Danielle Nierenberg

Présidente de Food Tank

L'insécurité alimentaire augmente les mouvements de réfugiés

L'insécurité alimentaire augmente les mouvements de réfugiés

Le 02 août 2019 à 14:28

Modifié le 02 août 2019 à 15:44

LA NOUVELLE ORLEANS – Le mot "migration" suscite des images de guerre, de catastrophes naturelles et de graves difficultés économiques. Tous ces motifs ont leur importance et poussent des gens à chercher refuge loin de chez eux. Mais le plus puissant moteur de migration pourrait bien être la nourriture, ou, plutôt, l'absence de nourriture.

Depuis 2017, près de 821 millions de personnes dans le monde, environ une personne sur neuf, ont fait face à la privation de nourriture chronique. Si certains progrès ont été accomplis pour réduire la faim extrême, le nombre total de personnes souffrant de faim chronique continue à augmenter.

Le lien avec les migrations est clair. Lorsque des gens issus d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Amérique latine ne peuvent pas se nourrir eux-mêmes ni nourrir leurs familles, bien souvent, ils quittent leur pays. Selon une étude du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'Organisation des Nations unies, chaque augmentation d'un point de pourcentage de l'insécurité alimentaire augmente les mouvements de réfugiés de 1,9%.

Ceux qui doivent faire face à l'insécurité alimentaire exigent souvent de meilleures conditions de vie dans leur pays. Dans le monde arabe, des "émeutes du pain" éclatent régulièrement depuis le milieu des années 1980. La hausse des prix des denrées alimentaires, en particulier pour le blé, a déclenché les manifestations du Printemps arabe, qui ont débuté en Tunisie en 2010.

Entre faim et esclavage 

Si les pénuries alimentaires initiales n'ont pas suffi à motiver une personne à migrer, les troubles sociaux et les conflits sont souvent des causes de migration, notamment parce qu'ils ajoutent une nouvelle contrainte sur les approvisionnements en denrées alimentaires. Comme l'indique le PAM, l'insécurité alimentaire est "un déterminant significatif de l'incidence et de l'intensité des conflits armés." Pour chaque année de conflit supplémentaire, les exodes de réfugiés augmentent de 0,4%.

Selon l'Observatoire sur l'alimentation et la migration, de nombreux migrants sont des hommes célibataires, qui quittent les femmes de leur famille pour faire fonctionner leurs exploitations appauvries. En Afrique du nord, les femmes représentent à présent 43% de tous les exploitants agricoles, selon la Banque mondiale, contre environ 30% en 1980.

Ces femmes sont considérablement désavantagées. Par exemple, la Banque mondiale indique qu'en Amérique latine, "quand les femmes prennent la responsabilité principale de l'exploitation agricole familiale, elles sont confrontées à certaines difficultés spécifiques au genre, notamment à des difficultés l'embauche, à la supervision du travail et à l'acquisition de connaissances techniques sur l'agriculture."

De même, si les exploitants agricoles représentent 70% de l'effectif du Sénégal, l'Observatoire sur l'alimentation et la migration rapporte que seuls les hommes sont autorisés à prendre des décisions concernant la production agricole ou les activités agricoles. Il est donc extrêmement difficile d'obtenir une forte production agricole, ce qui vient aggraver les pénuries alimentaires.

Les migrants qui arrivent en Europe ou aux Etats-Unis forment souvent la base du secteur agricole de leur nouveau pays. Selon une étude du think tank "MacroGeo" et du Barilla Center for Food and Nutrition (BCFN), plus de la moitié de tous les travailleurs agricoles dans le sud de l'Italie sont des migrants et plus de trois millions de migrants travaillent dans des exploitations agricoles américaines. Le gouvernement américain estime qu'environ la moitié de tous les travailleurs agricoles sont des migrants sans papiers.

Un grand nombre de ces travailleurs vivent dans des conditions semblables à l'esclavage, dans des conditions très dures, pour des salaires très bas. Dans le sud de l'Italie, par exemple, les travailleurs agricoles migrants sont souvent recrutés par le système caporalato, dans lequel des bandes criminelles, dirigées par des "caporali", organisent des groupes de travailleurs migrants, leur fournissent le gîte, le couvert et les transports (à des honoraires exorbitants) pour se rendre de leurs foyers jusqu'aux champs.

Les journées de travail des travailleurs peuvent durer 16 heures et quand ils rentrent chez eux avec des salaires misérables, ils font face à des conditions de vie épouvantables. Dans un cas qui nous a été signalé, 800 travailleurs ne disposaient que de cinq douches.

