PAM: Benchamach essaie de reprendre la main, le parti dans l'incertitude

Benchamach va-t-il pouvoir tenir la barre jusqu'au prochain congrès ? Lundi soir, au cours d'une réunion du bureau politique, il a déclaré l'élection de Koudar à la présidence de la commission préparatoire comme "illégale". Il a lancé une procédure disciplinaire. Le parti est dans les turbulences.

PAM: Benchamach essaie de reprendre la main, le parti dans l'incertitude

Le 21 mai 2019 à 05:04

Modifié le 22 mai 2019 à 17:51

Hakim Benchamach, secrétaire général du PAM, a réagi vite en essayant d’y mettre les formes. Lundi 21 mai 2019, il a réuni le bureau politique. Mais c'est lui et pas le bureau politique, qui a pris les décisions suivantes, dans une tentative de reprendre l'initiative :

-Mohamed Hamouti, considéré comme l’un des chefs de file du courant “Akhchichine-Koudar-Hamouti“, ne dirigera plus le bureau fédéral. Cette instance est située entre le bureau politique et le conseil national. Elle est présidée par le SG qui a donné délégation à Hamouti en ce sens, le 5 janvier 2019, au cours d’une réunion de (ré)conciliation.

-Une procédure disciplinaire est lancée dans le cadre de l’affaire dite de la commission préparatoire du congrès. Samedi 18 mai, cette commission s’était réunie et après que la séance eût été levée par Benchamach, Samir Koudar avait été élu président de la commission. Une élection contestée par Benchamach et plusieurs autres dirigeants.

Avec ces deux décisions prises par Benchamach [certes, annoncées au cours d’une réunion du bureau politique], le PAM est entré dans une phase de turbulences ouvertes comme plusieurs autres partis avant lui, préalablement à leurs congrès. La commission préparatoire d’un congrès est un enjeu important pouvant peser sur le résultat final si elle n’est pas totalement indépendante.

Depuis le départ d’Ilyas Elomari, dont le bilan est fortement contesté, le PAM souffre de l'absence d'un vrai leasdership. Hakim Benchamach, qui préside la chambre des conseillers, fait face à une forte opposition interne.

Le prochain congrès est censé avoir lieu au cours de l’été. Les tiraillements sont tels que toute idée d’un parti rénové et en ordre de bataille pour les législatives de 2021, semble définitivement éloignée. Même si le congrès se réunit en été, même si une nouvelle direction est élue, le PAM est trop divisé pour se remettre rapidement en état de marche.

LIRE EGALEMENT

UNE REUNION DECISIVE DU BUREAU POLITIQUE

PAM: Benchamach essaie de reprendre la main, le parti dans l'incertitude

Le 21 mai 2019 à05:07

Modifié le 22 mai 2019 à 17:51

Benchamach va-t-il pouvoir tenir la barre jusqu'au prochain congrès ? Lundi soir, au cours d'une réunion du bureau politique, il a déclaré l'élection de Koudar à la présidence de la commission préparatoire comme "illégale". Il a lancé une procédure disciplinaire. Le parti est dans les turbulences.

Hakim Benchamach, secrétaire général du PAM, a réagi vite en essayant d’y mettre les formes. Lundi 21 mai 2019, il a réuni le bureau politique. Mais c'est lui et pas le bureau politique, qui a pris les décisions suivantes, dans une tentative de reprendre l'initiative :

-Mohamed Hamouti, considéré comme l’un des chefs de file du courant “Akhchichine-Koudar-Hamouti“, ne dirigera plus le bureau fédéral. Cette instance est située entre le bureau politique et le conseil national. Elle est présidée par le SG qui a donné délégation à Hamouti en ce sens, le 5 janvier 2019, au cours d’une réunion de (ré)conciliation.

-Une procédure disciplinaire est lancée dans le cadre de l’affaire dite de la commission préparatoire du congrès. Samedi 18 mai, cette commission s’était réunie et après que la séance eût été levée par Benchamach, Samir Koudar avait été élu président de la commission. Une élection contestée par Benchamach et plusieurs autres dirigeants.

Avec ces deux décisions prises par Benchamach [certes, annoncées au cours d’une réunion du bureau politique], le PAM est entré dans une phase de turbulences ouvertes comme plusieurs autres partis avant lui, préalablement à leurs congrès. La commission préparatoire d’un congrès est un enjeu important pouvant peser sur le résultat final si elle n’est pas totalement indépendante.

Depuis le départ d’Ilyas Elomari, dont le bilan est fortement contesté, le PAM souffre de l'absence d'un vrai leasdership. Hakim Benchamach, qui préside la chambre des conseillers, fait face à une forte opposition interne.

Le prochain congrès est censé avoir lieu au cours de l’été. Les tiraillements sont tels que toute idée d’un parti rénové et en ordre de bataille pour les législatives de 2021, semble définitivement éloignée. Même si le congrès se réunit en été, même si une nouvelle direction est élue, le PAM est trop divisé pour se remettre rapidement en état de marche.

LIRE EGALEMENT

UNE REUNION DECISIVE DU BUREAU POLITIQUE

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.