Langues, sciences, maths: ce qui changera à la prochaine rentrée dans le primaire

Au cours de la prochaine rentrée scolaire 2019-2020, le ministère de l’Education nationale va poser un nouveau jalon du renouveau de l’enseignement primaire. Cette réforme sera achevée en 2020-2021. Il s’agira d’une réforme en profondeur et… en douceur, sans tapage. Explications.

Langues, sciences, maths: ce qui changera à la prochaine rentrée dans le primaire

Le 19 mai 2019 à 21:18

Modifié le 20 mai 2019 à 09:36

A la prochaine rentrée, les élèves des 3e et 4e années primaires n’étudieront pas la langue arabe, la langue française, les maths, les sciences naturelles et les sciences sociales comme l’ont fait leurs prédécesseurs. La réforme entamée en 2018-2019 pour les deux premières années, atteindra désormais les 3e et 4e années, avant la généralisation à tout le primaire (5e et 6e années), programmée pour 2020-2021 ?

Les matières concernées verront donc l’adoption d’un nouveau curriculum dès la prochaine rentrée, pour les 3e et 4e années.

Cette rénovation du modèle pédagogique s’inscrit dans la mise en œuvre de la vision stratégique de l’enseignement 2015-2030. Pour prendre une image, Fouad Chafiqi, directeur des curricula au ministère de l’Education nationale, compare un peu le modèle pédagogique au modèle de développement : “D’abord, il faut définir les finalités de l’école. La seconde composante du modèle pédagogique consiste à définir un curriculum (les objectifs de telle ou telle formation, quelles compétences on veut développer en fin de cycle, quels contenus, de quelle manière, avec quels manuels et outils, grâce à quelles compétences des enseignants…“.

M. Chafiqi ajoute que le système d’orientation découle des choix précédents. Enfin, un modèle pédagogique suppose de répondre à la question : de quelle manière va-t-on évaluer l’apprentissage et son processus ?

Les changements cette année toucheront entre autres l’apprentissage des langues et de la lecture ainsi que les sciences sociales, les mathématiques et les sciences naturelles.

Il y a une vingtaine d’années, la lecture dite “globale“ était à la mode dans le monde entier. Elle a ensuite montré plus que largement ses limites. L’évolution des neurosciences a permis de réfuter cette théorie de lecture globale.

En 2018-2019, on est revenu à la méthode syllabique et à la lecture précoce pour les 1e et 2e années, décision qui a été généralisée au Maroc après trois années d’expérimentation pilote. “L’apprentissage d’une langue se fait ainsi à partir des lettres, consonnes, syllabes, sons qui se créent par la lecture, pour arriver vers le mot et le sens des mots“, ajoute Fouad Chafiqi. Avec la lecture supposée globale, c’était l’inverse, on allait de la phrase vers le mot puis vers les lettres.

A la prochaine rentrée, la réforme atteint les 3e et 4e années. Après avoir appris à lire pendant les deux premières années du primaire, l’enfant se met à apprendre les connaissances dans tous les domaines grâce à cette langue qu’il a apprise. On entame également les soubassements grammaticaux ainsi que les exercices d’expression écrite.

La même démarche est adoptée concernant la langue française et les langues étrangères en général.

La langue arabe est enseignée à raison de 11 heures de cours par semaine la première année et 10 heures la deuxième année. En 2017-2018, la langue française avait été introduite pour les élèves des deux premières années du primaire à raison de 2 heures par semaine. En 2018-2019, son enseignement a été renforcé en passant à 4 heures par semaine pour la première année et 5 heures par semaine la deuxième année.

En 2019-2020, c’est-à-dire la prochaine rentrée, les élèves de 3e et 4e année, auront droit à 6 heures de langue française par semaine.

Des modifications concernant les matières scientifiques seront également mises en place. En gros, le ministère essaie de rapprocher l’enseignement des sciences et des maths, des critères du programme international d’évaluation PIRLS. Et l’enseignement de la langue arabe, des critères du programme international d’évaluation TIMSS. Jusqu’à présent, les programmes marocains ne couvraient que 30% de ces deux programmes d’évaluation internationaux, ce qui explique une partie des mauvais scores marocains. Par exemple, les élèves apprendront désormais dès le primaire à effectuer des traitements de données dans le cadre de l'enseignement des mathématiques.

En 2020-2021, la réforme en profondeur de l’enseignement primaire aura été bouclée, “en douceur et sans tapage“, selon les mots de M. Chafiqi. Apparemment, la première étape qui a concerné les deux premières années du primaire, a déjà donné des résultats impressionnants.

