Le Maroc visé par une propagande de pays arabes sur Facebook

Facebook vient de supprimer 476 pages et comptes sur le réseau social et sur Instagram. Ces comptes sont accusés de mener des campagnes de désinformation et de propagande au Maroc, au Soudan, en Libye, au Qatar, en Jordanie, en Syrie et au Liban.

Le Maroc visé par une propagande de pays arabes sur Facebook

Le 02 août 2019 à 12:20

Modifié le 02 août 2019 à 12:42

Ces faux comptes (appelés "inauthentiques" par Facebook) ont été crées en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis et en Egypte.

Du 29 juillet au 1er août, Facebook a supprimé plusieurs pages, groupes et comptes impliqués dans "un comportement inauthentique coordonné" sur le réseau social et sur Instagram. Autrement dit dans des campagnes de désinformation (fake news) ou de propagande.

"Nous avons trouvé deux opérations distinctes: l’une aux Emirats arabes unis et en Egypte, et l’autre en Arabie saoudite. Les deux campagnes que nous avons supprimées étaient sans lien, mais les deux créaient des réseaux de comptes pour induire en erreur les autres sur qui étaient-ils et ce qu’ils faisaient. Nous avons partagé des informations sur nos conclusions avec les forces de l’ordre, les partenaires de l’industrie et les décideurs", explique Facebook dans un communiqué.

259 faux comptes créés aux Emirats et en Egypte

Selon Facebook, 259 comptes, 102 pages, 5 groupes, 4 événements et 17 comptes Instagram ont été supprimés. Ces derniers visaient plusieurs pays, principalement du Moyen-Orient et l’Afrique du nord et de l’est, y compris le Maroc, la Libye, le Soudan, les Comores, le Qatar, la Turquie, le Liban, la Syrie, la Jordanie.  

"Les utilisateurs de ce réseau ont utilisé des comptes compromis et factices, dont la majorité avaient déjà été détectés et désactivés par nos systèmes automatisés, pour diffuser leur contenu, commenter des groupes et augmenter artificiellement leur engagement", déclare Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité à Facebook.

Ces faux comptes ont imité des personnalités publiques et se faisaient passer pour des agences de presse locales dans les pays ciblés, tout en faisant la promotion de contenus concernant les EAU.

Les sujets touchaient à la politique locale et les élections tout comme la mode, les animaux, l’artisanat et l’humour.

Selon Facebook, bien que les responsables de cette activité aient tenté de dissimuler leur identité, l’enquête a mis en évidence des liens avec deux sociétés de marketing: New waves en Egypte et Newave aux Emirats.

Plus de 13,7 millions de comptes ont suivi une ou plusieurs de ces pages, environ 9.000 comptes ont rejoint au moins un de ces groupes et environ 65.000 comptes ont suivi au moins un de ces comptes Instagram.

Par ailleurs, environ 167.000 USD ont été consacrés aux publicités Facebook, payées principalement en dollars américains ou en dirhams émiratis.

Selon les exemples cités, au Maroc, il ne s'agissait pas d'enjeux de politique interne mais de mise en avant des réalisations saoudiennes ou émiraties, donc d'opérations de communication dans le but de donner une image positive des deux pays et de leurs dirigeants. Des critiques ou de fausses infos ont également pu être véhiculées pour diffuser une image négative du Qatar et de ses dirigeants.

 

 

… et 217 comptes supprimés créés en Arabie

Cette fois-ci émanant de l’Arabie saoudite, 217 comptes, 144 pages, 5 groupes Facebook et 31 comptes Instagram ont été supprimés. Ils visaient principalement le Qatar, l’Arabie, les Emirats, le Bahreïn, l’Egypte, le Maroc, la Palestine, le Liban et la Jordanie.

Les détenteurs de ces faux comptes se sont également positionnés comme des locaux en créant des personnages fictifs pour gérer les pages et groupes et amener les utilisateurs vers un domaine non-plate-forme. Ils affichent en arabe des actualités régionales et des questions politiques. L’enquête de Facebook a mit en évidence des liens avec des individus associés au gouvernement saoudien.

Les comptes inauthentiques saoudiens ont été suivies par plus de 1,4 million comptes (une ou plusieurs pages). Environ 26.000 comptes ont rejoint au moins un de ces groupes et environ 145.000 personnes ont suivi un ou plusieurs de ces comptes Instagram.  

Ils ont consacrés près de 108.000 USD à la publicité payées en riyals saoudiens et en dollars américains.

