Laftit: les nouveaux CRI démarrent la semaine prochaine

Les premiers CRI, nouvelle génération, verront le jour la semaine prochaine. L'annonce a été faite par le ministre de l'intérieur Abdelouafi Laftit, lors de la rencontre organisée par la CGEM ce lundi 4 novembre 2019 à Casablanca.

Le 04 novembre 2019 à 16:08

Modifié le 04 novembre 2019 à 17:40

Quand la CGEM organise une rencontre au sujet du "Projet de Loi de Finances 2020 : pour la consolidation de la confiance et la relance de l’investissement", le principal invité attendu est bien évidemment le ministre de l'économie et des finances, Mohamed Benchaaboun.

Ce dernier a bien sûr répondu présent à la rencontre organisée ce lundi 4 novembre avec un discours franc et un ton affirmé en s'adressant à une audience d’hommes d’affaires qu’il connaît si bien.

Cependant, Benchaaboun n’est pas venu seul. Il était accompagné par le ministre de l’intérieur Abdelouafi Laftit. Une première qui ne laisse pas indifférent d’autant plus que le ministre a tenu un discours intéressant avec plusieurs annonces importantes.

« Je viens apporter un témoignage et surtout participer au débat ouvert sur le thème qui est la confiance », déclare Abdelouafi Laftit avant d’expliquer qu’il parlera essentiellement des différentes réformes enclenchées pour faciliter l’acte d’investir.

La loi sur les CRI est en tête des réformes attendues. Le volet législatif étant bouclé, tout le monde attend la mise en oeuvre.

Rappelant les problèmes des CRI, Laftit explique que "les investisseurs avaient des demandes différentes des offres des CRI. Par exemple, ces 5 ou 6 dernières années, les CRI sont devenus des machines à fabriquer des dérogations… dès que les opérateurs avaient les dérogations…les CRI faisaient leur travail, et dès qu’ils ne les avaient pas, les CRI étaient défaillants". "Les futures CRI ne donneront plus de dérogations pour l’immobilier… on arrête cette pratique…" , tranche le ministre.

Lire aussi : Des bureaux spécialisés pour évaluer l'activité des CRI

Parmi les changements apportés dans les méthodes de travail des nouveaux CRI cités par le ministre, c’est la mise en place des commissions régionales unifiées d'investissement. 

"Avant, il y avait près d'une vingtaine de commissions se réunissent pour l'acte d’investir… cela sera remplacé par une seule commission… désormais l'opérateur passe une seule fois devant cette commission", insiste le ministre. 

Autre nouveauté majeure, "les décisions se prennent à la majorité au lieu de l’unanimité… croyez moi c’est une révolution dans l’administration… On a acté le fait qu'un dossier soit accepté même si une partie de l'administration n'est pas d'accord", révèle le ministre.

Il rappelle aussi la création au sein des CRI, des cellules chargées d'écouter et d'accompagner les investisseurs qui rencontrent des difficultés. "Le CRI devient un facilitateur et un accompagnateur de l’acte d’investir", résume le ministre.

Mais l'annonce majeure est bien celle de l'installation des premiers CRI. "Les premiers CRI verront le jour la semaine prochaine. Leurs patrons seront nommés jeudi", révèle le ministre de l'intérieur.

La cession des terres collectives directement au privé pour bientôt

Le ministre de l'intérieur a également apporté quelques éclairages sur d'autres réformes en cours, notamment celle des terres collectives. "La cession directe de ce foncier au privé sera possible dans quelques semaines", avance Laftit en rappelant qu'auparavant il fallait que cette opération passe d'abord par une entité publique.

De plus, "tous les terrains publics qui se trouvent dans la périphérie des villes et qui étaient par le passé convoités pour des projets immobiliers seront exclusivement réservés aux projets productifs…", annonce le ministre. Une nouvelle qui n'a pas dû être du goût des opérateurs immobiliers.

Par ailleurs, et dans le cadre de la simplification des procédures administratives, une loi est en cours pour imposer à l'administration de répondre dans un délai donné, passé ce délai le silence de l'administration vaut accord.

" Si au-delà d'un délai l'administration ne donne pas de réponse le silence vaut accord", ajoute le ministre de l'intérieur.

Enfin, évoquant la charte de la déconcentration, Abdelouafi Laftit promet "qu'aucun acte concernant l’investissement ne restera à Rabat… tous les actes seront déconcentrés au niveau régional… on y arrivera…".

"D’une façon générale, nous sommes en train de travailler pour simplifier la vie aux entreprises pour créer un climat de confiance. Nous en avons besoin car c’est la seule façon pour aller de l’avant", conclut le ministre de l'intérieur.

