Légère baisse du chômage des jeunes urbains à fin septembre

L’impact de la mauvaise année céréalière se fait clairement sentir dans les statistiques du chômage et de l’emploi arrêtées à fin septembre 2019. Il y a une amélioration des chiffres en milieu urbain. En milieu rural, c’est l’inverse. Voici les résultats de l'enquête trimestrielle publiés par le HCP.

Légère baisse du chômage des jeunes urbains à fin septembre

Le 06 novembre 2019 à 19:52

Modifié le 07 novembre 2019 à 11:31

En moyenne nationale, sur les 12 mois glissants septembre 2019 – septembre 2018 :

L’économie marocaine a créé 262.000 postes de travail et en a perdu 119.000. Soit une création nette de 143.000 emplois.

Parallèlement, la population active a augmenté de 169.000 personnes.

La différence entre ces deux chiffres est de 26.000 emplois manquants et donc, autant de personnes qui sont venues gonfler les rangs des chercheurs d’emploi.

La population en chômage est donc passée de 1.088.000 à 1.114.000 individus, soit une hausse de 26.000. Une légère aggravation du taux de chômage national en résulte : 9,4% à fin septembre 2019 contre 9,3% à fin septembre 2018.

Dans les villes, sur les 12 mois glissants septembre 2019 – septembre 2018 :

Pendant la même période, en milieu urbain, il y a eu création nette de 262.000 emplois (contre une perte de 119.000 en milieu rural).

Parallèlement, la population active a augmenté de 263.000 personnes.  Arithmétiquement, les nouveaux arrivants ont été quasiment absorbés sur le marché du travail, de sorte que le taux de chômage s’est amélioré, en passant de 13,1% en septembre 2018 à 12,7% en septembre 2019.

Par tranche d’âge, ce sont effectivement les taux de chômage chez les jeunes qui ont baissé, passant de 41,9% à 39,9% pour les 15-24 ans et de 19,8% à 19,4% pour les 25-34 ans. Le chômage des diplômés en milieu urbain a été ramené de 17,7% à 16,7%.

 

Les mauvais indicateurs du chômage et de l’emploi :

-Le taux de féminisation de la population active continue de reculer : 25,8% à fin septembre 2018 et 25,3% à fin septembre 2019 en moyenne nationale.

-Le taux d’activité national continue de baisser : 45% en septembre 2018 et 44,9% en septembre 2019. Mais, agréable surprise, il a augmenté en milieu urbain : 41,1% en septembre 2018 et 41,7% en septembre 2019.

-Le taux d’activité des femmes est stable à 20,5%, ce qui reste extrêmement bas, sachant que ce taux recule d’une manière inexorable depuis plus de 15 ans.

-Le taux d’emploi est très bas à l’échelle nationale : 40,7% en septembre 2019 à l’échelle nationale et seulement 36,4% dans les villes.

-Le chômage des jeunes en milieu urbain reste très élevé, malgré son recul : 39,9% pour les 15-24 ans et 19,4% pour les 25-34 ans.

-Un chômage de longue durée et de première insertion

Plus de la moitié des chômeurs (55,3%) sont à la recherche de leur premier emploi, 49,0% parmi les hommes et 67,4% parmi les femmes.

Les deux-tiers (66,8%) sont en situation de chômage de longue durée, 62,2% parmi les hommes et 75,1% parmi les femmes.

En outre, plus du quart des chômeurs (27,8%) se sont retrouvés dans cette situation suite au licenciement ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur.

Ce sont les services qui créent des emplois:

Entre le troisième trimestre de 2018 et celui de 2019, le secteur des "services" a créé 336.000 postes d’emploi au niveau national (260.000 en milieu urbain et 76.000 en milieu rural), enregistrant un accroissement de 7,2% de l’emploi dans ce secteur. Ces nouveaux postes ont été créés principalement par la branche du "commerce et de réparation d’automobiles et de motocycles" avec 135.000 postes.

Le secteur des BTP a créé 37.000 postes d’emploi, résultat d’une création de 13.000 postes en milieu urbain et de 24.000 en milieu rural, enregistrant une hausse de 3,3% du volume d’emploi dans ce secteur.

En revanche, le secteur de l’"agriculture forêt et pêche" a perdu 204.000 postes d'emploi, 202.000 en milieu rural et 2.000 en milieu urbain.

