PAM: Abdelatif Ouahbi va se présenter contre Cheikh Biadillah

Abdellatif Ouahbi annoncera jeudi 23 janvier son intention de briguer le poste de secrétaire général du PAM lors d’une conférence de presse qui se tiendra au siège du parti à Rabat. L’intéressé n’a rien voulu dévoiler à Médias24 mais plusieurs de ses proches nous l'ont confirmé. Sachant qu’il a reçu la bénédiction de plusieurs poids lourds du parti comme Fatima-Zahra Mansouri, il apparait de plus en plus probable qu’il fait figure de grand favori à l’élection du 9 février.

PAM: Abdelatif Ouahbi va se présenter contre Cheikh Biadillah

Le 22 janvier 2020 à 17:22

Modifié le 23 janvier 2020 à 12:01

« Si je vous annonce aujourd’hui que je me porte candidat au secrétariat général, la conférence de presse de demain n’aura plus lieu d’être, alors patience », nous a déclaré Abdellatif Ouahbi, qui, devant notre insistance, n’a pas exclu de se déclarer candidat jeudi 23 avant de raccrocher en riant.

[MISE A JOUR] : Abdellatif Ouahbi a officialisé sa candidature jeudi 23 janvier.

Désireux également de ménager le suspense, un de ses proches, contacté par nos soins, a dans un premier temps prétendu qu’il ne pouvait pas s’exprimer à sa place avant de laisser entendre que la conférence sera « bien évidemment l’occasion de faire une annonce importante ».

Ouahbi a pris le temps de s’assurer d’un large soutien avant de se déclarer

« Ssi Ouahbi n’a pris sa décision qu’après s’être assuré du soutien de la majorité des membres du bureau politique ainsi que de celui des congressistes qui devraient être environ 3.500.

« Concernant une 3ème candidature de dernière minute, on parle peut-être de celle de Mustapha Bakkoury et de moins en moins de Salaheddine Aboulghali. Pour l’instant, Ouahbi part donc largement gagnant face un adversaire qui est le candidat du courant perdant de la crise interne du PAM.

« En effet, pour la base, Ssi Biadillah a fait son temps, en tant qu’ancien SG et ministre, et nonobstant le respect qu’on doit à ce fondateur du PAM, il représente le passé et certainement pas le renouveau qui a été le principal moteur de la crise passée », avance notre source sous couvert d’anonymat.

Seul Mehdi Bensaïd nous a confirmé la candidature de celui qui, selon lui, « serait le seul capable de mettre en œuvre un nouveau discours politique et une nouvelle équipe ».

Pragmatique plutôt que crypto-islamiste

Questionné sur l'image de « crypto-islamiste » de Ouahbi véhiculée par ses détracteurs, l’ancien président de la commission des affaires étrangères à la chambre basse affirme que le candidat est attaqué pour son pragmatisme.

« Il a un discours d’ouverture qui ne plait pas à certains pour qui le PAM a été créé en opposition à un parti, à savoir le PJD.

« En fait, si notre parti ne décroche pas la 1ère place au scrutin législatif de 2021 et qu’il est 2ème, 3ème ou même 5ème, il n’est pas exclu qu’il s’allie avec d’autres partis vainqueurs comme le PJD. A ce propos, pourquoi le RNI pourrait-il faire partie de la coalition menée par le PJD et pas le PAM ?

« De toute façon, même si le nouveau secrétaire général a un poids important, seul le Conseil national peut décider ou pas de s’allier avec un parti aux antipodes idéologiques pour des considérations tactiques.

« Tout dépendra de la volonté du peuple. Si on est premier, il est évident que nos préférences iront à des alliances avec des partis progressistes (USFP, PPS …) qui partagent les mêmes valeurs que nous.

« Tout cela pour dire que Ssi Ouahbi est un pragmatique qui ne peut pas être accusé de sympathies islamistes surtout quand on sait qu’il a été biberonné aux valeurs de la gauche.

« Au final, c’est donc un duel Biadillah-Ouahbi qui se profile à l’horizon avec, selon moi un match au score serré. En effet, si au sein du parti, l’engouement et la volonté de renouveau devraient profiter à Ouabi, il ne faut pas sous-estimer Biadillah qui est un homme d’expérience avec encore beaucoup de soutiens », conclut l’ancien député qui sera certainement candidat au scrutin de 2021.

Sollicité à son tour, Mohamed Cheikh Biadillah, qui avait été SG du PAM (2009-2012) n’a pas voulu commenter l’entrée en piste de cet adversaire pour qui il a « un grand respect », en assurant qu’il poursuivait sa campagne électorale dans les régions avec des retours très positifs et encourageants.

Le congrès, mode d’emploi

Concernant le congrès qui aura lieu du 7 au 9 février à El Jadida, après la lecture et la validation, vendredi 7 février, du rapport moral, idéologique et financier du parti, pendant le mandat de Hakim Benchamach, les 3500 congressistes éliront samedi 8 février, 500 à 600 membres du Conseil national (le parlement du parti qui en comptait 1000 avant) qui désigneront à leur tour leur président.

Selon nos informations, la présidente sortante, Fatima-Zahra Mansouri, est très sollicitée par la base et par Abdellatif Ouahbi pour se représenter à son poste de numéro 2 du parti.

Une fois achevées les élections du Conseil national, les « députés » du PAM devront trancher, dimanche 9 février, entre les deux candidats au secrétariat général, Ouahbi ou Biadillah.

En fonction du timing restant, la désignation des 25 membres du nouveau bureau politique se fera soit à la fin du congrès soit une quinzaine de jours après.

