Mehdi Qotbi fait le bilan de la Fondation nationale des musées

Après cinq années d’existence, le président de la Fondation nationale des musées du Maroc a présenté le bilan de son institution puis a évoqué les prochaines étapes. Si la FNMM a permis de créer et de restaurer plusieurs musées, concentrés dans certaines villes, Mehdi Qotbi s’est engagé à ce que chacune des 12 régions du pays puisse à l’avenir disposer de sa propre institution muséale.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/17-12-2019/FONDATIONDESMUSEES.jpg-oui
Mehdi Qotbi fait le bilan de la Fondation nationale des musées Bilan de la fondation des musées depuis sa création

Le 17 décembre 2019 à 17:36

Modifié le 18 décembre 2019 à 11:16

A l’issue de la présentation du président Qotbi, on comprend que le Maroc ne dispose d’une réelle politique muséale que depuis 2014, qui a coïncidé avec l’inauguration du musée Mohammed VI. En effet, avant cette date, la carte muséale du Royaume ne s’était pas enrichie depuis son indépendance.

Il aura fallu attendre l’entrée en action de la fondation pour créer de nouveaux lieux de mémoire du patrimoine marocain et restaurer les lieux existants souvent tombés en décrépitude.

"Le Maroc, nouvelle destination muséale en seulement 5 années"

Avant de lister les réalisations d’édifices muséaux, Qotbi a d’abord mis en avant la nouvelle visibilité culturelle du Maroc acquise en seulement cinq ans grâce aux nombreuses expositions d’art marocain organisées aussi bien sur le sol national qu’à l’étranger sans parler des collections étrangères de grands maitres désormais présentées au musée Mohammed VI d’arts contemporain et modernes.

Que ce soit les artistes marocains Cherkaoui, Glaoui, Chaibia… ou les grands maitres Picasso, Giacometti, Goya .., ce musée a en effet accueilli des collections temporaires exceptionnelles dignes des plus grandes institutions muséales de la planète.

Idem pour les rétrospectives relatives au patrimoine national qui ont connu entre 2015 et 2019 un grand succès de fréquentation à l’international (Le Louvre, IMA, Abu Dhabi ….).

Ne souhaitant pas s’arrêter en si bon chemin, le président de la Fondation a déclaré que l’année 2020 verrait l’organisation de plusieurs expositions au Maroc et à l’étranger avec une rétrospective de l’art marocain à Madrid puis à Pékin, ainsi qu’une présentation de l’art contemporain africain et une grande exposition des peintres Eugene Delacroix et Fouad Bellamine au musée Mohammed VI.

Des restaurations et des inaugurations en 2020

Une fois l’exposé de Qotbi achevé, le directeur du MMVI est revenu sur les restaurations et les futures inaugurations d’institutions muséales. Abdelaziz El Idrissi a ainsi révélé que 5 musées avaient été complètement rénovés, 6 étaient en cours de restauration et que 4 seraient inaugurés en 2020.

Les musées déjà réaménagés sont celui de la Kasbah des cultures méditerranéennes de Tanger (2016), de l’histoire et des civilisations de Rabat (2017), des confluences de Dar El Bacha à Marrakech (2017), de la céramique de Safi (2018) et enfin du tissage et tapis de Dar Si Said à Marrakech (2018).

Les six autres actuellement en phase de rénovation sont le musée Batha de Fès (10 MDH), de la mémoire juive du Maroc à Fès (15 MDH), de Dar Jamai et Borj Belkari à Meknès (5 MDH), des Oudayas à Rabat, de l’archéologie de Tétouan, et enfin du patrimoine immatériel à la place Jamaâ El Fna dans la ville ocre.

En 2020, la fondation prévoit l’inauguration le 14 janvier prochain du 1er musée dédié à la photographie au Fort Rottembourg de Rabat, du musée à Meknès consacré à l’histoire de la musique du Maroc, du musée dédié à l’histoire de la capitale Ismaélite, le musée de Bab Okla de Tétouan.

A terme, chaque région aura son propre musée

Selon Idrissi, cette politique permettra de disposer d’une carte muséale avec 10 musées en état de fonctionnement aux normes internationales.

Sachant que la majorité se trouvent dans les grands centres urbains, la fondation espère doter chacune des 12 régions du Maroc de son propre musée.

Côté finances, le trésorier de la fondation a affirmé que l’institution fonctionnait avec un budget moyen de 40 millions de DH dont une vingtaine alloués par l’Etat et l’autre moitié obtenus auprès de bienfaiteurs grâce au talent de persuasion "hors norme" du président Qotbi.

En conclusion, le président a affirmé qu’il allait lancer en 2020, une grande opération d’audit des comptes de la fondation qu’il préside pour plus de transparence dans tous les marchés réalisés .