Le secteur de l’"industrie y compris l’artisanat" a perdu 26.000 postes, 9.000 en milieu urbain et 17.000 en milieu rural, ce qui correspond à une baisse de 2% du volume de l'emploi dans ce secteur. (Source: HCP)

Tags : Chômage

Légère baisse du chômage des jeunes urbains à fin septembre

Le 06 novembre 2019 à20:18

Modifié le 07 novembre 2019 à 11:31

L’impact de la mauvaise année céréalière se fait clairement sentir dans les statistiques du chômage et de l’emploi arrêtées à fin septembre 2019. Il y a une amélioration des chiffres en milieu urbain. En milieu rural, c’est l’inverse. Voici les résultats de l'enquête trimestrielle publiés par le HCP.

En moyenne nationale, sur les 12 mois glissants septembre 2019 – septembre 2018 :

L’économie marocaine a créé 262.000 postes de travail et en a perdu 119.000. Soit une création nette de 143.000 emplois.

Parallèlement, la population active a augmenté de 169.000 personnes.

La différence entre ces deux chiffres est de 26.000 emplois manquants et donc, autant de personnes qui sont venues gonfler les rangs des chercheurs d’emploi.

La population en chômage est donc passée de 1.088.000 à 1.114.000 individus, soit une hausse de 26.000. Une légère aggravation du taux de chômage national en résulte : 9,4% à fin septembre 2019 contre 9,3% à fin septembre 2018.

Dans les villes, sur les 12 mois glissants septembre 2019 – septembre 2018 :

Pendant la même période, en milieu urbain, il y a eu création nette de 262.000 emplois (contre une perte de 119.000 en milieu rural).

Parallèlement, la population active a augmenté de 263.000 personnes.  Arithmétiquement, les nouveaux arrivants ont été quasiment absorbés sur le marché du travail, de sorte que le taux de chômage s’est amélioré, en passant de 13,1% en septembre 2018 à 12,7% en septembre 2019.

Par tranche d’âge, ce sont effectivement les taux de chômage chez les jeunes qui ont baissé, passant de 41,9% à 39,9% pour les 15-24 ans et de 19,8% à 19,4% pour les 25-34 ans. Le chômage des diplômés en milieu urbain a été ramené de 17,7% à 16,7%.

 

Les mauvais indicateurs du chômage et de l’emploi :

-Le taux de féminisation de la population active continue de reculer : 25,8% à fin septembre 2018 et 25,3% à fin septembre 2019 en moyenne nationale.

-Le taux d’activité national continue de baisser : 45% en septembre 2018 et 44,9% en septembre 2019. Mais, agréable surprise, il a augmenté en milieu urbain : 41,1% en septembre 2018 et 41,7% en septembre 2019.

-Le taux d’activité des femmes est stable à 20,5%, ce qui reste extrêmement bas, sachant que ce taux recule d’une manière inexorable depuis plus de 15 ans.

-Le taux d’emploi est très bas à l’échelle nationale : 40,7% en septembre 2019 à l’échelle nationale et seulement 36,4% dans les villes.

-Le chômage des jeunes en milieu urbain reste très élevé, malgré son recul : 39,9% pour les 15-24 ans et 19,4% pour les 25-34 ans.

-Un chômage de longue durée et de première insertion

Plus de la moitié des chômeurs (55,3%) sont à la recherche de leur premier emploi, 49,0% parmi les hommes et 67,4% parmi les femmes.

Les deux-tiers (66,8%) sont en situation de chômage de longue durée, 62,2% parmi les hommes et 75,1% parmi les femmes.

En outre, plus du quart des chômeurs (27,8%) se sont retrouvés dans cette situation suite au licenciement ou à l’arrêt de l’activité de l’établissement employeur.

Ce sont les services qui créent des emplois:

Entre le troisième trimestre de 2018 et celui de 2019, le secteur des "services" a créé 336.000 postes d’emploi au niveau national (260.000 en milieu urbain et 76.000 en milieu rural), enregistrant un accroissement de 7,2% de l’emploi dans ce secteur. Ces nouveaux postes ont été créés principalement par la branche du "commerce et de réparation d’automobiles et de motocycles" avec 135.000 postes.

Le secteur des BTP a créé 37.000 postes d’emploi, résultat d’une création de 13.000 postes en milieu urbain et de 24.000 en milieu rural, enregistrant une hausse de 3,3% du volume d’emploi dans ce secteur.

En revanche, le secteur de l’"agriculture forêt et pêche" a perdu 204.000 postes d'emploi, 202.000 en milieu rural et 2.000 en milieu urbain.

Le secteur de l’"industrie y compris l’artisanat" a perdu 26.000 postes, 9.000 en milieu urbain et 17.000 en milieu rural, ce qui correspond à une baisse de 2% du volume de l'emploi dans ce secteur. (Source: HCP)

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.