PAM: Abdelatif Ouahbi va se présenter contre Cheikh Biadillah

Le 22 janvier 2020 à17:22

Modifié le 23 janvier 2020 à 12:01

Abdellatif Ouahbi annoncera jeudi 23 janvier son intention de briguer le poste de secrétaire général du PAM lors d’une conférence de presse qui se tiendra au siège du parti à Rabat. L’intéressé n’a rien voulu dévoiler à Médias24 mais plusieurs de ses proches nous l'ont confirmé. Sachant qu’il a reçu la bénédiction de plusieurs poids lourds du parti comme Fatima-Zahra Mansouri, il apparait de plus en plus probable qu’il fait figure de grand favori à l’élection du 9 février.

« Si je vous annonce aujourd’hui que je me porte candidat au secrétariat général, la conférence de presse de demain n’aura plus lieu d’être, alors patience », nous a déclaré Abdellatif Ouahbi, qui, devant notre insistance, n’a pas exclu de se déclarer candidat jeudi 23 avant de raccrocher en riant.

[MISE A JOUR] : Abdellatif Ouahbi a officialisé sa candidature jeudi 23 janvier.

Désireux également de ménager le suspense, un de ses proches, contacté par nos soins, a dans un premier temps prétendu qu’il ne pouvait pas s’exprimer à sa place avant de laisser entendre que la conférence sera « bien évidemment l’occasion de faire une annonce importante ».

Ouahbi a pris le temps de s’assurer d’un large soutien avant de se déclarer

« Ssi Ouahbi n’a pris sa décision qu’après s’être assuré du soutien de la majorité des membres du bureau politique ainsi que de celui des congressistes qui devraient être environ 3.500.

« Concernant une 3ème candidature de dernière minute, on parle peut-être de celle de Mustapha Bakkoury et de moins en moins de Salaheddine Aboulghali. Pour l’instant, Ouahbi part donc largement gagnant face un adversaire qui est le candidat du courant perdant de la crise interne du PAM.

« En effet, pour la base, Ssi Biadillah a fait son temps, en tant qu’ancien SG et ministre, et nonobstant le respect qu’on doit à ce fondateur du PAM, il représente le passé et certainement pas le renouveau qui a été le principal moteur de la crise passée », avance notre source sous couvert d’anonymat.

Seul Mehdi Bensaïd nous a confirmé la candidature de celui qui, selon lui, « serait le seul capable de mettre en œuvre un nouveau discours politique et une nouvelle équipe ».

Pragmatique plutôt que crypto-islamiste

Questionné sur l'image de « crypto-islamiste » de Ouahbi véhiculée par ses détracteurs, l’ancien président de la commission des affaires étrangères à la chambre basse affirme que le candidat est attaqué pour son pragmatisme.

« Il a un discours d’ouverture qui ne plait pas à certains pour qui le PAM a été créé en opposition à un parti, à savoir le PJD.

« En fait, si notre parti ne décroche pas la 1ère place au scrutin législatif de 2021 et qu’il est 2ème, 3ème ou même 5ème, il n’est pas exclu qu’il s’allie avec d’autres partis vainqueurs comme le PJD. A ce propos, pourquoi le RNI pourrait-il faire partie de la coalition menée par le PJD et pas le PAM ?

« De toute façon, même si le nouveau secrétaire général a un poids important, seul le Conseil national peut décider ou pas de s’allier avec un parti aux antipodes idéologiques pour des considérations tactiques.

« Tout dépendra de la volonté du peuple. Si on est premier, il est évident que nos préférences iront à des alliances avec des partis progressistes (USFP, PPS …) qui partagent les mêmes valeurs que nous.

« Tout cela pour dire que Ssi Ouahbi est un pragmatique qui ne peut pas être accusé de sympathies islamistes surtout quand on sait qu’il a été biberonné aux valeurs de la gauche.

« Au final, c’est donc un duel Biadillah-Ouahbi qui se profile à l’horizon avec, selon moi un match au score serré. En effet, si au sein du parti, l’engouement et la volonté de renouveau devraient profiter à Ouabi, il ne faut pas sous-estimer Biadillah qui est un homme d’expérience avec encore beaucoup de soutiens », conclut l’ancien député qui sera certainement candidat au scrutin de 2021.

Sollicité à son tour, Mohamed Cheikh Biadillah, qui avait été SG du PAM (2009-2012) n’a pas voulu commenter l’entrée en piste de cet adversaire pour qui il a « un grand respect », en assurant qu’il poursuivait sa campagne électorale dans les régions avec des retours très positifs et encourageants.

Le congrès, mode d’emploi

Concernant le congrès qui aura lieu du 7 au 9 février à El Jadida, après la lecture et la validation, vendredi 7 février, du rapport moral, idéologique et financier du parti, pendant le mandat de Hakim Benchamach, les 3500 congressistes éliront samedi 8 février, 500 à 600 membres du Conseil national (le parlement du parti qui en comptait 1000 avant) qui désigneront à leur tour leur président.

Selon nos informations, la présidente sortante, Fatima-Zahra Mansouri, est très sollicitée par la base et par Abdellatif Ouahbi pour se représenter à son poste de numéro 2 du parti.

Une fois achevées les élections du Conseil national, les « députés » du PAM devront trancher, dimanche 9 février, entre les deux candidats au secrétariat général, Ouahbi ou Biadillah.

En fonction du timing restant, la désignation des 25 membres du nouveau bureau politique se fera soit à la fin du congrès soit une quinzaine de jours après.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.