Les États-Unis imposent des sanctions contre la Banque centrale iranienne

Les États-Unis ont imposé vendredi des sanctions contre la Banque centrale d'Iran et deux autres entités de l'Etat à la suite des attaques contre des installations pétrolières saoudiennes qui, selon l'administration Trump, ont été menées par l'Iran.

Les États-Unis imposent des sanctions contre la Banque centrale iranienne

Le 21 septembre 2019 à 09:57

Modifié le 21 septembre 2019 à 09:57

"Nous ne l'avons jamais fait à ce niveau", a indiqué M. Trump à propos des sanctions, dans des déclarations à la presse à l'issue d'un entretien à la Maison Blanche avec le Premier ministre australien, Scott Morrison.

"C'est dommage ce qui se passe avec l’Iran. Ça va devenir infernal", a déclaré M. Trump. "Tout ce qu'ils ont à faire, c'est d'arrêter la terreur".

Outre la Banque centrale iranienne, les sanctions visent le Fonds national de développement iranien (NDF) et Etemad Tejarate Pars Co.

Selon un communiqué du département américain du Trésor, "la Banque centrale iranienne a fourni des milliards de dollars au Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC), à sa Force Qods (IRGC-QF) et à son mandataire terroriste, le Hezbollah".

Le NDF iranien, qui est le fonds souverain de l’Iran et dont le conseil d’administration comprend le président iranien, le ministre du Pétrole et le gouverneur de la Banque centrale, "a été une source majeure de devises et de financement pour la Force Qods", tandis que Etemad Tejarate Pars est une société basée en Iran qui dissimule les transferts financiers pour les achats militaires de l'armée iranienne, y compris les fonds provenant du NDF.

"L’attaque insolente de l’Iran contre l’Arabie saoudite est inacceptable. L’action du Trésor vise un mécanisme de financement crucial que le régime iranien utilise pour soutenir son réseau terroriste, notamment la Force Qods, le Hezbollah et d’autres militants qui répandent la terreur et déstabilisent la région. Les États-Unis poursuivront leur campagne de pression maximale contre le régime répressif iranien, qui tente de réaliser son programme révolutionnaire par le biais d’une agression régionale tout en dilapidant les recettes pétrolières du pays", a déclaré le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.

"La Banque centrale iranienne et le Fonds de développement national avaient apparemment pour but de protéger le bien-être du peuple iranien, mais ont été utilisés par ce régime corrompu pour déplacer les réserves de devises étrangères de l'Iran à des fins terroristes", a-t-il ajouté.

(MAP)

Les États-Unis imposent des sanctions contre la Banque centrale iranienne

Le 21 septembre 2019 à09:57

Modifié le 21 septembre 2019 à 09:57

Les États-Unis ont imposé vendredi des sanctions contre la Banque centrale d'Iran et deux autres entités de l'Etat à la suite des attaques contre des installations pétrolières saoudiennes qui, selon l'administration Trump, ont été menées par l'Iran.

"Nous ne l'avons jamais fait à ce niveau", a indiqué M. Trump à propos des sanctions, dans des déclarations à la presse à l'issue d'un entretien à la Maison Blanche avec le Premier ministre australien, Scott Morrison.

"C'est dommage ce qui se passe avec l’Iran. Ça va devenir infernal", a déclaré M. Trump. "Tout ce qu'ils ont à faire, c'est d'arrêter la terreur".

Outre la Banque centrale iranienne, les sanctions visent le Fonds national de développement iranien (NDF) et Etemad Tejarate Pars Co.

Selon un communiqué du département américain du Trésor, "la Banque centrale iranienne a fourni des milliards de dollars au Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC), à sa Force Qods (IRGC-QF) et à son mandataire terroriste, le Hezbollah".

Le NDF iranien, qui est le fonds souverain de l’Iran et dont le conseil d’administration comprend le président iranien, le ministre du Pétrole et le gouverneur de la Banque centrale, "a été une source majeure de devises et de financement pour la Force Qods", tandis que Etemad Tejarate Pars est une société basée en Iran qui dissimule les transferts financiers pour les achats militaires de l'armée iranienne, y compris les fonds provenant du NDF.

"L’attaque insolente de l’Iran contre l’Arabie saoudite est inacceptable. L’action du Trésor vise un mécanisme de financement crucial que le régime iranien utilise pour soutenir son réseau terroriste, notamment la Force Qods, le Hezbollah et d’autres militants qui répandent la terreur et déstabilisent la région. Les États-Unis poursuivront leur campagne de pression maximale contre le régime répressif iranien, qui tente de réaliser son programme révolutionnaire par le biais d’une agression régionale tout en dilapidant les recettes pétrolières du pays", a déclaré le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.

"La Banque centrale iranienne et le Fonds de développement national avaient apparemment pour but de protéger le bien-être du peuple iranien, mais ont été utilisés par ce régime corrompu pour déplacer les réserves de devises étrangères de l'Iran à des fins terroristes", a-t-il ajouté.

(MAP)

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.