Une convention de partenariat pour la promotion du fret aérien au Maroc durant la période 2016-2020 a été signée, lundi à Rabat, en marge d'un séminaire sur "Le développement du fret aérien au Maroc : Potentialités du secteur et perspectives de son développement", organisé par le ministère de l'Equipement, du Transport et de la Logistique.

Cette convention a été signée par le ministère de l'Equipement, du Transport et de la Logistique, l'Office national des Aéroports (ONDA), la Confédération générale des Entreprises du Maroc (CGEM), la Fédération du Transport-CGEM, l'Agence marocaine de Développement de la Logistique (AMDL), l’Administration des Douanes et Impôts indirects et la Royale Air Maroc (RAM). "Il est nécessaire de développer le transport aérien dans sa globalité à travers une approche qui assure la convergence entre les politiques et les plans sectoriels concernés par ce domaine et l’incitation du secteur privé à intégrer la dynamique que connaît le Maroc", a affirmé le ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rabbah, dans une allocution à cette occasion.

Il a mis l’accent également sur le fait que le Maroc dispose d’une stratégie et programmes relatifs à la logistique afin de développer les bases de ce secteur, rappelant le lancement d'une étude portant sur l’élaboration d’une plateforme aérienne pour les aéroports d’embarquement. Cette plateforme est susceptible de faire du Maroc un centre du commerce africain et régional.

De son côté, le directeur général de la Direction des Douanes et des impôts Indirects, Zouhair Chorfi, a considéré que le fret s’inscrit dans une problématique globale liée à la facilitation des échanges commerciaux qui offrent de nouvelles opportunités de croissance économique et d’emploi, ainsi que l’accompagnement des opérateurs économiques.

Pour sa part, Salaheddine Kadmiri, Vice-président de la CGEM, a noté que l’accent doit être mis aujourd’hui sur l’activité cargo dont l’accompagnement est appelé à tenir compte de ses spécificités afin de répondre à une demande croissante émanant principalement de secteurs à haute valeur ajoutée.

Le Maroc, en 2015, n’a pu réaliser qu’un volume de 0,1 pc par rapport à une moyenne mondiale de 2 pc, soit 6 pc en valeur contre 35 pc au niveau mondial, ce qui représente une timide réalisation, bien en deçà, du potentiel existant, a précisé M. Kadmiri.

A cet effet, la CGEM recommande à ce que le fret soit intégré dans la globalité des processus d’importation/exportation qui implique la multi-modalité dans le transport des marchandises.

De plus, la stratégie pour le développement de l’aviation civile au Maroc a accordé un intérêt particulier au développement de l’activité du fret aérien en fixant comme objectif stratégique quantitatif d’atteindre un volume de 100.000 tonnes à l’horizon 2020 et de 182,000 tonnes à l’horizon 2035, a expliqué M. Kadmiri.

Le directeur général de l’ONDA, Zouhair Mohamed El Aoufir, a, quant à lui, indiqué que le mode de transport de marchandises est appelé, selon les prévisions internationales, à plus que doubler à l’horizon 2035. En effet, dans un contexte de croissance économique soutenue, le développement du fret aérien au Maroc constitue un élément important d’amélioration de la compétitivité, a-t-il fait savoir.

(MAP)

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Une convention de partenariat pour la promotion du fret aérien au Maroc durant la période 2016-2020 a été signée, lundi à Rabat, en marge d'un séminaire sur "Le développement du fret aérien au Maroc : Potentialités du secteur et perspectives de son développement", organisé par le ministère de l'Equipement, du Transport et de la Logistique.

Cette convention a été signée par le ministère de l'Equipement, du Transport et de la Logistique, l'Office national des Aéroports (ONDA), la Confédération générale des Entreprises du Maroc (CGEM), la Fédération du Transport-CGEM, l'Agence marocaine de Développement de la Logistique (AMDL), l’Administration des Douanes et Impôts indirects et la Royale Air Maroc (RAM). "Il est nécessaire de développer le transport aérien dans sa globalité à travers une approche qui assure la convergence entre les politiques et les plans sectoriels concernés par ce domaine et l’incitation du secteur privé à intégrer la dynamique que connaît le Maroc", a affirmé le ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rabbah, dans une allocution à cette occasion.

Il a mis l’accent également sur le fait que le Maroc dispose d’une stratégie et programmes relatifs à la logistique afin de développer les bases de ce secteur, rappelant le lancement d'une étude portant sur l’élaboration d’une plateforme aérienne pour les aéroports d’embarquement. Cette plateforme est susceptible de faire du Maroc un centre du commerce africain et régional.

De son côté, le directeur général de la Direction des Douanes et des impôts Indirects, Zouhair Chorfi, a considéré que le fret s’inscrit dans une problématique globale liée à la facilitation des échanges commerciaux qui offrent de nouvelles opportunités de croissance économique et d’emploi, ainsi que l’accompagnement des opérateurs économiques.

Pour sa part, Salaheddine Kadmiri, Vice-président de la CGEM, a noté que l’accent doit être mis aujourd’hui sur l’activité cargo dont l’accompagnement est appelé à tenir compte de ses spécificités afin de répondre à une demande croissante émanant principalement de secteurs à haute valeur ajoutée.

Le Maroc, en 2015, n’a pu réaliser qu’un volume de 0,1 pc par rapport à une moyenne mondiale de 2 pc, soit 6 pc en valeur contre 35 pc au niveau mondial, ce qui représente une timide réalisation, bien en deçà, du potentiel existant, a précisé M. Kadmiri.

A cet effet, la CGEM recommande à ce que le fret soit intégré dans la globalité des processus d’importation/exportation qui implique la multi-modalité dans le transport des marchandises.

De plus, la stratégie pour le développement de l’aviation civile au Maroc a accordé un intérêt particulier au développement de l’activité du fret aérien en fixant comme objectif stratégique quantitatif d’atteindre un volume de 100.000 tonnes à l’horizon 2020 et de 182,000 tonnes à l’horizon 2035, a expliqué M. Kadmiri.

Le directeur général de l’ONDA, Zouhair Mohamed El Aoufir, a, quant à lui, indiqué que le mode de transport de marchandises est appelé, selon les prévisions internationales, à plus que doubler à l’horizon 2035. En effet, dans un contexte de croissance économique soutenue, le développement du fret aérien au Maroc constitue un élément important d’amélioration de la compétitivité, a-t-il fait savoir.

(MAP)

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.