Port de Casablanca: rétablissement imminent de la fluidité du contrôle (Douane)

Les nouvelles mesures de contrôle au port de Casablanca ont été dénoncées par les professionnels des céréales et du secteur avicole. Selon la Douane, il s’agit d’un renforcement de contrôle ponctuel et ciblé pour des raisons de sécurité. Le rétablissement de la situation est imminent.

Port de Casablanca: rétablissement imminent de la fluidité du contrôle (Douane)

Le 19 juin 2019 à 12:15

Modifié le 19 juin 2019 à 12:28

Lundi 17 juin, l’Agence nationale des ports annonçait de nouvelles mesures de contrôle des marchandises au port de Casablanca, prises par le comité local de sureté du port constitué de l’ANP, la Douane, la DGSN, la Gendarmerie, la Protection civile et le district du port.

Dans sa communication, l’Agence a surtout mis l’accent sur les mesures de facilitation et de fluidification du passage des marchandises : travail 24h/24, assistance technique, mobilisation de moyens humains supplémentaires…

Mardi 18 juin, la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (Fisa), celle des négociants de céréales et légumineuses (FNCL) et les transporteurs en camions benne ont adressé des courriers au ministère de l’agriculture et aux autorités locales (wali) pour dénoncer la systématisation du contrôle par scanner de tous les camions transportant des cargaisons d’intrants servant à la production d’aliments de volaille (maïs et tourteaux d’oléagineux) provenant d’Amérique Latine (Argentine, Brésil…).

Cette systématisation du passage des camions au scanner a créé, selon ces professionnels, un blocage dans l’évacuation et la livraison de ces produits, une rupture des stocks au niveau des usines de production des aliments de volaille et l’arrêt de certaines unités, ce qui menace la survie du cheptel avicole.

Ces professionnels ont exigé du ministère de l’agriculture et des autorités locales d’intervenir auprès des ministères et administrations concernés pour débloquer la situation.

Déblocage dans la journée ?

Contactée par Médias24, l’Administration des douanes, partie prenante dans le contrôle des marchandises au niveau des ports, assure qu’il n’y a aucune systématisation du contrôle au scanner des camions transportant les céréales et leurs dérivés.

« Il s’agit d’une opération ponctuelle de contrôle intégral ciblant les cargaisons transportées par les navires en provenance de quelques pays, et ce pour des raisons sécuritaires », précise la Douane, sans donner plus de précision sur la nature des risques sécuritaires surveillés.

Cette administration assure que la situation normale de passage de ces marchandises au port de Casablanca sera rétablie rapidement. « L’objectif à travers ce renforcement de contrôle est également de créer un effet de dissuasion », poursuit-on.

La Douane déplore par ailleurs le fait que certains professionnels n’ont pas joué le jeu en refusant de travailler la nuit, le port ayant instauré le travail 24h/24.

En tous les cas, Youssef Alaoui, président de la Fisa, déclare à Médias24 que les professionnels ont été informés que le retour à la procédure normale pourrait même avoir lieu dans la journée de ce mercredi 19 juin.

Ce dernier regrette pour sa part le manque de concertation et de communication de la part de l’Administration. « La volaille est un produit vivant. En bloquant l’entrée de ses aliments sans information préalable, on joue avec sa vie », déclare-il.

Port de Casablanca: rétablissement imminent de la fluidité du contrôle (Douane)

Le 19 juin 2019 à12:15

Modifié le 19 juin 2019 à 12:28

Les nouvelles mesures de contrôle au port de Casablanca ont été dénoncées par les professionnels des céréales et du secteur avicole. Selon la Douane, il s’agit d’un renforcement de contrôle ponctuel et ciblé pour des raisons de sécurité. Le rétablissement de la situation est imminent.

Lundi 17 juin, l’Agence nationale des ports annonçait de nouvelles mesures de contrôle des marchandises au port de Casablanca, prises par le comité local de sureté du port constitué de l’ANP, la Douane, la DGSN, la Gendarmerie, la Protection civile et le district du port.

Dans sa communication, l’Agence a surtout mis l’accent sur les mesures de facilitation et de fluidification du passage des marchandises : travail 24h/24, assistance technique, mobilisation de moyens humains supplémentaires…

Mardi 18 juin, la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (Fisa), celle des négociants de céréales et légumineuses (FNCL) et les transporteurs en camions benne ont adressé des courriers au ministère de l’agriculture et aux autorités locales (wali) pour dénoncer la systématisation du contrôle par scanner de tous les camions transportant des cargaisons d’intrants servant à la production d’aliments de volaille (maïs et tourteaux d’oléagineux) provenant d’Amérique Latine (Argentine, Brésil…).

Cette systématisation du passage des camions au scanner a créé, selon ces professionnels, un blocage dans l’évacuation et la livraison de ces produits, une rupture des stocks au niveau des usines de production des aliments de volaille et l’arrêt de certaines unités, ce qui menace la survie du cheptel avicole.

Ces professionnels ont exigé du ministère de l’agriculture et des autorités locales d’intervenir auprès des ministères et administrations concernés pour débloquer la situation.

Déblocage dans la journée ?

Contactée par Médias24, l’Administration des douanes, partie prenante dans le contrôle des marchandises au niveau des ports, assure qu’il n’y a aucune systématisation du contrôle au scanner des camions transportant les céréales et leurs dérivés.

« Il s’agit d’une opération ponctuelle de contrôle intégral ciblant les cargaisons transportées par les navires en provenance de quelques pays, et ce pour des raisons sécuritaires », précise la Douane, sans donner plus de précision sur la nature des risques sécuritaires surveillés.

Cette administration assure que la situation normale de passage de ces marchandises au port de Casablanca sera rétablie rapidement. « L’objectif à travers ce renforcement de contrôle est également de créer un effet de dissuasion », poursuit-on.

La Douane déplore par ailleurs le fait que certains professionnels n’ont pas joué le jeu en refusant de travailler la nuit, le port ayant instauré le travail 24h/24.

En tous les cas, Youssef Alaoui, président de la Fisa, déclare à Médias24 que les professionnels ont été informés que le retour à la procédure normale pourrait même avoir lieu dans la journée de ce mercredi 19 juin.

Ce dernier regrette pour sa part le manque de concertation et de communication de la part de l’Administration. « La volaille est un produit vivant. En bloquant l’entrée de ses aliments sans information préalable, on joue avec sa vie », déclare-il.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.