Ci-après, en vidéo, la présentation du bilan de la fondation des musées:

Bilan de la fondation des musées depuis sa création

Mehdi Qotbi fait le bilan de la Fondation nationale des musées

Le 17 décembre 2019 à17:36

Modifié le 18 décembre 2019 à 11:16

Après cinq années d’existence, le président de la Fondation nationale des musées du Maroc a présenté le bilan de son institution puis a évoqué les prochaines étapes. Si la FNMM a permis de créer et de restaurer plusieurs musées, concentrés dans certaines villes, Mehdi Qotbi s’est engagé à ce que chacune des 12 régions du pays puisse à l’avenir disposer de sa propre institution muséale.

A l’issue de la présentation du président Qotbi, on comprend que le Maroc ne dispose d’une réelle politique muséale que depuis 2014, qui a coïncidé avec l’inauguration du musée Mohammed VI. En effet, avant cette date, la carte muséale du Royaume ne s’était pas enrichie depuis son indépendance.

Il aura fallu attendre l’entrée en action de la fondation pour créer de nouveaux lieux de mémoire du patrimoine marocain et restaurer les lieux existants souvent tombés en décrépitude.

"Le Maroc, nouvelle destination muséale en seulement 5 années"

Avant de lister les réalisations d’édifices muséaux, Qotbi a d’abord mis en avant la nouvelle visibilité culturelle du Maroc acquise en seulement cinq ans grâce aux nombreuses expositions d’art marocain organisées aussi bien sur le sol national qu’à l’étranger sans parler des collections étrangères de grands maitres désormais présentées au musée Mohammed VI d’arts contemporain et modernes.

Que ce soit les artistes marocains Cherkaoui, Glaoui, Chaibia… ou les grands maitres Picasso, Giacometti, Goya .., ce musée a en effet accueilli des collections temporaires exceptionnelles dignes des plus grandes institutions muséales de la planète.

Idem pour les rétrospectives relatives au patrimoine national qui ont connu entre 2015 et 2019 un grand succès de fréquentation à l’international (Le Louvre, IMA, Abu Dhabi ….).

Ne souhaitant pas s’arrêter en si bon chemin, le président de la Fondation a déclaré que l’année 2020 verrait l’organisation de plusieurs expositions au Maroc et à l’étranger avec une rétrospective de l’art marocain à Madrid puis à Pékin, ainsi qu’une présentation de l’art contemporain africain et une grande exposition des peintres Eugene Delacroix et Fouad Bellamine au musée Mohammed VI.

Des restaurations et des inaugurations en 2020

Une fois l’exposé de Qotbi achevé, le directeur du MMVI est revenu sur les restaurations et les futures inaugurations d’institutions muséales. Abdelaziz El Idrissi a ainsi révélé que 5 musées avaient été complètement rénovés, 6 étaient en cours de restauration et que 4 seraient inaugurés en 2020.

Les musées déjà réaménagés sont celui de la Kasbah des cultures méditerranéennes de Tanger (2016), de l’histoire et des civilisations de Rabat (2017), des confluences de Dar El Bacha à Marrakech (2017), de la céramique de Safi (2018) et enfin du tissage et tapis de Dar Si Said à Marrakech (2018).

Les six autres actuellement en phase de rénovation sont le musée Batha de Fès (10 MDH), de la mémoire juive du Maroc à Fès (15 MDH), de Dar Jamai et Borj Belkari à Meknès (5 MDH), des Oudayas à Rabat, de l’archéologie de Tétouan, et enfin du patrimoine immatériel à la place Jamaâ El Fna dans la ville ocre.

En 2020, la fondation prévoit l’inauguration le 14 janvier prochain du 1er musée dédié à la photographie au Fort Rottembourg de Rabat, du musée à Meknès consacré à l’histoire de la musique du Maroc, du musée dédié à l’histoire de la capitale Ismaélite, le musée de Bab Okla de Tétouan.

A terme, chaque région aura son propre musée

Selon Idrissi, cette politique permettra de disposer d’une carte muséale avec 10 musées en état de fonctionnement aux normes internationales.

Sachant que la majorité se trouvent dans les grands centres urbains, la fondation espère doter chacune des 12 régions du Maroc de son propre musée.

Côté finances, le trésorier de la fondation a affirmé que l’institution fonctionnait avec un budget moyen de 40 millions de DH dont une vingtaine alloués par l’Etat et l’autre moitié obtenus auprès de bienfaiteurs grâce au talent de persuasion "hors norme" du président Qotbi.

En conclusion, le président a affirmé qu’il allait lancer en 2020, une grande opération d’audit des comptes de la fondation qu’il préside pour plus de transparence dans tous les marchés réalisés .

Ci-après, en vidéo, la présentation du bilan de la fondation des musées:

A lire aussi


Communication financière

Sonasid : Indicateurs du deuxième trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.