Laftit: les nouveaux CRI démarrent la semaine prochaine

Le 04 novembre 2019 à17:31

Modifié le 04 novembre 2019 à 17:40

Les premiers CRI, nouvelle génération, verront le jour la semaine prochaine. L'annonce a été faite par le ministre de l'intérieur Abdelouafi Laftit, lors de la rencontre organisée par la CGEM ce lundi 4 novembre 2019 à Casablanca.

Quand la CGEM organise une rencontre au sujet du "Projet de Loi de Finances 2020 : pour la consolidation de la confiance et la relance de l’investissement", le principal invité attendu est bien évidemment le ministre de l'économie et des finances, Mohamed Benchaaboun.

Ce dernier a bien sûr répondu présent à la rencontre organisée ce lundi 4 novembre avec un discours franc et un ton affirmé en s'adressant à une audience d’hommes d’affaires qu’il connaît si bien.

Cependant, Benchaaboun n’est pas venu seul. Il était accompagné par le ministre de l’intérieur Abdelouafi Laftit. Une première qui ne laisse pas indifférent d’autant plus que le ministre a tenu un discours intéressant avec plusieurs annonces importantes.

« Je viens apporter un témoignage et surtout participer au débat ouvert sur le thème qui est la confiance », déclare Abdelouafi Laftit avant d’expliquer qu’il parlera essentiellement des différentes réformes enclenchées pour faciliter l’acte d’investir.

La loi sur les CRI est en tête des réformes attendues. Le volet législatif étant bouclé, tout le monde attend la mise en oeuvre.

Rappelant les problèmes des CRI, Laftit explique que "les investisseurs avaient des demandes différentes des offres des CRI. Par exemple, ces 5 ou 6 dernières années, les CRI sont devenus des machines à fabriquer des dérogations… dès que les opérateurs avaient les dérogations…les CRI faisaient leur travail, et dès qu’ils ne les avaient pas, les CRI étaient défaillants". "Les futures CRI ne donneront plus de dérogations pour l’immobilier… on arrête cette pratique…" , tranche le ministre.

Lire aussi : Des bureaux spécialisés pour évaluer l'activité des CRI

Parmi les changements apportés dans les méthodes de travail des nouveaux CRI cités par le ministre, c’est la mise en place des commissions régionales unifiées d'investissement. 

"Avant, il y avait près d'une vingtaine de commissions se réunissent pour l'acte d’investir… cela sera remplacé par une seule commission… désormais l'opérateur passe une seule fois devant cette commission", insiste le ministre. 

Autre nouveauté majeure, "les décisions se prennent à la majorité au lieu de l’unanimité… croyez moi c’est une révolution dans l’administration… On a acté le fait qu'un dossier soit accepté même si une partie de l'administration n'est pas d'accord", révèle le ministre.

Il rappelle aussi la création au sein des CRI, des cellules chargées d'écouter et d'accompagner les investisseurs qui rencontrent des difficultés. "Le CRI devient un facilitateur et un accompagnateur de l’acte d’investir", résume le ministre.

Mais l'annonce majeure est bien celle de l'installation des premiers CRI. "Les premiers CRI verront le jour la semaine prochaine. Leurs patrons seront nommés jeudi", révèle le ministre de l'intérieur.

La cession des terres collectives directement au privé pour bientôt

Le ministre de l'intérieur a également apporté quelques éclairages sur d'autres réformes en cours, notamment celle des terres collectives. "La cession directe de ce foncier au privé sera possible dans quelques semaines", avance Laftit en rappelant qu'auparavant il fallait que cette opération passe d'abord par une entité publique.

De plus, "tous les terrains publics qui se trouvent dans la périphérie des villes et qui étaient par le passé convoités pour des projets immobiliers seront exclusivement réservés aux projets productifs…", annonce le ministre. Une nouvelle qui n'a pas dû être du goût des opérateurs immobiliers.

Par ailleurs, et dans le cadre de la simplification des procédures administratives, une loi est en cours pour imposer à l'administration de répondre dans un délai donné, passé ce délai le silence de l'administration vaut accord.

" Si au-delà d'un délai l'administration ne donne pas de réponse le silence vaut accord", ajoute le ministre de l'intérieur.

Enfin, évoquant la charte de la déconcentration, Abdelouafi Laftit promet "qu'aucun acte concernant l’investissement ne restera à Rabat… tous les actes seront déconcentrés au niveau régional… on y arrivera…".

"D’une façon générale, nous sommes en train de travailler pour simplifier la vie aux entreprises pour créer un climat de confiance. Nous en avons besoin car c’est la seule façon pour aller de l’avant", conclut le ministre de l'intérieur.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.