Le CPS de l'Union africaine en conclave de 3 jours au Maroc

La diplomatie marocaine continue à marquer des points: le fameux CPS, Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine, tiendra une retraite de trois jours au Maroc, à la veille de la présidence marocaine de cette instance.

Le CPS de l'Union africaine en conclave de 3 jours au Maroc

Le 22 juin 2019 à 16:47

Modifié le 23 juin 2019 à 10:57

Le CPS est à l'UA ce que le Conseil de sécurité est à l'ONU. C'est donc une instance importante. Le Maroc en prendra prochainement la présidence après y avoir été élu en 2018, pour la première fois.

Jusque-là, le CPS avait consacré une grande partie de ses efforts à mener des actions nuisibles sur le Sahara marocain, porté en cela par l'animosité ostensible de son président algérien.

En juillet 2018, le Maroc avait obtenu du sommet africain de Nouakchott que le CPS soit dessaisi du dossier du Sahara: d'une part, le sommet a reconnu la primauté de l'ONU et d'autre part, à l'échelle panafricaine, seules les conférences de chefs d'Etat pourront dorénavant en débattre.

Le CPS qui va être de plus en plus animé par le Maroc, se recentre donc sur l'essentiel: réformer son fonctionnement et se consacrer à la paix et à la stabilité en Afrique, ainsi qu'à la lutte contre les grands fléaux comme le terrorisme.

Le Maroc, selon des sources sûres, est le prochain président du CPS, une élection qui interviendra "prochainement".  En attendant, le CPS tiendra sa douzième retraite du 24 au 26 juin 2019 à Skhirat, à laquelle prendront part les 15 Etats membres: Algérie, Angola, Burundi, Djibouti, Gabon, Guinée Equatoriale, Kenya, Lesotho, Libéria, Nigéria, Rwanda, Sierra Leone, Togo, Zimbabwe et Maroc.

Cette retraite, qui se tient à la veille de la prochaine présidence du Royaume du Maroc du CPS, est une reconnaissance renouvelée de son leadership et de ses actions constructives en faveur de la paix et de la stabilité en Afrique, ainsi que de son dynamisme positif au sein de l’UA et de ses organes, principalement le CPS.

Elle s’inscrit dans le prolongement de la tenue des retraites précédentes de cet organe, ayant débattu, en particulier, de ses méthodes de travail, ainsi que de la paix et de la sécurité en Afrique.

La retraite de Skhirat examinera les thématiques suivantes :

- L’action du CPS pour la prévention et la consolidation de la paix en Afrique,

- les méthodes de travail de cet organe panafricain,

- ainsi que les défis de la gestion des crises et le règlement des conflits en Afrique.

Il convient de préciser que le Royaume du Maroc est membre du CPS pour un mandat de deux ans (2018-2020), durant lequel il accorde une importance particulière au processus de réforme de cet organe central de l’Architecture de paix et de sécurité africaine (APSA).

Par ailleurs, il y a lieu de rappeler que le Royaume du Maroc a organisé, les 9 et 10 mai 2018 à Rabat, un séminaire portant sur "l’amélioration des méthodes de travail du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine", dont les conclusions ont affirmé, en particulier, l’impératif de la réforme du CPS en vue de le rendre plus efficient et plus crédible, lui permettant de faire face aux multiples défis et menaces guettant l’Afrique en matière de paix et de stabilité.

Le CPS de l'Union africaine en conclave de 3 jours au Maroc

Le 22 juin 2019 à17:17

Modifié le 23 juin 2019 à 10:57

La diplomatie marocaine continue à marquer des points: le fameux CPS, Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine, tiendra une retraite de trois jours au Maroc, à la veille de la présidence marocaine de cette instance.

Le CPS est à l'UA ce que le Conseil de sécurité est à l'ONU. C'est donc une instance importante. Le Maroc en prendra prochainement la présidence après y avoir été élu en 2018, pour la première fois.

Jusque-là, le CPS avait consacré une grande partie de ses efforts à mener des actions nuisibles sur le Sahara marocain, porté en cela par l'animosité ostensible de son président algérien.

En juillet 2018, le Maroc avait obtenu du sommet africain de Nouakchott que le CPS soit dessaisi du dossier du Sahara: d'une part, le sommet a reconnu la primauté de l'ONU et d'autre part, à l'échelle panafricaine, seules les conférences de chefs d'Etat pourront dorénavant en débattre.

Le CPS qui va être de plus en plus animé par le Maroc, se recentre donc sur l'essentiel: réformer son fonctionnement et se consacrer à la paix et à la stabilité en Afrique, ainsi qu'à la lutte contre les grands fléaux comme le terrorisme.

Le Maroc, selon des sources sûres, est le prochain président du CPS, une élection qui interviendra "prochainement".  En attendant, le CPS tiendra sa douzième retraite du 24 au 26 juin 2019 à Skhirat, à laquelle prendront part les 15 Etats membres: Algérie, Angola, Burundi, Djibouti, Gabon, Guinée Equatoriale, Kenya, Lesotho, Libéria, Nigéria, Rwanda, Sierra Leone, Togo, Zimbabwe et Maroc.

Cette retraite, qui se tient à la veille de la prochaine présidence du Royaume du Maroc du CPS, est une reconnaissance renouvelée de son leadership et de ses actions constructives en faveur de la paix et de la stabilité en Afrique, ainsi que de son dynamisme positif au sein de l’UA et de ses organes, principalement le CPS.

Elle s’inscrit dans le prolongement de la tenue des retraites précédentes de cet organe, ayant débattu, en particulier, de ses méthodes de travail, ainsi que de la paix et de la sécurité en Afrique.

La retraite de Skhirat examinera les thématiques suivantes :

- L’action du CPS pour la prévention et la consolidation de la paix en Afrique,

- les méthodes de travail de cet organe panafricain,

- ainsi que les défis de la gestion des crises et le règlement des conflits en Afrique.

Il convient de préciser que le Royaume du Maroc est membre du CPS pour un mandat de deux ans (2018-2020), durant lequel il accorde une importance particulière au processus de réforme de cet organe central de l’Architecture de paix et de sécurité africaine (APSA).

Par ailleurs, il y a lieu de rappeler que le Royaume du Maroc a organisé, les 9 et 10 mai 2018 à Rabat, un séminaire portant sur "l’amélioration des méthodes de travail du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine", dont les conclusions ont affirmé, en particulier, l’impératif de la réforme du CPS en vue de le rendre plus efficient et plus crédible, lui permettant de faire face aux multiples défis et menaces guettant l’Afrique en matière de paix et de stabilité.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.