Le déficit commercial du Maroc continue de se creuser

A fin juillet 2019, le déficit commercial du Maroc s’est aggravé de 5 milliards de DH pour atteindre 122,8 milliards, en raison d’une hausse des importations deux fois plus importante que celle des exportations.

Le déficit commercial du Maroc continue de se creuser

Le 04 septembre 2019 à 16:12

Modifié le 04 septembre 2019 à 16:12

Selon le dernier bulletin de l’Office des changes, les importations ont augmenté de 10,4 milliards de DH par rapport à juillet 2018, pour atteindre 291,1 milliards.

En face, les exportations n’ont évolué que de 5,3 milliards de DH, à 168,3 milliards. Le taux de couverture des importations par les exportations s’est donc dégradé de 58,1% à 57,8%.

Dans les importations, toutes les augmentations ne sont pas mauvaises ; certaines sont révélatrices d’une certaine dynamique des investissements et de la production. C’est le cas des importations de biens d’équipements (+6 milliards de DH) et des demi-produits (+3 milliards de DH).

Pour leur part, les achats de produits alimentaires et de produits énergétiques ont baissé, ce qui est favorable.

Les importations de produits finis de consommation continuent, elles, à augmenter fortement (+3 milliards de DH), reflétant l’incapacité du tissu industriel national à répondre à un nombre important de besoins.

De l’autre côté, les exportations marquent un peu le pas (+3,3%) en raison des faibles performances de l’automobile (+863 MDH ou +2%) et des phosphates (+862 ou +3%) ainsi que de la contre-performance du textile et cuir (-300 MDH ou -1,3%).

Des résultats que les exportations agricoles (+2,3 milliards de DH ou +6,5%) et aéronautiques (+958 MDH ou +11,5%) ont amélioré légèrement.

Baisse des transferts des MRE et des IDE

Sur le registre des services, l’excédent est en hausse de 12,5% ou de 5,3 milliards de DH pour atteindre 48,1 milliards. Et ce, principalement grâce aux recettes touristiques qui ont augmenté de 2,25 milliards de DH (+5,8%) pour atteindre 38,7 milliards de DH.

Ce qui a largement compensé les dépenses de voyages des marocains à l’étranger qui ont crû de 721 MDH (+721 MDH), à 11,4 milliards de DH.

Par contre, les transferts des MRE ont poursuivi leur baisse : -380 MDH ou -1%, à 37,4 milliards de DH.

Idem pour les investissements directs étrangers : -2,2 milliards de DH (-17,2%) pour un flux de 10,5 milliards. Ce qui ne compense pas l’augmentation du flux des investissements marocains à l’étranger de 2,9 milliards de DH pour un total de 5,6 milliards.

Le déficit commercial du Maroc continue de se creuser

Le 04 septembre 2019 à16:12

Modifié le 04 septembre 2019 à 16:12

A fin juillet 2019, le déficit commercial du Maroc s’est aggravé de 5 milliards de DH pour atteindre 122,8 milliards, en raison d’une hausse des importations deux fois plus importante que celle des exportations.

Selon le dernier bulletin de l’Office des changes, les importations ont augmenté de 10,4 milliards de DH par rapport à juillet 2018, pour atteindre 291,1 milliards.

En face, les exportations n’ont évolué que de 5,3 milliards de DH, à 168,3 milliards. Le taux de couverture des importations par les exportations s’est donc dégradé de 58,1% à 57,8%.

Dans les importations, toutes les augmentations ne sont pas mauvaises ; certaines sont révélatrices d’une certaine dynamique des investissements et de la production. C’est le cas des importations de biens d’équipements (+6 milliards de DH) et des demi-produits (+3 milliards de DH).

Pour leur part, les achats de produits alimentaires et de produits énergétiques ont baissé, ce qui est favorable.

Les importations de produits finis de consommation continuent, elles, à augmenter fortement (+3 milliards de DH), reflétant l’incapacité du tissu industriel national à répondre à un nombre important de besoins.

De l’autre côté, les exportations marquent un peu le pas (+3,3%) en raison des faibles performances de l’automobile (+863 MDH ou +2%) et des phosphates (+862 ou +3%) ainsi que de la contre-performance du textile et cuir (-300 MDH ou -1,3%).

Des résultats que les exportations agricoles (+2,3 milliards de DH ou +6,5%) et aéronautiques (+958 MDH ou +11,5%) ont amélioré légèrement.

Baisse des transferts des MRE et des IDE

Sur le registre des services, l’excédent est en hausse de 12,5% ou de 5,3 milliards de DH pour atteindre 48,1 milliards. Et ce, principalement grâce aux recettes touristiques qui ont augmenté de 2,25 milliards de DH (+5,8%) pour atteindre 38,7 milliards de DH.

Ce qui a largement compensé les dépenses de voyages des marocains à l’étranger qui ont crû de 721 MDH (+721 MDH), à 11,4 milliards de DH.

Par contre, les transferts des MRE ont poursuivi leur baisse : -380 MDH ou -1%, à 37,4 milliards de DH.

Idem pour les investissements directs étrangers : -2,2 milliards de DH (-17,2%) pour un flux de 10,5 milliards. Ce qui ne compense pas l’augmentation du flux des investissements marocains à l’étranger de 2,9 milliards de DH pour un total de 5,6 milliards.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.