Le Maroc se dote d'un système d’aide à la gestion des risques d’inondations

Un projet pilote de mise en place d’un système intégré d’aide à la gestion des risques d’inondations a été lancé, mardi 24 septembre à Rabat, lors d’une rencontre organisée par le ministère de l’Intérieur.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/25-09-2019/cruestaroudant1.jpg-oui
Le Maroc se dote d'un système d’aide à la gestion des risques d’inondations

Le 25 septembre 2019 à 10:45

Modifié le 25 septembre 2019 à 13:19

Présidée par le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur Noureddine Boutayeb, cette rencontre a été aussi marquée par la création d’un centre de gestion des risques inondations, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur.

La rencontre a constitué l’occasion de rappeler les actions entamées pour la mise en œuvre d’une gestion préventive des risques d’inondations qui ont connu une augmentation importante de leur fréquence ces deux dernières décennies, ajoute la même source.

Il s’agit d’un projet pilote pour l’établissement d’un système de gestion intégrée et opérationnelle des risques d’inondations, à travers la mise en place d’un centre opérationnel de veille, d’alerte et d’aide à la gestion des risques d’inondations au niveau du ministère de l’Intérieur.

Ce centre permettra au final d’alerter par anticipation les populations exposées aux risques d’inondations et de mettre en sécurité les personnes, les biens et les activités économiques, explique le communiqué.

Ce projet financé par le Fonds de lutte contre les effets des catastrophes naturelles, sera déployé dans un premier temps sur quatre zones représentatives des problématiques d’inondations au niveau du territoire national, à savoir une zone urbaine (Mohammedia), une vallée (Ourika), une plaine (Gharb) et une zone saharienne (Guelmim). Chaque zone retenue sera dotée d’un centre provincial de coordination, installé respectivement au niveau de la préfecture de Mohammedia et des provinces d’Al Haouz, de Kénitra et de Gulemim.

Le système intégré d’aide à la gestion des risques d’inondations s’inscrit dans une démarche de partenariat entre les différents acteurs concernés par la gestion des risques d’inondations, à savoir le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Equipement, la Direction de la météorologie nationale (DMN), la Direction de la recherche et de la planification de l'eau (DRPE), l’Agence de bassin hydraulique de Bouregrag-Chaouia (ABH- BC), l’Agence de bassin hydraulique de Draa-Oued Noun (ABH-DO), l’Agence de bassin hydraulique du Sebou (ABH-S), l’Agence de bassin hydraulique du Tensift (ABH-T) et un partenaire international d’expertise reconnue en la matière.

Ce projet pilote permettrait dans un avenir proche, l’extension du système en question sur toutes les zones vulnérables prioritaires de l’ensemble du territoire national, conclut le communiqué.

(Avec MAP)

Le Maroc se dote d'un système d’aide à la gestion des risques d’inondations

Le 25 septembre 2019 à11:06

Modifié le 25 septembre 2019 à 13:19

Un projet pilote de mise en place d’un système intégré d’aide à la gestion des risques d’inondations a été lancé, mardi 24 septembre à Rabat, lors d’une rencontre organisée par le ministère de l’Intérieur.

Présidée par le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur Noureddine Boutayeb, cette rencontre a été aussi marquée par la création d’un centre de gestion des risques inondations, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur.

La rencontre a constitué l’occasion de rappeler les actions entamées pour la mise en œuvre d’une gestion préventive des risques d’inondations qui ont connu une augmentation importante de leur fréquence ces deux dernières décennies, ajoute la même source.

Il s’agit d’un projet pilote pour l’établissement d’un système de gestion intégrée et opérationnelle des risques d’inondations, à travers la mise en place d’un centre opérationnel de veille, d’alerte et d’aide à la gestion des risques d’inondations au niveau du ministère de l’Intérieur.

Ce centre permettra au final d’alerter par anticipation les populations exposées aux risques d’inondations et de mettre en sécurité les personnes, les biens et les activités économiques, explique le communiqué.

Ce projet financé par le Fonds de lutte contre les effets des catastrophes naturelles, sera déployé dans un premier temps sur quatre zones représentatives des problématiques d’inondations au niveau du territoire national, à savoir une zone urbaine (Mohammedia), une vallée (Ourika), une plaine (Gharb) et une zone saharienne (Guelmim). Chaque zone retenue sera dotée d’un centre provincial de coordination, installé respectivement au niveau de la préfecture de Mohammedia et des provinces d’Al Haouz, de Kénitra et de Gulemim.

Le système intégré d’aide à la gestion des risques d’inondations s’inscrit dans une démarche de partenariat entre les différents acteurs concernés par la gestion des risques d’inondations, à savoir le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Equipement, la Direction de la météorologie nationale (DMN), la Direction de la recherche et de la planification de l'eau (DRPE), l’Agence de bassin hydraulique de Bouregrag-Chaouia (ABH- BC), l’Agence de bassin hydraulique de Draa-Oued Noun (ABH-DO), l’Agence de bassin hydraulique du Sebou (ABH-S), l’Agence de bassin hydraulique du Tensift (ABH-T) et un partenaire international d’expertise reconnue en la matière.

Ce projet pilote permettrait dans un avenir proche, l’extension du système en question sur toutes les zones vulnérables prioritaires de l’ensemble du territoire national, conclut le communiqué.

(Avec MAP)

A lire aussi


Communication financière

Microdata - Indicateurs et états financiers semestriels S1 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.