Pr Hassan Chelly

ORL. Expert en techniques de Communication. Praticien PNL

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/17-04-2020/medecinMAP.jpg-oui
Le cabinet médical et le covid-19 : Quelles mesures préventives ?

Le cabinet médical et le covid-19 : Quelles mesures préventives ?

Le 17 avril 2020 à 13:47

Modifié le 17 avril 2020 à 15:51

Depuis la déferlante épidémie liée au Coronavirus, les mesures pour éviter la contamination vont bon train. Qui de la solution hydroalcoolique, qui du masque, qui de la visière… Les données changent chaque jour. Que dis-je chaque heure ! Ce virus reste mystérieux bien que les publications fleurissent en un temps record pour nous permettre d’en apprendre davantage.

Je vous propose de mettre de l’ordre dans les idées pour prévenir au mieux votre contamination dans vos cabinets médicaux.

1 – Organisation des rendez-vous de consultation

Il va sans dire que les patients sont d’abord des citoyens qui vont céder naturellement à la panique et la peur d’être contaminés. La question qui taraude leur esprit est de deux ordres :

- Suis-je contaminé à mon tour malgré toutes les mesures que j’ai prises ?

- Serai-je contaminé si je vais chez mon médecin, puisque son cabinet est visité par des Covid-19 potentiels ?

L’ORL voit arriver des malades préoccupés par leurs maux de gorge, une discrète rhinite, et veulent être rassurés de ne pas porter en eux le coronavirus. D’autres en mode confinement, ne veulent pas quitter leur domicile devant des symptômes ORL banaux (otalgies, céphalées..) sans signes infectieux patents.

Dans ce contexte de pandémie, toutes les conditions d’accès aux soins doivent rester ouvertes aux patients. Il faudra cependant privilégier les téléconsultations ou même les Vidéo-Consultations en insistant sur la confidentialité des contenus selon l’éthique en vigueur.

Le déplacement des patients aux cabinets médicaux ne doit être réservé qu’aux cas urgents.

Toutes les sociétés savantes ont émis leurs recommandations pour définir les urgences pour chaque spécialité. Chacun en prendra connaissance auprès des organismes représentant sa spécialité.

Une personne informée devra être chargée de la régulation des patients pour les retenir ou les renvoyer à une date ultérieure post confinement. Le but est bien évidemment de ne pas charger les cabinets du tout-venant, majorant par ce fait, le risque de contamination par des patients asymptomatiques du Covid 19. C’est là qu’interviendra la prise en charge de certains patients à distance, gracieusement, avec émission de conseils et de mesures par échange sur les réseaux sociaux ou par téléphone.

Le corps médical est engagé à ce revirement de méthodes dont il n’a pas l’habitude.

Les issues de telles méthodes de soins à distance feront l’objet d’un prochain article.

2- Préparation du cabinet à accueillir les patients

Les mesures sont maintenant connues de tous, il s’agit de les mettre en pratique.

Les recommandations suivantes seront à appliquer afin de briser la chaine de contamination et éviter par-là la transmission du virus.

Une mise à niveau du personnel assistant doit être faite régulièrement en fonction des données en perpétuel changement au fil des jours. 

Accès au cabinet

L’accès extérieur au cabinet devra être nettoyé au désinfectant domestique. Les produits de nettoyage et les désinfectants domestiques sont efficaces contre le Covid 19 (bibliographie internationale). Ces produits dissolvent les graisses et éliminent les matières organiques des surfaces. Il est recommandé de nettoyer le sol sur une surface de 4m2 d’accès à votre cabinet.

L’organisation du cabinet dépend étroitement des conditions d’accès, de la superficie et de l’agencement de celui-ci.

Dans la mesure du possible, il faudra penser à réguler les flux d’entrée et de sortie, de façon à ce que les patients se croisent le moins possible. Etudier les possibilités d’affecter un espace pour recevoir les potentiels Covid + avec les règles drastiques de mesures d’hygiènes. Les patients quels qu’ils soient, devront accéder masqués au cabinet.

Les différents types de masques et leur utilisation seront détaillés plus loin. A leur entrée, votre assistante ou une tierce personne le soumettra à une désinfection soigneuse des mains à l’aide d’une solution hydro-alcoolique à défaut de pouvoir se laver avec du savon de Marseille.

A l’intérieur au cabinet

La salle d’attente doit être aérée sans courant d’air. Elle doit être préparée également à accueillir les patients en ces temps de pandémie.

