L’IATA impose le règlement bimensuel, les voyagistes s’inquiètent

La Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) a exprimé ses inquiétudes quant à la décision de l'Association internationale du transport aérien (IATA) d'exiger des voyagistes marocains, le règlement bimensuel à partir de janvier 2020.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/12-10-2019/vol.jpg-oui
L’IATA impose le règlement bimensuel, les voyagistes s’inquiètent

Le 12 octobre 2019 à 10:17

Modifié le 12 octobre 2019 à 10:17

Lors d'une réunion plénière des agences de voyages affiliées à l'IATA et membres de la FNAVM, le président de la FNAVM, Khalid Benazzouz, a affirmé que la décision de l'IATA de passer au paiement bimensuel au lieu de mensuel, constitue "une vraie source d’inquiétude" pour les voyagistes marocains qui voient en cette mesure "une menace aux équilibres financiers" de leurs entités.

"Cette décision va certainement impacter drastiquement les agences de voyages et participer à fragiliser leur situation", a mis en garde M. Benazzouz, notant que ce "changement brusque" de la fréquence des paiements inquiète beaucoup les voyagistes qui espèrent "rester au moins sur un mois, et préparer l’avenir".

Pour sa part, Mohamed Amal Karioun, président de l’APJC Maroc (Agency Programme Joint Council), un comité composé de représentants des transporteurs aériens et des agents de voyages, a indiqué que la "décision unilatérale et sans consultation" de l'IATA d'exiger le règlement bimensuel "n’est en aucune manière conforme aux relations commerciales qui doivent prévaloir entre fournisseurs et clients". L'IATA aurait du engager une concertation avec les agences de voyages à ce sujet afin de trouver une entente au lieu de les mettre devant le fait accompli, a-t-il dit.

L'ancien président de la FNAVM a en outre relevé à cet égard que les conditions actuelles du marché ne permettent pas ce passage au paiement bimensuel.

Même constat de la part du directeur Marché Maroc et Moyen Orient à la Royal air Maroc (RAM), Abderrahman Brahimi, qui a assuré que le secteur des agences de voyages n’est pas prêt pour le moment passer au paiement bimensuel, soulignant la nécessité d’un moratoire pour que les opérateurs puissent se préparer à cette nouvelle donne.

"Si la transition au bimensuel est obligatoire, il faut juste que les agences de voyages soient préparées", a-t-il insisté.

M. Brahimi a en outre expliqué que si le principal motif de l’IATA est de se prémunir des défauts de paiement, le taux du non recouvrement au Maroc en 2018 était de 0,0017%, un risque maîtrisé qui ne menace en aucun cas le marché.

Les autres intervenants ont mis l'accent sur l’impact de ce nouvel échéancier de paiement sur la viabilité des agences de voyages et sur la nécessité de trouver un consensus entre les différents acteurs. Ils ont également débattu de la nouvelle génération de systèmes de règlement des comptes (NewGen ISS) de l’institution internationale qui régit la distribution et le règlement des fonds entre les Agents de voyages et les Compagnies aériennes.

Cette réunion a été marquée par la signature d’une pétition dans laquelle les agences de voyages demandent la suspension de cette décision et la mise en place d’une commission mixte Agences de voyages, compagnies aériennes et administration publiques (tourisme, aviation civile, DGI), pour mettre en place les règles particulières qui régiront cette relation.

(Avec MAP)

L’IATA impose le règlement bimensuel, les voyagistes s’inquiètent

Le 12 octobre 2019 à10:17

Modifié le 12 octobre 2019 à 10:17

La Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) a exprimé ses inquiétudes quant à la décision de l'Association internationale du transport aérien (IATA) d'exiger des voyagistes marocains, le règlement bimensuel à partir de janvier 2020.

Lors d'une réunion plénière des agences de voyages affiliées à l'IATA et membres de la FNAVM, le président de la FNAVM, Khalid Benazzouz, a affirmé que la décision de l'IATA de passer au paiement bimensuel au lieu de mensuel, constitue "une vraie source d’inquiétude" pour les voyagistes marocains qui voient en cette mesure "une menace aux équilibres financiers" de leurs entités.

"Cette décision va certainement impacter drastiquement les agences de voyages et participer à fragiliser leur situation", a mis en garde M. Benazzouz, notant que ce "changement brusque" de la fréquence des paiements inquiète beaucoup les voyagistes qui espèrent "rester au moins sur un mois, et préparer l’avenir".

Pour sa part, Mohamed Amal Karioun, président de l’APJC Maroc (Agency Programme Joint Council), un comité composé de représentants des transporteurs aériens et des agents de voyages, a indiqué que la "décision unilatérale et sans consultation" de l'IATA d'exiger le règlement bimensuel "n’est en aucune manière conforme aux relations commerciales qui doivent prévaloir entre fournisseurs et clients". L'IATA aurait du engager une concertation avec les agences de voyages à ce sujet afin de trouver une entente au lieu de les mettre devant le fait accompli, a-t-il dit.

L'ancien président de la FNAVM a en outre relevé à cet égard que les conditions actuelles du marché ne permettent pas ce passage au paiement bimensuel.

Même constat de la part du directeur Marché Maroc et Moyen Orient à la Royal air Maroc (RAM), Abderrahman Brahimi, qui a assuré que le secteur des agences de voyages n’est pas prêt pour le moment passer au paiement bimensuel, soulignant la nécessité d’un moratoire pour que les opérateurs puissent se préparer à cette nouvelle donne.

"Si la transition au bimensuel est obligatoire, il faut juste que les agences de voyages soient préparées", a-t-il insisté.

M. Brahimi a en outre expliqué que si le principal motif de l’IATA est de se prémunir des défauts de paiement, le taux du non recouvrement au Maroc en 2018 était de 0,0017%, un risque maîtrisé qui ne menace en aucun cas le marché.

Les autres intervenants ont mis l'accent sur l’impact de ce nouvel échéancier de paiement sur la viabilité des agences de voyages et sur la nécessité de trouver un consensus entre les différents acteurs. Ils ont également débattu de la nouvelle génération de systèmes de règlement des comptes (NewGen ISS) de l’institution internationale qui régit la distribution et le règlement des fonds entre les Agents de voyages et les Compagnies aériennes.

Cette réunion a été marquée par la signature d’une pétition dans laquelle les agences de voyages demandent la suspension de cette décision et la mise en place d’une commission mixte Agences de voyages, compagnies aériennes et administration publiques (tourisme, aviation civile, DGI), pour mettre en place les règles particulières qui régiront cette relation.

(Avec MAP)

A lire aussi


Communication financière

CFG Bank - Enregistrement note d’information CD

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.