Loi-cadre enseignement: vote maintenu, aucun compromis sur les langues

Réunis ce lundi 15 juillet, les membres du bureau de la commission de l'enseignement ont maintenu la programmation de la loi-cadre sur l'éducation pour vote, demain, mardi. Aucun changement de position de la part du PJD sur l'alternance linguistique. 

Loi-cadre enseignement: vote maintenu, aucun compromis sur les langues

Le 15 juillet 2019 à 18:21

Modifié le 16 juillet 2019 à 16:34

Réuni ce lundi 15 juillet à la Chambre des représentants, le bureau de la commission de l’enseignement a maintenu la programmation du vote du projet de loi-cadre n°51.17 relatif au système de l'éducation.

La réunion s’est tenue vers 14H, juste avant la séance plénière dédiée aux questions orales. Les membres du bureau ont confirmé le vote prévu le mardi 16 juillet à partir de 10h30. Les circonstances de cette programmation, surprenante pour certains députés, ont également été évoquées.

Ce vote survient en effet conformément à un calendrier fixé lors d’une réunion antérieure, où il était question de valider le texte au plus tard à la mi-juillet, rapportent nos sources, confirmant les déclarations du président de la commission, Mohamed Malal (USFP), joint vendredi par Médias24.

Si nos sources écartent une corrélation directe, la date du vote coïncide avec celle de l’expiration du premier mandat du Conseil supérieur de l’éducation, qui est de 5 ans. Le projet de loi-cadre fait écho à la vision stratégique de la réforme du système éducatif, élaborée par ce Conseil.

Les tendances de vote

Pour l’heure, les positions n’ont pas changé. S’il existe un consensus autour d’une grande partie du texte, la question des langues demeure le seul point de discorde. En effet, le PJD n’a toujours pas renoncé à sa position réfractaire vis-à vis des articles 2 et 31 du projet.  

C’est le vote de l’article 2 qui a donné le ton. L’article 2 est, avec l’article 31, au cœur de la controverse. Connexes, ces deux articles évoquent l’alternance linguistique (consécration des langues nationales tout en admettant le recours aux langues étrangères dans certaines matières) à travers, notamment, l’enseignement des matières scientifiques et techniques en langues étrangères.

Au moment où nous rédigions ces lignes, les tendances n’étaient pas encore tranchées quant au vote de demain mardi 16 juillet. Au sein de l’opposition, des députés pronostiquent un vote à l’unanimité de l’intégralité du texte, mais avec une abstention du PJD concernant les deux articles.

De leur côté, les députés de la formation islamiste entretiennent le suspens sur leurs intentions de vote. Numériquement, un vote défavorable du PJD n’est pas susceptible, seul, de mettre obstacle à la validation du texte en commission.

Nos sources indiquent par ailleurs qu’une réunion importante se tiendra mardi matin, juste avant la séance dédiée au vote, entre les chefs de groupes parlementaires. Jusque là, rien n'est réellement tranché quant aux intentions de vote, son maintien ou un énième ajournement. 

Loi-cadre enseignement: vote maintenu, aucun compromis sur les langues

Le 15 juillet 2019 à18:59

Modifié le 16 juillet 2019 à 16:34

Réunis ce lundi 15 juillet, les membres du bureau de la commission de l'enseignement ont maintenu la programmation de la loi-cadre sur l'éducation pour vote, demain, mardi. Aucun changement de position de la part du PJD sur l'alternance linguistique. 

Réuni ce lundi 15 juillet à la Chambre des représentants, le bureau de la commission de l’enseignement a maintenu la programmation du vote du projet de loi-cadre n°51.17 relatif au système de l'éducation.

La réunion s’est tenue vers 14H, juste avant la séance plénière dédiée aux questions orales. Les membres du bureau ont confirmé le vote prévu le mardi 16 juillet à partir de 10h30. Les circonstances de cette programmation, surprenante pour certains députés, ont également été évoquées.

Ce vote survient en effet conformément à un calendrier fixé lors d’une réunion antérieure, où il était question de valider le texte au plus tard à la mi-juillet, rapportent nos sources, confirmant les déclarations du président de la commission, Mohamed Malal (USFP), joint vendredi par Médias24.

Si nos sources écartent une corrélation directe, la date du vote coïncide avec celle de l’expiration du premier mandat du Conseil supérieur de l’éducation, qui est de 5 ans. Le projet de loi-cadre fait écho à la vision stratégique de la réforme du système éducatif, élaborée par ce Conseil.

Les tendances de vote

Pour l’heure, les positions n’ont pas changé. S’il existe un consensus autour d’une grande partie du texte, la question des langues demeure le seul point de discorde. En effet, le PJD n’a toujours pas renoncé à sa position réfractaire vis-à vis des articles 2 et 31 du projet.  

C’est le vote de l’article 2 qui a donné le ton. L’article 2 est, avec l’article 31, au cœur de la controverse. Connexes, ces deux articles évoquent l’alternance linguistique (consécration des langues nationales tout en admettant le recours aux langues étrangères dans certaines matières) à travers, notamment, l’enseignement des matières scientifiques et techniques en langues étrangères.

Au moment où nous rédigions ces lignes, les tendances n’étaient pas encore tranchées quant au vote de demain mardi 16 juillet. Au sein de l’opposition, des députés pronostiquent un vote à l’unanimité de l’intégralité du texte, mais avec une abstention du PJD concernant les deux articles.

De leur côté, les députés de la formation islamiste entretiennent le suspens sur leurs intentions de vote. Numériquement, un vote défavorable du PJD n’est pas susceptible, seul, de mettre obstacle à la validation du texte en commission.

Nos sources indiquent par ailleurs qu’une réunion importante se tiendra mardi matin, juste avant la séance dédiée au vote, entre les chefs de groupes parlementaires. Jusque là, rien n'est réellement tranché quant aux intentions de vote, son maintien ou un énième ajournement. 

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.