L'Etat renonce au moins à 500 MDH par an de dividende en cédant 8% d'IAM

Pour atténuer son déficit budgétaire, l'Etat cède 8% du capital de Maroc Telecom, une entreprise très rentable qui lui génère 1,8 milliard de DH de dividende brut par an. Dès l'année prochaine, cette recette diminuera sensiblement.

L'Etat renonce au moins à 500 MDH par an de dividende en cédant 8% d'IAM

Le 03 juin 2019 à 16:26

Modifié le 03 juin 2019 à 16:40

Ce mardi 4 juin, les actionnaires de Maroc Telecom recevront leur dividende de l’année 2018, selon le calendrier de la Bourse de Casablanca. Il s’agit de 6,83 DH par action.

L’Etat détient encore 30% du capital de l’opérateur historique. Il recevra donc un dividende brut de plus de 1,8 milliard de DH (les 15% d’impôt sur les revenus des actions iront également dans ses caisses). L’année prochaine, ce produit des participations de l’Etat, qui vient juste après celui de la Conservation foncière (3 MMDH) et de l’OPC (2 MMDH) en termes d’importance, va diminuer de façon plus ou moins sensible.

Maîtriser les finances publiques, une nécessité

Maroc Telecom a annoncé, le vendredi 31 mai, que l’Etat a l’intention de céder dans les semaines à venir une part maximale de 8% de son capital. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la réactivation du programme des privatisations et son objectif est de permettre à l’Etat de faire face à l’augmentation prévue du déficit budgétaire.

Hors privatisations, le gouvernement prévoit d’atteindre un déficit budgétaire de 3,7% du PIB en 2019. Ce qui l’éloigne de son objectif de 3%. A travers la cession de 8% du capital de Maroc Telecom, il veut ramener le déficit à 3,3% du PIB grâce à l’encaissement d’environ 5 milliards de DH (10 milliards de DH en tout, dont la moitié va au fonds Hassan II).

Maroc Telecom est une entreprise de grande taille. C’est la plus grosse capitalisation de la Bourse de Casablanca. Au cours du 31 mai (137,5 DH), elle vaut 119 milliards de DH. On peut dire que l’Etat dispose donc d’une « réserve » de près de 36 milliards de DH dans laquelle il peut puiser à tout moment en cas de pression sur les finances publiques. C’est ce qu’il compte d’ailleurs faire dans quelques semaines.

Maroc Telecom, une rentabilité élevée

Mais Maroc Telecom c’est aussi une entreprise très rentable. Elle est parmi les plus juteuses cotées en bourse. En 2018, elle a généré 6 milliards de DH de bénéfices, en amélioration de 5,3% par rapport à 2017. Et elle distribue chaque année l’intégralité de son résultat aux actionnaires.

La rentabilité des capitaux propres (ROE) de Maroc Telecom est très élevé. Il s’élève à 38%, ce qui signifie que chaque 100 DH investis rapportent 38 DH.

Le rendement de dividende de l’opérateur est également parmi les plus élevés du marché. Il est de 4,8%, dépassant la moyenne de la bourse.

En cédant 8% du capital de Maroc Telecom, l’Etat va renoncer à une partie de cette rentabilité. En juin prochain, l’opérateur distribuera les dividendes de l’année 2019. Si les bénéfices restent inchangés, l’Etat encaissera 1,3 milliard de DH au lieu de 1,8 milliard, soit 500 MDH en moins.

Ce manque à gagner est l’équivalent du dixième de ce que générera la cession des 8% du capital au budget de l’Etat (5 milliards de DH environ).

Autrement dit, l’Etat va encaisser immédiatement l’équivalent de 10 ans de dividendes relatifs à 8% du capital, part qui pourrait lui générer de la rentabilité indéfiniment s’il décide de la garder.

Quelle valeur pour l'opérateur

Surtout, cette rentabilité est appelée à s’améliorer au fil des années, ce qui signifie que le manque à gagner sera plus important.

En effet, grâce à la stabilisation des prix des communications mobiles, à la montée en puissance de la data et à l’expansion en Afrique, Maroc Telecom redresse ses résultats depuis 2016. Et la tendance devrait se poursuivre.

Selon Upline, la banque d’affaires du groupe BCP, les bénéfices de l’opérateur devraient atteindre 6,4 milliards de DH cette année et 6,8 milliards en 2020. Le rendement de dividende devrait, lui, passer à 5% puis à 5,3%. Et le retour sur fonds propres (ROE) passer à 42%.

D’autres banques d’affaires sont moins optimistes, mais toutes s’accordent à dire que l’avenir de l’opérateur est prometteur. D’ailleurs, compte tenu de ces perspectives, elles évaluent l’action Maroc Telecom entre 140 DH (CDG Capital) et 169 DH (Attijariwafa et Upline). Autrement dit, entre 123 et 148 milliards de DH pour toute l’entreprise. Une fourchette pour le moins large.

