Propreté à Casablanca: du nouveau pour les grands producteurs de déchets

Dans le cadre du nouveau contrat de gestion déléguée de la collecte des déchets à Casablanca, les grands producteurs de déchets devront s'en occuper eux-mêmes ou payer pour leur collecte. Les détails.

Propreté à Casablanca: Du nouveau pour les grands producteurs de déchets

Le 06 mars 2019 à 14:12

Modifié le 06 mars 2019 à 14:35

Comme annoncé par Médias24 le 4 février dernier, Averda et Derichebourg ont remporté les appels d’offres sur la gestion déléguée de la collecte des déchets et du nettoiement à Casablanca.

Chacune des deux sociétés se chargera de gérer un certain nombre d’arrondissements pendant 7 ans. La signature des contrats est prévue cette semaine, apprend Médias 24 auprès d’une source proche du dossier.

Plusieurs nouveautés figurent dans le nouveau cahier des charges, dont les principales sont: la collecte des déchets ménagers pendant la nuit, le paiement des prestataires au forfait et non en fonction du tonnage, et la mise en place de puces GPS à tous les équipements.

Autre nouveauté, les grands producteurs de déchets (centres commerciaux, restaurants, hôtels...) se chargeront désormais de collecter leurs déchets ou paieront pour leur collecte.

"La formule n'a pas encore été fixée"

Contacté par Médias24, le 3e vice-président chargé de la propreté, Mohamed Haddadi, nous explique que dans le cadre du précédent contrat, la commune de Casablanca a payé des millions de DH pour la collecte des déchets des grands producteurs, sachant qu'il y avait le système de règlement par tonnage.

Le nouveau cahier des charges les obligera à présent de s’occuper de leurs déchets ou de payer pour que les délégataires s’en occupent.

Haddadi nous confie qu'"aucune décision n'a été prise pour le moment, et que la formule n’a pas encore été fixée".

La réaction des restaurateurs

Khalid Abbadi, président de la Fédération nationale des restaurateurs réagit à cette nouvelle mesure.

Joint au téléphone, il nous explique que les restaurateurs sont prêts à une telle mesure, à condition de trouver un compromis pour que les deux parties soient satisfaites. "Nous sommes déjà taxés par la commune de Casablanca. Nous acceptons une nouvelle taxe ou un paiement annuel", à condition de prendre une décision qui arrange les deux parties.

"Il est impossible de mettre en place des camions pour chaque restaurant, pour la collecte les déchets". 

A ce jour, les restaurateurs casablancais n'ont pas encore été contactés par la Commune. Ils exigent donc des réunions pour éclaircir ce point.

Une telle mesure nécessite une préparation et une coordination (achat de camions collectifs par exemple). Elle ne peut être mise en place du jour au lendemain. L'option du paiement d'un surplus aux délégataires est la plus probable.

Les deux délégataires entameront le travail vers fin mars, apprend Médias24 auprès d'une source autorisée. Les grands producteurs de déchets n’ont donc pas assez de temps pour se préparer. 

 

Propreté à Casablanca: du nouveau pour les grands producteurs de déchets

Le 06 mars 2019 à14:12

Modifié le 06 mars 2019 à 14:35

Dans le cadre du nouveau contrat de gestion déléguée de la collecte des déchets à Casablanca, les grands producteurs de déchets devront s'en occuper eux-mêmes ou payer pour leur collecte. Les détails.

Comme annoncé par Médias24 le 4 février dernier, Averda et Derichebourg ont remporté les appels d’offres sur la gestion déléguée de la collecte des déchets et du nettoiement à Casablanca.

Chacune des deux sociétés se chargera de gérer un certain nombre d’arrondissements pendant 7 ans. La signature des contrats est prévue cette semaine, apprend Médias 24 auprès d’une source proche du dossier.

Plusieurs nouveautés figurent dans le nouveau cahier des charges, dont les principales sont: la collecte des déchets ménagers pendant la nuit, le paiement des prestataires au forfait et non en fonction du tonnage, et la mise en place de puces GPS à tous les équipements.

Autre nouveauté, les grands producteurs de déchets (centres commerciaux, restaurants, hôtels...) se chargeront désormais de collecter leurs déchets ou paieront pour leur collecte.

"La formule n'a pas encore été fixée"

Contacté par Médias24, le 3e vice-président chargé de la propreté, Mohamed Haddadi, nous explique que dans le cadre du précédent contrat, la commune de Casablanca a payé des millions de DH pour la collecte des déchets des grands producteurs, sachant qu'il y avait le système de règlement par tonnage.

Le nouveau cahier des charges les obligera à présent de s’occuper de leurs déchets ou de payer pour que les délégataires s’en occupent.

Haddadi nous confie qu'"aucune décision n'a été prise pour le moment, et que la formule n’a pas encore été fixée".

La réaction des restaurateurs

Khalid Abbadi, président de la Fédération nationale des restaurateurs réagit à cette nouvelle mesure.

Joint au téléphone, il nous explique que les restaurateurs sont prêts à une telle mesure, à condition de trouver un compromis pour que les deux parties soient satisfaites. "Nous sommes déjà taxés par la commune de Casablanca. Nous acceptons une nouvelle taxe ou un paiement annuel", à condition de prendre une décision qui arrange les deux parties.

"Il est impossible de mettre en place des camions pour chaque restaurant, pour la collecte les déchets". 

A ce jour, les restaurateurs casablancais n'ont pas encore été contactés par la Commune. Ils exigent donc des réunions pour éclaircir ce point.

Une telle mesure nécessite une préparation et une coordination (achat de camions collectifs par exemple). Elle ne peut être mise en place du jour au lendemain. L'option du paiement d'un surplus aux délégataires est la plus probable.

Les deux délégataires entameront le travail vers fin mars, apprend Médias24 auprès d'une source autorisée. Les grands producteurs de déchets n’ont donc pas assez de temps pour se préparer. 

 

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.