Marché solidaire de Casablanca: une réussite qui sera dupliquée

L’ouverture d’un nouveau marché solidaire aura probablement lieu à Salé. Celui de l’Oasis à Casablanca vient de fêter ses deux ans. Il permet à 300 coopératives de mieux écouler leurs produits. Les résultats sont probants.

Le 10 mai 2019 à 14:01

Modifié le 11 mai 2019 à 08:47

Un nouveau marché solidaire ouvrira bientôt ses portes, probablement à Salé. La Fondation Mohammed V pour la solidarité veut dupliquer l’expérience de Casablanca qui, au vu des derniers chiffres, est une réussite. La fondation avait développé ce premier marché avec plusieurs partenaires (Fondation Crédit Agricole, ONSSA, MAMDA, Maroc PME…).

En attendant d’avoir des détails sur le deuxième marché solidaire du Maroc, voici le bilan de deux années d’activité du marché solidaire de l’Oasis qui avait ouvert ses portes à Casablanca le 17 mars 2017:

- A fin mars 2019, le nombre de coopératives référencées atteint 302 contre 151 en 2017. Les coopératives « Terroir » sont au nombre de 178 et celles « Artisanat » 124.

- Près de 6.800 produits sont référencés contre 2.207 en 2017. On compte 3.653 produits de terroir et 3.147 produits d’artisanat.

- Toutes les régions sont représentées : Fès-Meknès (53 coopératives), Béni Mellal-Khénifra (47), Souss-Massa (47), Marrakech-Safi (32), Casablanca-Settat (27), l’Oriental (27), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (23), Rabat-Salé-Kénitra (22), Drâa-Tafilalet (13), Dakhla-Oued Eddahab (5), Laâyoun-Sakia Al Hamra (4), et Guelmim-Oued Noun (2).

- En 2018, le marché a permis de vendre 909.964 unités, en hausse de 52% par rapport à 2017. Au cours des 3 premiers mois de 2019, plus de 265.000 produits ont été vendus.

- Les 5 familles de produits les plus vendus sont dans l'ordre la Cosmétique, le Miel, l'Artisanat, les Epices et l'Huile.

- Le Marché a attiré 558.548 visiteurs en 2018, en hausse de 53% par rapport à 2017. Sur les 3 premiers mois de 2019, plus de 165.000 visiteurs se sont rendus au marché.

- Le panier moyen est de 245 DH.

- Le marché a atteint son autonomie financière 16 mois après son ouverture, soit en juin 2018.

Commerce équitable

Ayant nécessité un investissement de 16,5 MDH, le marché de Casablanca a été lancé pour promouvoir l’économie sociale et solidaire, particulièrement les activités féminines dans les secteurs du terroir et de l’artisanat, qui souffrent d’un problème d’accès au marché national.

"C’est un canal de distribution unique qui participe à la valorisation du savoir-faire local et qui créer de nouvelles opportunités économiques pérennes pour les coopératives ; sources d’amélioration des conditions de vie des femmes", rappelle la fondation Mohammed V pour la solidarité.

Le marché solidaire de l’Oasis est un espace commercial permanent. Il sert pour le dépôt et la vente directe des produits des coopératives. Règles du commerce équitable obligent, ce sont les coopératives qui fixent les prix. Une petite partie du chiffre d’affaires est gardée pour assurer le bon fonctionnement du marché. Les prix sont affichés à travers un système de balisage qui mentionne la coopérative productrice.

Les frais de fonctionnement du marché ne rendent pas chers les produits des coopératives qui sont plus compétitifs que sur d’autres plateformes de vente, et n’impactent non plus pas la rentabilité des producteurs. Ces derniers ont directement accès aux recettes des ventes qui sont reversées le 1er et le 16 de chaque mois.

Des produits contrôlés

En contrepartie de ces frais, le marché solidaire assure un bon accueil des consommateurs, une bonne présentation des produits et une organisation similaire à celle des grandes surfaces. De plus, les produits répondent à tous les goûts et leur qualité est contrôlée.

"Un véritable travail de référencement est déployé afin de répondre aux besoins du marché et de proposer des produits de qualité. Des critères précis de sélection et d’évaluation sont suivis dans le choix des coopératives et la validation des produits", précise la fondation Mohamed V pour la solidarité. Ces critères sont :

- Certification sanitaire et qualité pour les produits du terroir qui doivent disposer des autorisations ONSSA ;

- Conformité de l’emballage (résistance, aspect et attractivité, mention des ingrédients...) ;

- Représentativité de toutes les régions du Royaume ;

- Prix étudiés et indexés selon la contenance et la concurrence.

 

Notons que sur les 178 coopératives "Terroir" référencées, 166 sont certifiées ONSSA.

Un accompagnement pour la mise à niveau des coopératives

Hormis le soutien à la commercialisation, le Marché solidaire sert également de plateforme d’accompagnement pour la mise à niveau des coopératives, à travers un programme technique mis en place en amont de l’accès à la distribution.

A fin mars dernier, 17 coopératives ont bénéficié d’un appui en équipement et d’un soutien pour l’aménagement des locaux de production. Ces mêmes coopératives ont été accompagnées pour l’obtention de l’agrément ONSSA.

En parallèle, 138 coopératives ont suivi des cycles de formation et de coaching en gestion financière, en marketing et sur le processus qualité/autorisation ONSSA.

Les intervenants dans cette plateforme d’accompagnement sont la Fondation Mohammed V pour la Solidarité et la Fondation Crédit Agricole.

