Lutte anti-Covid: Quel rôle pour les médecins généralistes ? (Dr Tayeb Hamdi)

Comment impliquer le médecin généraliste libéral dans la riposte contre le Covid-19 ? A travers quels outils et pour quels avantages? Tels sont les principaux éléments abordés par Dr Tayeb Hamdi lors d'un webinaire, mardi 11 août.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/12-08-2020/Medecins0.jpg-oui

Le 12 août 2020 à 09:31

Modifié le 12 août 2020 à 14:09

Lors d'un webinaire organisé ce mardi 11 août, par la société marocaine des sciences médicales (SMSM), l'intervention du Dr Tayeb Hamdi, vice-président de la fédération nationale de la Santé, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé, a porté sur la place de la médecine générale dans la riposte contre le Covid-19. 

Selon Dr Hamdi, l'implication du médecin généraliste libéral permettra d'alléger les hôpitaux et de mieux lutter contre la propagation du virus. 

Dans ce sens, Dr Tayeb Hamdi a d'abord expliqué les causes liées à l'augmentation des cas positifs durant les dernières semaines, avant de s'attarder sur le rôle du médecin général et les moyens à mettre à sa disposition afin d'endiguer l'épidémie.

Voici une retranscription des propos du Dr Tayeb Hamdi lors de son intervention au webinaire. 

Gare aux retards de diagnostic 

"A une situation préoccupante, il faut une réponse adaptée. Il faut rappeler que la situation n'est pas incontrôlable et qu'on peut l'éviter". 

"La situation est préoccupante parce qu'il y a des indicateurs qui sont en hausse. De là, on peut comprendre sur quels segments il faut agir". 

"Le taux d'incidence, de reproduction, de positivité, d'hospitalisation en réanimation et de décès sont en hausse. Nous faisions entre 100 et 130 tests pour trouver un cas positif, désormais il suffit d'en faire 20 pour en trouver un", explique-t-il. 

"La cause majeure qui explique la hausse de ces indicateurs est le non-respect des mesures barrières. Les gens sont presque revenus à une vie normale. De plus, il y a aussi un problème au niveau de la prise en charge, puisqu'il y a un retard de testing pour les cas suspects que nous n'arrivons plus à tester, ou qui renoncent à consulter et à se faire tester, que ce soit par manque de moyens, d'accessibilité ou pour éviter le diagnostic Covid afin d'éviter de se faire hospitaliser etc."

"Des personnes malades non testées sont des personnes qui ne vont pas s'isoler. Dans ce cas, les cas contacts resteront anonymes et ne seront pas tracés". 

"Un retard de diagnostic des cas Covid a pour conséquence d'engorger les hôpitaux qui seront de plus en plus occupés, ce qui signifie qu'il y aura de plus en plus de décès", explique Dr Hamdi. 

"Or, pour être utile et efficace, le contact tracing doit être rapide afin d'éviter les contaminations. Plus la prise en charge de cas compliqués tarde, plus le risque de décès augmente". 

"Une étude néerlandaise publiée le 16 juillet dans "The Lancet", montre que pour endiguer l'épidémie, il faut que le délai entre l'apparition des symptômes et le dévoilement des résultats soit inférieur à un jour. Si le test est retardé de deux jours, il faudra tracer 80% des contacts. Et si trois jours passent entre l'apparition du premier symptôme et le résultat positif du test, on estime que c'est trop tard pour endiguer l'épidémie". 

"Le facteur temps est donc primordial dans l'identification, le testing, la révélation des résultats, le contact tracing et la prise en charge", insiste-t-il. 

Principales missions: Identifier et isoler les cas positifs, suivre les contacts et communiquer

"Les trois missions majeures de la médecine générale sont l'organisation et l'offre des soins, la veille sanitaire à travers la surveillance épidémiologique et la gestion de la crise sanitaire en jouant un rôle dans la riposte". 

"Pour limiter la propagation de l'épidémie et éviter les mesures de confinement de toute la population, il faut casser les chaînes de contamination. Pour agir dans ce sens, le médecin généraliste peut contribuer dans le cadre de l'identification des cas symptomatiques. La majeure partie des gens qui consultent pour des symptômes de Covid, ou des symptômes qui y ressemblent, se dirigent vers un médecin généraliste. Ce dernier doit avoir le droit de prescrire un test", déclare Dr Hamdi. 