 

Langues, sciences, maths: ce qui changera à la prochaine rentrée dans le primaire

Le 19 mai 2019 à21:20

Modifié le 20 mai 2019 à 09:36

Au cours de la prochaine rentrée scolaire 2019-2020, le ministère de l’Education nationale va poser un nouveau jalon du renouveau de l’enseignement primaire. Cette réforme sera achevée en 2020-2021. Il s’agira d’une réforme en profondeur et… en douceur, sans tapage. Explications.

A la prochaine rentrée, les élèves des 3e et 4e années primaires n’étudieront pas la langue arabe, la langue française, les maths, les sciences naturelles et les sciences sociales comme l’ont fait leurs prédécesseurs. La réforme entamée en 2018-2019 pour les deux premières années, atteindra désormais les 3e et 4e années, avant la généralisation à tout le primaire (5e et 6e années), programmée pour 2020-2021 ?

Les matières concernées verront donc l’adoption d’un nouveau curriculum dès la prochaine rentrée, pour les 3e et 4e années.

Cette rénovation du modèle pédagogique s’inscrit dans la mise en œuvre de la vision stratégique de l’enseignement 2015-2030. Pour prendre une image, Fouad Chafiqi, directeur des curricula au ministère de l’Education nationale, compare un peu le modèle pédagogique au modèle de développement : “D’abord, il faut définir les finalités de l’école. La seconde composante du modèle pédagogique consiste à définir un curriculum (les objectifs de telle ou telle formation, quelles compétences on veut développer en fin de cycle, quels contenus, de quelle manière, avec quels manuels et outils, grâce à quelles compétences des enseignants…“.

M. Chafiqi ajoute que le système d’orientation découle des choix précédents. Enfin, un modèle pédagogique suppose de répondre à la question : de quelle manière va-t-on évaluer l’apprentissage et son processus ?

Les changements cette année toucheront entre autres l’apprentissage des langues et de la lecture ainsi que les sciences sociales, les mathématiques et les sciences naturelles.

Il y a une vingtaine d’années, la lecture dite “globale“ était à la mode dans le monde entier. Elle a ensuite montré plus que largement ses limites. L’évolution des neurosciences a permis de réfuter cette théorie de lecture globale.

En 2018-2019, on est revenu à la méthode syllabique et à la lecture précoce pour les 1e et 2e années, décision qui a été généralisée au Maroc après trois années d’expérimentation pilote. “L’apprentissage d’une langue se fait ainsi à partir des lettres, consonnes, syllabes, sons qui se créent par la lecture, pour arriver vers le mot et le sens des mots“, ajoute Fouad Chafiqi. Avec la lecture supposée globale, c’était l’inverse, on allait de la phrase vers le mot puis vers les lettres.

A la prochaine rentrée, la réforme atteint les 3e et 4e années. Après avoir appris à lire pendant les deux premières années du primaire, l’enfant se met à apprendre les connaissances dans tous les domaines grâce à cette langue qu’il a apprise. On entame également les soubassements grammaticaux ainsi que les exercices d’expression écrite.

La même démarche est adoptée concernant la langue française et les langues étrangères en général.

La langue arabe est enseignée à raison de 11 heures de cours par semaine la première année et 10 heures la deuxième année. En 2017-2018, la langue française avait été introduite pour les élèves des deux premières années du primaire à raison de 2 heures par semaine. En 2018-2019, son enseignement a été renforcé en passant à 4 heures par semaine pour la première année et 5 heures par semaine la deuxième année.

En 2019-2020, c’est-à-dire la prochaine rentrée, les élèves de 3e et 4e année, auront droit à 6 heures de langue française par semaine.

Des modifications concernant les matières scientifiques seront également mises en place. En gros, le ministère essaie de rapprocher l’enseignement des sciences et des maths, des critères du programme international d’évaluation PIRLS. Et l’enseignement de la langue arabe, des critères du programme international d’évaluation TIMSS. Jusqu’à présent, les programmes marocains ne couvraient que 30% de ces deux programmes d’évaluation internationaux, ce qui explique une partie des mauvais scores marocains. Par exemple, les élèves apprendront désormais dès le primaire à effectuer des traitements de données dans le cadre de l'enseignement des mathématiques.

En 2020-2021, la réforme en profondeur de l’enseignement primaire aura été bouclée, “en douceur et sans tapage“, selon les mots de M. Chafiqi. Apparemment, la première étape qui a concerné les deux premières années du primaire, a déjà donné des résultats impressionnants.

 

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.