Le Maroc visé par une propagande de pays arabes sur Facebook

Le 02 août 2019 à12:29

Modifié le 02 août 2019 à 12:42

Facebook vient de supprimer 476 pages et comptes sur le réseau social et sur Instagram. Ces comptes sont accusés de mener des campagnes de désinformation et de propagande au Maroc, au Soudan, en Libye, au Qatar, en Jordanie, en Syrie et au Liban.

Ces faux comptes (appelés "inauthentiques" par Facebook) ont été crées en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis et en Egypte.

Du 29 juillet au 1er août, Facebook a supprimé plusieurs pages, groupes et comptes impliqués dans "un comportement inauthentique coordonné" sur le réseau social et sur Instagram. Autrement dit dans des campagnes de désinformation (fake news) ou de propagande.

"Nous avons trouvé deux opérations distinctes: l’une aux Emirats arabes unis et en Egypte, et l’autre en Arabie saoudite. Les deux campagnes que nous avons supprimées étaient sans lien, mais les deux créaient des réseaux de comptes pour induire en erreur les autres sur qui étaient-ils et ce qu’ils faisaient. Nous avons partagé des informations sur nos conclusions avec les forces de l’ordre, les partenaires de l’industrie et les décideurs", explique Facebook dans un communiqué.

259 faux comptes créés aux Emirats et en Egypte

Selon Facebook, 259 comptes, 102 pages, 5 groupes, 4 événements et 17 comptes Instagram ont été supprimés. Ces derniers visaient plusieurs pays, principalement du Moyen-Orient et l’Afrique du nord et de l’est, y compris le Maroc, la Libye, le Soudan, les Comores, le Qatar, la Turquie, le Liban, la Syrie, la Jordanie.  

"Les utilisateurs de ce réseau ont utilisé des comptes compromis et factices, dont la majorité avaient déjà été détectés et désactivés par nos systèmes automatisés, pour diffuser leur contenu, commenter des groupes et augmenter artificiellement leur engagement", déclare Nathaniel Gleicher, responsable de la politique de cybersécurité à Facebook.

Ces faux comptes ont imité des personnalités publiques et se faisaient passer pour des agences de presse locales dans les pays ciblés, tout en faisant la promotion de contenus concernant les EAU.

Les sujets touchaient à la politique locale et les élections tout comme la mode, les animaux, l’artisanat et l’humour.

Selon Facebook, bien que les responsables de cette activité aient tenté de dissimuler leur identité, l’enquête a mis en évidence des liens avec deux sociétés de marketing: New waves en Egypte et Newave aux Emirats.

Plus de 13,7 millions de comptes ont suivi une ou plusieurs de ces pages, environ 9.000 comptes ont rejoint au moins un de ces groupes et environ 65.000 comptes ont suivi au moins un de ces comptes Instagram.

Par ailleurs, environ 167.000 USD ont été consacrés aux publicités Facebook, payées principalement en dollars américains ou en dirhams émiratis.

Selon les exemples cités, au Maroc, il ne s'agissait pas d'enjeux de politique interne mais de mise en avant des réalisations saoudiennes ou émiraties, donc d'opérations de communication dans le but de donner une image positive des deux pays et de leurs dirigeants. Des critiques ou de fausses infos ont également pu être véhiculées pour diffuser une image négative du Qatar et de ses dirigeants.

 

 

… et 217 comptes supprimés créés en Arabie

Cette fois-ci émanant de l’Arabie saoudite, 217 comptes, 144 pages, 5 groupes Facebook et 31 comptes Instagram ont été supprimés. Ils visaient principalement le Qatar, l’Arabie, les Emirats, le Bahreïn, l’Egypte, le Maroc, la Palestine, le Liban et la Jordanie.

Les détenteurs de ces faux comptes se sont également positionnés comme des locaux en créant des personnages fictifs pour gérer les pages et groupes et amener les utilisateurs vers un domaine non-plate-forme. Ils affichent en arabe des actualités régionales et des questions politiques. L’enquête de Facebook a mit en évidence des liens avec des individus associés au gouvernement saoudien.

Les comptes inauthentiques saoudiens ont été suivies par plus de 1,4 million comptes (une ou plusieurs pages). Environ 26.000 comptes ont rejoint au moins un de ces groupes et environ 145.000 personnes ont suivi un ou plusieurs de ces comptes Instagram.  

Ils ont consacrés près de 108.000 USD à la publicité payées en riyals saoudiens et en dollars américains.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.