La croissance ralentit à 2,9% au quatrième trimestre 2018

La croissance a ralenti à 2,9% au quatrième trimestre 2018 contre 4,4% une année auparavant. Aussi bien la VA agricole que les activités non agricoles ont décéléré. L’investissement a baissé alors que le commerce extérieur a amélioré sa contribution.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/31-03-2019/LAHLIMI2.JPG-oui
La croissance ralentit à 2,9% au quatrième trimestre 2018

Le 31 mars 2019 à 15:11

Modifié le 31 mars 2019 à 15:12

Le HCP vient de publier les comptes nationaux du quatrième trimestre 2018. Il en ressort un taux de croissance du PIB de 2,9% contre 4,4% au quatrième trimestre 2017.
 
Dans le détail, le secteur primaire (agriculture et pêche) a réalisé une croissance de 2% contre 10,9% une année auparavant.
 
Le secteur secondaire a connu un ralentissement à 3,2% contre 4,6% à cause d’un tassement dans les mines et le BTP non compensé par l’amélioration dans l’électricité/eau et l’industrie de transformation.
 
Le secteur tertiaire a, lui, amélioré sa croissance à 3,1% contre 2,9%. Le commerce, les services financiers, les télécoms et l’éducation/santé/action social ont compensé la baisse de régime des transports, hôtels/restaurants et services aux ménages et aux entreprises.
 
Ce ralentissement de la croissance a eu lieu dans un contexte d’inflation stable : 1,9% contre 2% il y a une année. D’où un accroissement du PIB en valeur de 4,8%.
 
Du côté de la demande, la consommation des ménages a augmenté de 3,9% contre 1,9%, contribuant pour 2,2 points à la croissance. Celle des administrations s’est améliorée de 1,9% contre 1,2%, avec une contribution de 0,3 point.
 
Par contre, l’investissement brut a enregistré une baisse de 1% contre une hausse de 8,3%, contribuant négativement à la croissance (-0,3 point).
 
Quant aux échanges extérieurs, ils ont renforcé leur contribution positive à la croissance, avec 0,7 point contre 0,2 point auparavant.
 
Dans ces conditions, le besoin de financement de l’économie s’est dégradé, passant à 6,1% du PIB après avoir été de 3,3% au quatrième trimestre 2017.
 
Cette dégradation résulte d’un taux d’investissement qui s’est maintenu à 35% du PIB, alors que l’épargne nationale a baissé à 29% du PIB contre 32% auparavant, du fait de l’accroissement de la consommation des ménages et de la baisse des revenus issus du reste du monde.

La croissance ralentit à 2,9% au quatrième trimestre 2018

Le 31 mars 2019 à15:11

Modifié le 31 mars 2019 à 15:12

La croissance a ralenti à 2,9% au quatrième trimestre 2018 contre 4,4% une année auparavant. Aussi bien la VA agricole que les activités non agricoles ont décéléré. L’investissement a baissé alors que le commerce extérieur a amélioré sa contribution.

com_redaction-29

Le HCP vient de publier les comptes nationaux du quatrième trimestre 2018. Il en ressort un taux de croissance du PIB de 2,9% contre 4,4% au quatrième trimestre 2017.
 
Dans le détail, le secteur primaire (agriculture et pêche) a réalisé une croissance de 2% contre 10,9% une année auparavant.
 
Le secteur secondaire a connu un ralentissement à 3,2% contre 4,6% à cause d’un tassement dans les mines et le BTP non compensé par l’amélioration dans l’électricité/eau et l’industrie de transformation.
 
Le secteur tertiaire a, lui, amélioré sa croissance à 3,1% contre 2,9%. Le commerce, les services financiers, les télécoms et l’éducation/santé/action social ont compensé la baisse de régime des transports, hôtels/restaurants et services aux ménages et aux entreprises.
 
Ce ralentissement de la croissance a eu lieu dans un contexte d’inflation stable : 1,9% contre 2% il y a une année. D’où un accroissement du PIB en valeur de 4,8%.
 
Du côté de la demande, la consommation des ménages a augmenté de 3,9% contre 1,9%, contribuant pour 2,2 points à la croissance. Celle des administrations s’est améliorée de 1,9% contre 1,2%, avec une contribution de 0,3 point.
 
Par contre, l’investissement brut a enregistré une baisse de 1% contre une hausse de 8,3%, contribuant négativement à la croissance (-0,3 point).
 
Quant aux échanges extérieurs, ils ont renforcé leur contribution positive à la croissance, avec 0,7 point contre 0,2 point auparavant.
 
Dans ces conditions, le besoin de financement de l’économie s’est dégradé, passant à 6,1% du PIB après avoir été de 3,3% au quatrième trimestre 2017.
 
Cette dégradation résulte d’un taux d’investissement qui s’est maintenu à 35% du PIB, alors que l’épargne nationale a baissé à 29% du PIB contre 32% auparavant, du fait de l’accroissement de la consommation des ménages et de la baisse des revenus issus du reste du monde.

A lire aussi


Communication financière

SALAFIN: Résultats Semestriels S1-2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.