PAM: une réunion décisive du bureau politique pour l'avenir du parti

A l’issue d’une réunion houleuse tenue samedi 18 mai, Samir Koudar a été élu président de la commission préparatoire du futur congrès. Cette élection est jugée illégale par le secrétaire général Hakim Benchamach qui avait levé la séance avant le vote. Elle met à mal le processus de réconciliation initié par l’appel de 5 fondateurs du parti. Joints par Médias24, Ibtissam Azzaoui, et Mehdi Bensaid s’opposent sur la légalité de ce vote mais s’accordent à dire que la réunion du bureau politique qui aura lieu ce lundi soir sera cruciale pour l’avenir du PAM. En d’autres termes, on devrait connaitre à son issue le clan favori au congrès.

PAM : Une réunion décisive du bureau politique permettra de connaitre le nom du clan qui organisera la préparation du congrès Réunion du PAM pour l'élection du président de la commission préparatoire du futur congrès national

Le 20 mai 2019 à 16:10

Modifié le 21 mai 2019 à 09:58

Depuis la création du PAM, l’élection des membres de la commission préparatoire du congrès s’est toujours faite par consensus mais il faut croire que les divisions actuelles ont mis fin à cette habitude.

En effet, lors de la réunion du samedi 18 mai qui était censée élire le président et le bureau de cette commission préparatoire, le chaos était tel que l’actuel secrétaire général, qui la présidait, a décidé de lever la séance et annoncé un report des débats après la convocation, ce lundi 20 mai, des membres du bureau politique.

Cela n’a pas empêché un courant réputé proche de l’ancien SG Ilyas El Omari de continuer la réunion et de procéder à un vote où il a élu Samir Koudar président de la commission qui organisera l’élection du futur secrétariat général et des instances dirigeantes (CN, BP, Bureau fédéral, régional …).

Au lendemain de ce vote, le PAM apparait donc plus divisé que jamais avec d’un côté, un clan de jeunes qui se félicite de cette désignation et de l’autre, celui du SG qui dénonce un coup de force.

L’occasion d’interroger Ibtissam Azzaoui puis Mehdi Bensaïd, qui s’opposent sur le déroulé des faits et sur la validité d’une élection qui est jugée "illégale selon les statuts du parti" par la député et considérée "inattaquable juridiquement" par l’ex-président de la commission des affaires étrangères.

"Une élection illégale qui sera reportée"

"Lors de la réunion de samedi dernier, les membres de la commission préparatoire (CP) devaient élire leur président, un vice-président, un rapporteur et enfin les présidents de 5 sous-commission de la CP.

"Dès le début, le secrétaire général qui présidait la réunion a proposé de se mettre d’accord sur un candidat unique de consensus pour présider cette fameuse commission préparatoire du futur congrès.

"Une commission restreinte s’est donc réunie en privé dans une salle annexe pendant 6 heures avec plusieurs poids lourds du parti comme Hakim Benchamach, Cheikh Biadillah, Ahmed Akhchichine …

"N’ayant pas pu se mettre d’accord sur une candidature unique, le secrétaire général a décidé de reprendre la séance plénière et de passer au vote du président de la CP.

"Avant cela, il y a eu un débat pour déterminer si le vote devait se faire à main levée ou être secret. La majorité a décidé d’un vote ouvert mais il y a eu des perturbations à cause de personnes étrangères qui n’avaient rien à voir avec la CP et d’autres dont le nom a été ajouté au dernier moment pour voter.

"Cette situation a occasionné un tel chaos que les conditions minimales requises pour organiser le vote n’étaient plus réunies. Devant les cris et hurlements de personnes qui n’hésitaient pas à intervenir à la tribune, le SG s’est donc retrouvé dans l’obligation de lever la séance et d’annuler le scrutin.

"Malgré cela, Samir Koudar s’est déclaré candidat unique et une personne s’est autoproclamée président de la séance pour procéder au vote alors que cette attribution est du seul ressort du SG.

"Après un simulacre de vote, le candidat a été déclaré président de la CP mais son élection n’a aucune valeur juridique sachant que la majorité des membres du CP ont dénoncé son côté illégal.

"Lors de la réunion du BP qui aura lieu ce lundi soir, le seul point à l’ordre du jour sera de discuter de la réunion de samedi dernier et de prendre des décisions pour convoquer un nouveau scrutin.

"Quoi que disent les soutiens de Koudar, nous avons une majorité écrasante opposée au groupe d’opportunistes qui veulent s’approprier le parti et la réunion du BP mettra un terme définitif à leur manœuvre", conclut la député qui pense que cette réunion sera déterminante pour l’avenir du PAM.