"Le médecin de famille peut apporter son plus dans la mise en place de l'isolement, en expliquant au patient et à sa famille comment ça se passe. Il contribue aussi dans le contact tracing, puisqu'il peut rechercher, avec le ministère de la Santé, les contacts afin de les isoler". 

"Le médecin généraliste ou médecin de famille joue également un rôle dans le traitement et le suivi des cas positifs à domicile ainsi que le suivi des patients en post hospitalisation". 

Plus de 8.000 médecins généralistes au Maroc 

"Sur un total de 23.374 médecins au Maroc, il y a 8.442 médecins généralistes, dont 4.624 dans le secteur privé. Le médecin généraliste libérale allège les équipes médicales du public, assure les urgences, une continuité des soins, le suivi des maladies chroniques, etc."

"Pour que le médecin généraliste participe à la riposte contre le Covid-19, il faut que le ministère, avec les sociétés savantes ainsi que le comité scientifique, ait des outils de suivi harmonisés. C'est-à-dire les mêmes questionnaires de testing, de diagnostic etc."

"Par ailleurs, il est impensable et inacceptable qu'un médecin ne puisse pas demander le test à une personne reçue en consultation, qu'il suspecte d'être positive. Les tests doivent d'ailleurs être pris en charge par l'Etat et par les caisses de maladies et d'assurances". 

"Le médecin généraliste doit être impliqué dans le protocole thérapeutique. Dans ce sens, le Covid-19 doit être considéré, chez le médecin libéral, comme une maladie professionnelle qui doit être prise en charge par l'Etat. C'est une mesure urgente et indispensable qu'il faut prendre". 

"Isolons et suivons le maximum de patients Covid positifs chez eux, qu'ils soient asymptomatiques ou symptomatiques, c'est notre seule chance pour briser la chaîne de contamination. Même si les mesures d'isolement ne sont pas aussi parfaites qu'on le souhaite, mais c'est beaucoup mieux que d'avoir des centaines ou des milliers de personnes symptomatiques, très probablement positives au Covid, mais qui l'ignorent et se déplacent librement en accentuant la contamination", conclut-il. 

Intervention de Dr Hamdi à partir de 02:20:00 

Lutte anti-Covid: Quel rôle pour les médecins généralistes ? (Dr Tayeb Hamdi)

Le 12 août 2020 à14:09

Modifié le 12 août 2020 à 14:09

Comment impliquer le médecin généraliste libéral dans la riposte contre le Covid-19 ? A travers quels outils et pour quels avantages? Tels sont les principaux éléments abordés par Dr Tayeb Hamdi lors d'un webinaire, mardi 11 août.

Lors d'un webinaire organisé ce mardi 11 août, par la société marocaine des sciences médicales (SMSM), l'intervention du Dr Tayeb Hamdi, vice-président de la fédération nationale de la Santé, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé, a porté sur la place de la médecine générale dans la riposte contre le Covid-19. 

Selon Dr Hamdi, l'implication du médecin généraliste libéral permettra d'alléger les hôpitaux et de mieux lutter contre la propagation du virus. 

Dans ce sens, Dr Tayeb Hamdi a d'abord expliqué les causes liées à l'augmentation des cas positifs durant les dernières semaines, avant de s'attarder sur le rôle du médecin général et les moyens à mettre à sa disposition afin d'endiguer l'épidémie.

Voici une retranscription des propos du Dr Tayeb Hamdi lors de son intervention au webinaire. 

Gare aux retards de diagnostic 

"A une situation préoccupante, il faut une réponse adaptée. Il faut rappeler que la situation n'est pas incontrôlable et qu'on peut l'éviter". 

"La situation est préoccupante parce qu'il y a des indicateurs qui sont en hausse. De là, on peut comprendre sur quels segments il faut agir". 

"Le taux d'incidence, de reproduction, de positivité, d'hospitalisation en réanimation et de décès sont en hausse. Nous faisions entre 100 et 130 tests pour trouver un cas positif, désormais il suffit d'en faire 20 pour en trouver un", explique-t-il. 

"La cause majeure qui explique la hausse de ces indicateurs est le non-respect des mesures barrières. Les gens sont presque revenus à une vie normale. De plus, il y a aussi un problème au niveau de la prise en charge, puisqu'il y a un retard de testing pour les cas suspects que nous n'arrivons plus à tester, ou qui renoncent à consulter et à se faire tester, que ce soit par manque de moyens, d'accessibilité ou pour éviter le diagnostic Covid afin d'éviter de se faire hospitaliser etc."