Parce que les frais des "caporali" sont déduits des salaires des travailleurs, les exploitants agricoles adoptent ce système, qui leur permet également d'éviter les charges sociales. Et les exploitants agricoles, pas seulement en Italie, mais partout en Europe et aux Etats-Unis (où les sans-papiers sont des travailleurs agricoles exploités de la même façon), bénéficient souvent déjà de subventions généreuses, ce qui les encourage à produire trop de nourriture.

Famine pour les uns et gaspillage alimentaire pour les autres

L'excédent de la nourriture peut être exporté à des prix si bas que les exploitants agricoles et les producteurs de denrées alimentaires des pays en développement ne peuvent pas les concurrencer. Cet excédent peut également être gaspillé: selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, un tiers de toute la nourriture produite dans le monde est perdu ou jeté, dans ce qui s'apparente à un abus de ressources, de main d'œuvre et d'eau, utilisées pour produire ces denrées alimentaires.

Les pires criminels sont les plus technologiquement avancés, selon l'indice de durabilité alimentaire, produit par BCFN et Economist Intelligence Unit. Dans les classements de l'agriculture durable, qui comprend les déchets alimentaires, les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont respectivement classés 45e et 49e, sur 67 pays.

En revanche, moins de pays développés montrent d'étonnantes réussites. L'Amérique latine, l'Asie orientale et le Pacifique ont de bons résultats en matière de pertes et de gaspillage alimentaire, quatre pays de chaque région se classant dans le top 20. L'Ethiopie, le Kenya et l'Inde sont aussi parmi les pays dotés de solides stratégies pour réduire au minimum les pertes de nourriture.

Un défi aussi complexe que la migration ne peut pas être traité simplement par des lois plus strictes sur l'immigration, sans parler d'un mur à la frontière, sur lequel le président américain Donald Trump cherche à construire à sa frontière méridionale avec le Mexique. Au lieu de cela, les décideurs doivent s'attaquer aux causes profondes de la migration, en commençant par un système alimentaire mondial déficient.

Pour les gouvernements des pays développés, cela signifie repenser les subventions agricoles et la mise en œuvre de politiques ciblées pour réduire les pertes et le gaspillage alimentaire. Les gouvernements des pays en développement, quant à eux, doivent prendre des mesures pour atténuer les inégalités entre les sexes.

Il n'y a plus de temps, ni de nourriture, à perdre.

© Project Syndicate 1995–2019
Danielle Nierenberg

Présidente de Food Tank

L'insécurité alimentaire augmente les mouvements de réfugiés

Le 02 août 2019 à15:19

Modifié le 02 août 2019 à 15:44

LA NOUVELLE ORLEANS – Le mot "migration" suscite des images de guerre, de catastrophes naturelles et de graves difficultés économiques. Tous ces motifs ont leur importance et poussent des gens à chercher refuge loin de chez eux. Mais le plus puissant moteur de migration pourrait bien être la nourriture, ou, plutôt, l'absence de nourriture.

Depuis 2017, près de 821 millions de personnes dans le monde, environ une personne sur neuf, ont fait face à la privation de nourriture chronique. Si certains progrès ont été accomplis pour réduire la faim extrême, le nombre total de personnes souffrant de faim chronique continue à augmenter.

Le lien avec les migrations est clair. Lorsque des gens issus d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Amérique latine ne peuvent pas se nourrir eux-mêmes ni nourrir leurs familles, bien souvent, ils quittent leur pays. Selon une étude du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'Organisation des Nations unies, chaque augmentation d'un point de pourcentage de l'insécurité alimentaire augmente les mouvements de réfugiés de 1,9%.

Ceux qui doivent faire face à l'insécurité alimentaire exigent souvent de meilleures conditions de vie dans leur pays. Dans le monde arabe, des "émeutes du pain" éclatent régulièrement depuis le milieu des années 1980. La hausse des prix des denrées alimentaires, en particulier pour le blé, a déclenché les manifestations du Printemps arabe, qui ont débuté en Tunisie en 2010.

Entre faim et esclavage 

Si les pénuries alimentaires initiales n'ont pas suffi à motiver une personne à migrer, les troubles sociaux et les conflits sont souvent des causes de migration, notamment parce qu'ils ajoutent une nouvelle contrainte sur les approvisionnements en denrées alimentaires. Comme l'indique le PAM, l'insécurité alimentaire est "un déterminant significatif de l'incidence et de l'intensité des conflits armés." Pour chaque année de conflit supplémentaire, les exodes de réfugiés augmentent de 0,4%.

Selon l'Observatoire sur l'alimentation et la migration, de nombreux migrants sont des hommes célibataires, qui quittent les femmes de leur famille pour faire fonctionner leurs exploitations appauvries. En Afrique du nord, les femmes représentent à présent 43% de tous les exploitants agricoles, selon la Banque mondiale, contre environ 30% en 1980.

