Joshka Fischer

Ancien ministre allemand des Affaires étrangères 

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/02-04-2020/covid19-crise.jpg-oui
La politique de la pandémie

La politique de la pandémie

Le 02 avril 2020 à 15:15

Modifié le 02 avril 2020 à 15:32

L'astéroïde est tombé et soudain tout a changé. Sauf que l'astéroïde qui s'est écrasé sur notre planète est invisible. Il faut un microscope, pas un télescope, pour le voir.

BERLIN – Avec le Covid-19, le monde est confronté à plusieurs crises en une: une crise mondiale de la santé a déclenché des crises dans l'économie, dans la société civile et dans la vie quotidienne. Il reste à savoir si l'instabilité politique va s'ensuivre, soit à l'intérieur des pays, soit à l'échelle internationale. Mais de toute évidence la pandémie a radicalement changé nos habitudes. Bien que la fin de la crise et ses conséquences restent impossibles à prévoir, nous pouvons toutefois anticiper certains changements importants.

La crise n'est pas seulement complexe: sa portée est considérable, elle menace les fondements des sociétés individuelles et de l'économie mondiale. Elle est également beaucoup plus dangereuse et plus étendue que la crise financière mondiale de 2008. Contrairement à cet épisode, le coronavirus menace des millions de vies dans le monde et ses effets sur l'économie ne se concentrent pas sur un seul secteur.

Les conséquences du ralentissement économique

Dans le monde entier, la plupart des activités économiques ont été gelées, ce qui a ouvert la voie à une récession mondiale. Hormis le nombre de victimes et la stabilité des systèmes de santé, la grande question qui se pose actuellement est de savoir quelle sera la gravité du ralentissement économique et si ses conséquences seront permanentes.

De même, nous ne pouvons que deviner les effets que le virus va avoir sur certaines régions déjà fragiles, en particulier sur les camps de réfugiés. L'Iran semble se diriger vers une crise humanitaire majeure, dans laquelle les plus pauvres et les plus vulnérables seront les plus touchés. Au-delà de cela, il est encore trop tôt pour tout type d'évaluation à distance réaliste des conséquences humanitaires du Covid-19.

Mais l'expérience passée nous montre que des chocs majeurs comme celui-ci ont tendance à perturber les systèmes politiques et les relations internationales. Les démocraties occidentales en particulier, pourraient remettre en question leur gouvernance. Les principes des droits de l'homme peuvent être mis en balance avec des impératifs économiques. La pandémie invite également à un conflit des générations entre jeunes et vieux, comme entre autoritarisme et démocratie libérale.

Et pourtant, un scénario alternatif est possible, dans lequel la crise du Covid-19 débouche sur une nouvelle solidarité. Ne l'oublions pas, un séisme et un tsunami dans l'océan Indien en décembre 2004 ont créé les conditions nécessaires pour mettre fin à la guerre civile à Aceh, au nord de Sumatra.

La relation économie-Etat va changer 

A court terme, les pays les plus touchés par la pandémie deviendront des économies en crise: les gouvernements vont maintenir des niveaux de dépenses énormes ainsi que d'autres mesures non conventionnelles afin d'éviter un effondrement total. L'efficacité de la réponse reste à voir. Mais il est clair que la relation entre l'économie et l'Etat va connaître un changement fondamental.

Dans un écart marqué par rapport à la sagesse dominante des dernières décennies, nous assistons déjà au retour du "Big government". Tout le monde cherche à injecter d'énormes sommes d'argent dans l'économie et à sauver (ou à prendre en charge) les entreprises et les secteurs menacés que l'on estime essentiels. Le rôle massivement accru de l'Etat devra être revu à la hausse après le passage de la crise, même si la manière de procéder est en cours de discussion. Idéalement, les gouvernements transféreront les recettes issues de la reprivatisation dans un fonds souverain, en versant ainsi au public une part du règlement post-crise.

Jusqu'à ce jour, le "grand gouvernement", que l'on place sous ce terme la Commission européenne ou les autorités nationales, doit se préparer à la prochaine catastrophe. Plutôt que d'être complètement pris de court une nouvelle fois, il devra assurer l'approvisionnement en fournitures médicales essentielles, en équipements de protection individuelle (EPI), en désinfectant, une capacité de laboratoire adéquate, des unités de soins intensifs, etc.

Mais ce n'est pas tout. La stabilité, l'efficacité, la capacité et les coûts des systèmes de santé existants vont être un enjeu important pendant une longue période. La crise du Covid-19 a montré qu'il n'est pas vraiment possible de privatiser les services de santé. En fait, la santé publique est un bien public de base et un facteur essentiel de la sécurité stratégique.

Le secteur pharmaceutique fera l'objet d'une attention accrue et soutenue, en particulier quant à la fourniture nationale de médicaments essentiels et au développement de nouveaux médicaments. De nombreux pays ne seront plus disposés à compter sur des chaînes d'approvisionnement internationales qui peuvent facilement s'interrompre en cas d'urgence.

