La future ligne Marrakech-Agadir devra être une LGV (opérateurs de tourisme)

Dans son discours de la Marche verte, le Souverain avait appelé à la réalisation d'une ligne ferroviaire Marrakech-Agadir. Médias24 a demandé à des opérateurs touristiques quelles seraient les retombées si cette ligne prenait la forme d'une LGV. Réponse : une explosion de l'activité touristique.

La future ligne Marrakech-Agadir devra être une LGV (opérateurs de tourisme)

Le 05 février 2020 à 18:39

Modifié le 09 février 2020 à 10:58

Deuxième ville touristique du Maroc, Agadir va bénéficier d’un ambitieux programme de développement de 6 milliards de DH qui profitera à ses habitants puis lui permettra de renforcer son attractivité nationale et internationale.

S’inscrivant dans les orientations du discours royal de la Marche verte, ce chantier vise à renforcer les infrastructures de base, consolider le réseau routier et in fine améliorer les conditions de vie dans les quartiers sous-équipés et faire d'Agadir un pôle de développement économique.

Un programme de développement accueilli très favorablement par la profession touristique qui espère que la mise à niveau sera suivie et complétée par l’édification d’une ligne ferroviaire à grande vitesse, desservant Marrakech, évoquée justement par le souverain désireux de faire d’Agadir le nouveau centre du Maroc.

Le Roi avait demandé des "études sérieuses" pour une ligne ferroviaire Marrakech-Agadir. La décision de construire cette ligne sera certainement prise. Mais la question est de savoir s'il s'agira d'une ligne LGV ou d'une ligne rapide comme le TNR Casa-Rabat.

Et si cette ligne ferroviaire prenait la forme d'une LGV, mettant Agadir à environ une heure de Marrakech ? Que pensent nos opérateurs du tourisme d'une telle "jonction" entre les deux villes ?

C’est un Said Mouhid, président de l’Observatoire du tourisme, très optimiste qui nous déclare que la future interconnexion des deux premières locomotives touristiques du pays devrait considérablement développer les échanges touristiques, mais aussi culturels et commerciaux entre les deux destinations.

Un effet bénéfique sur le tourisme étranger et intérieur

"Les touristes étrangers de séjour (TES) seront tentés, à partir d’Agadir ou Marrakech, de passer quelques jours de plus dans l’une ou l’autre destination afin d’enrichir et de compléter leur expérience touristique.

"Le flux du tourisme interne entre les deux bassins serait aussi dynamisé par cette logistique ferroviaire fiable et régulière.

"De cette manière, cette connexion permettra une complémentarité de choix pour ceux qui veulent combiner un séjour balnéaire et culturel et devrait générer une prolongation, de fait, de la durée de séjour grâce à l’attractivité des deux destinations et la richesse de leur offre/produit.

"Concernant son effet sur le tourisme national, il devrait être similaire à celui qui s’était produit lors de l’ouverture de l’autoroute Casablanca-Marrakech soit une fluidification et une sécurisation des flux.

"Cette nouvelle liberté de circulation devrait faciliter l’auto-programmation des séjours touristiques qui se confirme de plus en plus avec la digitalisation croissante dans le choix des voyages.

"La connectivité supplémentaire va mobiliser plusieurs gisements de touristes qui vont multiplier le nombre d’arrivées aussi bien dans la ville ocre que dans la capitale de Souss-Massa.

"La mise en service de cette ligne qui fait partie de l’ambitieux chantier royal de développement devrait en effet, probablement au terme de la période du programme, coïncider avec la maturité de la station de Taghazout et la remise à niveau d’une partie du parc hôtelier du centre-ville d'Agadir et la réalisation des autres infrastructures annoncées", conclut celui qui est également le directeur général du Centre régional du tourisme de Casablanca (CRT).

La LGV, futur poumon du tourisme à Agadir

Aussi optimiste que Mouhid, Rachid Dahmaz, président du CRT d’Agadir, nous déclare que sa ville et la profession attendaient depuis longtemps une telle mise à niveau des infrastructures urbaines.

"Les grands chantiers qui seront lancés dans le cadre du programme royal vont indéniablement rehausser la qualité de notre destination mais la connexion à la LGV va être un plus extraordinaire pour notre profession car partout ailleurs, le TGV (comme l’aérien) est le poumon de l’activité du tourisme.

30 à 40% d’arrivées supplémentaires dès la 1ère année de la LGV

"Sachant qu’Agadir n’est pas desservie par le réseau ferroviaire, cette connexion inédite, de surcroît à grande vitesse, vers Marrakech et le reste du Maroc va, selon moi, générer dès la première année de sa mise en service, des flux supplémentaires d’arrivées étrangères et nationales de 30 à 40%.

"En fait, c’est toute la région Souss-Massa qui va profiter des nouveaux flux en provenance du monde entier mais aussi et surtout du tourisme national qui devrait littéralement exploser.

