CGEM: Neila Tazi à la tête de la fédération des industries culturelles

Le binôme Neila Tazi - Abdelkader Retnani était candidat unique à la présidence de cette nouvelle fédération créée en 2017 et qui compte aujourd’hui une quarantaine de membres. Sa feuille de route : structurer le secteur, développer le partenariat public-privé, renforcer le capital humain…

Neila Tazi élue à la tête de la fédération des industries culturelles de la CGEM

Le 28 février 2019 à 15:30

Modifié le 01 mars 2019 à 09:03

L’assemblée générale élective de la Fédération des industries culturelles et créatives s’est tenue ce jeudi 28 février au siège de la CGEM.
 
Sans surprise, le binôme Neila Tazi - Abdelkader Retnani, candidat unique, a été élu à la tête de cette 33e fédération sectorielle de la confédération patronale, créée en 2017 et restée sans bureau le temps de réunir un nombre de membres suffisant et représentatif du secteur.
 
Jusqu’à aujourd’hui, la fédération des industries culturelles était gérée par un comité ad hoc présidé par la même Neila Tazi. L’objectif était de fédérer les acteurs autour d’un projet commun, celui de développer le secteur, porter sa voix auprès des pouvoirs publics et contribuer à régler ses problématiques nombreuses et complexes (compétences, financement…).
 
Actuellement, la fédération compte une quarantaine de membres, dont des sociétés de production, des acteurs de l’événementiel, des éditeurs, des associations et des fondations d’entreprises… Les sept filières représentées sont l’audiovisuel, le cinéma, les arts visuels et contemporains, l’édition et la librairie, la musique, le spectacle vivant et enfin les établissements culturels et espaces pluridisciplinaires.
 
Neila Tazi et son vice-président comptent renforcer la représentativité de la fédération en recrutant de nouveaux membres et en couvrant de nouvelles filières.
 
Le programme porté par le binôme repose sur quatre axes :
 
-      œuvrer pour le partenariat public-privé (fiscalité adaptée, facilitation des procédures administratives, lutte contre la concurrence déloyale…)
-      contribuer à structurer le secteur (partage d’information et communication)
-      Renforcer la place des arts et de la culture dans le développement régional,
-      Développer le capital humain (formation professionnelle, refonte des programmes…).
 
Pour rappel, Neila Tazi est la fondatrice et présidente de A3 Groupe, spécialisé dans la communication, l’événementiel, les relations presse et publiques. Elle était vice-présidente de la CGEM et de la Chambre des conseillers de 2015 à 2018 et est toujours membre du groupe parlementaire de la CGEM jusqu’en 2021.
 
Pour sa part, Abdelkader Retnani est le propriétaire de la maison d’édition La Croisée des Chemins, président fondateur de l’Association marocaine des professionnels du livre, et président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc.

Voici les déclarations de Neila Tazi et Abdelkader Retnani à l'issue de l'assemblée générale élective :

CGEM: Neila Tazi à la tête de la fédération des industries culturelles

Le 28 février 2019 à15:30

Modifié le 01 mars 2019 à 09:03

Le binôme Neila Tazi - Abdelkader Retnani était candidat unique à la présidence de cette nouvelle fédération créée en 2017 et qui compte aujourd’hui une quarantaine de membres. Sa feuille de route : structurer le secteur, développer le partenariat public-privé, renforcer le capital humain…

L’assemblée générale élective de la Fédération des industries culturelles et créatives s’est tenue ce jeudi 28 février au siège de la CGEM.
 
Sans surprise, le binôme Neila Tazi - Abdelkader Retnani, candidat unique, a été élu à la tête de cette 33e fédération sectorielle de la confédération patronale, créée en 2017 et restée sans bureau le temps de réunir un nombre de membres suffisant et représentatif du secteur.
 
Jusqu’à aujourd’hui, la fédération des industries culturelles était gérée par un comité ad hoc présidé par la même Neila Tazi. L’objectif était de fédérer les acteurs autour d’un projet commun, celui de développer le secteur, porter sa voix auprès des pouvoirs publics et contribuer à régler ses problématiques nombreuses et complexes (compétences, financement…).
 
Actuellement, la fédération compte une quarantaine de membres, dont des sociétés de production, des acteurs de l’événementiel, des éditeurs, des associations et des fondations d’entreprises… Les sept filières représentées sont l’audiovisuel, le cinéma, les arts visuels et contemporains, l’édition et la librairie, la musique, le spectacle vivant et enfin les établissements culturels et espaces pluridisciplinaires.
 
Neila Tazi et son vice-président comptent renforcer la représentativité de la fédération en recrutant de nouveaux membres et en couvrant de nouvelles filières.
 
Le programme porté par le binôme repose sur quatre axes :
 
-      œuvrer pour le partenariat public-privé (fiscalité adaptée, facilitation des procédures administratives, lutte contre la concurrence déloyale…)
-      contribuer à structurer le secteur (partage d’information et communication)
-      Renforcer la place des arts et de la culture dans le développement régional,
-      Développer le capital humain (formation professionnelle, refonte des programmes…).
 
Pour rappel, Neila Tazi est la fondatrice et présidente de A3 Groupe, spécialisé dans la communication, l’événementiel, les relations presse et publiques. Elle était vice-présidente de la CGEM et de la Chambre des conseillers de 2015 à 2018 et est toujours membre du groupe parlementaire de la CGEM jusqu’en 2021.
 
Pour sa part, Abdelkader Retnani est le propriétaire de la maison d’édition La Croisée des Chemins, président fondateur de l’Association marocaine des professionnels du livre, et président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc.

Voici les déclarations de Neila Tazi et Abdelkader Retnani à l'issue de l'assemblée générale élective :

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.