Ces femmes sont considérablement désavantagées. Par exemple, la Banque mondiale indique qu'en Amérique latine, "quand les femmes prennent la responsabilité principale de l'exploitation agricole familiale, elles sont confrontées à certaines difficultés spécifiques au genre, notamment à des difficultés l'embauche, à la supervision du travail et à l'acquisition de connaissances techniques sur l'agriculture."

De même, si les exploitants agricoles représentent 70% de l'effectif du Sénégal, l'Observatoire sur l'alimentation et la migration rapporte que seuls les hommes sont autorisés à prendre des décisions concernant la production agricole ou les activités agricoles. Il est donc extrêmement difficile d'obtenir une forte production agricole, ce qui vient aggraver les pénuries alimentaires.

Les migrants qui arrivent en Europe ou aux Etats-Unis forment souvent la base du secteur agricole de leur nouveau pays. Selon une étude du think tank "MacroGeo" et du Barilla Center for Food and Nutrition (BCFN), plus de la moitié de tous les travailleurs agricoles dans le sud de l'Italie sont des migrants et plus de trois millions de migrants travaillent dans des exploitations agricoles américaines. Le gouvernement américain estime qu'environ la moitié de tous les travailleurs agricoles sont des migrants sans papiers.

Un grand nombre de ces travailleurs vivent dans des conditions semblables à l'esclavage, dans des conditions très dures, pour des salaires très bas. Dans le sud de l'Italie, par exemple, les travailleurs agricoles migrants sont souvent recrutés par le système caporalato, dans lequel des bandes criminelles, dirigées par des "caporali", organisent des groupes de travailleurs migrants, leur fournissent le gîte, le couvert et les transports (à des honoraires exorbitants) pour se rendre de leurs foyers jusqu'aux champs.

Les journées de travail des travailleurs peuvent durer 16 heures et quand ils rentrent chez eux avec des salaires misérables, ils font face à des conditions de vie épouvantables. Dans un cas qui nous a été signalé, 800 travailleurs ne disposaient que de cinq douches.

Parce que les frais des "caporali" sont déduits des salaires des travailleurs, les exploitants agricoles adoptent ce système, qui leur permet également d'éviter les charges sociales. Et les exploitants agricoles, pas seulement en Italie, mais partout en Europe et aux Etats-Unis (où les sans-papiers sont des travailleurs agricoles exploités de la même façon), bénéficient souvent déjà de subventions généreuses, ce qui les encourage à produire trop de nourriture.

Famine pour les uns et gaspillage alimentaire pour les autres

L'excédent de la nourriture peut être exporté à des prix si bas que les exploitants agricoles et les producteurs de denrées alimentaires des pays en développement ne peuvent pas les concurrencer. Cet excédent peut également être gaspillé: selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, un tiers de toute la nourriture produite dans le monde est perdu ou jeté, dans ce qui s'apparente à un abus de ressources, de main d'œuvre et d'eau, utilisées pour produire ces denrées alimentaires.

Les pires criminels sont les plus technologiquement avancés, selon l'indice de durabilité alimentaire, produit par BCFN et Economist Intelligence Unit. Dans les classements de l'agriculture durable, qui comprend les déchets alimentaires, les Etats-Unis et le Royaume-Uni sont respectivement classés 45e et 49e, sur 67 pays.

En revanche, moins de pays développés montrent d'étonnantes réussites. L'Amérique latine, l'Asie orientale et le Pacifique ont de bons résultats en matière de pertes et de gaspillage alimentaire, quatre pays de chaque région se classant dans le top 20. L'Ethiopie, le Kenya et l'Inde sont aussi parmi les pays dotés de solides stratégies pour réduire au minimum les pertes de nourriture.

Un défi aussi complexe que la migration ne peut pas être traité simplement par des lois plus strictes sur l'immigration, sans parler d'un mur à la frontière, sur lequel le président américain Donald Trump cherche à construire à sa frontière méridionale avec le Mexique. Au lieu de cela, les décideurs doivent s'attaquer aux causes profondes de la migration, en commençant par un système alimentaire mondial déficient.

Pour les gouvernements des pays développés, cela signifie repenser les subventions agricoles et la mise en œuvre de politiques ciblées pour réduire les pertes et le gaspillage alimentaire. Les gouvernements des pays en développement, quant à eux, doivent prendre des mesures pour atténuer les inégalités entre les sexes.

Il n'y a plus de temps, ni de nourriture, à perdre.

© Project Syndicate 1995–2019

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.