"En effet, le gain de temps et de budget va encourager les Marocains à passer leurs vacances à Agadir comme on a vu à Tanger qui a enregistré une croissance à 2 chiffres dès l'ouverture de la 1ère année du TGV.

"C’est une expérience très intéressante qui pourra ensuite être appliquée à Tiznit, Laâyoune et Dakhla...", avance Dahmaz qui ajoute qu’après le lancement des appels d’offres pour désigner le maître d’ouvrage, la construction de la voie ferrée sera rapide car, selon lui, l’ONCF lui a présenté lors d’une réunion commune avec son CRT, le tracé de la ligne Agadir-Marrakech qui n’excédera pas une heure.

Le réseau ferroviaire aussi important que l’aérien

Excluant d’éventuelles retombées négatives sur sa ville par le programme de développement économique d’Agadir, le président du CRT de Marrakech, Hamid Bentahar, pense que la future connexion permettra de mettre en commun les atouts touristiques des deux villes.

"L’expérience a prouvé que chaque fois que l’on propose un service avec un gain de temps, on améliore la compétitivité de la marque Maroc.

"Ainsi, être en mesure de combiner des expériences de voyage montagne-mer en peu de temps permettra d’élargir notre cible aussi bien à Agadir qu’à Marrakech.

"De plus, la nouvelle possibilité de rentrer par un aéroport et de sortir par un autre, devenu tout proche grâce au TGV, sera très profitable.

"Pour cela, il importera de connecter chacun des deux aéroports à une gare LGV comme cela se fait dans toutes les grandes destinations touristiques de la planète.

"Pour être plus fort, il faut étoffer l’aérien mais également la connectivité ferroviaire pour permettre aux touristes de passer rapidement d’une destination à l’autre surtout quand celles-ci proposent des produits complètement différents (luxe à Marrakech, balnéaire à Agadir …).

"Au final, cela va élargir nos marchés et nos segments respectifs de clientèle et automatiquement augmenter considérablement le nombre d’arrivées et les recettes", conclut le président manifestement ravi de pouvoir profiter, à l’avenir, du réservoir touristique de la ville voisine mais "absolument pas concurrente", selon lui.

Quoi qu’il advienne, précisons que l’édification d’une LGV entre ces deux locomotives touristiques est encore au stade de projet et qu’il faudrait peut-être commencer par brancher Casablanca à Marrakech …

La future ligne Marrakech-Agadir devra être une LGV (opérateurs de tourisme)

Le 05 février 2020 à18:39

Modifié le 09 février 2020 à 10:58

Dans son discours de la Marche verte, le Souverain avait appelé à la réalisation d'une ligne ferroviaire Marrakech-Agadir. Médias24 a demandé à des opérateurs touristiques quelles seraient les retombées si cette ligne prenait la forme d'une LGV. Réponse : une explosion de l'activité touristique.

Deuxième ville touristique du Maroc, Agadir va bénéficier d’un ambitieux programme de développement de 6 milliards de DH qui profitera à ses habitants puis lui permettra de renforcer son attractivité nationale et internationale.

S’inscrivant dans les orientations du discours royal de la Marche verte, ce chantier vise à renforcer les infrastructures de base, consolider le réseau routier et in fine améliorer les conditions de vie dans les quartiers sous-équipés et faire d'Agadir un pôle de développement économique.

Un programme de développement accueilli très favorablement par la profession touristique qui espère que la mise à niveau sera suivie et complétée par l’édification d’une ligne ferroviaire à grande vitesse, desservant Marrakech, évoquée justement par le souverain désireux de faire d’Agadir le nouveau centre du Maroc.

Le Roi avait demandé des "études sérieuses" pour une ligne ferroviaire Marrakech-Agadir. La décision de construire cette ligne sera certainement prise. Mais la question est de savoir s'il s'agira d'une ligne LGV ou d'une ligne rapide comme le TNR Casa-Rabat.

Et si cette ligne ferroviaire prenait la forme d'une LGV, mettant Agadir à environ une heure de Marrakech ? Que pensent nos opérateurs du tourisme d'une telle "jonction" entre les deux villes ?

C’est un Said Mouhid, président de l’Observatoire du tourisme, très optimiste qui nous déclare que la future interconnexion des deux premières locomotives touristiques du pays devrait considérablement développer les échanges touristiques, mais aussi culturels et commerciaux entre les deux destinations.

Un effet bénéfique sur le tourisme étranger et intérieur

"Les touristes étrangers de séjour (TES) seront tentés, à partir d’Agadir ou Marrakech, de passer quelques jours de plus dans l’une ou l’autre destination afin d’enrichir et de compléter leur expérience touristique.

"Le flux du tourisme interne entre les deux bassins serait aussi dynamisé par cette logistique ferroviaire fiable et régulière.

