Port de Casa : une coopérative pour mettre à niveau les petits transporteurs

Assistance dans la dématérialisation des procédures d'accès au port, formation, renouvellement du parc, respect de l'environnement..., la Coopérative de Transport Marchandises sur routes assistera les petits transporteurs du port de Casablanca dans leur mise à niveau.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/03-10-2019/transport-greve2.jpg-oui
Port de Casa : une coopérative pour mettre à niveau les petits transporteurs

Le 03 octobre 2019 à 15:51

Modifié le 03 octobre 2019 à 16:45

Le transport routier de marchandises résiste à toutes les réformes. La nature du parc composé essentiellement de très petites entreprises (un ou deux camions), la sous-formation des effectifs et la représentativité des opérateurs qui ressemble à une hydre à plusieurs têtes empêchent toute avancée.

C’est ce qui a incité une poignée de transporteurs de la capitale économique à créer une coopérative en adoptant une démarche qui constitue une vraie rupture avec les tentatives antérieures.

En effet, explique Abderrahim Chennaoui, Directeur de cette coopérative naissante, « nous avons décidé de passer outre toutes les représentativités professionnelles syndicales ou associatives et attaquer les problèmes des petits transporteurs à la racine, c’est-à-dire l’exploitation sur le terrain ».

La CMTR (Coopérative de Transport Marchandises sur routes) se veut comme un guichet unique à vocation économique et sociale au service des petits transporteurs, et a déjà recueilli l’adhésion de 170 entreprises à ce jour. Son objectif global est de permettre à ces petites entreprises de s’insérer dans le processus de dématérialisation des procédures d’accès au port de Casablanca, mais pas seulement.

Environ 10.000 camions travaillent à partir du port de Casablanca

Dans le cadre de sa mission, elle s’attellera aussi à dispenser à ces opérateurs des cycles de formation en matière de gestion, de sécurité..., et être leur interface au quotidien pour ce qui est de l’entretien et du renouvellement de leur parc, d’accès aux incitations et aides des pouvoirs publics, et à l’information, résume M. Chennaoui.

Ce dernier précise qu’une importance particulière sera accordée au volet environnemental. Ce volet concerne bien sûr la pollution sous toutes ses formes, mais aussi l’incitation à respecter les heures de livraison dans les centres urbains et à opter pour des véhicules adaptés à cette activité.

M. Chennaoui affirme avoir trouvé une oreille attentive auprès de l’ANP (Agence Nationale des Ports) qui a mis à la disposition de la coopérative un bureau équipé. Il ajoute qu'aujourd'hui, les discussions vont bon train avec l’ANP pour qu’une convention soit signée rapidement, sans donner de date précise pour la signature.

Enfin, il affirme qu’une fois l’activité de la coopérative mise sur les rails, il n’exclut pas de créer des antennes dans d’autres villes portuaires.

Rappelons que quelques 10.000 camions travaillent à partir du port de Casablanca et que le secteur compte plus de 84.000 entreprises de transport de marchandises dont 80% ont un camion ou deux. C’est dire que c’est de la mise à niveau qu’il s’agit ici.

>>Lire aussi: Transport de marchandises: voici le projet de contrat-programme

Port de Casa : une coopérative pour mettre à niveau les petits transporteurs

Le 03 octobre 2019 à16:45

Modifié le 03 octobre 2019 à 16:45

Assistance dans la dématérialisation des procédures d'accès au port, formation, renouvellement du parc, respect de l'environnement..., la Coopérative de Transport Marchandises sur routes assistera les petits transporteurs du port de Casablanca dans leur mise à niveau.

com_redaction-29

Le transport routier de marchandises résiste à toutes les réformes. La nature du parc composé essentiellement de très petites entreprises (un ou deux camions), la sous-formation des effectifs et la représentativité des opérateurs qui ressemble à une hydre à plusieurs têtes empêchent toute avancée.

C’est ce qui a incité une poignée de transporteurs de la capitale économique à créer une coopérative en adoptant une démarche qui constitue une vraie rupture avec les tentatives antérieures.

En effet, explique Abderrahim Chennaoui, Directeur de cette coopérative naissante, « nous avons décidé de passer outre toutes les représentativités professionnelles syndicales ou associatives et attaquer les problèmes des petits transporteurs à la racine, c’est-à-dire l’exploitation sur le terrain ».

La CMTR (Coopérative de Transport Marchandises sur routes) se veut comme un guichet unique à vocation économique et sociale au service des petits transporteurs, et a déjà recueilli l’adhésion de 170 entreprises à ce jour. Son objectif global est de permettre à ces petites entreprises de s’insérer dans le processus de dématérialisation des procédures d’accès au port de Casablanca, mais pas seulement.

Environ 10.000 camions travaillent à partir du port de Casablanca

Dans le cadre de sa mission, elle s’attellera aussi à dispenser à ces opérateurs des cycles de formation en matière de gestion, de sécurité..., et être leur interface au quotidien pour ce qui est de l’entretien et du renouvellement de leur parc, d’accès aux incitations et aides des pouvoirs publics, et à l’information, résume M. Chennaoui.

Ce dernier précise qu’une importance particulière sera accordée au volet environnemental. Ce volet concerne bien sûr la pollution sous toutes ses formes, mais aussi l’incitation à respecter les heures de livraison dans les centres urbains et à opter pour des véhicules adaptés à cette activité.

M. Chennaoui affirme avoir trouvé une oreille attentive auprès de l’ANP (Agence Nationale des Ports) qui a mis à la disposition de la coopérative un bureau équipé. Il ajoute qu'aujourd'hui, les discussions vont bon train avec l’ANP pour qu’une convention soit signée rapidement, sans donner de date précise pour la signature.

Enfin, il affirme qu’une fois l’activité de la coopérative mise sur les rails, il n’exclut pas de créer des antennes dans d’autres villes portuaires.

Rappelons que quelques 10.000 camions travaillent à partir du port de Casablanca et que le secteur compte plus de 84.000 entreprises de transport de marchandises dont 80% ont un camion ou deux. C’est dire que c’est de la mise à niveau qu’il s’agit ici.

>>Lire aussi: Transport de marchandises: voici le projet de contrat-programme

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Immorente propose un rendement de 4,5 dh/action et innove en proposant une distribution trimestrielle

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.