Plafonnement des prix des carburants: les clarifications du gouvernement

Invité de l'émission "Vox Chabab" sur Medi1 Tv, Lahcen Daoudi, ministre des Affaires générales et de la Gouvernance, reparle encore du plafonnement des prix des carburants. Une source de haut niveau clarifie la position du gouvernement sur ce dossier.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/27-05-2019/lahcen_daoudi_pjd_et_ministre.jpg-oui
Plafonnement des prix des carburants: les clarifications du gouvernement

Le 27 mai 2019 à 13:28

Modifié le 28 mai 2019 à 08:25

En janvier 2019, Daoudi avait annoncé le plafonnement pour la mi-mars au plus tard. Il n'en est rien jusqu'à présent. Invité de l'émission "Vox Chabab", le ministre donne sa version.

"J'avais annoncé le plafonnement des carburants pour la mi-mars parce que je n'ai jamais pensé que les discussions seraient aussi difficiles avec les pétroliers".

"Lorsque je me suis rendu compte que le plafonnement ne peut pas se faire en mars, j'ai préféré garder le silence pour mettre la pression sur les pétroliers". 

A présent, "nous avons trouvé un accord avec ces sociétés. J'ai adressé le rapport de l'accord au Chef du gouvernement." 

Selon Daoudi, les prix du pétrole ne cessent d'augmenter depuis mars. Le plafonnement à lui seul n'est donc pas suffisant. Le citoyen ne gagnera que 0,30 à 0,50 DH/L. 

"Le Chef du gouvernement Saâdeddine Elotmani s'est donc réuni avec le ministère de l'Energie et des Mines ainsi que le ministère de l'Economie et des Finances pour trouver des mesures parallèles". 

Selon une source gouvernementale de haut niveau, "M. Elotmani a écrit aux ministères concernés à ce sujet, mais ces derniers n'ont pas répondu". Elle nous a également confié que "les pétroliers n'ont pas signé un accord de plafonnement avec le gouvernement et que ce dernier préfère le conclure avec eux et ne pas plafonner sans eux". 

Notre source estime aussi que "ça ne sert à rien de plafonner les prix pour obtenir une baisse de seulement 0,10 ou 0,15 DH/L et décevoir les consommateurs, alors que les prix sont bas et les marges faibles".

"Le plafonnement n'est pas abandonné mais il y a d'autres mesures à activer, notamment celles qui figurent dans l'avis du Conseil de la concurrence, comme le stockage par exemple", conclut-elle.

Lire aussi: Carburants: Le Conseil de la concurrence désapprouve le plafonnement

Plafonnement des prix des carburants: les clarifications du gouvernement

Le 27 mai 2019 à15:59

Modifié le 28 mai 2019 à 08:25

Invité de l'émission "Vox Chabab" sur Medi1 Tv, Lahcen Daoudi, ministre des Affaires générales et de la Gouvernance, reparle encore du plafonnement des prix des carburants. Une source de haut niveau clarifie la position du gouvernement sur ce dossier.

En janvier 2019, Daoudi avait annoncé le plafonnement pour la mi-mars au plus tard. Il n'en est rien jusqu'à présent. Invité de l'émission "Vox Chabab", le ministre donne sa version.

"J'avais annoncé le plafonnement des carburants pour la mi-mars parce que je n'ai jamais pensé que les discussions seraient aussi difficiles avec les pétroliers".

"Lorsque je me suis rendu compte que le plafonnement ne peut pas se faire en mars, j'ai préféré garder le silence pour mettre la pression sur les pétroliers". 

A présent, "nous avons trouvé un accord avec ces sociétés. J'ai adressé le rapport de l'accord au Chef du gouvernement." 

Selon Daoudi, les prix du pétrole ne cessent d'augmenter depuis mars. Le plafonnement à lui seul n'est donc pas suffisant. Le citoyen ne gagnera que 0,30 à 0,50 DH/L. 

"Le Chef du gouvernement Saâdeddine Elotmani s'est donc réuni avec le ministère de l'Energie et des Mines ainsi que le ministère de l'Economie et des Finances pour trouver des mesures parallèles". 

Selon une source gouvernementale de haut niveau, "M. Elotmani a écrit aux ministères concernés à ce sujet, mais ces derniers n'ont pas répondu". Elle nous a également confié que "les pétroliers n'ont pas signé un accord de plafonnement avec le gouvernement et que ce dernier préfère le conclure avec eux et ne pas plafonner sans eux". 

Notre source estime aussi que "ça ne sert à rien de plafonner les prix pour obtenir une baisse de seulement 0,10 ou 0,15 DH/L et décevoir les consommateurs, alors que les prix sont bas et les marges faibles".

"Le plafonnement n'est pas abandonné mais il y a d'autres mesures à activer, notamment celles qui figurent dans l'avis du Conseil de la concurrence, comme le stockage par exemple", conclut-elle.

Lire aussi: Carburants: Le Conseil de la concurrence désapprouve le plafonnement

A lire aussi


Communication financière

Sonasid : Résultats du 1er semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.