Marché solidaire de Casablanca: une réussite qui sera dupliquée

Le 10 mai 2019 à14:47

Modifié le 11 mai 2019 à 08:47

L’ouverture d’un nouveau marché solidaire aura probablement lieu à Salé. Celui de l’Oasis à Casablanca vient de fêter ses deux ans. Il permet à 300 coopératives de mieux écouler leurs produits. Les résultats sont probants.

Un nouveau marché solidaire ouvrira bientôt ses portes, probablement à Salé. La Fondation Mohammed V pour la solidarité veut dupliquer l’expérience de Casablanca qui, au vu des derniers chiffres, est une réussite. La fondation avait développé ce premier marché avec plusieurs partenaires (Fondation Crédit Agricole, ONSSA, MAMDA, Maroc PME…).

En attendant d’avoir des détails sur le deuxième marché solidaire du Maroc, voici le bilan de deux années d’activité du marché solidaire de l’Oasis qui avait ouvert ses portes à Casablanca le 17 mars 2017:

- A fin mars 2019, le nombre de coopératives référencées atteint 302 contre 151 en 2017. Les coopératives « Terroir » sont au nombre de 178 et celles « Artisanat » 124.

- Près de 6.800 produits sont référencés contre 2.207 en 2017. On compte 3.653 produits de terroir et 3.147 produits d’artisanat.

- Toutes les régions sont représentées : Fès-Meknès (53 coopératives), Béni Mellal-Khénifra (47), Souss-Massa (47), Marrakech-Safi (32), Casablanca-Settat (27), l’Oriental (27), Tanger-Tétouan-Al Hoceima (23), Rabat-Salé-Kénitra (22), Drâa-Tafilalet (13), Dakhla-Oued Eddahab (5), Laâyoun-Sakia Al Hamra (4), et Guelmim-Oued Noun (2).

- En 2018, le marché a permis de vendre 909.964 unités, en hausse de 52% par rapport à 2017. Au cours des 3 premiers mois de 2019, plus de 265.000 produits ont été vendus.

- Les 5 familles de produits les plus vendus sont dans l'ordre la Cosmétique, le Miel, l'Artisanat, les Epices et l'Huile.

- Le Marché a attiré 558.548 visiteurs en 2018, en hausse de 53% par rapport à 2017. Sur les 3 premiers mois de 2019, plus de 165.000 visiteurs se sont rendus au marché.

- Le panier moyen est de 245 DH.

- Le marché a atteint son autonomie financière 16 mois après son ouverture, soit en juin 2018.

Commerce équitable

Ayant nécessité un investissement de 16,5 MDH, le marché de Casablanca a été lancé pour promouvoir l’économie sociale et solidaire, particulièrement les activités féminines dans les secteurs du terroir et de l’artisanat, qui souffrent d’un problème d’accès au marché national.

"C’est un canal de distribution unique qui participe à la valorisation du savoir-faire local et qui créer de nouvelles opportunités économiques pérennes pour les coopératives ; sources d’amélioration des conditions de vie des femmes", rappelle la fondation Mohammed V pour la solidarité.

Le marché solidaire de l’Oasis est un espace commercial permanent. Il sert pour le dépôt et la vente directe des produits des coopératives. Règles du commerce équitable obligent, ce sont les coopératives qui fixent les prix. Une petite partie du chiffre d’affaires est gardée pour assurer le bon fonctionnement du marché. Les prix sont affichés à travers un système de balisage qui mentionne la coopérative productrice.

Les frais de fonctionnement du marché ne rendent pas chers les produits des coopératives qui sont plus compétitifs que sur d’autres plateformes de vente, et n’impactent non plus pas la rentabilité des producteurs. Ces derniers ont directement accès aux recettes des ventes qui sont reversées le 1er et le 16 de chaque mois.

Des produits contrôlés

En contrepartie de ces frais, le marché solidaire assure un bon accueil des consommateurs, une bonne présentation des produits et une organisation similaire à celle des grandes surfaces. De plus, les produits répondent à tous les goûts et leur qualité est contrôlée.

"Un véritable travail de référencement est déployé afin de répondre aux besoins du marché et de proposer des produits de qualité. Des critères précis de sélection et d’évaluation sont suivis dans le choix des coopératives et la validation des produits", précise la fondation Mohamed V pour la solidarité. Ces critères sont :

- Certification sanitaire et qualité pour les produits du terroir qui doivent disposer des autorisations ONSSA ;

- Conformité de l’emballage (résistance, aspect et attractivité, mention des ingrédients...) ;

- Représentativité de toutes les régions du Royaume ;

- Prix étudiés et indexés selon la contenance et la concurrence.

 

Notons que sur les 178 coopératives "Terroir" référencées, 166 sont certifiées ONSSA.

Un accompagnement pour la mise à niveau des coopératives

Hormis le soutien à la commercialisation, le Marché solidaire sert également de plateforme d’accompagnement pour la mise à niveau des coopératives, à travers un programme technique mis en place en amont de l’accès à la distribution.

A fin mars dernier, 17 coopératives ont bénéficié d’un appui en équipement et d’un soutien pour l’aménagement des locaux de production. Ces mêmes coopératives ont été accompagnées pour l’obtention de l’agrément ONSSA.

En parallèle, 138 coopératives ont suivi des cycles de formation et de coaching en gestion financière, en marketing et sur le processus qualité/autorisation ONSSA.

Les intervenants dans cette plateforme d’accompagnement sont la Fondation Mohammed V pour la Solidarité et la Fondation Crédit Agricole.

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.