Très peu de chaises doivent rester dans ce lieu d’attente. Il faut placer les quelques sièges distants de 1,5 à 2 mètres chacun. Si la salle n’est pas suffisamment grande, laissez juste le nombre de sièges qui respecte cette règle de distanciation.

La salle doit être débarrassée du non indispensable souvent présent pour agrémenter l’attente du patient. Exit les tables basses, les revues, les pots de fleurs… Ceux-ci peuvent être des sites de rétention de particules virales et s’ils venaient à rester en place, ils devraient obéir aux mêmes règles drastiques de désinfection. Alors, mieux vaut s’en débarrasser.

Tous les points de contact devront être régulièrement nettoyés aux produits désinfectants (Poignées de porte, interrupteurs, rebord de fenêtres...) Il est recommandé de le faire toutes les 30 minutes. 

Accès à la salle de consultation

Là encore, le bureau du médecin sera allégé de tout ce qui traine et non nécessaire. Il gardera son ordinateur, ses ordonnances, son cachet et son stylo qu’il portera toujours sur lui (ne pas le laisser trainer sur le bureau). Si le médecin utilise des dossiers en papier, il prendra soin de les ranger immédiatement après la consultation dans l’espace prévu à cet effet dans son cabinet.

La personne malade accèdera seule à la salle de consultation. Sauf lorsqu’il s’agit d’un enfant ou d’un sujet nécessitant une aide ou un traducteur.

Le patient portera un masque chirurgical FFP1. Il ne sera pas admis en consultation avec un masque artisanal car son pouvoir filtrant est nul. Il sera là encore soumis à une friction des mains à l’aide d’une solution hydro-alcoolique.

A son admission dans la salle, il lui sera courtoisement demandé de mettre ses mains dans ses poches afin de ne rien toucher. Il sera placer à distance du praticien lors de l’interrogatoire avec marquage au sol si possible des sièges afin d’établir la distance sécuritaire.

Lors de l’examen clinique  

En ORL, l’examen de la cavité buccale est à fort risque de contamination lors de l’exhalation ou d’une toux réflexe. Il se fait à presque 50 cm du patient. La distance sécuritaire est estimée à 1,5 voire 2 m.

Le masque sera donc baissé au dernier moment lors de l’examen de la cavité buccale qui est laissé en dernier. Au mieux, il est demandé au patient de réaliser une brève apnée au moment de baisser son masque et l’examen doit être rapide sans être furtif.

Les examens endoscopiques diagnostiques sont réduits au strict minimum. Le risque de propagation du virus est grand en termes d’utilisation d’endoscopes. Si le diagnostic ne peut pas être porté autrement, alors l’utilisation est recommandée. L’instrument devra être soumis aux conditions de stérilisation d’usage.

Equipements du médecin et du personnel.

Le port de masques est obligatoire pour tous.

Le praticien, en contact proche avec le patient, doit être équipé d’un masque type FFP2 avec double flux de filtration entrant et sortant. Les assistantes porteront quant à elles un simple masque chirurgical FFP1 à filtre pour flux sortant.

Le médecin portera des gants de soins à usage unique entre chaque patient. Il se lavera les mains au savon entre chaque consultation.

En consultation ORL et en soins dentaires, il devra en plus revêtir une visière qui le met à l’abri des projections de postillons lors de l’examen de la cavité buccale. La face exposée de la visière devra être désinfectée après chaque consultation. Le praticien devra également porter une surblouse déperlante qu’il retirera à la fin de la consultation.

De retour à son domicile

A la fin de sa consultation, l’équipement est déposé et le praticien enfile ses habits de ville.

Avant de pénétrer chez lui, il devra désinfecter les semelles de ses chaussures dans un bac d’eau de javel dilué. Les chaussures seront abandonnées au seuil de la porte et il en chaussera d’autre lui permettant d’accéder chez lui.

Il est recommandé de prendre une douche à l’eau chaude et de passer ses habits à la lessive. Ce procédé devra être automatisé sans entrave aucune. En effet, Le praticien peut être, à son insu, un vecteur de transmission de ce virus au reste de sa famille.

L’auteur de cet article appelle de ses vœux à respecter ces recommandations que prône la majorité des observatoires de veille et de lutte contre la propagation du Covid-19.

Rappeler vous, autant un cabinet médical peut être un maillon de la chaine de détection du covid-19, autant il peut être un lieu de transmission de cette maladie virale pandémique.