"De cette manière, cette connexion permettra une complémentarité de choix pour ceux qui veulent combiner un séjour balnéaire et culturel et devrait générer une prolongation, de fait, de la durée de séjour grâce à l’attractivité des deux destinations et la richesse de leur offre/produit.

"Concernant son effet sur le tourisme national, il devrait être similaire à celui qui s’était produit lors de l’ouverture de l’autoroute Casablanca-Marrakech soit une fluidification et une sécurisation des flux.

"Cette nouvelle liberté de circulation devrait faciliter l’auto-programmation des séjours touristiques qui se confirme de plus en plus avec la digitalisation croissante dans le choix des voyages.

"La connectivité supplémentaire va mobiliser plusieurs gisements de touristes qui vont multiplier le nombre d’arrivées aussi bien dans la ville ocre que dans la capitale de Souss-Massa.

"La mise en service de cette ligne qui fait partie de l’ambitieux chantier royal de développement devrait en effet, probablement au terme de la période du programme, coïncider avec la maturité de la station de Taghazout et la remise à niveau d’une partie du parc hôtelier du centre-ville d'Agadir et la réalisation des autres infrastructures annoncées", conclut celui qui est également le directeur général du Centre régional du tourisme de Casablanca (CRT).

La LGV, futur poumon du tourisme à Agadir

Aussi optimiste que Mouhid, Rachid Dahmaz, président du CRT d’Agadir, nous déclare que sa ville et la profession attendaient depuis longtemps une telle mise à niveau des infrastructures urbaines.

"Les grands chantiers qui seront lancés dans le cadre du programme royal vont indéniablement rehausser la qualité de notre destination mais la connexion à la LGV va être un plus extraordinaire pour notre profession car partout ailleurs, le TGV (comme l’aérien) est le poumon de l’activité du tourisme.

30 à 40% d’arrivées supplémentaires dès la 1ère année de la LGV

"Sachant qu’Agadir n’est pas desservie par le réseau ferroviaire, cette connexion inédite, de surcroît à grande vitesse, vers Marrakech et le reste du Maroc va, selon moi, générer dès la première année de sa mise en service, des flux supplémentaires d’arrivées étrangères et nationales de 30 à 40%.

"En fait, c’est toute la région Souss-Massa qui va profiter des nouveaux flux en provenance du monde entier mais aussi et surtout du tourisme national qui devrait littéralement exploser.

"En effet, le gain de temps et de budget va encourager les Marocains à passer leurs vacances à Agadir comme on a vu à Tanger qui a enregistré une croissance à 2 chiffres dès l'ouverture de la 1ère année du TGV.

"C’est une expérience très intéressante qui pourra ensuite être appliquée à Tiznit, Laâyoune et Dakhla...", avance Dahmaz qui ajoute qu’après le lancement des appels d’offres pour désigner le maître d’ouvrage, la construction de la voie ferrée sera rapide car, selon lui, l’ONCF lui a présenté lors d’une réunion commune avec son CRT, le tracé de la ligne Agadir-Marrakech qui n’excédera pas une heure.

Le réseau ferroviaire aussi important que l’aérien

Excluant d’éventuelles retombées négatives sur sa ville par le programme de développement économique d’Agadir, le président du CRT de Marrakech, Hamid Bentahar, pense que la future connexion permettra de mettre en commun les atouts touristiques des deux villes.

"L’expérience a prouvé que chaque fois que l’on propose un service avec un gain de temps, on améliore la compétitivité de la marque Maroc.

"Ainsi, être en mesure de combiner des expériences de voyage montagne-mer en peu de temps permettra d’élargir notre cible aussi bien à Agadir qu’à Marrakech.

"De plus, la nouvelle possibilité de rentrer par un aéroport et de sortir par un autre, devenu tout proche grâce au TGV, sera très profitable.

"Pour cela, il importera de connecter chacun des deux aéroports à une gare LGV comme cela se fait dans toutes les grandes destinations touristiques de la planète.

"Pour être plus fort, il faut étoffer l’aérien mais également la connectivité ferroviaire pour permettre aux touristes de passer rapidement d’une destination à l’autre surtout quand celles-ci proposent des produits complètement différents (luxe à Marrakech, balnéaire à Agadir …).

"Au final, cela va élargir nos marchés et nos segments respectifs de clientèle et automatiquement augmenter considérablement le nombre d’arrivées et les recettes", conclut le président manifestement ravi de pouvoir profiter, à l’avenir, du réservoir touristique de la ville voisine mais "absolument pas concurrente", selon lui.

Quoi qu’il advienne, précisons que l’édification d’une LGV entre ces deux locomotives touristiques est encore au stade de projet et qu’il faudrait peut-être commencer par brancher Casablanca à Marrakech …

A lire aussi


Communication financière

SAHAM Assurance Maroc : Indicateurs d’activité du 1er trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.