"Des personnes malades non testées sont des personnes qui ne vont pas s'isoler. Dans ce cas, les cas contacts resteront anonymes et ne seront pas tracés". 

"Un retard de diagnostic des cas Covid a pour conséquence d'engorger les hôpitaux qui seront de plus en plus occupés, ce qui signifie qu'il y aura de plus en plus de décès", explique Dr Hamdi. 

"Or, pour être utile et efficace, le contact tracing doit être rapide afin d'éviter les contaminations. Plus la prise en charge de cas compliqués tarde, plus le risque de décès augmente". 

"Une étude néerlandaise publiée le 16 juillet dans "The Lancet", montre que pour endiguer l'épidémie, il faut que le délai entre l'apparition des symptômes et le dévoilement des résultats soit inférieur à un jour. Si le test est retardé de deux jours, il faudra tracer 80% des contacts. Et si trois jours passent entre l'apparition du premier symptôme et le résultat positif du test, on estime que c'est trop tard pour endiguer l'épidémie". 

"Le facteur temps est donc primordial dans l'identification, le testing, la révélation des résultats, le contact tracing et la prise en charge", insiste-t-il. 

Principales missions: Identifier et isoler les cas positifs, suivre les contacts et communiquer

"Les trois missions majeures de la médecine générale sont l'organisation et l'offre des soins, la veille sanitaire à travers la surveillance épidémiologique et la gestion de la crise sanitaire en jouant un rôle dans la riposte". 

"Pour limiter la propagation de l'épidémie et éviter les mesures de confinement de toute la population, il faut casser les chaînes de contamination. Pour agir dans ce sens, le médecin généraliste peut contribuer dans le cadre de l'identification des cas symptomatiques. La majeure partie des gens qui consultent pour des symptômes de Covid, ou des symptômes qui y ressemblent, se dirigent vers un médecin généraliste. Ce dernier doit avoir le droit de prescrire un test", déclare Dr Hamdi. 

"Le médecin de famille peut apporter son plus dans la mise en place de l'isolement, en expliquant au patient et à sa famille comment ça se passe. Il contribue aussi dans le contact tracing, puisqu'il peut rechercher, avec le ministère de la Santé, les contacts afin de les isoler". 

"Le médecin généraliste ou médecin de famille joue également un rôle dans le traitement et le suivi des cas positifs à domicile ainsi que le suivi des patients en post hospitalisation". 

Plus de 8.000 médecins généralistes au Maroc 

"Sur un total de 23.374 médecins au Maroc, il y a 8.442 médecins généralistes, dont 4.624 dans le secteur privé. Le médecin généraliste libérale allège les équipes médicales du public, assure les urgences, une continuité des soins, le suivi des maladies chroniques, etc."

"Pour que le médecin généraliste participe à la riposte contre le Covid-19, il faut que le ministère, avec les sociétés savantes ainsi que le comité scientifique, ait des outils de suivi harmonisés. C'est-à-dire les mêmes questionnaires de testing, de diagnostic etc."

"Par ailleurs, il est impensable et inacceptable qu'un médecin ne puisse pas demander le test à une personne reçue en consultation, qu'il suspecte d'être positive. Les tests doivent d'ailleurs être pris en charge par l'Etat et par les caisses de maladies et d'assurances". 

"Le médecin généraliste doit être impliqué dans le protocole thérapeutique. Dans ce sens, le Covid-19 doit être considéré, chez le médecin libéral, comme une maladie professionnelle qui doit être prise en charge par l'Etat. C'est une mesure urgente et indispensable qu'il faut prendre". 

"Isolons et suivons le maximum de patients Covid positifs chez eux, qu'ils soient asymptomatiques ou symptomatiques, c'est notre seule chance pour briser la chaîne de contamination. Même si les mesures d'isolement ne sont pas aussi parfaites qu'on le souhaite, mais c'est beaucoup mieux que d'avoir des centaines ou des milliers de personnes symptomatiques, très probablement positives au Covid, mais qui l'ignorent et se déplacent librement en accentuant la contamination", conclut-il. 

Intervention de Dr Hamdi à partir de 02:20:00 

A lire aussi


Communication financière

SOCIETE MAGHREBINE DE MONETIQUE : Note d'information relative à l'offre publique d'achat obligatoire

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.