Pr Hassan Chelly

ORL. Expert en techniques de Communication. Praticien PNL

Le cabinet médical et le covid-19 : Quelles mesures préventives ?

Le 17 avril 2020 à14:57

Modifié le 17 avril 2020 à 15:51

Depuis la déferlante épidémie liée au Coronavirus, les mesures pour éviter la contamination vont bon train. Qui de la solution hydroalcoolique, qui du masque, qui de la visière… Les données changent chaque jour. Que dis-je chaque heure ! Ce virus reste mystérieux bien que les publications fleurissent en un temps record pour nous permettre d’en apprendre davantage.

Je vous propose de mettre de l’ordre dans les idées pour prévenir au mieux votre contamination dans vos cabinets médicaux.

1 – Organisation des rendez-vous de consultation

Il va sans dire que les patients sont d’abord des citoyens qui vont céder naturellement à la panique et la peur d’être contaminés. La question qui taraude leur esprit est de deux ordres :

- Suis-je contaminé à mon tour malgré toutes les mesures que j’ai prises ?

- Serai-je contaminé si je vais chez mon médecin, puisque son cabinet est visité par des Covid-19 potentiels ?

L’ORL voit arriver des malades préoccupés par leurs maux de gorge, une discrète rhinite, et veulent être rassurés de ne pas porter en eux le coronavirus. D’autres en mode confinement, ne veulent pas quitter leur domicile devant des symptômes ORL banaux (otalgies, céphalées..) sans signes infectieux patents.

Dans ce contexte de pandémie, toutes les conditions d’accès aux soins doivent rester ouvertes aux patients. Il faudra cependant privilégier les téléconsultations ou même les Vidéo-Consultations en insistant sur la confidentialité des contenus selon l’éthique en vigueur.

Le déplacement des patients aux cabinets médicaux ne doit être réservé qu’aux cas urgents.

Toutes les sociétés savantes ont émis leurs recommandations pour définir les urgences pour chaque spécialité. Chacun en prendra connaissance auprès des organismes représentant sa spécialité.

Une personne informée devra être chargée de la régulation des patients pour les retenir ou les renvoyer à une date ultérieure post confinement. Le but est bien évidemment de ne pas charger les cabinets du tout-venant, majorant par ce fait, le risque de contamination par des patients asymptomatiques du Covid 19. C’est là qu’interviendra la prise en charge de certains patients à distance, gracieusement, avec émission de conseils et de mesures par échange sur les réseaux sociaux ou par téléphone.

Le corps médical est engagé à ce revirement de méthodes dont il n’a pas l’habitude.

Les issues de telles méthodes de soins à distance feront l’objet d’un prochain article.

2- Préparation du cabinet à accueillir les patients

Les mesures sont maintenant connues de tous, il s’agit de les mettre en pratique.

Les recommandations suivantes seront à appliquer afin de briser la chaine de contamination et éviter par-là la transmission du virus.

Une mise à niveau du personnel assistant doit être faite régulièrement en fonction des données en perpétuel changement au fil des jours. 

Accès au cabinet

L’accès extérieur au cabinet devra être nettoyé au désinfectant domestique. Les produits de nettoyage et les désinfectants domestiques sont efficaces contre le Covid 19 (bibliographie internationale). Ces produits dissolvent les graisses et éliminent les matières organiques des surfaces. Il est recommandé de nettoyer le sol sur une surface de 4m2 d’accès à votre cabinet.

L’organisation du cabinet dépend étroitement des conditions d’accès, de la superficie et de l’agencement de celui-ci.

Dans la mesure du possible, il faudra penser à réguler les flux d’entrée et de sortie, de façon à ce que les patients se croisent le moins possible. Etudier les possibilités d’affecter un espace pour recevoir les potentiels Covid + avec les règles drastiques de mesures d’hygiènes. Les patients quels qu’ils soient, devront accéder masqués au cabinet.

Les différents types de masques et leur utilisation seront détaillés plus loin. A leur entrée, votre assistante ou une tierce personne le soumettra à une désinfection soigneuse des mains à l’aide d’une solution hydro-alcoolique à défaut de pouvoir se laver avec du savon de Marseille.

A l’intérieur au cabinet

La salle d’attente doit être aérée sans courant d’air. Elle doit être préparée également à accueillir les patients en ces temps de pandémie.

Très peu de chaises doivent rester dans ce lieu d’attente. Il faut placer les quelques sièges distants de 1,5 à 2 mètres chacun. Si la salle n’est pas suffisamment grande, laissez juste le nombre de sièges qui respecte cette règle de distanciation.

