Poisson: l'impact de la saisonnalité se fait sentir sur l'offre

Une baisse de l'offre est constatée au niveau de certaines espèces de poisson sur le marché en cette période de l’année. La disponibilité dépend des conditions hydroclimatiques mais surtout de la saisonnalité des espèces marines. 

Poisson: l'impact de la saisonnalité se fait sentir sur l'offre

Le 19 juillet 2019 à 15:52

Modifié le 19 juillet 2019 à 16:26

Selon les dernières données confiées par l’ONP à Médias24, qui n'ont toujours pas été rendues publiques, les débarquements de la pêche côtière et artisanale affichent une légère hausse à fin juin 2019.

Au terme du premier semestre 2019, ils se sont chiffrés à 590.350 tonnes, en quasi-stagnation (+1,1%) par rapport à la même période un an auparavant (530.963 tonnes).

La valeur marchande de ces produits s'est établie à 3,951 milliards de DH, également en quasi-stagnation comparativement à fin juin 2018. 

Par produit, les débarquements de poisson pélagique totalisent 513.397 t contre 471.625 t une année auparavant. Ceux du poisson blanc 32.423 tonnes (contre 31.789 t au S1 2018) ; des céphalopodes 31.256 t (contre 21.408 t au 1er semestre 2018) ; des crustacés 2.375 t (2.567 t au S1 2018).

Les débarquements des coquillages ont enregistré une légère hausse pour s’établir à 241 tonnes (232 t en 2018), alors que les algues explosent avec 10.658 tonnes, contre 3.341 t au 1er semestre 2018.

Pour le seul mois de juin, des baisses ont été constatées au niveau de certaines espèces. C'était le cas au terme de la même période des deux dernières années (2017-2018). La saisonnalité des espèces marines explique la baisse de l’offre affichée en cette période de l’année. 

(Source: ONP)

En effet, la disponibilité des produits de la mer varie en fonction de divers facteurs, dont les conditions hydroclimatiques ainsi que la saisonnalité des espèces marines pêchées.

Certaines espèces sont ainsi plus disponibles que d’autres en fonction des périodes. C’est le cas de la sardine et du maquereau, dont la haute saison s’étale de juillet à décembre, avec une saison moyenne en juin. S’y ajoutent la sole (juillet-aout et décembre-mars) et le rouget (octobre-mars).

Par contre, le poulpe est par exemple plus disponible en juin-juillet, tout comme la crevette rose (mars-juillet) et la dorade (mai-décembre).

Certains professionnels expliquent la baisse de l’offre des autres espèces, en cette période, par l’ouverture de la saison de pêche au poulpe, depuis le 16 juin dernier. Or, force est de constater que cette période coincide avec la saison moyenne pour la sardine, la sole, le maquereau et le rouget, qui dominent généralement les débarquements. 

Mais du côté des grossistes, l'on insiste sur l'abondance de l'offre. "Une baisse des prix a été enregistrée durant la semaine en cours. Elle est expliquée par l’abondance des différents produits de la mer", nous affirme un vendeur au marché de gros de Casablanca.

Revenant sur l'impact de l'ouverture de la saison de pêche au poulpe, un professionnel se veut rassurant. "Le système des quotas pousse les pêcheurs à profiter des sorties pour pêcher les autres espèces, d’ou la disponibilité "normale" de ces dernières", soutient notre source.

Poisson: l'impact de la saisonnalité se fait sentir sur l'offre

Le 19 juillet 2019 à16:18

Modifié le 19 juillet 2019 à 16:26

Une baisse de l'offre est constatée au niveau de certaines espèces de poisson sur le marché en cette période de l’année. La disponibilité dépend des conditions hydroclimatiques mais surtout de la saisonnalité des espèces marines. 

Selon les dernières données confiées par l’ONP à Médias24, qui n'ont toujours pas été rendues publiques, les débarquements de la pêche côtière et artisanale affichent une légère hausse à fin juin 2019.

Au terme du premier semestre 2019, ils se sont chiffrés à 590.350 tonnes, en quasi-stagnation (+1,1%) par rapport à la même période un an auparavant (530.963 tonnes).

La valeur marchande de ces produits s'est établie à 3,951 milliards de DH, également en quasi-stagnation comparativement à fin juin 2018. 

Par produit, les débarquements de poisson pélagique totalisent 513.397 t contre 471.625 t une année auparavant. Ceux du poisson blanc 32.423 tonnes (contre 31.789 t au S1 2018) ; des céphalopodes 31.256 t (contre 21.408 t au 1er semestre 2018) ; des crustacés 2.375 t (2.567 t au S1 2018).

Les débarquements des coquillages ont enregistré une légère hausse pour s’établir à 241 tonnes (232 t en 2018), alors que les algues explosent avec 10.658 tonnes, contre 3.341 t au 1er semestre 2018.

Pour le seul mois de juin, des baisses ont été constatées au niveau de certaines espèces. C'était le cas au terme de la même période des deux dernières années (2017-2018). La saisonnalité des espèces marines explique la baisse de l’offre affichée en cette période de l’année. 

(Source: ONP)

En effet, la disponibilité des produits de la mer varie en fonction de divers facteurs, dont les conditions hydroclimatiques ainsi que la saisonnalité des espèces marines pêchées.

Certaines espèces sont ainsi plus disponibles que d’autres en fonction des périodes. C’est le cas de la sardine et du maquereau, dont la haute saison s’étale de juillet à décembre, avec une saison moyenne en juin. S’y ajoutent la sole (juillet-aout et décembre-mars) et le rouget (octobre-mars).

Par contre, le poulpe est par exemple plus disponible en juin-juillet, tout comme la crevette rose (mars-juillet) et la dorade (mai-décembre).

Certains professionnels expliquent la baisse de l’offre des autres espèces, en cette période, par l’ouverture de la saison de pêche au poulpe, depuis le 16 juin dernier. Or, force est de constater que cette période coincide avec la saison moyenne pour la sardine, la sole, le maquereau et le rouget, qui dominent généralement les débarquements. 

Mais du côté des grossistes, l'on insiste sur l'abondance de l'offre. "Une baisse des prix a été enregistrée durant la semaine en cours. Elle est expliquée par l’abondance des différents produits de la mer", nous affirme un vendeur au marché de gros de Casablanca.

Revenant sur l'impact de l'ouverture de la saison de pêche au poulpe, un professionnel se veut rassurant. "Le système des quotas pousse les pêcheurs à profiter des sorties pour pêcher les autres espèces, d’ou la disponibilité "normale" de ces dernières", soutient notre source.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.