Les barrages se remplissent à Souss-Massa et Marrakech-Safi grâce aux dernières pluies

Les récentes précipitations ont permis d’améliorer la situation des barrages dans les régions de Souss-Massa et de Marrakech-Safi, qui sont les plus touchées par le stress hydrique. Les détails.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/01-12-2020/barrages.jpg-oui
Les barrages se remplissent à Souss-Massa et Marrakech-Safi grâce aux dernières pluies

Le 01 décembre 2020 à 17:55

Modifié le 02 décembre 2020 à 19:56

Le récent épisode de pluie redonne espoir aux agriculteurs et aux habitants des régions les plus confrontées à la rareté de l’eau, pour sauver une saison agricole qui s'annonce relativement moyenne, après un grand retard des précipitations et la propagation de la pandémie du Covid-19.

Ces précipitations ont principalement concerné le Nord du pays, la région de Beni Mellal-Khénifra, Souss-Massa, ainsi que Marrakech-Safi. Pour évaluer leur impact sur les barrages, Médias24 a réalisé une comparaison des réserves au 1er décembre, par rapport au lundi 23 novembre, sur la base des chiffres quotidiens de la direction générale de l’eau, relevant du ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau.

Rappelons que les premières pluies ont eu lieu le mercredi 26 novembre et se sont poursuivies jusqu’au lundi 30 décembre.

Les retenues stagnent au niveau national

Sur une capacité totale nationale de 15.597,2 millions de m3, les retenues des principaux barrages ont atteint 5.555,2 Mm3 au 1er décembre, soit un taux de remplissage de 35,6%. Il s’agit du même chiffre affiché au 23 novembre dernier.

Ce niveau reste inférieur aux 7,13 milliards de m3 (45,7% de taux de remplissage) enregistrés à la même date de l’année écoulée.

Légère amélioration à Souss-Massa

Le Souss est la région qui a le plus bénéficié des récentes précipitations. Les réserves des plus grands barrages du bassin hydraulique de Souss-Massa sont passées de 77,4 Mm3 au 23 novembre à 100,7 Mm3 au 1er décembre, soit un taux de remplissage de 14,05% contre 10,8% une semaine auparavant.

Situation des principaux barrages de la région Souss-Massa, Médias24

Comme le montre le tableau ci-dessus, le barrage Youssef Ibn Tachfine, qui est le plus important de la région (298,9 Mm3), enregistre à présent un taux de remplissage de 14,1% contre 11,9% au 23 novembre. Celui de Abdelmoumen à Taroudant, d’une capacité totale de 198,4 Mm3, affiche un taux de remplissage de 3,7%, soit des réserves totales de 7,4 Mm3, contre 1% (2 Mm3) il y a une semaine.

Le taux de remplissage du barrage Moulay Abdellah passe également à 21,7% contre 9,1%. Il dispose ainsi de réserves totales de 19,6 Mm3 sur une capacité de 90,6 Mm3.

Mokhtar Soussi a, lui, légèrement bénéficié des dernières pluies, son taux de remplissage étant passé de 13,3% (5,3 Mm3) à 14,9% (5,9 Mm3).

Le bassin du Tensift, l’autre grand bénéficiaire 

Marrakech-Safi est la deuxième région la plus touchée par la rareté de l’eau. Les retenues des principaux barrages du bassin hydraulique de Tensift qui l'alimentent sont passées de 137,09 Mm3 au 23 novembre (22,62%) à 151,75 Mm3 (25,04%). 

Situation des principaux barrages de la région Marrakech-Safi, Médias24

Le barrage Moulay Youssef, deuxième plus grand barrage de la région, affiche un taux de remplissage de 23,5% (33,5 Mm3, sur une capacité totale de 142,8 Mm3), contre 21,4% (30,6 Mm3). 

Moulay Abderrahmane a lui gagné plus de 14% en termes de remplissage. Sur une capacité totale de 64,4 Mm3, il dispose actuellement de 42,7 Mm3 d’eau, soit un taux de remplissage de 66,3%. Au 23 novembre, il affichait à peine un taux de 52,1%.

Yaakoub El Mansour est quant à lui rempli à hauteur de 17,6%, contre 16,5% une semaine auparavant.

Stagnation à Beni Mellal-Khénifra

Depuis mercredi 26 novembre soir jusqu’au lundi matin, les provinces de la région, en particulier Beni Mellal et Azilal, ont connu d’importantes pluies et chutes de neige, qui ont ravivé l’espoir d’un lancement de la campagne agricole sous de bons auspices, dans une zone qui englobe plus de 200.000 hectares de terres arables, après deux ans de pénurie.

Malheureusement, comme le montre le tableau ci-dessous, les barrages du bassin hydraulique de l'Oum Er-Eabia qui alimentent la région continuent de se vider.