La salle doit être débarrassée du non indispensable souvent présent pour agrémenter l’attente du patient. Exit les tables basses, les revues, les pots de fleurs… Ceux-ci peuvent être des sites de rétention de particules virales et s’ils venaient à rester en place, ils devraient obéir aux mêmes règles drastiques de désinfection. Alors, mieux vaut s’en débarrasser.

Tous les points de contact devront être régulièrement nettoyés aux produits désinfectants (Poignées de porte, interrupteurs, rebord de fenêtres...) Il est recommandé de le faire toutes les 30 minutes. 

Accès à la salle de consultation

Là encore, le bureau du médecin sera allégé de tout ce qui traine et non nécessaire. Il gardera son ordinateur, ses ordonnances, son cachet et son stylo qu’il portera toujours sur lui (ne pas le laisser trainer sur le bureau). Si le médecin utilise des dossiers en papier, il prendra soin de les ranger immédiatement après la consultation dans l’espace prévu à cet effet dans son cabinet.

La personne malade accèdera seule à la salle de consultation. Sauf lorsqu’il s’agit d’un enfant ou d’un sujet nécessitant une aide ou un traducteur.

Le patient portera un masque chirurgical FFP1. Il ne sera pas admis en consultation avec un masque artisanal car son pouvoir filtrant est nul. Il sera là encore soumis à une friction des mains à l’aide d’une solution hydro-alcoolique.

A son admission dans la salle, il lui sera courtoisement demandé de mettre ses mains dans ses poches afin de ne rien toucher. Il sera placer à distance du praticien lors de l’interrogatoire avec marquage au sol si possible des sièges afin d’établir la distance sécuritaire.

Lors de l’examen clinique  

En ORL, l’examen de la cavité buccale est à fort risque de contamination lors de l’exhalation ou d’une toux réflexe. Il se fait à presque 50 cm du patient. La distance sécuritaire est estimée à 1,5 voire 2 m.

Le masque sera donc baissé au dernier moment lors de l’examen de la cavité buccale qui est laissé en dernier. Au mieux, il est demandé au patient de réaliser une brève apnée au moment de baisser son masque et l’examen doit être rapide sans être furtif.

Les examens endoscopiques diagnostiques sont réduits au strict minimum. Le risque de propagation du virus est grand en termes d’utilisation d’endoscopes. Si le diagnostic ne peut pas être porté autrement, alors l’utilisation est recommandée. L’instrument devra être soumis aux conditions de stérilisation d’usage.

Equipements du médecin et du personnel.

Le port de masques est obligatoire pour tous.

Le praticien, en contact proche avec le patient, doit être équipé d’un masque type FFP2 avec double flux de filtration entrant et sortant. Les assistantes porteront quant à elles un simple masque chirurgical FFP1 à filtre pour flux sortant.

Le médecin portera des gants de soins à usage unique entre chaque patient. Il se lavera les mains au savon entre chaque consultation.

En consultation ORL et en soins dentaires, il devra en plus revêtir une visière qui le met à l’abri des projections de postillons lors de l’examen de la cavité buccale. La face exposée de la visière devra être désinfectée après chaque consultation. Le praticien devra également porter une surblouse déperlante qu’il retirera à la fin de la consultation.

De retour à son domicile

A la fin de sa consultation, l’équipement est déposé et le praticien enfile ses habits de ville.

Avant de pénétrer chez lui, il devra désinfecter les semelles de ses chaussures dans un bac d’eau de javel dilué. Les chaussures seront abandonnées au seuil de la porte et il en chaussera d’autre lui permettant d’accéder chez lui.

Il est recommandé de prendre une douche à l’eau chaude et de passer ses habits à la lessive. Ce procédé devra être automatisé sans entrave aucune. En effet, Le praticien peut être, à son insu, un vecteur de transmission de ce virus au reste de sa famille.

L’auteur de cet article appelle de ses vœux à respecter ces recommandations que prône la majorité des observatoires de veille et de lutte contre la propagation du Covid-19.

Rappeler vous, autant un cabinet médical peut être un maillon de la chaine de détection du covid-19, autant il peut être un lieu de transmission de cette maladie virale pandémique.

A lire aussi


Communication financière

Sonasid : communiqué post assemblée générale ordinaire & extraordinaire des actionnaires, tenue le 30 juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.