Si l’Etat est décidé de vendre 8% du capital de Maroc Telecom, espérons au moins qu’il le fera au bon prix…

L'Etat renonce au moins à 500 MDH par an de dividende en cédant 8% d'IAM

Le 03 juin 2019 à16:40

Modifié le 03 juin 2019 à 16:40

Pour atténuer son déficit budgétaire, l'Etat cède 8% du capital de Maroc Telecom, une entreprise très rentable qui lui génère 1,8 milliard de DH de dividende brut par an. Dès l'année prochaine, cette recette diminuera sensiblement.

Ce mardi 4 juin, les actionnaires de Maroc Telecom recevront leur dividende de l’année 2018, selon le calendrier de la Bourse de Casablanca. Il s’agit de 6,83 DH par action.

L’Etat détient encore 30% du capital de l’opérateur historique. Il recevra donc un dividende brut de plus de 1,8 milliard de DH (les 15% d’impôt sur les revenus des actions iront également dans ses caisses). L’année prochaine, ce produit des participations de l’Etat, qui vient juste après celui de la Conservation foncière (3 MMDH) et de l’OPC (2 MMDH) en termes d’importance, va diminuer de façon plus ou moins sensible.

Maîtriser les finances publiques, une nécessité

Maroc Telecom a annoncé, le vendredi 31 mai, que l’Etat a l’intention de céder dans les semaines à venir une part maximale de 8% de son capital. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la réactivation du programme des privatisations et son objectif est de permettre à l’Etat de faire face à l’augmentation prévue du déficit budgétaire.

Hors privatisations, le gouvernement prévoit d’atteindre un déficit budgétaire de 3,7% du PIB en 2019. Ce qui l’éloigne de son objectif de 3%. A travers la cession de 8% du capital de Maroc Telecom, il veut ramener le déficit à 3,3% du PIB grâce à l’encaissement d’environ 5 milliards de DH (10 milliards de DH en tout, dont la moitié va au fonds Hassan II).

Maroc Telecom est une entreprise de grande taille. C’est la plus grosse capitalisation de la Bourse de Casablanca. Au cours du 31 mai (137,5 DH), elle vaut 119 milliards de DH. On peut dire que l’Etat dispose donc d’une « réserve » de près de 36 milliards de DH dans laquelle il peut puiser à tout moment en cas de pression sur les finances publiques. C’est ce qu’il compte d’ailleurs faire dans quelques semaines.

Maroc Telecom, une rentabilité élevée

Mais Maroc Telecom c’est aussi une entreprise très rentable. Elle est parmi les plus juteuses cotées en bourse. En 2018, elle a généré 6 milliards de DH de bénéfices, en amélioration de 5,3% par rapport à 2017. Et elle distribue chaque année l’intégralité de son résultat aux actionnaires.

La rentabilité des capitaux propres (ROE) de Maroc Telecom est très élevé. Il s’élève à 38%, ce qui signifie que chaque 100 DH investis rapportent 38 DH.

Le rendement de dividende de l’opérateur est également parmi les plus élevés du marché. Il est de 4,8%, dépassant la moyenne de la bourse.

En cédant 8% du capital de Maroc Telecom, l’Etat va renoncer à une partie de cette rentabilité. En juin prochain, l’opérateur distribuera les dividendes de l’année 2019. Si les bénéfices restent inchangés, l’Etat encaissera 1,3 milliard de DH au lieu de 1,8 milliard, soit 500 MDH en moins.

Ce manque à gagner est l’équivalent du dixième de ce que générera la cession des 8% du capital au budget de l’Etat (5 milliards de DH environ).

Autrement dit, l’Etat va encaisser immédiatement l’équivalent de 10 ans de dividendes relatifs à 8% du capital, part qui pourrait lui générer de la rentabilité indéfiniment s’il décide de la garder.

Quelle valeur pour l'opérateur

Surtout, cette rentabilité est appelée à s’améliorer au fil des années, ce qui signifie que le manque à gagner sera plus important.

En effet, grâce à la stabilisation des prix des communications mobiles, à la montée en puissance de la data et à l’expansion en Afrique, Maroc Telecom redresse ses résultats depuis 2016. Et la tendance devrait se poursuivre.

Selon Upline, la banque d’affaires du groupe BCP, les bénéfices de l’opérateur devraient atteindre 6,4 milliards de DH cette année et 6,8 milliards en 2020. Le rendement de dividende devrait, lui, passer à 5% puis à 5,3%. Et le retour sur fonds propres (ROE) passer à 42%.

D’autres banques d’affaires sont moins optimistes, mais toutes s’accordent à dire que l’avenir de l’opérateur est prometteur. D’ailleurs, compte tenu de ces perspectives, elles évaluent l’action Maroc Telecom entre 140 DH (CDG Capital) et 169 DH (Attijariwafa et Upline). Autrement dit, entre 123 et 148 milliards de DH pour toute l’entreprise. Une fourchette pour le moins large.

Si l’Etat est décidé de vendre 8% du capital de Maroc Telecom, espérons au moins qu’il le fera au bon prix…

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.