Cela ne veut pas dire que l'économie de marché sera abolie. Mais l'Etat va affirmer sa prééminence de façon absolue vis-à-vis de la communauté des affaires, du moins lorsqu'il s'agit de questions stratégiques. Par exemple, la crise va susciter une politique majeure en faveur de la souveraineté numérique en Europe. Son modèle ne sera pas celui de la Chine autoritaire, mais celui de la Corée du sud démocratique, à l'avant-garde dans le domaine numérique.

8 milliards d'humains sont tous dans le même bateau

Jusqu'à présent, cependant, l'UE n'a pas joué un rôle de premier plan dans la réponse mondiale au Covid-19. Ce n'est pas surprenant. Dans les crises existentielles, les gens ont tendance à revenir à ce qu'ils connaissent le mieux, et ce qu'ils connaissent le mieux est l'Etat-nation. Mais bien que les Etats-nations européens puissent certainement jouer un rôle de gestion immédiate des crises, ils ne peuvent pas résoudre la crise.

Après tout, le marché unique, la monnaie commune et la Banque centrale européenne sont les seuls mécanismes qui peuvent empêcher un effondrement économique et permettre une reprise éventuelle en Europe. La crise du Covid-19 risque donc de forcer les Européens à se rapprocher encore plus les uns des autres, en exigeant ainsi une solidarité encore renforcée.

Quelle est la solution de rechange? Le retour à un monde où chacun se débrouille tout seul? Pour les gouvernements des Etats membres de l'UE, cela constituerait un suicide politique et économique.

La pandémie de Covid-19 est la première crise du XXIe siècle qui touche véritablement toute l'humanité. Mais d'autres crises suivront, qui ne se présenteront pas toutes sous la forme d'un virus. En effet, la crise accélérée que nous traversons aujourd'hui est un aperçu de ce qui nous attend si nous ne nous attaquons pas au changement climatique.

La seule façon de gérer les menaces généralisées envers l'humanité consiste à renforcer la coopération et la coordination entre les gouvernements et les institutions multilatérales. Pour n'en citer qu'une seule, l'Organisation mondiale de la santé, et plus généralement l'Organisation des Nations unies, doit être renforcée à tout prix. Le Covid-19 nous rappelle que huit milliards d'humains sont tous dans le même bateau.

© Project Syndicate 1995–2020

Joshka Fischer

Ancien ministre allemand des Affaires étrangères 

La politique de la pandémie

Le 02 avril 2020 à15:28

Modifié le 02 avril 2020 à 15:32

L'astéroïde est tombé et soudain tout a changé. Sauf que l'astéroïde qui s'est écrasé sur notre planète est invisible. Il faut un microscope, pas un télescope, pour le voir.

com_redaction-23

BERLIN – Avec le Covid-19, le monde est confronté à plusieurs crises en une: une crise mondiale de la santé a déclenché des crises dans l'économie, dans la société civile et dans la vie quotidienne. Il reste à savoir si l'instabilité politique va s'ensuivre, soit à l'intérieur des pays, soit à l'échelle internationale. Mais de toute évidence la pandémie a radicalement changé nos habitudes. Bien que la fin de la crise et ses conséquences restent impossibles à prévoir, nous pouvons toutefois anticiper certains changements importants.

La crise n'est pas seulement complexe: sa portée est considérable, elle menace les fondements des sociétés individuelles et de l'économie mondiale. Elle est également beaucoup plus dangereuse et plus étendue que la crise financière mondiale de 2008. Contrairement à cet épisode, le coronavirus menace des millions de vies dans le monde et ses effets sur l'économie ne se concentrent pas sur un seul secteur.

Les conséquences du ralentissement économique

Dans le monde entier, la plupart des activités économiques ont été gelées, ce qui a ouvert la voie à une récession mondiale. Hormis le nombre de victimes et la stabilité des systèmes de santé, la grande question qui se pose actuellement est de savoir quelle sera la gravité du ralentissement économique et si ses conséquences seront permanentes.

De même, nous ne pouvons que deviner les effets que le virus va avoir sur certaines régions déjà fragiles, en particulier sur les camps de réfugiés. L'Iran semble se diriger vers une crise humanitaire majeure, dans laquelle les plus pauvres et les plus vulnérables seront les plus touchés. Au-delà de cela, il est encore trop tôt pour tout type d'évaluation à distance réaliste des conséquences humanitaires du Covid-19.

Mais l'expérience passée nous montre que des chocs majeurs comme celui-ci ont tendance à perturber les systèmes politiques et les relations internationales. Les démocraties occidentales en particulier, pourraient remettre en question leur gouvernance. Les principes des droits de l'homme peuvent être mis en balance avec des impératifs économiques. La pandémie invite également à un conflit des générations entre jeunes et vieux, comme entre autoritarisme et démocratie libérale.