Situation des principaux barrages de la région Beni Mellal-Khénifra, Médias24

Selon les données du département général de l’Eau, le taux de remplissage du barrage Bin El Ouidane ne dépasse pas 18,7%, contre 19,6% une semaine auparavant. Celui de Hassan 1er affiche un taux de 16% (contre 16,3%), alors que le taux de remplissage du barrage Ahmed El Hanssali s’établit à tout juste 13,6% (contre 14,4%).

Les deux barrages Moulay Youssef et Ait Messoud sont les seules structures de la région qui ont légèrement profité des dernières pluies. Ils affichent des taux de remplissage respectifs de 23,5% (contre 21,4%) et de 83,5% (contre 78,8%).

En revanche, le barrage El Massira, le plus grand de la région, continue de se vider. Sur une capacité totale de 2.657 Mm3, il dispose actuellement de 319,7 Mm3 d'eau, contre 322,2 Mm3 au 23 novembre.

Rappelons que le niveau des précipitations des deux saisons précédentes avait fortement accentué le stress hydrique et impacté les ressources en eaux, qu’elles soient de surface ou souterraines, au niveau du bassin de l’Oum Er-Rabi. Le niveau moyen des pluies dans ce bassin est de l’ordre de 414 mm, alors qu’à peine 287 mm ont été enregistrés lors de la dernière saison, soit du 1er septembre 2019 au 31 août 2020 et 362 mm lors de la saison 2018-2019.

Même constat au Loukkos

Différentes provinces de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont été concernées par les récentes précipitations. Il s’agit notamment de Chefchaouen, Fahs-Anjra, Larache, Mdi'q, Fnideq, Ouazzane, Tanger, Assilah et Tétouan. 

Ces pluies n’ont même pas été suffisantes pour stabiliser les réserves des barrages du bassin du Loukkos.

Situation des principaux barrages de la région Tétouan-Tanger-Al Hoceima, Médias24

Sur une capacité totale de 1.102,8 Mm3, les réserves des sept principaux barrages de la région TTH s’élèvent à 633,6 Mm3 au 1er décembre, contre 637,1 Mm3 une semaine auparavant. Ces barrages affichent ainsi un taux de remplissage de 57,45%, contre 57,77 au 23 novembre dernier.

Enfin, notons que les chutes de neige, qui ont notamment eu lieu à El Haouz, Chichaoua, Taroudant, Azilal, Beni Mellal, Khénifra, Al Hoceima ainsi qu'à l'Oriental, auront un impact positif sur les barrages et la nappe phréatique à moyen terme, dans la mesure où l’eau de fonte permettra de les alimenter.  

Les barrages se remplissent à Souss-Massa et Marrakech-Safi grâce aux dernières pluies

Le 01 décembre 2020 à17:55

Modifié le 02 décembre 2020 à 19:56

Les récentes précipitations ont permis d’améliorer la situation des barrages dans les régions de Souss-Massa et de Marrakech-Safi, qui sont les plus touchées par le stress hydrique. Les détails.

com_redaction-43

Le récent épisode de pluie redonne espoir aux agriculteurs et aux habitants des régions les plus confrontées à la rareté de l’eau, pour sauver une saison agricole qui s'annonce relativement moyenne, après un grand retard des précipitations et la propagation de la pandémie du Covid-19.

Ces précipitations ont principalement concerné le Nord du pays, la région de Beni Mellal-Khénifra, Souss-Massa, ainsi que Marrakech-Safi. Pour évaluer leur impact sur les barrages, Médias24 a réalisé une comparaison des réserves au 1er décembre, par rapport au lundi 23 novembre, sur la base des chiffres quotidiens de la direction générale de l’eau, relevant du ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau.

Rappelons que les premières pluies ont eu lieu le mercredi 26 novembre et se sont poursuivies jusqu’au lundi 30 décembre.

Les retenues stagnent au niveau national

Sur une capacité totale nationale de 15.597,2 millions de m3, les retenues des principaux barrages ont atteint 5.555,2 Mm3 au 1er décembre, soit un taux de remplissage de 35,6%. Il s’agit du même chiffre affiché au 23 novembre dernier.

Ce niveau reste inférieur aux 7,13 milliards de m3 (45,7% de taux de remplissage) enregistrés à la même date de l’année écoulée.

Légère amélioration à Souss-Massa

Le Souss est la région qui a le plus bénéficié des récentes précipitations. Les réserves des plus grands barrages du bassin hydraulique de Souss-Massa sont passées de 77,4 Mm3 au 23 novembre à 100,7 Mm3 au 1er décembre, soit un taux de remplissage de 14,05% contre 10,8% une semaine auparavant.

Situation des principaux barrages de la région Souss-Massa, Médias24

Comme le montre le tableau ci-dessus, le barrage Youssef Ibn Tachfine, qui est le plus important de la région (298,9 Mm3), enregistre à présent un taux de remplissage de 14,1% contre 11,9% au 23 novembre. Celui de Abdelmoumen à Taroudant, d’une capacité totale de 198,4 Mm3, affiche un taux de remplissage de 3,7%, soit des réserves totales de 7,4 Mm3, contre 1% (2 Mm3) il y a une semaine.