"La majorité du PAM soutient l’élection du président de la CP"

Des prévisions remises en cause par l’ex-parlementaire Mehdi Bensaid qui prétend, bien au contraire, que la majorité des instances du parti soutiennent le nouveau président de la commission préparatoire.

"Lors de la réunion de samedi dernier, un choix démocratique des militants du parti s’est clairement exprimé et il y a d’ailleurs une vidéo qui prouve notre version des faits car les débats étaient filmés.

"Pendant 6 heures, Si Hakim a essayé de trouver un candidat unique pour satisfaire tout le monde.

"Devant l’absence de consensus, il a proposé de passer au vote à main levée mais a fait marche arrière dès qu’il a vu que le seul candidat déclaré était Samir Koudar.

 "Dans les faits, le secrétaire général a d’abord dit, je propose d’aller au vote à main levée puis a posé la question de savoir si il y avait un candidat.

"Quand Koudar a levé la main et que toute la salle s’est mise à l’applaudir et à lever la main en signe de soutien, il a compris que son éventuel candidat n’aurait pas la majorité et a décidé de fermer la séance.

"Sa démarche est illégale car dans tous les scrutins marocains (parlement, conseil de la ville …), la règle est que dès que le vote commence, personne ne peut clore la séance avant que le vote ne se soit achevé.

 "Quoi-qu’il dise ou fasse, le choix démocratique qui s’est exprimé est inattaquable car non seulement il n’a pas le droit d’arrêter une séance de vote qui a commencé mais en plus toutes les instances du parti ont salué et soutenu l’élection de notre candidat à la présidence de la commission préparatoire.

"A partir de là, la réunion du bureau politique qu’il a convoquée n’a pas lieu d’être d’autant plus que notre courant est soutenu par 13 membres du BP contre seulement 11 pour le sien", conclut Bensaid qui précise qu’aucun retour en arrière n'est possible et que le président Koudar doit commencer son travail de préparation du futur congrès qui se tiendra entre juillet et septembre prochain.

Pour connaitre le poids de chacun des deux courants, il faudra attendre l’issue de la réunion du BP mais il est sûr que les divisions actuelles n’aideront pas le PAM dans sa conquête du pouvoir en 2021.

LIRE EGALEMENT

LES DECISIONS DE HAKIM BENCHAMACH APRES LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE

Réunion du PAM pour l'élection du président de la commission préparatoire du futur congrès national

PAM: une réunion décisive du bureau politique pour l'avenir du parti

Le 20 mai 2019 à17:57

Modifié le 21 mai 2019 à 09:58

A l’issue d’une réunion houleuse tenue samedi 18 mai, Samir Koudar a été élu président de la commission préparatoire du futur congrès. Cette élection est jugée illégale par le secrétaire général Hakim Benchamach qui avait levé la séance avant le vote. Elle met à mal le processus de réconciliation initié par l’appel de 5 fondateurs du parti. Joints par Médias24, Ibtissam Azzaoui, et Mehdi Bensaid s’opposent sur la légalité de ce vote mais s’accordent à dire que la réunion du bureau politique qui aura lieu ce lundi soir sera cruciale pour l’avenir du PAM. En d’autres termes, on devrait connaitre à son issue le clan favori au congrès.

Depuis la création du PAM, l’élection des membres de la commission préparatoire du congrès s’est toujours faite par consensus mais il faut croire que les divisions actuelles ont mis fin à cette habitude.

En effet, lors de la réunion du samedi 18 mai qui était censée élire le président et le bureau de cette commission préparatoire, le chaos était tel que l’actuel secrétaire général, qui la présidait, a décidé de lever la séance et annoncé un report des débats après la convocation, ce lundi 20 mai, des membres du bureau politique.

Cela n’a pas empêché un courant réputé proche de l’ancien SG Ilyas El Omari de continuer la réunion et de procéder à un vote où il a élu Samir Koudar président de la commission qui organisera l’élection du futur secrétariat général et des instances dirigeantes (CN, BP, Bureau fédéral, régional …).

Au lendemain de ce vote, le PAM apparait donc plus divisé que jamais avec d’un côté, un clan de jeunes qui se félicite de cette désignation et de l’autre, celui du SG qui dénonce un coup de force.

L’occasion d’interroger Ibtissam Azzaoui puis Mehdi Bensaïd, qui s’opposent sur le déroulé des faits et sur la validité d’une élection qui est jugée "illégale selon les statuts du parti" par la député et considérée "inattaquable juridiquement" par l’ex-président de la commission des affaires étrangères.