Et pourtant, un scénario alternatif est possible, dans lequel la crise du Covid-19 débouche sur une nouvelle solidarité. Ne l'oublions pas, un séisme et un tsunami dans l'océan Indien en décembre 2004 ont créé les conditions nécessaires pour mettre fin à la guerre civile à Aceh, au nord de Sumatra.

La relation économie-Etat va changer 

A court terme, les pays les plus touchés par la pandémie deviendront des économies en crise: les gouvernements vont maintenir des niveaux de dépenses énormes ainsi que d'autres mesures non conventionnelles afin d'éviter un effondrement total. L'efficacité de la réponse reste à voir. Mais il est clair que la relation entre l'économie et l'Etat va connaître un changement fondamental.

Dans un écart marqué par rapport à la sagesse dominante des dernières décennies, nous assistons déjà au retour du "Big government". Tout le monde cherche à injecter d'énormes sommes d'argent dans l'économie et à sauver (ou à prendre en charge) les entreprises et les secteurs menacés que l'on estime essentiels. Le rôle massivement accru de l'Etat devra être revu à la hausse après le passage de la crise, même si la manière de procéder est en cours de discussion. Idéalement, les gouvernements transféreront les recettes issues de la reprivatisation dans un fonds souverain, en versant ainsi au public une part du règlement post-crise.

Jusqu'à ce jour, le "grand gouvernement", que l'on place sous ce terme la Commission européenne ou les autorités nationales, doit se préparer à la prochaine catastrophe. Plutôt que d'être complètement pris de court une nouvelle fois, il devra assurer l'approvisionnement en fournitures médicales essentielles, en équipements de protection individuelle (EPI), en désinfectant, une capacité de laboratoire adéquate, des unités de soins intensifs, etc.

Mais ce n'est pas tout. La stabilité, l'efficacité, la capacité et les coûts des systèmes de santé existants vont être un enjeu important pendant une longue période. La crise du Covid-19 a montré qu'il n'est pas vraiment possible de privatiser les services de santé. En fait, la santé publique est un bien public de base et un facteur essentiel de la sécurité stratégique.

Le secteur pharmaceutique fera l'objet d'une attention accrue et soutenue, en particulier quant à la fourniture nationale de médicaments essentiels et au développement de nouveaux médicaments. De nombreux pays ne seront plus disposés à compter sur des chaînes d'approvisionnement internationales qui peuvent facilement s'interrompre en cas d'urgence.

Cela ne veut pas dire que l'économie de marché sera abolie. Mais l'Etat va affirmer sa prééminence de façon absolue vis-à-vis de la communauté des affaires, du moins lorsqu'il s'agit de questions stratégiques. Par exemple, la crise va susciter une politique majeure en faveur de la souveraineté numérique en Europe. Son modèle ne sera pas celui de la Chine autoritaire, mais celui de la Corée du sud démocratique, à l'avant-garde dans le domaine numérique.

8 milliards d'humains sont tous dans le même bateau

Jusqu'à présent, cependant, l'UE n'a pas joué un rôle de premier plan dans la réponse mondiale au Covid-19. Ce n'est pas surprenant. Dans les crises existentielles, les gens ont tendance à revenir à ce qu'ils connaissent le mieux, et ce qu'ils connaissent le mieux est l'Etat-nation. Mais bien que les Etats-nations européens puissent certainement jouer un rôle de gestion immédiate des crises, ils ne peuvent pas résoudre la crise.

Après tout, le marché unique, la monnaie commune et la Banque centrale européenne sont les seuls mécanismes qui peuvent empêcher un effondrement économique et permettre une reprise éventuelle en Europe. La crise du Covid-19 risque donc de forcer les Européens à se rapprocher encore plus les uns des autres, en exigeant ainsi une solidarité encore renforcée.

Quelle est la solution de rechange? Le retour à un monde où chacun se débrouille tout seul? Pour les gouvernements des Etats membres de l'UE, cela constituerait un suicide politique et économique.

La pandémie de Covid-19 est la première crise du XXIe siècle qui touche véritablement toute l'humanité. Mais d'autres crises suivront, qui ne se présenteront pas toutes sous la forme d'un virus. En effet, la crise accélérée que nous traversons aujourd'hui est un aperçu de ce qui nous attend si nous ne nous attaquons pas au changement climatique.

La seule façon de gérer les menaces généralisées envers l'humanité consiste à renforcer la coopération et la coordination entre les gouvernements et les institutions multilatérales. Pour n'en citer qu'une seule, l'Organisation mondiale de la santé, et plus généralement l'Organisation des Nations unies, doit être renforcée à tout prix. Le Covid-19 nous rappelle que huit milliards d'humains sont tous dans le même bateau.

© Project Syndicate 1995–2020

A lire aussi


Communication financière

Avis de convocation AGO et AGE de la Sociétés Aluminium du Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.