Le taux de remplissage du barrage Moulay Abdellah passe également à 21,7% contre 9,1%. Il dispose ainsi de réserves totales de 19,6 Mm3 sur une capacité de 90,6 Mm3.

Mokhtar Soussi a, lui, légèrement bénéficié des dernières pluies, son taux de remplissage étant passé de 13,3% (5,3 Mm3) à 14,9% (5,9 Mm3).

Le bassin du Tensift, l’autre grand bénéficiaire 

Marrakech-Safi est la deuxième région la plus touchée par la rareté de l’eau. Les retenues des principaux barrages du bassin hydraulique de Tensift qui l'alimentent sont passées de 137,09 Mm3 au 23 novembre (22,62%) à 151,75 Mm3 (25,04%). 

Situation des principaux barrages de la région Marrakech-Safi, Médias24

Le barrage Moulay Youssef, deuxième plus grand barrage de la région, affiche un taux de remplissage de 23,5% (33,5 Mm3, sur une capacité totale de 142,8 Mm3), contre 21,4% (30,6 Mm3). 

Moulay Abderrahmane a lui gagné plus de 14% en termes de remplissage. Sur une capacité totale de 64,4 Mm3, il dispose actuellement de 42,7 Mm3 d’eau, soit un taux de remplissage de 66,3%. Au 23 novembre, il affichait à peine un taux de 52,1%.

Yaakoub El Mansour est quant à lui rempli à hauteur de 17,6%, contre 16,5% une semaine auparavant.

Stagnation à Beni Mellal-Khénifra

Depuis mercredi 26 novembre soir jusqu’au lundi matin, les provinces de la région, en particulier Beni Mellal et Azilal, ont connu d’importantes pluies et chutes de neige, qui ont ravivé l’espoir d’un lancement de la campagne agricole sous de bons auspices, dans une zone qui englobe plus de 200.000 hectares de terres arables, après deux ans de pénurie.

Malheureusement, comme le montre le tableau ci-dessous, les barrages du bassin hydraulique de l'Oum Er-Eabia qui alimentent la région continuent de se vider.

Situation des principaux barrages de la région Beni Mellal-Khénifra, Médias24

Selon les données du département général de l’Eau, le taux de remplissage du barrage Bin El Ouidane ne dépasse pas 18,7%, contre 19,6% une semaine auparavant. Celui de Hassan 1er affiche un taux de 16% (contre 16,3%), alors que le taux de remplissage du barrage Ahmed El Hanssali s’établit à tout juste 13,6% (contre 14,4%).

Les deux barrages Moulay Youssef et Ait Messoud sont les seules structures de la région qui ont légèrement profité des dernières pluies. Ils affichent des taux de remplissage respectifs de 23,5% (contre 21,4%) et de 83,5% (contre 78,8%).

En revanche, le barrage El Massira, le plus grand de la région, continue de se vider. Sur une capacité totale de 2.657 Mm3, il dispose actuellement de 319,7 Mm3 d'eau, contre 322,2 Mm3 au 23 novembre.

Rappelons que le niveau des précipitations des deux saisons précédentes avait fortement accentué le stress hydrique et impacté les ressources en eaux, qu’elles soient de surface ou souterraines, au niveau du bassin de l’Oum Er-Rabi. Le niveau moyen des pluies dans ce bassin est de l’ordre de 414 mm, alors qu’à peine 287 mm ont été enregistrés lors de la dernière saison, soit du 1er septembre 2019 au 31 août 2020 et 362 mm lors de la saison 2018-2019.

Même constat au Loukkos

Différentes provinces de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont été concernées par les récentes précipitations. Il s’agit notamment de Chefchaouen, Fahs-Anjra, Larache, Mdi'q, Fnideq, Ouazzane, Tanger, Assilah et Tétouan. 

Ces pluies n’ont même pas été suffisantes pour stabiliser les réserves des barrages du bassin du Loukkos.

Situation des principaux barrages de la région Tétouan-Tanger-Al Hoceima, Médias24

Sur une capacité totale de 1.102,8 Mm3, les réserves des sept principaux barrages de la région TTH s’élèvent à 633,6 Mm3 au 1er décembre, contre 637,1 Mm3 une semaine auparavant. Ces barrages affichent ainsi un taux de remplissage de 57,45%, contre 57,77 au 23 novembre dernier.

Enfin, notons que les chutes de neige, qui ont notamment eu lieu à El Haouz, Chichaoua, Taroudant, Azilal, Beni Mellal, Khénifra, Al Hoceima ainsi qu'à l'Oriental, auront un impact positif sur les barrages et la nappe phréatique à moyen terme, dans la mesure où l’eau de fonte permettra de les alimenter.  

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Emission obligataire ordinaire par placement privé de la société IMMOLOG

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.