"Une élection illégale qui sera reportée"

"Lors de la réunion de samedi dernier, les membres de la commission préparatoire (CP) devaient élire leur président, un vice-président, un rapporteur et enfin les présidents de 5 sous-commission de la CP.

"Dès le début, le secrétaire général qui présidait la réunion a proposé de se mettre d’accord sur un candidat unique de consensus pour présider cette fameuse commission préparatoire du futur congrès.

"Une commission restreinte s’est donc réunie en privé dans une salle annexe pendant 6 heures avec plusieurs poids lourds du parti comme Hakim Benchamach, Cheikh Biadillah, Ahmed Akhchichine …

"N’ayant pas pu se mettre d’accord sur une candidature unique, le secrétaire général a décidé de reprendre la séance plénière et de passer au vote du président de la CP.

"Avant cela, il y a eu un débat pour déterminer si le vote devait se faire à main levée ou être secret. La majorité a décidé d’un vote ouvert mais il y a eu des perturbations à cause de personnes étrangères qui n’avaient rien à voir avec la CP et d’autres dont le nom a été ajouté au dernier moment pour voter.

"Cette situation a occasionné un tel chaos que les conditions minimales requises pour organiser le vote n’étaient plus réunies. Devant les cris et hurlements de personnes qui n’hésitaient pas à intervenir à la tribune, le SG s’est donc retrouvé dans l’obligation de lever la séance et d’annuler le scrutin.

"Malgré cela, Samir Koudar s’est déclaré candidat unique et une personne s’est autoproclamée président de la séance pour procéder au vote alors que cette attribution est du seul ressort du SG.

"Après un simulacre de vote, le candidat a été déclaré président de la CP mais son élection n’a aucune valeur juridique sachant que la majorité des membres du CP ont dénoncé son côté illégal.

"Lors de la réunion du BP qui aura lieu ce lundi soir, le seul point à l’ordre du jour sera de discuter de la réunion de samedi dernier et de prendre des décisions pour convoquer un nouveau scrutin.

"Quoi que disent les soutiens de Koudar, nous avons une majorité écrasante opposée au groupe d’opportunistes qui veulent s’approprier le parti et la réunion du BP mettra un terme définitif à leur manœuvre", conclut la député qui pense que cette réunion sera déterminante pour l’avenir du PAM.

"La majorité du PAM soutient l’élection du président de la CP"

Des prévisions remises en cause par l’ex-parlementaire Mehdi Bensaid qui prétend, bien au contraire, que la majorité des instances du parti soutiennent le nouveau président de la commission préparatoire.

"Lors de la réunion de samedi dernier, un choix démocratique des militants du parti s’est clairement exprimé et il y a d’ailleurs une vidéo qui prouve notre version des faits car les débats étaient filmés.

"Pendant 6 heures, Si Hakim a essayé de trouver un candidat unique pour satisfaire tout le monde.

"Devant l’absence de consensus, il a proposé de passer au vote à main levée mais a fait marche arrière dès qu’il a vu que le seul candidat déclaré était Samir Koudar.

 "Dans les faits, le secrétaire général a d’abord dit, je propose d’aller au vote à main levée puis a posé la question de savoir si il y avait un candidat.

"Quand Koudar a levé la main et que toute la salle s’est mise à l’applaudir et à lever la main en signe de soutien, il a compris que son éventuel candidat n’aurait pas la majorité et a décidé de fermer la séance.

"Sa démarche est illégale car dans tous les scrutins marocains (parlement, conseil de la ville …), la règle est que dès que le vote commence, personne ne peut clore la séance avant que le vote ne se soit achevé.

 "Quoi-qu’il dise ou fasse, le choix démocratique qui s’est exprimé est inattaquable car non seulement il n’a pas le droit d’arrêter une séance de vote qui a commencé mais en plus toutes les instances du parti ont salué et soutenu l’élection de notre candidat à la présidence de la commission préparatoire.

"A partir de là, la réunion du bureau politique qu’il a convoquée n’a pas lieu d’être d’autant plus que notre courant est soutenu par 13 membres du BP contre seulement 11 pour le sien", conclut Bensaid qui précise qu’aucun retour en arrière n'est possible et que le président Koudar doit commencer son travail de préparation du futur congrès qui se tiendra entre juillet et septembre prochain.

Pour connaitre le poids de chacun des deux courants, il faudra attendre l’issue de la réunion du BP mais il est sûr que les divisions actuelles n’aideront pas le PAM dans sa conquête du pouvoir en 2021.

LIRE EGALEMENT

LES DECISIONS DE HAKIM BENCHAMACH APRES LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.