie.

Les Écureuils ont cru en leur chance et se sont battus jusqu'au bout pour arracher leur première qualification pour les quarts de finale de la CAN de leur histoire. En outre, ils se sont imposés pour la première fois contre le Maroc après une série de 5 défaites consécutives sur des scores assez lourds.

Les Lions de l'Atlas n'étaient pas rendez-vous mentalement

Les joueurs du Onze national n'étaient pas concentrés face au Bénin comme l'espérait Hervé Renard . Ils se sont précipités pour marquer, ont manqué beaucoup de longues passes et fait plusieurs erreurs de placement. Même la manière avec laquelle Hakim Ziyech, Sofiane Boufal et Youssef En-Nesyri ont raté les penalties nous pousse à nous demander si toute l'équipe était bien préparée mentalement. Les Lions de l'Atlas ont manqué aussi d'un vrai leader sur le terrain pour les motiver et les guider.

Hakim Ziyech, le maillon faible de l'équipe nationale

Personne ne peut douter de ses qualités et de son talent surtout après l'incroyable saison qu'il a réalisée avec l'Ajax Amsterdam, mais Hakim Ziyech  n'a jusqu'à présent jamais convaincu dans les compétitions internationales avec les Lions de l'Atlas.

Déjà auteur d'un Mondial 2018 très décevant sans le moindre but ni la moindre passe décisive, le natif de Droten a complètement raté sa CAN. Dès le premier match face à la Namibie, il s'est avéré qu'il n'était pas au top de sa forme et qu'il n'était pas capable de tirer ses coéquipiers vers le haut. Au vu de rendement, il ne fera pas partie des prétendants pour le Ballon d'or africain 2019, qui sera désormais disputé entre Riyad Mahrez, Sadio Mané et Mohamed Salah.

Sofiane Boufal ne méritait pas un statut de remplaçant

Sofiane Boufal est de loin le joueur marocain le plus technique. Non convoqué pour la Coupe du monde 2018, il vient de disputer sa première compétition internationale sous les couleurs Rouge et Vert, mais il n'a pas eu le temps de jeu qu'il méritait. 

Toutefois, cela ne l'a pas empêché de montrer ce dont il est capable à chaque fois qu'il rentrait en cours de jeu. L'ayant entraîné au LOSC Lille lors de la saison 2016-17, Hervé Renard avait déclaré en octobre 2016 à "France Football" avant que Sofiane Boufal n'opte définitivement pour le Maroc après son arrivée: "Il a tellement de talent qu'il peut viser l'équipe de France dès maintenant."

Hervé Renard avait-il pris les meilleurs joueurs possible ?

Il est connu que chaque équipe nationale est composée des meilleurs joueurs du moment, mais cela n'a jamais été vraiment le cas depuis l'arrivée d'Hervé Renard à la tête des Lions de l'Atlas en février 2016.

Pour cette édition 2019 de la CAN, le technicien français avait pris la décision de se passer des services de l'attaquant Rachid Alioui, le joueur qui avait qualifié le Onze national pour les quarts de finale de la CAN 2017 en inscrivant un but somptueux lors du dernier match de la phase de poules face à la Cote d'Ivoire (1-0). Ce même Rachid Alioui avait réalisé une bonne entrée en jeu durant la rencontre amicale contre le Malawi en mars 2019.

Nous pouvons aussi reprocher à Hervé Renard de ne pas avoir donné la chance aux meilleurs éléments du championnat national, dont Mahmoud Benhalib qui n'a cessé de briller avec le Raja Casablanca tout au long de la saison écoulée.

Comme nous l'avions évoqué à plusieurs reprises, Khalid Boutaib et Youssef En-nseyri étaient les deux seuls attaquants de pointe présents dans l'effectif en Égypte après le départ d'Abderazzak Hamdallah, qui à la surprise générale, avait été remplacé par Abdelkarim Baadi, l'arrière latéral gauche du Hassania d'Agadir.

M'Bark Boussoufa et Karim El Ahmadi ont dit adieu à l'équipe nationale

Après de bons et loyaux services, M'Bark Boussoufa et Karim El Ahmadi ont officiellement décidé de se retirer de l'équipe nationale. D'autres joueurs trentenaires comme Medhi Benatia, Nabil Dirar et Marouane Da Costa pourraient également leur emboîter le pas dans les heures ou les jours qui viennent.

La relève est-elle assurée ?

Est-ce que la DTN et les centres de formation des clubs locaux ont préparé des jeunes pour bâtir une équipe plus solide ? L'équipe olympique, à titre d'exemple, affrontera le Mali en septembre prochain dans une double confrontation décisive pour la qualification à la CAN des moins de 2023, mais elle est toujours sans sélectionneur et n'a plus effectué de stage depuis le mois de mars 2019.

De plus, la FRMF n'a pas encore désigné le successeur de Nasser Larguet à la tête de la direction technique nationale. Les prochains jours seront décisifs.

Fin de la collaboration entre Hervé Renard et Patrice Beaumelle

Présent à ses côtés depuis ses premiers pas de sélectionneur sur le banc de la Zambie en 2008, Patrice Beaumelle ne sera plus l'entraîneur adjoint d'Hervé Renard s'il quitte le Maroc.

Dans une interview accordée au journal "Le Monde" avant le coup d'envoi de la CAN, le double champion d'Afrique a révélé que son compatriote n'allait pas le suivre dans sa future destination soulignant qu'il était temps pour lui de voler de ses propres ailes. Signalons que Patrice Beaumelle a déjà eu une courte expérience avec le Zambie en tant que numéro 1.

A lire aussi


Communication financière

Profit Warning - CTM Septembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.