Plus de 460.000 chèques en bois totalisant 13 MMDH, émis en 2018

Ces chèques impayés sont en hausse de 6,4% en nombre et de 12,5% en valeur par rapport à 2017. Les interdits de chéquier frôlent les 670.000 personnes.

Plus de 460.000 chèques en bois totalisant 13 MMDH, émis en 2018

Le 31 juillet 2019 à 15:23

Modifié le 31 juillet 2019 à 15:38

Les incidents de paiement sur chèque poursuivent leur augmentation, entachant chaque année un peu plus la réputation de ce moyen de paiement de plus en plus refusé par les commerçants et les personnes physiques.

Les statistiques détaillées de ces incidents pour l’année 2018 ne sont pas encore disponibles (il faut attendre le rapport annuel sur les systèmes et moyens de paiement). Mais le dernier rapport annuel de Bank Al-Maghrib fournit quelques informations.

La Centrale des incidents de paiement sur chèque a enregistré 460.288 incidents en 2018, représentant un montant de 13,3 milliards de DH, en hausse de 6,4% en nombre et de 12,5% en valeur par rapport à 2017. Les motifs des rejets ne sont pas précisés par l’absence ou l’insuffisance de provision.

Cette centrale a également enregistré 113.756 régularisations (+1,3%) pour un montant de 1,8 milliard de DH (en stagnation).

A fin 2017, le stock des incidents de paiement sur chèque non encore régularisés s’élevait à 2,9 millions de cas, en hausse de 4,4%. Il correspondait à un montant de 85 milliards de DH, en hausse de 7,5%, représentant 9,5% du total des dépôts à vue et un montant moyen par chèque rejeté de 28.400 DH.

Ce stock doit être plus important à fin 2018, malgré les régularisations opérées, compte tenu du nombre et du montant des nouveaux incidents.

En tous les cas, le nombre des interdits d’émission de chèques a augmenté de 4,1%, à 668.988 personnes, dont 87,8% de personnes physiques.

Les effets de commerce impayés s'envolent de 50%

La situation est pire pour les effets de commerce. Le cumul des lettres de change normalisées impayées et non encore régularisées s’est établi à 69 milliards de DH répartis entre 1,9 million de cas, dominés à hauteur de 62% par les personnes physiques.

Le nombre d’incidents s’est envolé de 50% et leur valeur de 53% par rapport 2017. Comme pour le chèque, l’insuffisance ou l’absence de provision est le principal motif de rejet des LCN.

Le nombre des personnes ayant des LCN impayés atteint 117.378 personnes, en hausse de 22,2%, avec une proportion de 64% de personnes physiques.

Rappelons que le patronat appelle pour un durcissement des sanctions en cas de lettres de change impayées.

Plus de 460.000 chèques en bois totalisant 13 MMDH, émis en 2018

Le 31 juillet 2019 à15:23

Modifié le 31 juillet 2019 à 15:38

Ces chèques impayés sont en hausse de 6,4% en nombre et de 12,5% en valeur par rapport à 2017. Les interdits de chéquier frôlent les 670.000 personnes.

Les incidents de paiement sur chèque poursuivent leur augmentation, entachant chaque année un peu plus la réputation de ce moyen de paiement de plus en plus refusé par les commerçants et les personnes physiques.

Les statistiques détaillées de ces incidents pour l’année 2018 ne sont pas encore disponibles (il faut attendre le rapport annuel sur les systèmes et moyens de paiement). Mais le dernier rapport annuel de Bank Al-Maghrib fournit quelques informations.

La Centrale des incidents de paiement sur chèque a enregistré 460.288 incidents en 2018, représentant un montant de 13,3 milliards de DH, en hausse de 6,4% en nombre et de 12,5% en valeur par rapport à 2017. Les motifs des rejets ne sont pas précisés par l’absence ou l’insuffisance de provision.

Cette centrale a également enregistré 113.756 régularisations (+1,3%) pour un montant de 1,8 milliard de DH (en stagnation).

A fin 2017, le stock des incidents de paiement sur chèque non encore régularisés s’élevait à 2,9 millions de cas, en hausse de 4,4%. Il correspondait à un montant de 85 milliards de DH, en hausse de 7,5%, représentant 9,5% du total des dépôts à vue et un montant moyen par chèque rejeté de 28.400 DH.

Ce stock doit être plus important à fin 2018, malgré les régularisations opérées, compte tenu du nombre et du montant des nouveaux incidents.

En tous les cas, le nombre des interdits d’émission de chèques a augmenté de 4,1%, à 668.988 personnes, dont 87,8% de personnes physiques.

Les effets de commerce impayés s'envolent de 50%

La situation est pire pour les effets de commerce. Le cumul des lettres de change normalisées impayées et non encore régularisées s’est établi à 69 milliards de DH répartis entre 1,9 million de cas, dominés à hauteur de 62% par les personnes physiques.

Le nombre d’incidents s’est envolé de 50% et leur valeur de 53% par rapport 2017. Comme pour le chèque, l’insuffisance ou l’absence de provision est le principal motif de rejet des LCN.

Le nombre des personnes ayant des LCN impayés atteint 117.378 personnes, en hausse de 22,2%, avec une proportion de 64% de personnes physiques.

Rappelons que le patronat appelle pour un durcissement des sanctions en cas de lettres de change impayées.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.